52
Commentaires

Emissions culturelles de France 2 : là aussi, la main de Sarkozy ?

Coup dur pour Nicolas Demorand.

Derniers commentaires

Ce pauvre Demorand qui se voyait en journaliste "dérangeant" (période Inrocks), puis "érudit" (période France Culture), entretient sa méticuleuse déchéance en passant à la TV, après des pâles matinales sur Inter.
Porter des tee-shirts "The Ramones" ne suffit pas pour être rebelle.
Je vous parie ma redevance qu'on le verra bientôt à Téléfoot...
Sans vouloir briser ce semblant d'unanimité concernant ce bon nicolas demorand, le hurleur de la matinale de France Inter, ne serait-il pas plus judicieux de confier de nouvelles émissions à des animateurs qui ne cumulent pas les fonctions dans les différents médias....ce garçon ne me semble pas vraiment être un modèle d'impertinence, il suffit de constater combien les questions des auditeurs se réduisent chaque jour un peu plus pour laisser souvent la place à un babillage sans intérêt avec l'invité, les questions restent la plupart du temps aussi convenues qu'ailleurs et Demorand semble assez fier de sa personne et de sa réputation usurpée
http://www.dailymotion.com/video/xcvqc_pas-vu-pas-pris-doc-interdit_business

Cela ne rajeunit pas :)
Je crois qu'il faut inviter Demorand et Picouly sur le plateau d'@si , avec Gilles Klein comme interviewer en plus de DS : ça risque d'être chaud !
Oui-dire:

Une personne, David X, avait un projet d'émission télé, et personne ne voulait le recevoir pour prendre connaissance de son projet.
Alors il a appelé son papa, Johnny X, qui a appelé le président de la république, et alors il a obtenu un RDV avec une personne de la télé pour présenter sa magnifique idée.

La culture à la télé a de beaux jours devant elle.
Vous citez Dominique Antoine, conseiller culturel à l'Elysée : "comme il est normal pour l'actionnaire ..."

Donc, quelqu'un qui n'a aucun mandat électif, ni aucun mandat social, s'autoproclame titulaire des capitaux que l'Etat a pu mettre dans la télévision publique. On croit rêver.

Et si l'Elysée a des préoccupations d'actionnaire, faut-il rappeler que lors de la conférence de presse de janvier, les paromes inconsidérées du Président sur la fin de la publicité ( un fumigène ?) ont fait perdre, dès à présent, de nombreux contrats publicitaires à France Télévisions. D'où les ballons d'essai de la commission Copé sur l'augmentation de la redevance.

On envisage mal un véritable "actionnaire" qui flinguerait ainsi la société dont il détient des titres.

Mais il faut s'attendre à tout avec un agité qui maitrise si mal ses sphincters.

Juste pour rire, imaginer Sarkozy en dirigeant de la Banque Centrale Européenne : combien de milliards aurait-il fait perdre par des déclarations intempestives ?
C'est incroyable cette obsession des gens de radio pour la télé, combien d'émission par jour sur Inter ou l'on parle télé ? C'est ridicule, avez vous vu un vendeur de la FNAC vanter les qualités de Virgin ? Pas étonnant que Demorant, comme tant d'autres, finissent par aller pantoufler sur une chaine, ils en parlent tout le temps dans le poste, ils ne rêvent que de cela.
A lire tous vos posts, je constate que l'arrivée de Nicolas Demorand sur la TV publique est diversement appréciée.

Nul doute par contre que le retour de Patrick Sabatier sur France2 fera l'unanimité...

PatriceNoDRM
Oui, j'espère que c'est vrai, que cela va arriver,

un type qui lit, un type qui fait des entretiens magnifiques, un type plein d'énergie

et qui sait faire sortir leur meilleur aux grandes pointures,

c'est Demorand, je l'écoutais pendant des années sur Culture,

il est sous-employé sur Inter le matin,

il a l'étoffe des grands, j'espère vraiment qu'il va faire son boulot, qu'il travaillera ses sujets, pas comme certains, suivez mon regard.

Et je pense franchement qu'on n'a pas de souci à se faire pour son sarkozysme, qu'il n'entretient pas comme un rosier,

il est de ceux qui ont su garder leur libre-opinion.

Pouvoir enfin regarder une émission littéraire à la télé, c'est une des meilleures nouvelles de PAF qu'@si ait su nous donner.


http://anthropia.blogg.org
Personnellement, quand j'ai entendu Demorand arriver au 7-9 devenu le 7-10 , que j'écoute chaque matin, je me suis souvenue des chroniques de Guy Carlier dans la même émission tout de suite avant les vacances. Il y expliquait comment on lui conseillait fortement d'arrêter ses attaques humoristiques contre Imperator. Jusqu'au moment où il s'est tiré (Guy Carlier, pas Imperator, ç'aurait été trop beau).
Et ceci quelques semaines après qu'on ait changé leur directeur (dont j'ai oublié le nom) parce qu'il n'était pas assez sarkozyste. La presse s'en était fait l'écho.

