103
Commentaires

Double nationalité : "Il y a assez de place dans un coeur humain pour deux pays"

C’est l’histoire d’un grand bateau qui fait la traversée entre Marseille et Alger, emportant à chaque voyage sa cargaison d’immigrés algériens qui rentrent au pays, d’adolescents qui vont le découvrir, ou d’expulsés qui partent de France contraints et forcés. Mais ce documentaire, La traversée, c’est aussi la peinture magistrale d’un monde suspendu entre deux cultures, entre deux nationalités, entre deux identités. Pour cette deuxième émission en partenariat avec Tënk, nous recevons l’écrivaine Nina Yargekov qui vient de publier aux éditions P.O.L. le livre Double nationalité.

Derniers commentaires

Le précédent forum n'est plus accessible.

Un passage magique dans le film: une fillette faisant des bulles de savon, tout entière absorbée dans ce petit ballet merveilleux.

Autre ambiance: un jeune couple va arriver à Marseille; le jeune homme connaît manifestement déjà bien la France; il parle à la jeune femme de la vie qui les attend; celle-ci a l'air complètement perdue, elle ne répond pas ou très peu, manifestement la transition va être brutale et elle semble peu armée pour y faire face. Aura-t-il toujours la patience de l'aider? Je me suis demandé si elle n'était pas schizophrène. Si c'est le cas, va-t-il le comprendre et se faire aider?
VICTOR HUGO , connu jusqu'où , et bien au delà.
A pekin dans les ruines du palais d'ete de l' imperatrice cixi detruit par les troupes franco britannique lors de la guerre de l'opium se trouve gravé dans la pierre une page de victor hugo qui appelle à ne pas rendre responsable les peuples de ce que font leur dirigeant.
Le DVD du film était à la médiathèque, je l'ai emprunté hier. ( j'ai du mal avec le petit écran de l'ordinateur)

Tout est passionnant; un passage particulièrement marquant: trois hommes( il me semble qu'ils sont trois) discutent tranquillement, gaiement, l'atmosphère est cordiale; deux d'entre eux donnent des conseils au plus jeune, qui a l'air légèrement angoissé, c'est peut-être sa première traversée; ils arrivent à le détendre; surgit alors un autre homme, descendant un escalier derrière eux; il a entendu leur conversation et leur dit abruptement que leur souci premier doit être la religion. Aussitôt l'atmosphère devient glaciale; les deux hommes les plus âgés ne disent plus rien, l'un d'eux semble atterré. Le plus jeune avait l'air un peu perdu avant; ses deux premiers compagnons l'avait entouré de leur gentillesse; il est maintenant tout ouïe aux propos du nouvel arrivant, qui lui apparaîtra peut-être comme un guide.
C'est amusant, mais la double nationalité française est perçue différemment suivant le pays avec laquelle elle est associée.

Dès lors elle est un problème avec les pays du Magreb

sans problème avec les pays de l'UE (je suis belgo-français et ça ne fait chier personne)

