103
Commentaires

Drame : l'UMP cornerisée par une votation !

Alors que sombre le modèle suisse, fondé sur la démocratie directe et le secret bancaire,

Derniers commentaires

Il semble que, dans mon quartier, nous subissons une grève des facteurs. Une semaine sans courrier... (ce qui est plutôt anormal).
La grève avait été annoncée dans les media la veille du 1er jour, le lendemain j'ai eu du courrier, le surlendemain aussi...
Il me semble me souvenir qu'il s'agissait d'une grève illimitée...
Z'avez entendu évoquer cette grève qui flanque plein de gens dans la m... (je sens qu'il va me falloir faire opposition à mon chèque de loyer, entre autres) dans les media ? Moi pas en tout cas.
Voici la preuve que la votation, ça a fait "causer" dans les chaumières... et que ça a fait peur au gouvernement et à ses UMPistes. Les facteurs en grève, visiblement, ça ne gène absolument pas le gouvernement... ni les media.
En tout cas, dans ma commune il y a eu 99% de NON à la privatisation (en fait, un seul OUI). Par contre, le fait que ça ne soit pas officiel n'a pas trop motivé les gens a venir. Puis il y a eu un sacrement manque d'information.
on devait ici parler de la votation concernant la Poste...on ne parle que de la Suisse
de même, on a vu tout la gauche rassemblée sous l'égide d'un "comité" rassemblant plusieurs organisations de gauche, MAIS les medias n'ont montré QUE...Besancenot, tout seul comme un grand, maître d'oeuvre de cette consultation qui a rassemblé plus de deux millions de votes...mais devant ma Poste, par exemple, il n'y avait que des communistes et des socialistes pour tenir les listes et inviter les passants à voter. pas de NPA...
le "petit postier" une fois encore peut remercier les medias qui lui font sa pub et lui donnent une importance qu'il n'a pas rééllementb] dans le pays.
Une précision: la démocratie directe ne sombre pas en Suisse ! Pourquoi la lier au secret bancaire ? j'ai lu votre phrase comme un cliché, faux comme souvent les clichés, et qui donne une tonalité à la suite de votre propos qui me heurte.
Edith Kleiber
Salut Asi,
juste un truc qui ne sera sans doute pas lu vu le nombre de messages.
Le site bug de plus en plus (depuis le rentrée je dirais). Les vite dit, je n'y vais même plus. Ils fouttent tout mon système en l'air! Pourtant, j'aime bien les vite-dit
Les émissions, ça déconnent aussi. J'en ai visionné quelques unes en basse qualité sur la touche menu en bas à droite, du coup, c'est de la radio...
@ +
... les votations, les référendums d'initiative populaire et autres référendums tout court ! C'est sans doute très bien de nous demander notre avis sur telle ou telle chose, mais, et là je suis assez d'accord avec BAGT69, ce sont des outils à manier avec les plus grandes précautions.

Deux exemples : l'avortement et la peine de mort.

Si, dans les années 70, la question de la légalisation de d'avortement avait été posée sous forme de référendum eh bien, mesdames, nous en serions toujours à utiliser des aiguilles à tricoter pour nous débarrasser d'un bébé non voulu, ou, pour les plus riches, à aller à l'étranger où les gens sont moins regardants.

Quant à la peine de mort, si son sort avait dû être décidé par référendum, et vu les dérives de la télé, nous en serions aujourd'hui à regarder en direct et en "prime time", des condamnés se faire trancher le cou.

C'est vraiment ce genre de France que vous voulez ?

Une étude : NetIris - Le référendum d'initiative populaire
Est-ce une critique du systeme suisse qui ne fonctionne que de cette maniere ?
;-)
Je suis atterré d'ouvrir mon browser pour lire que DS écrit que le système suisse "basé sur la démocratie directe et le secret bancaire sombre". Je ne dois pas vivre en Suisse mais dans un autre pays qui pratique également le référendum et l'initiative populaire parce qu'on a eu le droit ce week end de donner notre avis. On a voté sur l'assurance invalidité et la construction de minarets. Ça fait plus d'un siècle que ça marche et ça continue parfaitement, merci.

Qu'est-ce qui nous vaut cette entame ? Y a-t-il un rapport avec la récente arrestation en Suisse de Polanski, qui s'est pavané pendant 30 ans en toute impunité en France alors que son passé de violeur d'enfant était de notoriété publique ?

