250
Commentaires

Duflot : "ministre, j'apprenais les décisions par les alertes du Monde"

Comment se raconte Cécile Duflot, voyageuse dans le monde au pays des désillusions, pays très fréquenté actuellement ? Nous avons posé la question, dans une première partie, à l’ancienne ministre de l’Egalité des territoires et du logement qui a publié, fin août, un ouvrage revenant sur ses deux années passées dans l’étrange pays de la république hollandienne. Dans une seconde partie, nous revenons sur la loi Alur (Accès au logement et pour un urbanisme rénové) pour décortiquer la façon dont se fabrique – et se déconstruit – une loi sous Hollande avec, comme invitée, Laurence Allard, journaliste du Point et spécialiste des questions de logement.

Derniers commentaires

Mais Cash ç est pas de la télévision. Ç est fouillé, précis. Ça révèle les contradictions, pose les bonnes questions, s'appuie sur du bon sens, déjoue les pièges des spécialistes en enfumage, les pro de la com (n'y voie pas encore une menace fasciste dans l expression enfumage), et j'ai toujours l'impression que dans cette émission d'asi... bref cash ç est malin et ça te ferais du bien.
Eh bien vous avez le qualificatif acerbe, qu' est ce que ç est de ne pas être d accord avec vous, des accusations nouvelles à chaque commentaire. Ce que je retiens ç est qu on ne peut pas discuter avec vous si on n abonde pas dans votre sens. J ai pas accusé sans preuve j ai cité cash investigation que vous avez vu aussi.
Quand DS demande à la journaliste du Point pourquoi elle n'a pas interrogé Duflot quand elle était en poste, on peut être étonné par la question, connaissant le verrouillage de la communication de tous les ministères sans exception. Qu'aurait t-elle dit de plus que les communiqués officiels ? Cela dit on retient de l'emission que la libéralisation des prix des loyers n'a rien apporté dans le passé, que le poids des lobbies de l'imobilier est très important et que rien ne peut préjuger des lois "Duflot", dans un sens ou dans un autre. On n'est pas plus avancé au final ...
Vous revenez un peu sur vos positions il me semble. J ai jamais accusé les ouvriers, ni tous les politiques, faire comme si on était pas en opposition ça va être difficile parce que les insultes ç est vous qui les avez envoyer après ç était peut être un trait d humour. Ç est pas du Poujadisme j essaie juste d être citoyen je n exprime pas de haine juste un ras le bol. Pour faire de la politique faut respecter les électeurs ç est la règle de base en démocratie si vous voulez être élu, ce que je reproche à Mme Duflot: le foutage de gueule, les règles ç est bon pour vous pas pour moi. Encore une fois j exprime un mécontentement et non une haine, après on est en démocratie, je lui donnerai pas ma voie. La preuve qu elle est pas prête sa loi est entrain de se faire démonter si elle était resté au gouvernement elle aurait pu faire autorité, mais la absente plus d écolo en conseil des ministres, alors après l écouter se plaindre du grand méchant lobbie de l immobilier. L empreinte eelv sur les lois en France ç est zéro pour l instant. En tout cas elle a pas raté sa rentrée avec son livre. Vous citez votre exemple de pôle emploi (ça n à pas l air de vous choquez au passage) et comment voulez vous que ça change si en haut ça ne suit pas.
À RDB je ne voulais pas vous repondre mais je vous invite à regarder cash investigation formation professionnelle le grand déballage. Vous verrez votre édile avoir du mal à justifier sa présence à une tribune et une formation professionnelle. Ensuite que Vincent Place ait été à la tête du cegis pendant dix ans ç est vrai que ç est pas une preuve mais on peut comprendre à quoi cela à servi. Le tweet maladroit de son compagnon sur Valls le lendemain de langues diffusion montre le malaise qui il y a pour les verts à les montrer entrain de se financer avec l argent de la formation continu. Argent que chaque salarié verse chaque mois formation qu on ne récupère pas tous les ans. Alors forcément quand je vois Duflot dans Asi avec son nouveau livre pour balancer sur Hollande et les autres je me dis en moi même que ç'est pas là dessus que j aurai aimé l entendre. Ç est vrai ç est pas sulfureux comme Bygmalion ou Cahuzac, ç est moins médiatique, l argent des salariés, il est pris chaque mois sur nos salaires et on peut rien faire pour empêcher ça, on devrait pouvoir en bénéficier quand on voit à quoi il sert, quand on voit que des politiques s en servent. Voilà la pilule est amer, on peut juste le dire mais quand on le dit on doit encore subir vos propos méprisant, l'air de rien, étant asinaute de base je ne peux pas comprendre un reportage sur France2. Je sais bien ce que j ai vu, après que vous n'y croyez pas ça vous regarde. Je ne reviens pas sur vos insultes elles parlent pour vous. Je ne vous salue pas.
Dans la série "on marche sur la tête", après la journaliste du Point qui trouve logique qu'elle ait des aides pour acheter un appart pour loger ses enfants, l'émission Capital du 7 septembre interviewait en mode flouté un bénéficiaire de logement subventionné gagnant très bien sa vie qui reconnaissait avoir obtenu son logement grâce à un passe-droit.

