85
Commentaires

Du synthé dans la pellicule

C'est l'hommage que l'on n'attendait pas. Jeff Nichols, réalisateur de Take Shelter (Grand Prix de la Semaine de la Critique à Cannes en 2011), cite John Carpenter, maître-cinéaste de l’horreur et du fantastique, comme l’inspiration principale de son prochain film. L’occasion de revenir sur l’importance de ce dernier, qui outre son influence en tant que cinéaste, a aussi, en tant que compositeur de la plupart des bandes originales de ses films, participé à redéfinir la place du synthétiseur et de ses ancêtres dans l’histoire de la musique de films.

Derniers commentaires

Bon.
Je vais intervenir une fois et une seule sur le sujet, puisque des réponses sont demandées.
Et afin que les commentaires dans le fil de la chronique d'Axelle Ropert reviennent sur la chronique d'Axelle et sur rien d'autre.

Je ne signerai pas d'autres chroniques sur le site.
Voilà.

Daniel et moi ne sommes pas arrivés à nous mettre d'accord sur le contenu des chroniques. Ce n'est pas plus compliqué que ça.
Daniel a une vision de la ligne éditoriale, des sujets à aborder et de comment les aborder qui ne correspond pas à ce que j'ai envie d'écrire.

Cette vision éditoriale est sa prérogative en tant que créateur d'@si, son droit le plus strict, et je ne remettrai en cause ni l'un ni l'autre.

Peut-être apportera-t-il des précisions, mais sont-elles nécessaires ?
Bonjour ganav,

Il y a effectivement un orgue en accords, mais vous entendrez très clairement (à partir de 1'04) des secondes mineures aux bois (ré-mi, ré-mi et un fa#-sol, fa#-sol), et le Theremin intervenant pour les doubler ou en harmonisation.

Pendant longtemps, avant que Herrmann ne lui donne réellement une existence propre (dans le cadre de la musique de film, s'entend), le Theremin sera utilisé comme Messiaen utilisait les Ondes Martenot (la plupart du temps), c'est-à-dire pour doubler la voix supérieure.

Le Theremin ne se distingue pas forcément par des glissandos, il suffit de réécouter la précision et la finesse de Clara Rockmore.
Et Samuel Hoffman qui officiait à Hollywood à l'époque n'était pas mal non plus.

Quant à la réverbe à plaque, la première, l'EMT 140, est apparue en 1957.
Les réverbes étaient à l'époque créées via diffusion dans une pièce réverbérante (imaginez un grand couloir carrelé, par exemple) et ré-enregistrement du son ainsi réverbéré, ensuite mixé avec le son original.
J'ai à l'oreille un doute sur l'utilisation d'un theremin dans l'extrait proposé au sein de l'article.
Cela m'évoque plutôt un orgue qui est passé dans une réverbération à plaque. On n'entend en effet pas vraiment les glissendi carractéristique du theremin et il semble y avoir des agrégats de notes alors que le theremin est monodique (ou alors il y en a plusieurs)... enfin, je me trompe peut-être, avec toute cette réverbération, cela n'est pas évident.
C'est Clash qu'on assassine !
Une ou deux reprises acceptables, d'autres amusantes.
Mais BB Brunes, Lou Doillon... Arrêtez le massacre !
Bon voilà, j'allais mettre un comm élogieux hier soir quand le site a planté ;)
Donc je sais plus ce que je voulais dire, ah oui que je me suis régalé une fois de plus, que j'en ai même appris sur Dave Davies,
et je voulais mettre ce lien de ce vieux billet de l'ami Randal http://cafemusique.wordpress.com/2010/11/11/les-grandes-ondes/
Bravo pour cet article qui replace le synthé au cœur de la musique !
Pour ma part , j'aime particulièrement un score ,écrit par un auteur compositeur qui a introduit le synthé auprès du grand public et que j'adore : jean-michel Jarre pour la géniale (oui géniale ) musique des "granges brûlées "
@ sleepless : merci pour l'excellent article.

@ francky : il n'y a rien qui trouve grâce à vos yeux dans Take Shelter ? Ben merde.
des trois films de jeff nichols, seul son premier, "a shotgun story", est bon, les deux autres sont, pour moi, de la daube, encore un réalisateur surestimé?
You really got...my interest!
Merci J.Stephane.
Ah ! j’y pense ! je fais un léger hors-sujet, mais pas vraiment ! :

Cela fait un moment que je cherche le nom du compositeur du générique d’Arrêt sur images.
Introuvab’ !
J’ai cherché du côté de Khalil Chahine (persuadée que c’est lui… bon…) : rien !