J'aimerais vraiment comprendre parce que franchement là c'est un peu limite.
Quand je travaillais à Genève, dans les années 70, il y avait un référendum cantonal sur l'immigration. Les Genevois en avaient marre des migrants. Il me semble qu'il y en a eu d'autres, sur le même sujet, depuis...
Mais nous, en France, on (certains Français) a rejoint les mêmes soucis que certains habitants suisses sauf qu'on n'est pas passés par la case référendum mais par la case Schengen ;o)) et élections présidentielle au suffrage universel après 2002 !
Désolé Misfit mais ce que vous racontez est totalement faux.

Vous confondez sondages et référendum.

Vous ne pouvez pas affirmer que "si avait eu lieu un référendum" la réponse serait celle qui était donnée par les sondages parce que la réponse à un référendum N'EST JAMAIS CELLE QUI EST DONNEE PAR LES SONDAGES ...

Et l'explication à ce décalage entre référendum et sondage, c'est que le référendum est toujours précédé d'un débat, et en fonction de la qualité du débat, c'est à dire en fonction de la qualité de l'expression des différentes idées, et de leur confrontation les unes aux autres, l'opinion des gens est une opinion plus ou moins réfléchie. Les débats éclairent la réflexion.

En admettant que les sondages soient un outil efficace ( ce qui évident est fortement contestable ), un sondage qui est fait avant ce genre de débat ne peut récolter que des opinions peu réfléchies et peu éclairées, un référendum, lui, récolte des opinions qui sont généralement beaucoup plus réfléchies et éclairées, ce qui fait qu'un sondage peut par exemple annoncer la victoire du oui future à un référendum comme ne 2005 pour finalement se solder par une victoire du non à 55% 2 mois plus tard.

Alors vous ne pouvez pas présupposer des résultats d'un référendum, et toute votre argumentation ( anti démocratique ) tombe à l'eau.

Alors oui il faut prendre des précautions par rapport aux référendums, parce que tout dépend de la qualité du débat qui le précède, et aujourd'hui on est loin de pouvoir assurer que toutes les opinions vont pouvoir s'exprimer et se confronter les unes aux autres quand on voit que les médias servent de plus en plus d'outil de propagande pour une pensée unique plutôt que de faire leur travail et de permettre la liberté d'expression. On le voit avec l'affaire du 11 septembre par exemple, et on le voit avec la main mise de l'UMP sur les médias pour tout ce qui est politique.

Il faut laisser aussi le temps du débat. Quand la campagne pour les européennes dure à peine 3 semaines, forcément on peut pas vraiment parler de débat ... Il faut envisager au moins 2 bons mois pour qu'un vrai débat puisse avoir lieu.

Mais ce n'est pas ce que vous entendiez par "prendre des précautions".
Visiblement, tout simplement, vous vous méfiez de l'expression du peuple, vous faites la propagande des idées aristocratiques comme quoi il est préférable de laisser à un petit groupe d'élites plus éclairées que les autres décider, et je ne peux que m'opposer à ces idées anti-démocratiques.

Alors certes le peuple peut faire des mauvais choix, surtout quand la liberté d'expression est baffouée et quand les moyens pour s'exprimer son inéquitables, mais pas plus que des élites éclairées. Pour rappelle toutes les politiques monétaires ou financières ont été abandonnées par les citoyens à des spécialistes, à des élites éclairées, et ces élites nous ont menées droit vers la pire crise économique que nous ayons connu. Alors la différence, c'est qu'au moins dans un cas, on a eu notre mot à dire, tandis que dans l'autre on nous a tout imposé, personnellement je préfère quand même la démocratie à la dictature des élites.
Pourquoi pas Sandy....mais si l'on vous suit, que pensez-vous d'une votation pour laquelle 98,5% des interrogés répondent la même chose...? Le débat a-t-il été suffisant ? La question est-elle pertinente ou ne devrait-on pas la poser autrement ?
J'en ai d'autres des idées de questions qui flattent ceux qui les entendent : êtes-vous pour la gratuité des transports en commun ? êtes-vous contre la libéralisation de France Télévisions ?
(je m'arrête là car je n'aime pas trop les analogies en général...)

Pour d'autres sujets, avec de tels résultats, on aurait vite parlé de "république bananière" ...

Je n'ai rien contre ce type de votation mais encore faut-il manier avec intelligence et probité ce type d'outil....