Un chiffre était aussi articulé sur le nombre probable de bénéficiaires dans son cas, mais je ne me souviens plus très bien (20'000 pour Paris ?). Ça ne peut évidemment être qu'une estimation à la louche, mais c'est tout de même révoltant.
Tiens, Dubois est sorti du bois pour revenir poster, mais il n'a pas eu le temps de répondre au mel que je lui ai envoyé pour prouver que ses soupçons de bidouille à l'encontre de mon fils et moi étaient sans fondement :

« Désolé MATL mais ya quelque chose qui sonne faux dans votre histoire. »

Et surtout :

« Moralité: méfions nous des cigales au masque de fourmi »

M'a l'air franc comme un âne qui recule, ce gazier.
[quote=Romain Desbois]"mais laissez tomber, ces cons n'en valent même pas la peine. Laissez les dans leur merde"
Conseil superflu!
Madame Duflot, les personnes qui consacrent un peu plus de 40% de leurs loyers dans leurs revenus, en consacrent en fait 50 et + !!! Mais *¨0=££6?/§" cette langue de bois !!! C'est fou, délirant !!!

Mince alors ! C'est quoi cette langue de bois !!!


* Je précise que, mon "agacement" pour être polie, ne vient pas d'une personne vivant à Paris ou région parisienne.
** Je précise aussi que je ne m'insurge jamais pour mon cas personnel ! Ici, c'est du délire !!!! Nous ne pouvons plus nous loger ! Tout est fait pour les "vacanciers" !!! ... et nous, on va creuver dans les fossés, hors la vue de l'acceptable ???



*** Ah !!! Madame est agacée ... ppffff !!!


**** Bon, je coupe cette pantomine !
Pourquoi, il y a une semaine, alors que je m'inscrivais sur "twitter", en réponse à l'invite d'une ami, alors que j'ai renseigné le mini mais vraiment le minimum en ce qui me concerne lors de mon inscription qui suivi , le contact de Cécile Duflot m'a été proposé ?... Question détournée rapport aux dires de Madame Duflot à 25mn de diffusion (et un peu avant) ... ne proclame-t-elle pas être vierge rapport à tout celà ?...


* oui, j'avoue, vierge est une pique ...
Du bonheur à l'entendre parler librement - sauf les coupures de Daniel, un peu trop agaçant parfois.
Daniel, quand vous avez une invitée intelligente et mesurée, ce n'est pas reluisant pour vous d'essayer de la contenir dans un format rigide. Laisser l'invitée s'exprimer. Vous en serez d'autant plus éclairé. Ce n'est pas comme si vous aviez un format télé à respecter, n'est ce pas ?
La "journaliste" du Point était désagréable, avançant des attaques télécommandées.
Ca aurait été plus intéressant d'avoir quelqu’un d’intelligent en face de Mme Duflot, en accord ou pas, avec des informations, sans la propagande.
Je retiens que Mme Duflot a réalisé un travail nécessaire, logique et raisonné, et que ce gouvernement est une déception presque totale...
La première partie m'a un peu agacée, CD est certainement nettement moins naïve qu'elle ne veut le laisser entendre. Je pense à Cahuzac.
Hollande et les "sans dents", des faits, rien que des faits et toute la politique qu'il mène, l'émission sur le logement en est une bonne démonstration, tend à laisser penser qu'il se moque pas mal du sort "des plus démunis". Alors elle ne l'a pas perçu ainsi mais les faits sont têtus.

La suite est nettement plus intérresante même si elle ne va pas assez loin, j'aurais trouver intéressant de comparer le coût pour les finances publiques des aides offertes aux investisseurs privés par rapport au coût pour le même état de la construction de logement social.
Peut-on connaître le montant des niches fiscales accordées aux investisseurs privés ?
CD m'a nettement plus convaincue que d'habitude.
Donc l'équipe d'ASI aussi, de même que l'invitée, reprennent l'expression "déclarer ses impôts"? Intéressant.
(C'est encore une atteinte aux diptères, pardon…)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Une des choses que je retiens de cette émission, c'est l'incroyable cécité d'une journaliste par rapport aux moyens de production de son propre travail - parce que je pense Laurence Allard sincère, j'ai trop souvent vu cette réaction désemparée lorsqu'on aborde les intérêts qui structurent une ligne éditoriale.

Elle est capable, lors d'une phrase, de soutenir qu'elle prend le point de vue de tous les acteurs du logement, notamment les locataires pour juste après, lorsqu'on lui objecte que ses papier prennent quand même le point de vue de propriétaires, répliquer que c'est tout à fait normal puisque ses dossiers parle d'investissement.

