63
Commentaires

Ecotaxe, Roumains : tempête (s) sur la Bretagne

Elle est taquine, l'insurrection. Elle ne vient jamais où on l'attend.

Derniers commentaires

Qualifier en permanence ces taxes d’"écologiques", n'est certainement pas la meilleure manière de communiquer l'étendue et urgence du problème ... :
http://blogs.mediapart.fr/blog/yt75/030713/transition-energetique
(c'est à dire le fait que même si l'on préfère la valse des étiquettes financières, la crise est surtout un monstrueux choc pétrolier qui ne fait hélas que commencer).
Pour info :
http://www.francoisdelapierre.fr/bretagne-labattoir/
Personne pour faire le lien entre cette révolte et le peak oil?

De meme que peu (pas) de journalistes n'a fait le lien entre les révoltes arabes et..... le peak oil...

Et que penser de la corrélation forte entre la crise des subprimes et la montée du prix du ... pétrole?
Je ne reviens pas sur l'écotaxe mais sur la question des roumains : Il me semble qu'on fait l'autruche en refusant de considérer l'immigration comme l'une des armes utilisées à dessein par certaines entreprises pour précariser encore davantage les ouvriers et faire pression sur les salaires.

N'oublions pas que le PCF, qu'on aurait du mal à taxer de parti fasciste ou xénophobe, tenait un discours anti-immigration il y a une trentaine d'années : http://www.youtube.com/watch?v=nsCaoc-FuiA - Et il ne s'agissait pas d'une stratégie électorale visant à contrer la montée du FN, qui ne représentait absolument rien à cette époque.

Depuis lors, le FN est devenu ce que l'on sait, et le PCF s'est coupé de sa base électorale et de ses racines ouvrières pour courir après les jeunes, les diplômés, certains bobos. Le PCF d'aujourd'hui - comme une immense partie de la gauche - est tellement effrayé à l'idée d'être comparé au FN qu'il en oublie une partie de ses analyses passées concernant l'immigration, alors qu'elles étaient basées sur des considérations radicalement différentes de celles qui motivent les prises de position du FN sur ce même sujet.

Il me semble que ces considérations mériteraient d'être (ré)examinées et analysées sans parti pris et sans préjugés.

A toutes fins utiles, je me permets d'inclure quelques précisions : non, l'immigration n'est pas l'unique raison de la situation de l'emploi en France aujourd'hui, ni plus largement le seul facteur susceptible d'expliquer la situation économique de notre pays - l'évasion fiscale représente à elle seule un coût bien supérieur à celui de l'immigration.

Mais par ailleurs - sinon pourquoi se poser la question de la réduire - il ne semble pas que l'immigration constitue un facteur d'amélioration de la condition ouvrière dans notre pays.
"N'oublions pas que le PCF, qu'on aurait du mal à taxer de parti fasciste ou xénophobe, tenait un discours anti-immigration il y a une trentaine d'années"

On peut aussi penser qu'ils ont compris entre temps que le discours anti-immigration dévie le regard vers les populations, plutôt que vers le système qui opprime les peuples.

"il ne semble pas que l'immigration constitue un facteur d'amélioration de la condition ouvrière dans notre pays"

Inversement, stopper toute immigration n'améliorerait pas non plus la condition ouvrière dans notre pays. Si on ne peut plus exploiter le bas peuple en france, installons nos usines en roumanie…

Bref…
Outre les précisions (exactes par ailleurs), ce qui me gène c'est de pointer l'immigration comme un problème. Pour être exact, il faudrait dire que le problème, c'est la la mise en concurrence intra-européenne des systèmes socio-productifs qui permet à des patrons d'employer des salariés roumains en France avec des salaires de roumains.

C'est à mon avis un problème tout à fait différent de ce dont parlait Georges Marchais à l'époque, pour qui les mains n'étaient pas liées par l'Europe et ses traités.

L'amélioration de la condition ouvrière, à mon sens, n'est possible que dans un pays qui contrôle ses marchés et ses douanes. Et c'est précisément de cet argument que nous avons laissé le FN s'emparer (ce qui je pense est une catastrophe totale). Sauf que pour eux, les douanes sont faites pour les gens, pas pour les produits.
Les Roumains en question ne sont pas immigrés, ils sont détachés. Malgré les efforts des employeurs de l'Ouest pour préserver les apparences légales, leur salaire, leur protection sociale et leurs conditions de travail sont ceux de leur pays d'origine. Autrement dit, on en est arrivé à délocaliser l'immigration.
Votre analyse me semble un peu courte même si je vous suis sur l'idée principale.

La problématique, ce sont les conditions sociales dans lesquelles les immigrés sont employés : salaire, temps de travail, défense de leur droits, etc. ce qui conduit, si elles sont plus défavorables, comme souvent, à faire pression à la baisse sur les conditions du reste des travailleurs.