tabou avec Israel ... (exemple : on voudrait empêcher un français d'aller combattre sous un autre drapeau à l'étranger, mais on ne peut pas parler des avocats franco israeliens qui on fait leur service militaire en Judée Samarie)
Bonjour à tous et bonjour à toute l’équipe ………..
Merci pour vos émissions de grande qualité ………
Mais aujourd’hui, je suis déçue, et je me permets de vous faire part de ma réflexion …………après avoir visionné cette émission sur la « bi – nationalité ; y a-t-il assez de place dans un cœur humain pour deux pays » ………. J’ai fait un arrêt sur image pour comprendre ce qui me décevait à ce point (vous l’aurez bien cherché, vous nous y avez bien entraîné !!!!) …..
Plusieurs questions émergent :
Comment une femme franco – hongroise peut elle décrypter, appréhender de cette traversée ? …
Si, bien sûr, les sacs Tati !!!!!!!!!!! …………….. Un pincement au cœur pour celui qui connait l’exil !!!!!!!! …… Et bien d’autres choses encore !!!!! (c’est un magnifique documentaire, très fort)
En proposant son intervention pour annoter ou commenter ce documentaire, c’est comme si vous ignoriez les différences de tailles qui existent entre les immigrés il y a une hiérarchie des immigrés (qui a à voir avec l’histoire et le temps)…… Tous les immigrés ne se valent pas dans notre société …….. Toutes les cultures ne se valent pas …. Les immigrés sont catégorisés, c’est vrai depuis longtemps mais ça l’est encore plus aujourd’hui …….. D’ailleurs Daniel en parle au moment où il parle de colonisation …évidemment ça change tout, d’avoir ou non été colonisé …….. Et la géographie intervient aussi dans cette histoire là …….. Etre de l’Est, du Nord ou du Sud ce n’est pas du tout la même chose ….. Je trouve que cet aspect là est gommé dans cette émission ……. On sait bien que la France ne regarde pas de la même façon un immigré anglais qu’un immigré algérien ou malien …….. et ceci ne s’arrête pas à l’immigré lui – même………….cela se poursuit avec sa propre descende (cf : le rapport du CNESCO) …….
Par ailleurs comment une femme qui s’appelle Nina (on connait l’importance de la consonnace des prénoms) et dont on imagine à sa façon de parler qu’elle n’a pas dû connaitre beaucoup de moments difficiles (même si elle est bi – nationale) peut elle se faire la commentatrice, le porte parole d’un tel documentaire ??? !!!!!! J’avoue que je suis perplexe …….
Quand à la lecture d’un passage de son texte …….. Je ne comprends pas bien ce que la « fellation » vient faire dans cette thématique, parce qu’on pourrait aussi parler de « sodomie » ……….. Est – ce pour la promo du livre ?
Pourquoi ne pas avoir invité une personne qui aurait été plus près du documentaire (c’est vraiment dommage qu’on ait été privé de la présence de Mme Lieutrey et Mr Levy)…. Magyd CHERFI a aussi écrit un livre que je n’ai pas encore lu, mais il aurait peut – être pu nous délivrer un peu plus de choses, ou un peu mieux les choses ………ou un ou une illustre inconnu(e) ……. J’ai beaucoup trop de choses à dire ……… mais voilà, je crois que l’essentiel est là ….
J’espère que ce message sera lu (en tout cas par l’équipe d’ASI)
M.I.
Nina Yargekov est vraiment une femme très intelligente et sensible.Ce fut pour moi un bonheur de regarder cette émission.
Et le Sarkocon continue... Maintenant, nous avons de multiples ancêtres, des blancs, des noirs etc pourvu qu'ils aient servi la France...Il serait temps de fournir au guignol une explication du mot "ancêtre".
Dans l'émission Daniel S. dit que : « 130 ans de présence de la France en Algérie aura permis aux Algériens de connaitre Victor H… »
Question: les enfants algériens allaient-il à l'école, au collège au lycée.
J'y suis né, j'y ai vécu jusqu'à l'âge de 16 ans, je n’en ai rencontré que 4 ou 5 en 1961/62...
et c'était parce que De Gaulle souhaitait arrondir les angles. D'ailleurs dans cette même période,
j'étais en 4ème et 3ème et j'y ai appris l'arabe dans le même esprit et pour faire bonne mesure .
grave votre humoriste,je crois que je vais jeter l'eponge...
"Il y a assez de place dans un coeur humain pour deux pays"

Pour tout avouer, je n'ai pas regardé ni écouté cette émission.
Pour tout avouer, c'est le titre qui m'en a dissuadé.

Il y a assez de place dans mon coeur pour tous les pays qui voudraient s'y nicher et encore plus de place pour tous les habitants de ces pays.
Et quand je parle de place dans mon coeur, c'est de mon coeur dont je parle.
Et quand je parle de mon coeur, c'est de ce pourquoi je suis prêt à me battre dont je parle.
Ben voila, AS il fallait inviter l'assistante de la réalisatrice.
Perso, j'ai bien aimé l'émission même si miss Yargekov déroule son argumentaire avec une délectation non-dissimulée sans trop d'encombre, mis à part quelques froncements de sourcil de Daniel sur la prévalence de la culture française en Hongrie. Espérons qu'elle ne se soit pas fait mordre par un vampire lors du voyage en Transylvanie qui l'a inspiré pour son dernier livre.
A propos du thème en partance / de retour au bercail, quelqu'un se souvient-il du groupe Zebda ? Paroles du titre double peine ici.
Bonjour l'équipe @SI !