Quant au financement de son journal, puisqu'elle écrit ce qu'elle veut et qu'un patron de l'immobilier ne la convoque pas pour lui cracher la fumée de son cigare au nez en lui disant qu'elle ne pourra plus jamais travailler si elle continue comme ça, c'est que ce financement n'a pas et ne peut pas avoir la moindre influence sur la politique éditoriale (au hasard le choix de ne faire que des dossiers sur le logement en tant qu'investissement et le choix de journalistes qui le font efficacement et sans états d'âme).

Tout cela est tellement bien intégré qu'elle ne le voit même plus.

Ca reste ahurissant.
(puisque la question n'est pas là) Cécile Duflot : je m'étais laissé berner par le grotesque bruit médiatique, et je découvre une femme, politicienne, intelligente, engagée, que j'ose qualifier de sincère. Cécile Duflot présidente de la VIème, épicétout.
Une émission sur les pauvres ? En voilà une riche idée.
+1
Mme Allard, il faudrait l'inventer si elle n'existait pas !
elle est journaliste et ses articles sur le logement, d'après ce qu'elle dit,
elle les fait à partir de ses lecteurs ( du Point ), de ses enfants ( son entourage ) et du milieu
de l'immobilier avec l'hisoire de la confiance: quelle objectivité;
cette journaliste pourrait avoir un panel + large pour faire
ses articles sur le logement et des lectures + ouvertes et une analyse, non ?
on peut comprendre pourquoi tout changement dans ce pays est quasiment impossible
en dehors des lobbies et des journalistes qui les relaient ;
la loi ALUR avec ou sans Duflot a gêné car l'immobilier aurait dû faire + de boulot : produire
des papiers en temps voulu ( pour défendre les locataires et acheteurs ), les contrôles de
l'ALUR n'étant guère plus contraignant que ceux des lois précèdentes Robien, Besson, Scellier ...
mais on préfère l'argent facile, pas de papiers et après vous avez les enmerdements;
fournir des papiers ce n'est pas une usine à gaz c'est FAIRE SON BOULOT;
on ne devrait pas acheter un logement comme on achète 1 kg de pommes de terre, non ?
je connais le Scellier et il y a peut-être une chose qui a échappé à Mme Allard: dans la loi Scellier vous n'avez
qu'à acheter( au prix fort car les vendeurs au courant des exonérations d'impôts en profitent un peu pour maintenir
un prix fort ), pas de papier d'information sur la loi car nul n'est censé ignorer la loi;
MAIS
le prix de location est fonction d'un prix de location au m2 DECIDE REGULIEREMENT;
c'est-à-dire que des propriétaires ont acheté un bien immobliier avec Xeuros de location / m2 en 201x;
puis changement de locataire, changement de bail : prix de location de Yeuros/m2 en 201y et 20% en moins sur le prix;
voilà c'était pas dit mais ça arrive, avec le Scellier vos loyers peuvent baisser de 20% !
( le prix de location au m2 pour le Scellier est national );
donc la aussi Mme Allard la confiance ne devrait pas être car vous n'êtes même pas prévenu de la baisse du rapport de
votre investissement: ça dépend complètement de ce prix de location au m2 décidé régulièrement;
donc vous voyez la confiance ce sont les lobbies relayés par les médias qui font que ;
Mme Duflot a raison sur un point : le logement ( un toit ) est un besoin fondamental; Mme Allard + vous aurez de mal logés
+ il y aura de problèmes mais ça, ce n'est pas compté dans la rentabilité, dans l'offre etc etc
Mr Valls fait comme pas mal de journalistes, du copier/coller , pas de valeur ajoutée mr Valls !
si, une valeur négative : rajout de moins de frais de succession pour ceux qui achètent un bien pour leurs ascendants:
injuste !
encore une niche fiscale pour un gouvernement qui voulait les diminuer;
d'autant que la baisse des droits de succession si ce sont pour les ascendants cela ne sera pas pour demain dont ce n'est
pas à l'ordre du jour, débile mr Valls;
en fait je remarque que les principaux changements d'ouverture de ce gouvernement ont été fait par des FEMMES:
Taubira, Bertinotti pour le mariage pour tous et Duflot pour le logement pour tous;
c'est ce dont un pays comme la France a besoin, du changement vers l'égalité des citoyens et non pas vers peu de riches
et de + en + de pauvres
j'aimerais qu'ASI fasse une émission sur les "pauvres": pourquoi ce mot fait peur et est tabou, quand est-on "pauvre", qu'est-ce que la pauvreté et sur la peur du déclassement et le déclassement et ce que cela engendre;
Cette émission m'a passionnée. D'abord, parce que Duflot explicite les arrière plans de la loi ALUR. Et qu'on découvre une réflexion solide derrière. On découvre aussi beaucoup (trop?) de "pragmatisme" chez une ministre qu'on a voulu nous présenter comme une khmer verte, une idéologue le couteau entre les dents. Surtout, on assiste à une mise en évidence impitoyable de la force des lobbies, et de leur volonté d'user de TOUS les moyens pour parvenir à leurs fins, qui sont (ici) la volonté de maintenir l'immobilier en tant que territoire de spéculation aussi rentable (et plus sûr) que celui de la bourse. Mais comment on va se débarrasser de ces vampires, qui spéculent sur notre vie même, la bouffe, la terre, les médocs, le logement...