Le dirigeant du site le sait peut-être…
Merci beaucoup, m’sieur Guitton.
C’est qu’on va devenir incollables, là ! :-)

J’ai une demande de clarification : pourquoi écrire «pseudo-hiératique» à propos du jeu d’Alain Delon dans Le Samouraï ?
Il est hiératique, non ?
"la valse..",
depuis cet été on ne dit plus la valse mais "le Valls", et sans hésitation s'il vous plaît.

* avec intérêt, croyez le.
Qu'est-ce que c'est moche le synthé…
(mais qu'est-ce qu'elle est bien, la chronique ! :o) )

Déjà, rien que le fait qu'une sonorité type synthé date immédiatement : du coup, personnellement ça a tendance à m'éjecter du film plutôt qu'à m'y plonger.

Mini précision : la morceau entendu dans Orange Mécanique est plus spécifiquement la marche tirée de la musique pour les funérailles de la Reine Mary, qui compte plusieurs mouvements : la marche ouvre, et ferme l'ensemble de l'œuvre.
Bonsoir.
J'adore vos articles.
Merci JS pour cette chronique sur les claviers dans l'univers des films.
On peut aussi citer des connus comme Vangelis ou Moroder aux moins connus comme Dicola.
Quand c'est qu' tu sors un album sinon ? :)
Salut FdC,

J'ai choisi de cadrer la chronique dans une période donnée et dans un genre cinématographique précis :
-fin de la période : première B.O. de Carpenter. On pourrait aussi remonter plus tôt en Europe, et ailleurs, en ce qui concerne les ancêtres des synthés, tels les Ondes Martenot, ou l'Ondioline, que l'on trouve dans Spartacus (à vous de trouver quand...), ou le Mixtur-Trautonium (à vous de trouver dans quoi...).
-genre : fiction

Vangelis : bien évidemment l'un des grands spécialistes du synthé, n'a composé dans les années 70 (à l'exception de l'OVNI Sex Power signé... Henry Chapier en 1970) que pour des documentaires (principalement ceux de Frédéric Rossif, et avec une instrumentation ne faisant pas uniquement appel aux synthés), ce qui n'implique pas la même charge (à tous les points de vue) qu'une musique pour fiction.

Ce n'est qu'à partir de Chariots Of Fire (1981) et Blade Runner (1982) qu'il composera régulièrement pour la fiction.

Giorgio Moroder : sa première B.O., Midnight Express, date de 1978. Savais-tu que Vangelis était le premier choix d'Alan Parker ?

Vince DiCola : son premier score quasi tout synthé est pour Rocky IV de Stallone (1985). Moins connu, moins connu, il a quand même obtenu une sacrée récompense pour ce film : le Razzie Award du Worst Musical Score :)
Merci JS pour les précisions :)
et non, je ne savais pas pour Alan Parker.
Et dire qu'on pourrait continuer ainsi, avec le nom moins célèbre Kitaro, etccccccccccccc.............................
Oui, c'est bien le problème, c'est quasi sans fin...
(même si perso, je suis plus fan du travail de Ryuichi Sakamoto que de celui de Kitaro)
Vous m'otez les mots de la bouche. J'ai tout de suite pensé á Vangelis et Moroder en lisant la chronique. Maintenant si c'était limité aux années 70, OK quoiqu'á la fin il est mentionné les années 80 comme une tres mauvaise période pour la musique synthé dans les films, alors que la musique de Blade runner est un classique dans le genre...
De meme, Jarre a également composé un morceau utilisé dans le film "9 semaines et demi" (arpégiateur, utilisé lors d'une scene hot - ben oui - entre Kim Basinger et Mikey Rourke dans la rue sous la pluie...).
Sinon, tres instructif cet article, moi qui adore les musiques de films, j'ai appris plein de choses !
Merci à vous.
Oui, je suis obligé de limiter les chroniques à des périodes ou à des styles donnés, sinon, elles feraient le quadruple :)

Dans les années 80-90, les bonnes bandes originales au synthé sont rares.
Blade Runner en fait bien évidemment partie (j'ai vu quatre fois de suite le film lors de sa sortie...).
Il y a toute une histoire et un paquet d'anecdotes sur le film...

Ce que je dis exactement, c'est ça : " Mais elles ont aussi conduit au pire de la musique de films : la période 80-90, dans laquelle la recherche d’un tube et de sonorités à la mode était plus importante que la première fonction de la musique de film, la co-narration."

Après, on peut parler du Flic de Beverly Hills :)

Pour des raisons que je ne développerai pas ici, je ne cracherai jamais sur les synthés a priori...
Ah oui Axel F, je l'avais oublié celui-lá... Ce morceau étant la seule chose de bien dans le film soit dit en passant !! D'ailleurs, a part Trading places, Eddy Murphy a t'il jamais joué dans un bon film ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.