7
Commentaires

Drake : subliminalement vôtre

Drake est un chanteur canadien à succès dont le dernier clip, Hotline Bling, a été vu 182 millions de fois sur Youtube depuis sa mise en ligne le 26 octobre dernier. Vous ne connaissiez pas Drake ? Le dernier supplément tendance de L'Obs lui consacre un article et sa couverture, que voici :

Derniers commentaires

« Mettre des feuilles de vigne aux fleurs ? »
Pense-bêtes, Roland Topor, éd. Le Cherche Midi, coll. Les Pensées, 1992, p. 98.



On nous cache tout. Un premier jet de l'affiche n'a pas vu le jour.

[quote= « Le Sexe à l’affiche », Christophe Triollet, in Darkness Fanzine, n° 12, novembre 2011.]

En 1978, L’Empire de la passion du Japonais Nagisa Oshima, prix de la mise en scène au Festival de Cannes, vit son affiche originale retouchée sur les conseils de la Commission décelant dans le dessin de Topor représentant un jet de fumée sortant du cratère du volcan Fuji-Yama en éruption – en réalité un corps de femme – une « trainée de sperme »[3].

[3] Roland Topor : « On m’a demandé de faire disparaître la fumée blanche dans les flammes du volcan. Anatole Dauman, le distributeur du film, avait montré mon dessin à des membres de la Commission de contrôle qui, officieusement, l’avait prévenu que l’affiche serait refusée. Ils percevaient ce jet de fumée comme une trainée de sperme. C’est curieux, nous on aurait plutôt cru que c’était les lèvres du sexe. Chacun y voit ce qu’il veut… » cité in Images Interdites, Bernard Joubert et Yves Frémion, Syros Alternatives, 1989, page 2.
(N.d.C.-c. : Chez le même éditeur, on retrouve le dessin de l'affiche en couverture du livre (Presque) tout Topor de Laurent Gervereau.)


Dans le même article, une autre affiche de Roland Topor est évoquée.

[quote= Ibid.]

En 1981, l’affiche du film de Pascal Thomas Celles qu’on a pas eues fut refusée par les Colonnes Morris, la RATP et la SNCF décelant « la vulgarité » dans un dessin représentant un petit homme dormant sur le sexe d’une femme : « À quinze mètres, on ne voit plus le petit bonhomme mais quelque chose d’ambigu ».
(N.d.C.-c. : On retrouve presque le même dessin en couverture d'Histoires à dormir sans vous de Jacques Sternberg.)


Pour finir on peut recenser les notules d'Albert Montagne évoquant le Mont Fuji.
Ah le rêve inassouvi ! Le plongeon dans les seins...
Voici un extrait du film du voyage de Gulliver à Lilliput et chez les Géants de Georges Méliès voir la fin à la minute 3:56
Pas trouvé de vidéo ; dans Hable con ella de Pedro Almodóvar, il y a cette scène dans la scène, le faux court-métrage El amante menguante, où un petit homme plonge littéralement dans le sexe d'une femme-géante...
On dirait surtout du James Turrell.
Le terme "subliminal" par qualifier ces images ne semble pas très correct. Ce sont plutôt des métaphores du corps et des interactions qu'il suggère. Ce qui pose une question en retour: ne serait-ce pas le cas de toutes les images ?
niki de saint phalle She: A Cathedral’

http://artworkadayatatime.tumblr.com/post/11561502836/she-a-cathedral-by-niki-de-saint-phalle
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.