J'ai adoré la répétition du mot "incertitude" appliquée au pauvre propriétaire, incapable de prévoir jusqu'à quel point il pourra saigner son locataire. J'ai adoré la comparaison avec le livret A: aucune incertitude, en effet, 1% garanti: qu'on fasse pareil avec les propriétaires immobiliers, qu'on leur garantisse, pour mettre fin à cette douloureuse incertitude, un rendement à 1% de leur investissement. Chouette, je vais pouvoir louer une maison de 600.000 euros pour 500 euros par mois, elle est pas belle la vie?

En même temps, je crache pas sur les proprios. Pour en connaître quelques-uns (des "petits" hein...) je sais que leur "incertitude" la plus douloureuse en ces temps de misère, c'est le locataire qui ne paie pas, qu'il soit de bonne ou de mauvaise foi peu importe, et qui finit par déménager à la cloche de bois sans prendre la peine d'officialiser son départ (ou sans oser): emmerdements garantis pour le propriétaire qui doit faire des démarches spécifiques pour récupérer enfin un appart vide depuis longtemps. Or, bizarrement, sécuriser cet aspect-là n'intéresse pas du tout la dame du Point: on voit bien que sa "clientèle", ce ne sont pas les petits propriétaires sur lesquels on nous fait pleurer, mais les très gros, ceux qui financent son journal avec leurs pages d'annonces gigantesques.
[quote=philippe 93]Cécile Duflot est une politicarde, rouée à la vie des appareils politiques,
Ouais, bon, en même temps, un élu qui ne serait pas "roué à la vie des appareils politiques" a dans ce milieu là une espérance de vie inférieure à celle d'un mec qui se promènerait en bordure d'une autoroute, et la traverserait inopinément de temps en temps. Ce genre d'argument m'amuse toujours. Dites-moi si je me trompe, mais il est trèèèèès souvent utilisé contre les femmes. Voire uniquement.
Tiens, c'est marrant, la nouvelle ministre Pinel a exactement la même élocution que Valls (vers 48'). Encore des cabinets de consultants qui s'en mettent plein les fouilles.
@RDB une évidence quand on laisse voit ça peut se comprendre, faire mine de ne pas la voir ça devrait mériter discussion. Mais vous avez réglé le pb en utilisant les mots furher et inquisition dans un commentaire à mon égard vous montrez que vous ne voulez pas débattre. Alors je vous dis bon vent je n'attend pas de réponse de votre part et je ne répondrai pas à votre prochaine provocation si provoc' il y'a. Je vous laisse les derniers mots pour bien vous défouler. Allez à toi mon grand fais toi plaize.
Tant qu'on ne réformera pas la Constitution afin d'instaurer :

- une véritable séparation des pouvoirs (exécutif, législatif, judiciaire et... médiatique),

- une réelle indépendance de ces quatre pouvoirs, afin de les mettre à l'abri du lobbying des entreprises et de la finance,

- un authentique contrôle citoyen pour éviter tout contournement de ces deux dispositifs,

on pourra voter tout ce qu'on veut, rien ne changera vraiment.
Cécile Duflot est une politicarde, rouée à la vie des appareils politiques, qui a su "tuer" des adversaires pour sa carrière.
Elle fréquentait et connaissait les vilains travers du PS avant d'entrer au gouvernement.
La voir jouer les naïves dans la première partie de l'émission fait doucement rigoler.

Elle peut dire merci à Asi pour lui avoir offert cette tribune.
Y a des preuves. Un élu a reconnu dans le reportage que son nom avait été émarge sans qu' il soit présent à la formation. Si tu peux faire ça pour un tu peux pour dix.
Que leurs compte soit en règle soit, mais est-il normal d encaisser de l'argent pour une formation à laquelle des politiques n'assisteront pas. Dire que la formation continue des politiques est une priorité du cedis je n y crois pas. Ce qui est fatiguant ç est que des politiques se servent d'argent mise à la disposition des salariés pour se financer. Il n y a pas d enrichissement personnel malhonnête j en conviens mais ça reste choquant car c'est l'intérêt général qui en pâti.
J aurai aimé qu on lui pose des questions sur le financement de son parti. L émission cash investigation avait mis en lumière des pratiques frauduleuses. Il apparaissait que EELV via une entreprise détournait de l argent public prélevé sur les payes des salariés destinait à la formation continu des salariés.
Les responsables de ce parti n'ont jamais eu à se justifier de ces pratiques ni devant la justice ni devant la représentation nationale. La moindre des choses pour un responsable de parti aurait été de faire le ménage chez soi et de présenter des excuses publics.
Je suis mécontent de cette émission car si Cahuzac ajourd'hui est devenu infrequentable beaucoup ont encore le loisir de publier des livres qui font la rentrée médiatique sans que l on ose remettre en doute leurs travers. Monde de Tartuffe, se faire passer pour une personne de gauche défenseur des malchanceux quant en même temps on lui fait les poches. Même si sa loi était bonne il n'en serait rien sorti de bon, pas dans cette posture en tout cas.
Diriger c'est pas prendre à qui on veut selon son intérêt du moment. Diriger ça devrait se faire dans le respect des électeurs et l'intérêt générale.
Bon, ben, respect, Madame Duflot !

