45
Commentaires

Du sang sur les mains : Snowden 1, Murdoch 0

Cette fois, on le tient. Snowden a "du sang sur les mains".

Derniers commentaires

Wow, je ne m'attendais pas à cette chute. La... vérité... aurait une quelconque importance dans la "bataille" ? Je ne crois pas me rappeller que l'absence de ADM en Irak ait porté un quelconque préjudice à la presse de Murdoch.
Vous connaissez cette histoire de Brennus, illustre Gaulois qui a vaincu les Romains et leur demande une rançon de mille livres d'or.
Sur la balance, les poids sont truqués, et les Romains doivent apporter plus d'or que prévu.
Lorsqu'ils se plaignent, Brennus jette sa lourde épée en plus des poids sur le plateau de la balance en s'exclamant :
"Vae Victis ! Malheur aux vaincus !"

Les dominés ont perdu la guerre idéologique, la guerre de la démocratie, celle où les gueux réclamaient les mêmes droits que les dominants. Mais ils ne doivent pas savoir leur défaite.... Parce que sinon ils se révolteraient.
D'où le danger d'un mec comme Snowden.
Tous les moyens sont bons pour le couvrir d'opprobre.
Daniel , mon enfant , il serait temps que votre grande expérience des médias vous permette de vous détacher de cette naïveté ,immunité de votre brouillard consensuel.
Agent orange au Vietnam, uranium appauvri en Irak, que de bienfaits répandus par l'Axe du Bien!
Quand on pense que le T P I demande l'extradition du president Soudanais pour crimes contre l'humanité certes, mais que le le plus grand criminel du 21 eme siecle , W Bush ,ne soit même pas inquiété , ça en jette sur cette sevilité du TPI. Snowden est un bienfaiteur de l'humanité ,hélas notre hollandouille continue a s'abaisser devant Oblabla.lamentable .A part ça tout va bien madame la marquise..
Snowden est un ange réfugié chez le Diable parce qu'il a les preuves que le Paradis c'est aussi l'Enfer.

Ce paradoxe se retrouve chez les vertueux qui fustigent le Diable mais encensent l'ange déchu, quand d'autres, par confort, préfèrent voir le bien au Paradis et le mal en Enfer.

Lao Tseu disait : "Le monde tient le bien pour le bien, c'est en cela que réside le mal".
Les vers blancs ont eu raison de nombreux pieds de salade ( feuilles de chêne).
Le marc de café va s'avérer nécessaire.

Ne pas commenter, merci.
La nouvelle, ce matin, m'a mis sur les genoux.
Je ne suis pas sûre que les versions en ligne gagnent la partie sur le vieux journalisme. Psychologiquement cette info fluctuante du net donne le mal de mer.
Par exemple hier soir j'aurai juré avoir lu quelque part en déambulant à partir d'une page d'accueil, que Philae avait envoyé un tweet (avec son nom de twittos inséré) de Rosetta montrant qu'il s'était réveillé.
Et effectivement c'est à s'y méprendre :

Philae Lander ?@Philae2014 21 hil y a 21 heures
Oh, OK @ESA_Rosetta! I’m still a bit tired anyway… talk to you later! Back to #lifeonacomet!

Mais l'article qui me le racontait version personnification d'un petit robot disneyoïde est introuvable maintenant... Est-je rêvé? Cette question perpétuelle face à un internet sans historique des corrections d'erreurs & fantaisies, est lassante et va démobiliser le bon peuple des lecteurs.
[quote=DS]N'en déplaise à Greenwald, ce n'est pas forcément parce qu'une information est "off" qu'elle est forcément fausse.

C'est vrai, mais un journaliste ne doit pas publier une info off sans enquête, recoupages et éléments probants pour corroborer sa source.
On est moins dans une opposition entre vieux journalisme et nouveau journalisme que dans une opposition entre propagande glauque et journalisme... on se croirait dans un cas d'école d'application de la Fabrication du Consentement
Fermeture de la librairie La Hune, à Saint-Germain-des-Prés.
Pas envie de commenter les conneries de la propagande anglo-américaine, reprises servilement par toute la Presse qui se prend au sérieux.
Pas envie de commenter non plus Pour savoir à quelle version accorder sa confiance, ne reste qu'une solution : tenter d'observer qui trébuche.
Parce qu'il y a bien d'autres moyens de savoir à qui accorder sa confiance.
Tiens, un exemple, sur le site - encore une fois - d'Olivier Berruyer : Noam Chomsky lit le New York Times – et explique pourquoi le “Journal de référence” est pure propagande.
Citation d'un extrait : “Une des révélations les plus terribles à propos du bombardement (américain sur la plaine ds Jarres au Laos) a été de découvrir pourquoi il s’était si énormément intensifié en 1969, comme l’ont décrit les réfugiés. J’ai appris que le président Lyndon Johnson, après avoir décrété un arrêt des bombardements sur le Vietnam du nord en novembre 1968, avait simplement dérouté les avions vers le nord du Laos. Il n’y avait pas de raison militaire à ceci, c’était simplement parce que, comme l’a attesté le chef de mission adjoint Monteagle Stearns devant la commission du Sénat aux affaires étrangères en octobre 1968 : “Bien, nous avions tous ces avions qui restaient là à ne rien faire, et nous ne pouvions les laisser là à ne rien faire”.
Donc, les avions inutilisés étaient lancés sur de pauvres paysans, dévastant la pacifique Plaine des Jarres, loin des ravages des guerres d’agression meurtrières de Washington en Indochine.
Maintenant regardons comment ces révélations ont été transformées dans le New York Times Newspeak : “Les cibles étaient les troupes du Vietnam du Nord – spécialement le long de la piste Ho Chi Minh, dont une grande partie traverse le Laos – aussi bien que les communistes laotiens alliés du Nord-Vietnam.”
"comme par exemple dans ce titre du site du Monde."
Ne me parlez plus du Monde..... Le quotidien de référence est devenu un torchon !!!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.