Enfin, je vous rappelle, que, s'agissant de la "dictature des élites" que vous évoquez (on se croirait sous Pinochet....lisez Mediapart, Libération, l'Humanité ; regardez France 3, Canal + et vous aurez moins l'impression d'avoir votre liberté d'expression bafouée), vous avez un droit de vote, égal à celui de vos concitoyens, qui vous permet d'élire vos représentants ...et vous avez parfois également la possibilité de devenir l'une des ces élites que vous aimez tant critiquer (vous avez des idées et des lettres, alors pourquoi pas ?)
Cette votation n'a évidemment rien avoir avec un vote ou un référendum. Elle ne peut pas être pour cela contraignante, elle ne peut être qu'indicative. Mais si suffisament de monde y participe, elle peut néanmoins éclairer sur une certaine volonté générale, et remplit alors bien son rôle qui est de demander l'organisation par le gouvernement d'un vrai référendum.
A l'évidence si on atteint des scores de 98,5%, ceux qui étaient contre ne se sont pas mobilisés. Mais ils ne se sont pas mobilisés pourquoi ? Parce qu'ils ne veulent pas de référendum et parce qu'ils savent que la privatisation n'est pas dutout la volonté générale et ils ont peur des résultats d'un référendum ...
Le score en % n'a donc aucune signification.
C'est le score en nombre de votants qui est important.
On verra bien les résultats, mais si une majorité du corps électoral a voté contre cette privatisation, alors cela signifie bien que la volonté générale est contre cette privatisation, et cette votation sera une réussite.

Si le nombre de votants qui ont voté contre la privatisation n'atteint pas la majorité absolue du corps électoral, alors un doute subsistera toujours sur la volonté générale. Qui sait, même si c'est peu probable, tous ceux qui n'auront pas voté étaient peut être tous pour la privatisation ... Mais vous voyez bien que ce serait quand même peu crédible, on peut quand même imaginer que beaucoup de personnes qui sont contre la privatisation ne se sont pas mobilisées non plus.
Seul un vrai référendum pourrait permettre de trancher.

Et vous avez raison, cette votation s'appuie sur des opinions sans qu'il n'y ait eu débat avant, mais son mérite et son objectif c'est d'ouvrir le débat justement ! Le but n'est pas de remplacer le référendum mais de demander un référendum !

Par contre, vous avez du zapper une de mes phrases et vous devriez me relire, ce que je critique, ce n'est pas que les opinions ne peuvent pas dutout s'exprimer comme dans une dictature style pinochet, mais que les moyens pour s'exprimer ne sont pas équitables. On est libres de s'exprimer certes, on dispose de moyens pour s'exprimer, et en particulier internet, certes, mais quand on dispose de l'ensemble des médias de masse comme la télévision ou les grands journaux / les grandes radios pour s'exprimer, on est quand même plus efficace pour convaincre / sensibiliser les gens à nos idées, qu'avec qqs journaux, radios, et qqs sites internets ...

Et cette équité est un élément essentiel de la démocratie, car cette équité est absolument indispensable lors d'un scrutin pour que le résultat de ce scrutin soit légitime, c'est à dire pour que les populations qui ont perdu ce scrutin accordent leur assentiment aux vainqueurs pour exercer le pouvoir. Si le scrutin est faussé parce que les moyens pour s'exprimer sont inéquitables, ou faussé à cause de fraudes au niveau des résultats etc ... cet assentiment ne peut pas être accordé, et donc la légitimité pour les vainqueurs à exercer le pouvoir sera forcément contestée.
Sandy, un petit contre-exemple sur votre deuxième partie : Balladur n'avait-il pas soit-disant tous les medias mainstream derrière lui en 1995 ? a-t-il pour autant gagné ?
Par ailleurs, connaissez-vous beaucoup de pays où le Président peut être autant moqué (y compris sur son physique et j'adore le Petit Journal...) et critiqué (bien sûr à part sur TF1 et Le Figaro mais bon, cela fait 2 médias) ?

Enfin l'équité est assurée à la télévision en période pré-électorale... et la proportion de journaux d'opinion de chaque "camp" me parait équilibrée (et encore....connaissez-vous un équivalent de Marianne à droite, un équivalent de Charlie Hebdo à droite ?)

La ficelle est toujours un peu grosse s'agissant de la partialité des médias....même si je concède qu'il y a des choses à redire et du décryptage à faire (d'où mon abonnement originel et fidèle à ASI !)
Même quand les moyens sont inéquitables il est possible de gagner, n'avez vous jamais entendu parlé de David contre Goliath ? S'il n'était plus possible de gagner, ce genre d'initiatives ne seraient pas tentées, il ne resterait plus que la violence.

Mais ce n'est pas parce qu'il est toujours possible de gagner qu'il faut se taire face à cette inéquité de moyens pour s'exprimer.