Je ne connaissais de vous quasiment que ce côté agaçant de l'égo blessé. Vous l'avez montré aussi, mais je découvre du fond, du travail, une vraie conviction de gauche que je ne soupçonnais même pas !
Enfin, conviction de gauche mâtinée de pragmatisme tout de même, il ne faudrait pas que la chèvre se sente lésée vis-à-vis du chou ! (petite vacherie gauchiste tout de même pasque bon…)

Allez, je vous l'avoue, je vous aime bien !
Excellente émission, technique mais très claire. Duflot y contredit tous ses détracteurs : elle est calme (voire blasée) et maîtrise son sujet sur le bout des doigts. La journaliste du Point s'est faite piétiner. À tel point que cette dernière nous plonge dans l'embarras en invoquant subitement sa fille et, par elle, tous les parents qui souhaitent aider leurs enfants dans la vie, persuadée que son "bon sens" parental sera entendu et légitimé par tous, sans percuter que sa gymnastique intellectuelle achoppe sur la notion d'équité : non madame, aider avec de l'argent public ceux qui peuvent déjà investir pour en faire bénéficier leurs éventuels successeurs n'est pas sans conséquence sur le bon fonctionnement d'une société.
Pardon, mais c'est une émission technique sur l'ex loi Duflot, pas une émission de décryptage des médias quant au traitement des cette loi, de son abandon...

A part le moment sur les annonceurs dans le n° spécial Immobilier du Point.
C. Duflot était insignifiante et agaçante en tant que personnage politique dans mon esprit... j'admets avoir eu tort, je vais définitivement arrêter la "grande presse".
moi je stoppe pour dire mon effarement quant à la naïveté affichée de CD.
Elle n'imagine pas un instant qu'un chirurgien thoracique (il me semble...) qui choisit l'implant capilaire (non remboursé par la sécu) c'est pour se faire un maximum de fric. Il renonce à guérir, à soigner, ce n'est pas rien et ça en dit très long sur le personnage. Un tel goût pour le fric, avec beaucoup de paiements en liquide, ça donne des idées !!! Il ne faudrait pas exagérer et payer des impôts qui permettraient de former des chirurgiens.
Daniel, prononcez encore une seule fois "Triervler" le nom de Valérie Trierweiler et je vous baptise définitivement "Schndermann" ! Juré, craché ! :o)

Ce message était le message le plus important de ce forum, on l'aura compris
.
sur la loi, je ne suis plus dans le métier depuis neuf ans (retraite) mais je pense que la FNAIM dans sa version gérance n'a pas la même opposition que les promoteurs… et faire marcher la construction comme c'était le cas avec les appartements Sellier pour des trucs qui ne sont pas louables, - mal situés, trop chers, vendus en faisant miroiter des loyers inconsidérés - ce n'est bon ni pour le logement ni pour les investisseurs…
quant aux abus, par contre, un certain nombre de choses pour lesquelles se sont étripées à l'assemblée : honoraires partagés entre locataire et bailleur, états des lieux gratuits sauf si intervient un huissier à la demande d'une des parties… c'est tout bêtement le comportement normal
Le principal défaut de cette émission, c'est son titre qui se voulait sans doute racoleur et qui a découragé un certain nombre d'abonnés de la regarder (encore des "petits secrets minables"), comme le montrent les nombreux commentaires de ceux qui ne l'ont pas regardée. Dommage car le sujet principal, le logement, est complexe dans ses articulations entre technique et politique, et l'émission ne fuit pas cette complexité. Au total elle est bien intéressante. Heureusement, les anecdotes sur le fonctionnement interne du gouvernement occupent une place très limitée.

Intéressant aussi de voir Laurence Allard osciller entre des sursauts d'honnêteté qui lui font reconnaître, du bout des lèvres, que certaines dispositions de la loi ALUR sont bonnes, et des moments, majoritaires, où l'idéologie revient au galop.
3 émissions très variées et passionnantes depuis fin août. Pour moi, la cuvée 2014-2015 s'annonce exceptionnelle, après un 2013-2014 plus ordinaire. Merci !
En ce qui me concerne, j'ai trouvé cette émission très intéressante.
Le découpage en deux parties est très agréable en termes de rythme, et puis cela permet d'aborder un sujet un peu en profondeur sans crainte des interruptions.
(Comme d'autres, je regrette que DS ne laisse pas les intervenants aller jusqu'au bout. Je me souviens d'un temps où il disait "on est sur internet, on a tout notre temps :-))

Contrairement à certains, il me semble que la première partie et les sujets abordés étaient réellement pertinents, et la distance de DS assez juste (en gros, il n'a pas cherché à pousser Duflot à la faute, mais a essayé de creuser). Le sujet de Trierweiler n'est un sujet people que pour ceux qui veulent bien le voir ainsi. Les réponses de Duflot m'ont semblé assez cohérentes et plutôt intéressantes. A la rigueur, cela aurait mérité quelques développements supplémentaires.