J'ai également regretté l'absence de la réalisatrice, dont l'exposé du motif ne m'a pas convaincu de son bien-fondé. Néanmoins j'ai trouvé que l'émission était de bonne facture et incitait à découvrir le film documentaire.
Petit point négatif, si je peux me permettre, de mon point de vue l'humoriste a un peu cédé à la facilité dans son billet, ce qui surprend car ce n'est pas son habitude sur scène.

Une dernière chose, sous forme de question suggestive. Ce genre d'émission a peut-être du mal à trouver sa place dans le travail général de critique des médias, ne pensez-vous pas qu'il faille renouveler votre charte éditoriale, pour y inclure d'autres thématiques comme celle-ci ? (hmm.. à y réfléchir cela risque de supposer un changement de nom à terme^^)

Cordialement, Pascal
bien vu (et prémonitoire) le son du documentaire qui démarre à 47:59....
"J’apprendrai par la suite que Ben est comédien."
L'était-t-il déjà ?
Dans ses longues justifications alambiquées, mais néanmoins langoureuses et monotones, Anne-Sophie nous révéla que : "Lors de ce premier échange avec la réalisatrice, j’évoque le personnage central de La traversée, Ben. Sa parole est aussi lumineuse que sa présence miraculeuse. J’apprendrai par la suite que Ben est comédien."

Donc, si je comprends bien, c'est un documentaire qui emploie un comédien pour faire "plus vrai" quoi, hein ? Enfin, je ne voudrais pas être médisant inutilement, mais pour moi, des "documentaires" qui emploient des comédiens, ça s'appelle des films de fiction, non ? Peut-être est-ce ce point qui a précisément provoqué la subite crise de gastro aiguë chez la réalisatrice ?

Enfin bon, JDCJDR...
Bonjour,

Votre partenariat avec Tënk ne m'intéresse pas, rendez-moi mes émissions habituelles

Kenavo
J'ai vu le documentaire, mais l'émission sans la réalisatrice ne m’intéressait pas
C'est mon ordi ou la vidéo est toute pourrie? Idem pour la sénatrice US qui fait la leçon au banquier...
Très bon choix d'invitées. Merci pour cette ouverture d'esprit loin du tapage démagogique et pour ce décryptage.
Quelle mouche a piqué D.S. de vouloir établir un parallèle entre le trouble identitaire romancé par une jeune femme bien sous tous rapports, à l'aise dans la culture, et celui, autrement violent, de ces voyageurs démunis ou déchirés entre Marseille et Alger !
Le point de vue de la réalisatrice manque terriblement et les minauderies de la romancière agacent...
dommage, j'arrête parce qu'ils enlèvent toute une dimension du film, ce ne sont pas n'importe quel pays encore riche et quelque pays encore pauvre - c'est la Franc et l'Algérie, et même encore maintenant c'est autre chose de plus fort comme lien, qu'on le veuille ou non, dans la familiarité, la haine et l'amour - ce que dit le film
quel dommage cette absence !
pas encore regardé l'émission mais je me faisais une joie d'écouter la réalisatrice parler de son excellent film...
Faut il continuer à courir derrière les provocations du gangster à talonnettes. Au fait, que sait-il des Gaulois, lui qui semble provenir d'Europe Centrale ?
Ha ces "artistes". La sensibilité à fleur de peau. La moindre contrariété les ... contrarie
Étonnant le prétexte pris pour ne pas participer à l'émission. Il est légitime de s'interroger pour savoir si le dispositif prévu marchera, non ? Qu'est-ce qui lui a fait peur exactement à la réalisatrice ? Elle sait que les abonnés ne sont pas présents pendant l'enregistrement de l'émission ?
J'ai toujours beaucoup de mal avec les gens qui refusent le dialogue. J'espère qu'elle a de bonnes raisons, même si j'en doute. Elle aurait du refuser dès le départ plutôt que de faire sa mijaurée au dernier moment.
Très décevant tout ça et pas très sympa vis à vis de l'équipe d'@si
" son prochain film A(t)ome, "
C'est "At(h)ome".
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.