Trouveriez vous normal par exemple, dans une partie de football qu'une équipe ait le droit de commencer le match avec 10 buts d'avance ? Alors bien sur il est toujours possible que l'autre équipe remonte ces dix buts et finisse par remporter la partie. Mais cela ne doit pas justifier une telle inéquité, ce serait totalement injuste et lamentable et il serait légitime que l'équipe qui commence la partie avec 10 buts de retard se révolte et conteste la victoire de l'autre équipe en cas de défaite.

Il existe des dictatures ailleurs. Mais est ce pour autant une raison pour fermer les yeux sur la dictature molle que nous subissons en France ? je ne crois pas.

Vos contre-exemples ne tiennent pas.
Et je voulais rajouter :

Il n'y a aucune équité même en période électorale. D'abord parce que le même traitement médiatique n'est pas accordé à tous les partis et quand vous avez 1 membre officiel de l'UMP qui s'exprime dans les médias, vous avez à côté rédactions / journalistes / personnalités / éditorialistes / économistes / experts etc ... qui reprennent cette propagande sans que leur temps de parole à eux soit décomptée, ensuite parce que même le décompte est inéquitable, le PS vient à peine d'obtenir gain de cause pour que le temps de parole du Président soit compté dans celui de la majorité, ce n'était pas le cas avant ... Et quand vous voyez des émissions comme Mot Croisé pendant les élections européennes où seulement 4 représentants de partis, tous ouiistes, sont invités ... Quand vous voyez que d'une emission à l'autre ya pas dutout le même nombre de gens qui les regardent ... quand vous voyez que dans des débats tout le monde n'est pas invité sur des critères arbitraires du genre un coup on se base sur le précédent score aux présidentielles ( pratique pour les nouveaux partis qui n'y avaient pas participé ) ou un autre coup par rapport à d'autres élections, selon ce qui arrange ceux qui veulent empécher un tel ou un tel de s'exprimer, on voit que les ficelles sont nombreuses pour perpétuer cette inéquité malgré les quelques règles mises en place ( HEUREUSEMENT ! ) par le CSA, sans ces règles ce serait encore pire évidemment.
Après on peut parler du financement des partis politiques, de leur communication etc ... Là d'autres sources d'inéquité ...
Et puis il y a les conditions dans lesquelles les personnes peuvent s'exprimer ... Quand Sarkozy peut faire sa propagande à 20h devant 3 servit ... oups journalistes, ce ne sont pas les mêmes conditions qu'une personne qui se retrouve entourée de 5 détracteurs qui vont sans arrêt lui couper la parole et l'affubler d'invectives ou autres colibets qui l'empécheront de développer le moindre raisonnement et d'exprimer ses idées ...
@ Sandy et BAGT69 :

Mes réponses demain.
Alors là, le foot, c'est mon truc donc permettez moi d'embrayer sur ce parallèle : combien de joueurs de droite (journaux, radios, tv identifiés à coup sûr de droite) avez-vous face aux joueurs de gauche ?
Comptez les bien et vous serez surprise !
Beaucoup plus de joueurs de droite assurément. Je vous invite à regarder l'emission d'@si avec comme invité Frederic Lordon qui traite justement en partie de cette question.
Sandy, vous n'auriez pas un lien de parenté avec Domenech à faire jouer les gauchers à droite et les centristes à droite également ? Recensez, recensez, vous verrez !
"Je n'ai rien contre ce type de votation mais encore faut-il manier avec intelligence et probité ce type d'outil.... "
Je ne doute pas que vous-même ayez l'une et l'autre. Mais pourquoi supposez-vous que les initiateurs de la votation n'en sont pas équipés?
Je vous rappelle, à toutes fins utiles, et au cas (fort peu probable au demeurant) où vous seriez mal comprenant(e), que cette votation a pour objet d'appeler à la tenue d'un référendum sur le sujet.
Cordialement.
Dans ce cas, beaucoup "n'avait pas compris" que la question était "êtes vous pour ou contre un référendum ?" puisque l'ensemble des médias (de droite comme de gauche, n'est-ce pas Sandy) nous parle d'une réponse "non" à la privatisation de La Poste (et c'est là où je parle de probité puisque la question n'est pas de privatiser ou pas...)
la question n'est pas de privatiser ou pas.

Encore un qui pourrait rentrer au ministère, ou écrire des piges pour le Figaro...
Travaillez un peu votre humour si vous voulez écrire pour Charlie hebdo...désolé de ne pas suivre la pensée dominante de ce forum mais vous pouvez rester entre vous dans votre démocratie du complot médiatique...cela fera de jolis débats consensuels !
BAGT69, je ne comprends pas vraiment où vous voulez en venir, libre à vous de préférer que la question soit posée autrement, je suppose que le choix de la question a fait débat d'ailleurs, mais de là à vouloir intégrer dans la question les motivations de cette votation pour que vous puissiez les comprendre à la seule lecture de cette question, n'est ce pas un peu ridicule ? Surtout que ces motivations sont multiples : Obtenir un référendum et ouvrir un débat sur la privatisation.