Alors, je me suis souvenue de mon adolescence et du gaullisme et post-gaullisme triomphants. Elkabbach ne nous disait pas : Je suis pro pouvoir. On le devinait à travers les circonstances.

Comment un directeur qui a été mis à un endroit parce qu'il était sarkozyste pourrait mettre un animateur qui ne serait pas pro-pouvoir ? C'est absurde.
Il est peut-être bon, c'est indéniable. Mais il est conforme à la doxa sarkozyste et libérale. Autrement, il n'y serait pas. Point. A nous d'entendre entre les lignes.

Et effectivement, il ne nous fera pas connaître la Princesse de Clèves. A nous de chercher dans les bibliothèques, chez les bons libraires, et sur les sites de confiance sur internet.. Mais ce n'est pas nouveau.
Je ne voudrais pas briser une si belle unanimité..
Moi aussi, j'aime beaucoup Monsieur Nicolas Demorand. Comme il a travaillé aux inrockuptibles, c'est un vrai rebelle.
N'a t'il pas dit l'autre matin, à l'antenne de France-Inter, face au leader de F.O. : "le raisonnement qui semble logique et de bon sens et qui consiste à dire nous vivons de plus en plus vieux, il est donc normal de travailler de plus en plus longtemps.» puis «on travaille plus dans d'autres pays, la France resterait donc une exception ?»
http://www.marianne2.fr/Le-virus-du-bon-sens-liberal-se-propage-apres-Aphatie,-Barbier-et-Demorand-!_a87436.html

On a tous pu constater que la matinale sur France-Culture qu'il animait lors du référendum européen était un modèle d'équilibre entre les partisans du oui et du nom

Enfin,
"En mars 2004, Laure Adler renvoie de France Culture Miguel Benasayag, « trop militant, trop engagé ». Miguel se souvient : « Le jour où je me suis fait virer, Nicolas Demorand, comme un petit Judas de sous-préfecture, m'a fait la bise et m'a dit : “Va à ton rendez-vous avec Laure. Il n'y a aucun problème ma poule, nous restons groupés.” [...] Après, il a eu cette charmante attitude que j'ai bien connue en Argentine qui consiste à regarder ailleurs pendant que les gens disparaissent. » Pierre Marcelle, qui pourtant connaît bien Serge July, a été stupéfié par la bassesse de son héritier spirituel. Il y a deux ans, il qualifiait Demorand de « caniche » et pronostiquait : « D'avoir ainsi fait salement son sale petit boulot de vigile de la pensée, son employeur lui saura gré. "

Voir :
http://www.leplanb.org/laisse-d-or/la-laisse-dor-nicolas-demorand.html
J'écoute Nicolas Demorand tous les matins sur Inter et notamment dans la partie "invité" il n'a jamais démenti son indépendance, son intelligence et sa pugnacité. J'espère seulement qu'il va conserver ce 7-10 qu'il a si bien su façonner et que la télé ne va pas nous le gâter. La polémique c'est pour les jaloux et les paranos. Moi je me réjouis de l'entendre me parler de livres !
Pour ma part, je suis extrêmement surpris de la petite formule: "comme il est normal pour l'actionnaire"!

Heeuuuu.... fort bien! Mais en l'occurrence ce n'est pas du tout l'Élysée l'actionnaire en question, mais l'État. La nuance n'est pourtant pas si subtile que ça, il me semble, pour échapper à un professionnel de la politique.
J'avais, très naïvement sans doute, le sentiment que les choses s'étaient beaucoup clarifiées depuis le quatorzième Louis et son "l'État, c'est moi" !!! L'esprit de 68, celui qu'il faut vraiment revoir, c'est 1668....
L'indépendance d'un journaliste comme Demorand par rapport au pouvoir, elle se mesure notamment à l'agressivité du candidat à la Présidence un jour d'interview dans le 7-10 de France Inter (pas longtemps après le meutre d'Anna Politkovskaia qui avait bizarrement inspiré N. Sarkozy).

Demorand n'est pas nouveau sur les creneau des emissions culturelles (une faite sur Arte, il faisait egalement des personnes pressenties pour assurer le creneau de Taddei).

Qui echangerait un tonneau de Taddei ou de Demorand contre un baril de Benamou ?

Tant que le service public aura à gerer ce type de probleme, avec des animateurs defendant ce degre d'exigence, il ne se portera pas mal.
Moi je l'aime bien Demorand. Et tout plutôt que Durand.
Qu'est-ce Sarkozy connaît de la culture, à la litttérature ? Il s'en fout. Il n'a sûrement pas un avis.

Et à la place de Picouly et Demorand, je fais ma première émission sur la Princesse de Clèves, et aussi, j'invite Judith Bernard.
Il n'empêche que Demorand est très bon, très bon en interview, pugnace et documenté (pour ce qui est de ces itw politiques sur Inter) et ses émissions culturelles TV basées également sur des itw étaient passionnantes. Dommage que la polémique touche ce garçon qui sort un peu du lot à la télé et à la radio !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.