22
Commentaires

(((Echoes))) : comment des néo-nazis américains ciblent les Juifs en ligne

Six parenthèses, et des tombereaux d'insultes. Aux Etats-Unis, des militants néonazis ont pris l'habitude d'utiliser un code à base de parenthèses pour repérer et harceler en ligne des personnes juives. Alors que la riposte s'organise, plusieurs journalistes, visés par ces campagnes d'insultes et de menaces, racontent.

Derniers commentaires

très intéressant . merci
annulé.
Et donc Woody Allen avait raison. Hélas.

Du coup j'ai envie de bannir les parenthèses de mes claviers.. quoique non, car je suis moi-même entre parenthèses dans la vie et le fait qu'on pourrait m'en rajouter me met dans une position bien protégée de la connerie de ces gens, une triple protection contre leur débilité, comme un triple paratonnerre, et j'encourage aussi tout le monde à s'entre-parenthisés quelle que soit leur origine du moment qu'ils soient tout sauf ce que ces fachos sont, ce qui fait qu'à la fin il n'y aura plus que ces cons qui seront tout nus, sans parenthèses, sans rien pour cacher leur bêtise puisque maintenant à la suite de Donald Trump ils osent dire tout haut ce qu'avant ils se cachaient pour dire tout bas, allant même jusqu'à user des parenthèses pour se faire comprendre sans le dire.

Signé (((DétecteurdeVérité)))
Putain d'epoque....
Éteignez Twitter, les enfants... Éteignez Twitter.
Pas sûr qu'il soit malin de s'auto-tagger comme opposant aux nazis : ça leur rend service.
(Avec une telle pratique, un scan des tweets combiné avec une expression régulière peuvent leur permettre de faire des listes de leurs opposants, et vu qu'ils ont des notions en informatique...).
Une meilleure idée serait de tagger les néonazis avec des parenthèses pour qu'ils se prennent dans leurs propres filets.

Bel article, bravo.
quel manque de créativité ils auraient pu choisir des ****
La polémique s'est développée ces derniers jours car le navigateur Google Chrome proposait une extension qui rajoutait automatiquement les fameuses parenthèses sur toutes les pages consultées en fonction d'une base de noms de personnalités juives ou supposées telles par le(s) développeurs.
http://www.itwire.com/your-it-news/apps/73180-google-removes-chrome-extension-targeting-jews.html
des références aussi explicites aux nazis ne risquent-elles pas de se retourner contre Trump?
Sans doute des étudiants traumatisés par (((LISP))), les pauvres chéris.
Bel exemple de riposte intelligente.
Merci (((Justine Brabant))) !!!!


pardon pardon pardon
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.