Si vous vouliez connaître les motivations de ceux qui organisaient ce vote, vous auriez aussi pu les écouter directement les expliquer, je pense que du PS jusqu'à Besancenot, ils ont largement été interrogés sur les motivations de cette votation sur différents médias.
Désolé Misfit mais ce que vous racontez est totalement faux. Vous confondez sondages et référendum.

Je ne confonds rien du tout et je ne crois pas avoir une fausse idée des choses.


Vous ne pouvez pas affirmer que "si avait eu lieu un référendum" la réponse serait celle qui était donnée par les sondages parce que la réponse à un référendum N'EST JAMAIS CELLE QUI EST DONNEE PAR LES SONDAGES ... Et l'explication à ce décalage entre référendum et sondage, c'est que le référendum est toujours précédé d'un débat, et en fonction de la qualité du débat, c'est à dire en fonction de la qualité de l'expression des différentes idées, et de leur confrontation les unes aux autres, l'opinion des gens est une opinion plus ou moins réfléchie. Les débats éclairent la réflexion.

Où étiez-vous donc dans les années 70 et 80 ? Des débats, croyez-moi, il y en avait, et ils étaient largement relayés par les médias de l'époque. Je crois n'avoir jamais entendu autant de haine déployée au mètre carré ! Allez donc fouiller le site de l'ina, vous devriez y trouver des journaux télévisés de ces époques.


En admettant que les sondages soient un outil efficace ( ce qui évident est fortement contestable ), un sondage qui est fait avant ce genre de débat ne peut récolter que des opinions peu réfléchies et peu éclairées, ...

Les gens qui donnent leur avis dans un sondage le donneraient sans y réfléchir auparavant ? En voilà une manière de considérer vos concitoyens ! Mais bien sûr, vous aussi vous avez répondu à des sondages dans votre vie ... Et en général, ces sondages n'ont pas lieu avant les débats mais au minimum pendant.


... un référendum, lui, récolte des opinions qui sont généralement beaucoup plus réfléchies et éclairées, ce qui fait qu'un sondage peut par exemple annoncer la victoire du oui future à un référendum comme ne 2005 pour finalement se solder par une victoire du non à 55% 2 mois plus tard.

Vous utilisez un exemple qui n'est absolument pas comparable avec les thèmes de la peine de mort et l'avortement. L'impact émotionnel de ces sujets n'a rien à voir avec l'acceptation ou non d'un traité sur l'Europe.


Alors vous ne pouvez pas présupposer des résultats d'un référendum, et toute votre argumentation ( anti démocratique ) tombe à l'eau.

Anti-démocratique ? Où ça ? J'ai seulement dit que tous ces référendums et autres votations étaient des outils à manier avec prudence. Si vous avez lu ce qui est écrit (lien dans mon message), ces référendums d'initiative populaire sont des outils accordés, en compensation, aux partis minoritaires qui ont largement facilité l'élection du président actuel. Le fait que des gens de gauche qui sont loin d'être des extrêmistes, tels Jack Lang, les réclament à cor et à cri ne doit pas faire oublier ça.


Alors oui il faut prendre des précautions par rapport aux référendums, parce que tout dépend de la qualité du débat qui le précède,...

Ah quand même ..!


... et aujourd'hui on est loin de pouvoir assurer que toutes les opinions vont pouvoir s'exprimer et se confronter les unes aux autres quand on voit que les médias servent de plus en plus d'outil de propagande pour une pensée unique plutôt que de faire leur travail et de permettre la liberté d'expression. On le voit avec l'affaire du 11 septembre par exemple, ...

l'affaire du 11 septembre ?


... et on le voit avec la main mise de l'UMP sur les médias pour tout ce qui est politique. Il faut laisser aussi le temps du débat. Quand la campagne pour les européennes dure à peine 3 semaines, forcément on peut pas vraiment parler de débat ... Il faut envisager au moins 2 bons mois pour qu'un vrai débat puisse avoir lieu. Mais ce n'est pas ce que vous entendiez par "prendre des précautions". Visiblement, tout simplement, vous vous méfiez de l'expression du peuple, vous faites la propagande des idées aristocratiques comme quoi il est préférable de laisser à un petit groupe d'élites plus éclairées que les autres décider, et je ne peux que m'opposer à ces idées anti-démocratiques.