Sur la deuxième partie, comme tout le monde ou presque j'ai trouvé la journaliste du Point globalement pénible, sa "prestation" était une insulte au métier de journaliste (indépendamment de son opinion politique, qu'elle a le droit d'avoir à condition de ne pas s'en cacher). Par contraste, Cécile Duflot est apparue ultra pointue et hyper cohérente sur la plupart des points.

Sur l'ensemble de l'émission, Cécile Duflot m'a parue (très) convaincante. J'avais eu la même impression lors d'une "vieille" émission, du temps où elle n'était pas encore ministre. J'apprécie notamment la position "j'ai une idéologie, je le dis et je l'assume". Le gros problème avec elle, c'est qu'elle est hyper forte dans son discours (un peu comme Besancenot, d'ailleurs), et que ce professionnalisme éclabousse tout. D'un certain côté on (enfin, moi au moins) a envie de croire en ce qu'elle dit, et de l'autre il y a cette vieille réticence, née de décennies de défiance accumulée contre le personnel politique. Et les années au ministère pour Duflot n'ont clairement pas aidé à dissiper l'ambiguïté entre professionnalisme, sincérité et langue de bois. Je ne sais pas si elle parviendra à en sortir...
Chez les verts on a l'habitude de la trahison, de naviguer à vue, selon l'air du temps......je quitte l’émission après une minute..... la "sainte" Duflot me fais vomir !
Emission très instructive.

Magnifique la stipendiée des lobbies sans arguments face aux faits – têtus comme toujours les faits, destructeurs les graphes – que Madame DUFFLOT lui mettait sous le nez. Drôle le moment où Madame ALLARD dénonçant la "paperasserie" comprend soudain qu'elle montre qu'elle ne défend pas les accédants à la propriété (Soit disant ses chéris que de vilains idéologue vont brimer) mais les professionnels (Les bailleurs de fonds de son employeur). Edifiant de voir que cette "journaliste", "spécialiste du logement" au Point, "journal d'information", ignore l'existence d'une étude de 2011 sur l'encadrement des loyers qui ne vas pas tout à fait – comme c'est curieux ! – dans le sens des gens qu'elle représente (sert?). Les mêmes "journalistes" sans doute qui pleurent sur "le conservatisme des français", "l'impossibilité de faire des réformes dans ce pays", le problème du logement etc, etc…

Merci Madame DUFFLOT pour cette démonstration édifiante. J'ai le sentiment – il n'est qu'à voir qui s'en frotte les mains - que notre pays a perdu un ministre de valeur, c'est regrettable mais je pense que vous n'aviez effectivement plus rien à faire avec ces gouvernants (Au sens de la marine, ils tiennent le gouvernail et répètent les ordres – la barre à droite - signifiant ainsi qu'ils ont bien entendus) qui ne veulent que" le bien du pays et des gens qui y vivent"
Emission très intéressante, même si parfois un peu confuse et insuffisamment animée, avec Daniel Schneiderman qui ajoute parfois au brouillage. Une vraie vision politique de la part de Duflot (que je connaissais peu avant de lire son livre), et un insupportable discours idéologique de la part de Laurence Allard, qui joue sur les fins de phrases bouffées pour tenter de masquer un point du vue totalement "pro-investisseur", réduisant la question du logement aux intérêts des investisseurs, anônant de façon répétitive comme un mantra le discours le plus éculé sur "l'offre et la demande", reprochant à la loi Duflot de réduire la progression de la rentabilité de l'immobilier en oubliant complétement que celle-ci intègre déjà et de façon structurelle l'effet cumulé de l'explosion des prix de la décennie précédente.... (qu'elle reconnaît par ailleurs).

Intéressante intervention faussement naïve de Daniel sur le lien éventuel entre la fréquence des dossiers "immobiliers" auPoint (et dans les autres magazines) (et donc le poids des annonceurs du secteur) et les positions du journal.

Ne connaissant pas le sujet, et connaissant bien la tendance "usine à gaz" des politiques publiques, j'avais tendance à croire le discours médiatique critiquant la loi. On voit ici clairement à quel point cette critique a été construite par les lobbys de l'immobilier. Et à quel point il est lamentable de leur avoir cédé...