A cet égard, en effet, certains patrons en profitent (sans doute particulièrement dans les cas de travail au noir). Le fait qu'il existe un cadre légal permettant ces pratiques est en effet à mon sens particulièrement scandaleux et sans aucun doute très nuisible à la condition ouvrière. Ceci dit : pas que les ouvriers, ceci se pratique aussi parfois pour des ingénieurs...

Ce que vous dites du PCF est sans doute le moins convainquant. Le raccourci disant que le PCF a perdu sa base électorale à cause de son discours sur l'immigration me semble historiquement faux, sa décrue étant bien antérieure (quant au fait qu'il court après les bobos, là il y a peut-être confusion avec le PS ?).

Ceci étant dit, on retrouve cette double tenaille du néo-libéralisme (je crois que c'est Lordon qui disait ça mais je suis moins brillant pour expliquer) : d'une part ouverture de la concurrence généralisée (ici entre travailleurs) et d'autre la contrainte actionnariale, c'est à dire la part des bénéfices de plus en plus importante qui va aux actionnaires aux dépens des salariés.
La directive détachement, ça ferait un super sujet d'emission, non ?
Un autre éclairage sur le sujet par Jaques Sapir:
http://russeurope.hypotheses.org/1643.

La Bretagne subit de plein fouet la concurrence de l'Allemagne qui paye des ouvriers à 5€ de l'heure.
L'écotaxe produit des absurdités - pas de taxe pour les transports en avio
Un élément non aperçu par vous : la Bretagne bénéficie d'une exemption sur toute taxe de transport (il n'y a pas d'autauroutes payantes en Bretagne) depuis ... la cession de la Bretagne à la France par Anne de Bretagne. Cela faisait partie des conditions à la réunion de la Bretagne au royaume de France. Les Bretons ont toujours été chatouilleux sur cette clause. Le Général de Gaulle a eu la sagesse d'en tenir compte.

http://www.revolte-papier-timbre.com/liberte-armorique/
http://suisse.gwalarn.org/mapage/le-trait-de-1532.pdf
http://webselection.over-blog.com/article-271235.html

En la matière les savoyards se sont fait autrement flouer : https://fr.wikipedia.org/wiki/Annexion_de_la_Savoie
On est dans un monde bizarre tout de même. D'un côté, on crée l'écotaxe dans le but de modifier l'activité économique vers un plus faible usage des transports routiers ; donc l'effet immédiat attendu est de pénaliser toute activité économique trop dépendante du pétrole. Les médias devraient dire géniale ça marche, il faut pousser vers une reconversion ces secteurs, au prochain choc pétrolier ils auraient disparus. Ben apparemment non c'est un scandale. Vous êtes sûr que la France est le pays des Lumières, de la rationalité, de tout le tintouin. Bah après tout qu'il supprime l'écotaxe, j'attends avec impatience la révolte au prochain choc pétrolier, vu les fiances de l'état, la Bretagne aura le privilège de voir son tissu économique décimé.
combien de jacqueries avant le grand soir ?
On peut noter aussi que personne n'a à redire sur les salariés européens (qui ont vocation à retourner dans leur pays ?) d'origine roumaine...
Dumping salarial grâce à l'U.E., travail au noir, les patrons ont toujours plus de droits que leurs salariés, syndiqués ou non. Et puis, la castagne entre GAD Et GAD, cette belle "désolidarisation par la castagne" montrée dans tous les media va certainement contribuer à alimenter la rumeur "la France a peur"...
Mais de quoi bon sang ? C'est du MEDEF et de ses "collabos" qu'il faut avoir la trouille. Ce sont leurs malversations et manoeuvres en tout genre qu'il faut montrer.
Ouais... mais qui a remarqué que les révoltés bretons portent, comme leurs ancêtres - un autre temps -, des "bonnets rouges" ? Une allusion évidente à ce que chacun, à l'extrême ouest, connaît bien. Mais que dans nos "campagnes", désormais, tout le monde ignore uniquement préoccupé de "zones sensibles".
allo?
Les syndicats?
Le Paon?
La CGT?
etc...
J'ai pu regarder sur ytb, pluzz et hier soir en direct les trois épisodes sur France5 de "Dans le secret des Conseils des Ministres". Très fait bien et très intéressants.

Quoi? La Bretagne?! C'est vrai, l'image de l'écologie leur va si bien... Oui, oui. Sachant que l'écotaxe est répercutée sur le consommateur, tout comme la TVA, des employés qui se battent pour le patronat, ça m'émeut. On a eu le poissonnier avec son essence qui coûtait 30 centimes le litre de gazoil sous l'UMP, il nous manque l'agri sous perfusion de la PAC pour le PS.
Et Notre Dame des Landes, les luttes de longue date, la lutte, la solidarité, le non à cet aéroport/grand projet inutile voulu par un certain Premier Ministre et Vinci... des militants condamnés par une justice à la botte...
z'ont oublié volontairement ou pas, Libé ? Trop à gauche, trop anar, trop FdG, trop ACIPA, trop ZAD...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.