Si vous pouviez éviter de porter un jugement sur moi, alors que vous ne me connaissez pas, ça serait sympa pour tout le monde. Est-ce que je me permets de porter un quelconque jugement sur vous ? Non, alors ...


Alors certes le peuple peut faire des mauvais choix, surtout quand la liberté d'expression est baffouée et quand les moyens pour s'exprimer son inéquitables, mais pas plus que des élites éclairées. Pour rappelle toutes les politiques monétaires ou financières ont été abandonnées par les citoyens à des spécialistes, à des élites éclairées, et ces élites nous ont menées droit vers la pire crise économique que nous ayons connu. Alors la différence, c'est qu'au moins dans un cas, on a eu notre mot à dire, tandis que dans l'autre on nous a tout imposé, personnellement je préfère quand même la démocratie à la dictature des élites.

Curieux que vous oubliiez que ces décisions économiques, et autres d'ailleurs, ont été rendu possibles parce que nous avons porté au pouvoir les gens qui les ont mises en œuvre ...

Pour finir, nous ne sommes pas en manque de démocratie en France, regardez donc autour de vous, au-delà de nos frontières. Nous avons tous les outils qu'il faut pour nous exprimer mais combien les utilisent ? Moins de 50 % de la population. Est-ce bien normal ? Ce n'est pas, à mon sens, le signe d'une démocratie en bonne santé. Alors où est le problème ? Il n'a rien à voir avec l'ajout ou non d'un nouvel outil ; il a à voir avec un manque cruel dont la France souffre actuellement : nous avons besoin de nouveau Simone Weil ou Robert Badinter, des gens qui ont un vrai projet de société, à droite ou à gauche, peu importe, qui s'accrochent, qui savent communiquer et finissent par nous faire avancer dans le bon sens, de gré ou de force (démocratique, bien sûr). Regardez autour de nous, nous sommes entouré de médiocres pire les uns que les autres.

Croyez moi, on va patauger dans cette soupe pendant encore longtemps.

Il faut que je file. Je vous souhaite une bonne journée.
Misfit, justement : la Poste, ça fait partie du quotidien des Français, c'est quelquechose de tangible, qui n'a rien à voir avec une idée personnelle ou un sentiment personnel comme le sont les causes que vous évoquez : peine de mort et avortement...
C'est justement comme ça que votent les Suisses : les votations cantonales voire dans une ville, du temps où je travaillais en Suisse, concernaient des problèmes aussi bêtes que l'enlèvement d'un arbre à un carrefour. Je ne sais plus très bien comment ça se passe maintenant vu que je vis à Paris. Mais justement, le domaine où on peut demander l'avis du citoyen lambda, où on devrait plutôt, c'est bien celui qui concerne la vie quotidienne.
D'ailleurs, si j'avais eu droit à la parole et si ma parole avait pu être répandue dans le pays, j'aurais volontiers demandé l'organisation d'une votation pour la distribution d'argent public à des banques d'affaires, tout comme à des constructeurs de voitures.
Je voudrais une France où les élites ne soient pas complètement coupées du peuple, et où justement ceux qui peuvent s'exprimer le fassent avec retenue, en ne mentant pas et en respectant ceux qui les ont élus. Je n'ai pas voté pour Sarkozy mais l'attitude de Ségo et du PS a été telle que tout ça va me faire réfléchir avant de retourner aux urnes officielles.
Hm. Nous votons aussi, au niveau fédéral, pour des sujets moins concrets et quotidiens : récemment, et ça a été évoqué (très mal) par IT, nous avons dû voter pour ou contre l'imprescriptibilité des crimes pédophiles. Pour ne citer qu'un objet de votation particulièrement difficile.
Eh pan sur le bec de l'Europe, au passage, sans remise en contexte, après avoir copieusement ignoré tous les développements politiques majeurs de ces derniers mois (nouveau Parlement, vote sur Barroso, campagne en Irlande et belle victoire du "oui"...). Décidément, ASI, il semble difficile pour vous aussi d'échapper aux vices du système médiatique !
Ceux qui n'ont pas reçu ce genre de "poulet" en provenance de leurs Mairies et financées par le contribuable n'ont vraiment pas de chance...

Veuillez voter pour le maintien du statut public de la poste

Ce qui est un brin gonflé !

Pour ce qui est de la participation : bravo !

300.000 salariés + les copains et la famille et les doubles-triples-quadruples votes si ça ne fait pas 2 millions c'est que je ne sais plus compter !