Dur, dur, de faire de la politique avec des convictions !
Très bonne émission. Le format de l'émission en deux parties est assez efficace. Cela permet d'avoir des discussions plus personnelles avec l'intervenant (par ces temps de crises morales).

La deuxième partie de l'émission me conforte dans l'idée qu'on ne fait pas de la politique à la volée. Chaque sujet semble d'une difficulté et d'une complexité profonde. Du coup, ça émousse beaucoup dans mon esprit l'idée d'une politique pragmatique ou par référendum, au cas par cas. Comment réussir à faire comprendre à la population les enjeux et la complexité de telle ou telle loi? Qui ferait l'effort d'expliquer en profondeur le sujet en 15 secondes au 20H alors qu'il suffit de brosser dans le sens du poil avec des "le problème c'est les feignants", "le problème c'est les exilés fiscaux". Peut-être que nous sommes condamnés à voter pour des tendances et des idéologies, en laissant aux technocrates la légifération et la mise en place de la tendance souhaitée par le peuple.

Arrêts sur images, je salue bien bas cette émission qui s'attaque aux détails d'une loi. C'est audacieux et très bienvenu par des temps d'information partielle, vulgarisée, vite produite et consommée.

Et je comprends mieux rétrospectivement l'attitude du parti des verts quand j'entends madame Duflot parler de la "Hollandie". Clairement personne de sensibilité de gauche ne pouvait accepter de participer à un gouvernement qui produisait un discours de celui de Valls sur le campus d'HEC. Faisant partie de circuits d'entreprenariat, j'ai tellement de choses aimables à dire sur ces gens qui se croient "l'excellence française" et le fer de lance de notre économie... On sera tous d'accord que la France est le pays des brevets et des innovations, merci HEC. Vivement dans trois ou quatre ans, quand vous aurez fini d'être remplacés par les écoles d'ingénieurs, vous ne servez à rien. (ça fait du bien de le dire).

Il est intéressant de noter que deux pays ont des prix du logement très abordables : l’Allemagne et le Japon. Il y a des bémols, le Japon était une zone de risque pour investir dans de l’immobilier (pour l’humidité et les séismes), et les allemands semblent ne pas avoir le salaire suffisant pour acquérir un patrimoine. Cependant, un calcul s’impose. Je peux acheter un appartement à environ 200.000 euros et le louer pour un loyer de 700 euros par mois. Pour rentabiliser mon investissement, il faudra compter 24 années, sans prendre en compte les couts d’entretien et le taux d’intérêt de l’emprunt. Il est absolument clair que les loyers ne servent qu’à l’entretien du bien, et que la vraie plus-value se fait à la revente… Un peu comme une obligation d’état ou un pantalon à une jambe en fait.
Extrait cocasse de Laurence Allard " ... L'encadrement des loyers .. c'est de dire : les propriétaires sont des méchants, ils abusent des locataires ..."

Et dire qu'une personne qui ose s'exprimer de cette façon est journaliste au Point !!!
Elle n'a strictement rien compris au fondement même de toutes civilisations qui doit régir et équilibrer justement par des encadrements ...

On entends de plus en plus ce genre de discours très juvénile de la part de personnes haut placées dans les médias et la politique, ça contribuent à la décadence des esprits et à l'élection de personnages aussi farfelus et grotesque que Sarkozy, Morano, etc ...
HAINE

Ces gentils écolos qui ont bouffé la soupe libérale jusqu'à plus soif avec toutes les couleuvres se réveillent?
Ils étaient pas là en fait, ils ne validaient pas ils disent. Ils veulent pas couler comme des rats avec le navire pourri qu'ils ont contribué à construire?
Je les HAIS.
Je me suis arrêté aux premiers aboiements du Point. En plus ce bruit obscène c'était vraiment trop!
Je la HAIS.

Duflot, c'est un bon coup pour @si, donc regardable, l'autre c'est du vent, un fond de l'air puant qu'on sent partout. A quoi bon l'inviter? A quoi bon continuer d'écouter ce truc?

Les écolos, vous pouvez toujours attendre ma voix que pourtant vous avez eu un jour, ce ne sera plus la peine de pleurnicher sur la "démocratie en danger", maintenant vous êtes grands, votre responsabilité dans le délabrement politique de la gauche est immense, et nous serons nombreux à nous en souvenir, vous pouvez couler, on s'en fout.

Courage, fuyons-les.
Je suis d'accord avec Duflot sur les documents à fournir par le syndic de copropriété.

étant responsable de la gestion d'un syndic, les potentiels acheteurs me demandent souvent les procès verbaux et autres documents avant la promesse de vente pour s'assurer qu'il n'y a pas de gros travaux de prévus (toiture, ravalement de façade etc.). Sauf que les propriétaires de mon immeuble sont surtout des investisseurs et ils ont ses réflexes. Alors que les primo accédants ou autres acheteurs n'ont peut-être pas ce type de réflexe.
Combien de fois Laurence Allard a-t-elle dit "etc." sur une émission de moins d'une heure et demie ? 40 fois ? 50 fois ?
C'est le tic de langage qui, par excellence, vient révéler le malaise face à une question qui dérange, et aussi l'incapacité à répondre avec précision... Comme on ne sait plus quoi dire, ou pas vraiment ce qu'on dit, on dit "etc.".