Sur les effectifs la SOURCE est là, mais il y en a beaucoup d'autres.

Mais rien n'est simple :

- Dans les années 70 deux grèves d'un mois ont bien failli faire crever la boîte que je dirigeais, à l'époque les règlements se faisaient par chèque et donc ne se faisaient pas... 150 personnes, plus les familles sur le tapis s'ils avaient réussi, les salauds (mais beaucoup de petites boîtes en sont mortes, c'était le début du chômage de masse...)

- Les facteurs et factrices sont souvent adorables, serviables, gentils...

- Les guichetiers sont le plus souvent des bras cassés...

Et puis il y a une autre question plus grave : il va falloir reprendre la main dans ce pays et peut-être cette initiative est-elle un premier pas,

Ce qui me plaît beaucoup !

Sous réserve qu'on ne continue pas à présupposer que le service public est la réponse à tout,

Parce qu'il n'est la réponse à rien, qu'il outrepasse largement ses limites (régaliennes) et qu'il est trop cher !

Beaucoup trop cher !

***
Grand succès pour cette votation.

Heureusement, le référendum d'initiative populaire ne sera examiné qu'à la fin de la session parlementaire, en juin 2010, et après le changement de statut de la Poste.

Sage décision : la démocratie, c'est trop risqué, alors quand on peut éviter.
Très bien vu Daniel ! L'importance d'un seul mot en politique n'est pas si souvent analysée aussi brillamment. Si ça s'était appelé "vote" ce serait tombé aux oubliettes rapido. Qui a eu l' idée de ce mot pour la Poste? Il faut absolument le faire bosser pour la Gauche !
C'est sûr que demander à la petite dame qui sort de son bureau de poste si elle est d'accord pour qu'on lui supprime ce même bureau de poste (je n'exagère qu'à moitié), cela relève d'une drôle de conception de la démocratie directe...habile bien sûr mais je ne sais pas si cela correspond à la vision que nous devons nous faire de la chose publique....plein d'autres questions pourraient être posées comme cela qui amèneraient des réponses souvent convenues et caressant dans le sens du poil mais est-ce cela la prise de responsabilité que l'on attend de nos décideurs politiques ?

Pour alimenter le débat, je vous propose la lecture de cet article un brin iconoclaste : http://www.slate.fr/story/11171/lettre-ouverte-aux-defenseurs-de-la-poste-de-papa-votation-privatisation

Vous pouvez tout à fait contester le contenu de cette argumentation mais cela relève malheureusement du bon sens et de l'évolution technologique que beaucoup ici défendent....
Votre phrase d'introduction a une force tragique et poétique indéniable.....mais d'où tenez-vous que "le modèle suisse fondé sur le secret bancaire et la démocratie directe sombre"?
...et le modèle suisse n'est-il basé que sur le secret bancaire et la démocratie directe ?......

Il me semble que vous oubliez le chocolat!
Et si on revotait comme en Irlande, mais en envoyant cette fois -ci notre votation sous enveloppe adressée au président de la république, c'est gratuit. Deux millions de lettres, c'est les facteurs qui vont être contents !
J'étais ce week end à colmar pour la manifestation anti nucléaire.
Et la poste était là avec son urne et ses listes. Forcément, il y avait du monde pour "voter".

Surtout que colmar était plus ou moins bouclée par les forces de l'ordre (vous savez, plein de gentils crs, des lances à eau) ce qui bien sûr a encouragé les manifestants à soutenir tout ce qui pourrait être opposé à ce que veut l'état.

La manifestation a été pacifique, voire bon enfant, mais la présence policière était démesurée (entre 600 et 1000 flics pour moins de 5000 manifestants). J'oubliais de préciser que les administrations locales ont tout bonnement essayé de faire interdire la manifestation pendant un mois sans y parvenir, mais en restreignant son champ d'action.

En résumé, à force de vouloir nous museler, c'est normal qu'on utilise tous les moyens qui nous sont proposés pour nous exprimer.
Un référendum ? Vous n'y pensez pas mon bon monsieur !! Les gens seraient capables d'aller voter !
En relisant les mémoires de Louise Michel ce week-end, j'ai trouvé une similitude frappante entre l'indigence et le ridicule des déclarations récentes de notre gouvernement actuel et la rhétorique du Gouvernement de Défense Nationale, puis des Versaillais en 1870-71.

Espérons seulement que cette fois les Versaillais (qui sont plutôt devenus des Neuilléens) seront moins revanchards...
J'ai retenu la suggestion d'Anne-Sophie de travailler sur le mot votation .