D. Schneidermann, vous faites ça dans chaque émission : interrompre brutalement vos invités, et les obliger à compartimenter leurs propos en petites unités de sujets pris les uns à la suite des autres, en interdisant toutes digressions (j'ai parfois l'impression d'être une petite enfant dont le papa découpe le steak en petits morceaux dans l'assiette parce qu'elle ne sait pas encore utiliser les couverts et qui lui fait des toutes petites bouchées parce qu'elle ne peut pas trop avaler d'un coup...). Il faut organiser le déroulement de l'émission, certes, mais pas au prix de la complexité du propos. Par ailleurs, s'il faut parfois pousser un invité dans ses derniers retranchements ou bien ne pas lui permettre des dérobades (et vous êtes très fort pour ça), je trouve que vous faites souvent aussi de l'excès de zèle et tuez dans l'oeuf des digressions qui auraient pu être intéressantes en interdisant aux invités de dérouler correctement leur pensée parce que ça ne rentre pas dans le plan que vous voulez donner à l'émission. Et ça, c'est vraiment très frustrant pour celui qui parle, j'imagine, mais aussi pour celui qui écoute ! Un peu plus de souplesse dans la façon de mener les émissions, ce serait pas mal.

Je vous remercie pour cette émission je l'ai trouvée intéressante, je ne suis moi-même pas une inconditionnelle de Cécile Duflot, mais là, je l'ai trouvée plutôt convaincante (l'acte 4 de l'émission est le meilleur à mon avis).
Un joli pied-de-nez à tous ceux qui croient voir des abrutis dans nos gouvernements. Merci Cécile tout est clair.
Té, c’est le tour de Batho.

Delphine Batho «raconte comment, au sommet de l’Etat, règne ouvertement la connivence avec les lobbies et les puissances financières que la gauche était supposée combattre».
EMISSION NULLE SANS QUESTIONS DE FOND ...
C'est la première depuis quelques mois que je regarde une émission ASI et je constate avec déception que Schneidermann a toujours pour habitude de couper ses invités par des réflexions incompétentes. Dommage qu'Anne-Sophie n'ait pas l'air d'avoir beaucoup potassé le sujet non plus... Et bravo à Cécile Duflot pour son opiniâtreté face à tout cela.
Très bonne émission qui s'attarde sur les aspects techniques d'une loi, comme les médias devraient le faire en général.

Je ne suis pas particulièrement fan de Duflot mais pour le coup je l'ai trouvée très pertinente et j'invite tous les commentateurs qui n'ont pas "envie" de l'écouter à se forcer un peu.
Les grincheux de tête de forum ont peut être raison, l'émission est pénible à suivre. Par contre je ne blâmerait pas Duflot sur le coup...
Pourtant pas fana de Duflot,je l'ai trouvé bonne durant l'émission,.... des arguments ......avec (même) des accents de gauche!
J’ai trouvé l’émission très intéressante. Ça fait mal au cœur de constater la victoire des lobbies.
Merci Anne-Sophie pour les off, dans le maiquigne-of !
... Un lien vers l'étude de l'universitaire lyonnais cité à la fin?

Merci
Le coût du logement est l'une des causes fortes de la paupérisation de la population. Les plus fortunés s'engraissent sur le dos des moins chanceux. Il y a UNE personne qui s'est emparé du dossier et a essayé de limiter les dégats. C'est Duflot. Qui dans ces gouvernements prétendument de gauche, a fait bouger les choses ? Il y a Taubira et Duflot, point barre. Pour ma part, je trouve les commentaires dédaigneux lus ici assez mal venus. Saluts, Cécile !
mon cher

tu fais partie de la meute anti pouvoir

je te donne un conseil

tu es mur pour

t'inscrire au front national
mon cher

tu fais partie de la meute anti pouvoir

je te donne un conseil

tu es mur pour

t'inscrire au front national
[s]Ben, ou qu'il est le lien pour télécharger l'émission ? :([/s]

problème d'interface chaise-clavier, désolé.
Je stoppe le visionnage pour partager mon fou-rire provoqué involontairement par D.S. :

« - Vous avez vu Hollande avec des pauvres ? »
- Ouiii.


Comme si on parlait d’habitants de contrées lointaines.

Bon. je sèche mes larmes…
Un excellent article sur le bouquin de Cécile Duflot, posté sur l'excellent blog "planète sans visa", animé par l'excellent Fabrice Nicolino :

http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1773

Définitif.
Si vous faites prochainement une émission sur l'écologie (bonne idée), pensez à inviter Nicolino, il est parfait !
Euh, pour de vrai et sans langue de bois?
Pas motivé pour regarder Cécile Duflot, clairement.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.