On pourrait développer l' usage de la votation hors Constitution puisque celle-ci nous a été dérobée par mickey-président-apprenti-dictateur .
Puisqu' au niveau Europe , il a été fait la démonstration qu'un vote est nul et non avenu ( traduire : on s'assoit dessus ) , juste pour endormir le peuple ( la populace , comme dirait un @sinaute suisse ) .

Ce vote des Irlandais , par exemple , qui ont dit " oui , continuez à nous dépouiller " avec pour prix de leur reniement , le droit de continuer à faire de l'argent virtuel et d' interdire le droit à l' IVG , - droit des femmes à disposer de leur corps .
L'UMP n'a de cesse de tourner en dérision cette tentative (réussie) d'expression populaire. Ce parti se moque ouvertement des citoyens, sur l'air de "cause toujours..." Selon Le Figaro, nous sommes manipulés. Ce vote était une mascarade, la preuve selon Lionnel Luca : un certain Louis de Funès a signé la feuille d'émargement. 2 millions de Louis de Funès contre la privatisation ? Ah ! Tout ce mépris qu'on pouvait percevoir derrière les paroles outrées de Luca, Estrosi, Lefèbvre... Cette détestation du peuple qui ose la ramener !
L'autre matin, devant le bureau de vote abrité sous sa toile de tente, devant la poste locale, on a hélé le facteur. "Alors, tu votes pas ?" Pas le temps", qu'il a répondu en enfourchant son vélo, avant de disparaître au coin de la rue. Pareil pour sa collègue.
Mais non, ils n'avaient subi aucune pression de leur hiérarchie. Pensez, en ce moment, avec toutes ces affaires de suicide, "on" ne va pas s'amuser à ça. Non ?
Le hic avec le retrait médiatique du Président qui cherche à se refaire une virginité aux yeux de ses futurs électeurs, c'est que quand il n'est pas là, les autres prennent la place, c'est tout bête.

Sarko souffre du syndrôme de la bergère, "Tant va la cruche à l'eau",
et finit dans un "Quand le chat n'est pas là".

Le voilà dans ce qu'il est convenu d'appeler une situation de "double bind",
"s'il est là, il énerve, s'il n'est plus là, on l'oublie".

Pris à son propre piège en quelque sorte.

http://anthropia.blogg.org
juste pour revenir sur votre introduction : "alors que sombre le modèle suisse...." euhhh zêtes sûr qu'il sombre vraiment ???
vu hier sur sur canal plus : http://www.canalplus.fr/pid2180.htm ; Dimanche +, partie deux

il semblerait que non seulement notre suprême n'ait pas réussi (dans sa pourtant si immense compétence pour tout ce qui touche à l'économie qu'elle soit française ou mondiale) à convaincre ses amis les plus riches à venir payer leurs impôts dans notre belle république...... mais en plus, la suisse semble plus attachée à son secret bancaire que sarko voudrait bien le faire croire [s]aux habitants du monde[/s], [s]aux français[/s], à lui-même en fait !!....
à suivre
Quelle baffe ! Et pourtant, toute la semaine dernière, les employés de La Poste que j'avais interrogés sur cette votation n'étaient pas au courant. Deux bureaux de poste, et on n'en savait rien. Heureusement que j'ai eu les infos sur Internet. Parce que les media n'ont pas trop contribué à informer les citoyens avant le week-end. Z'auraient eu un peu peur de se faire taper sur les doigts ? En revanche, après, on en a parlé : même que Besancenot était invité sur la 2 face à euh... Hulot non ? Ce qui a obligé Besancenot à s'esbaudir sur le film de l'écotartuffe, bien sûr.
Revenons à la votation : j'ai fait partie d'une équipe de comptage des bulletins de votation, samedi en fin d'après-midi. C'était vachement plus sympa que les dépouillements post électoraux déjà. En plus, les résultats négatifs dépassaient (bon, la plupart des urnes venaient de quartiers populaires de Paris Nord) les 90 % !
Première fois de ma vie que je suis contente grâce à des NON !
Tout le week-end, la droite UMPesque n'a cessé de répéter à l'envi qu'elle n'avait aucunement l'intention de privatiser La Poste mais seulement de l'ouvrir à la concurrence... Ben, ouvrir à la concurrence, c'est laisser des entreprises privées faire un travail jusque là réservé au service public nan ? Et les entreprises privées, elles fonctionnent avec des capitaux privés, que je sache...
Se foutent carrément de la gueule du monde ces gens ! On attend avec impatience de voir quand ils se décideront à laisser le peuple s'exprimer.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.