47
Commentaires

Dieu hait Renoir !

Lundi dernier s'est tenue une étonnante manifestation anti-Renoir devant l'entrée du Museum of Fine Arts de Boston ! Décryptage.

Derniers commentaires

ils sont fous ces romains.
Je dois avouer que j'aime bien cette idée de déboulonner un consensus critique et de vouer une haine irrationnelle à un peintre mort depuis un siècle.

J'avoue que j'aime bien aussi le fait que ce ne soit pas une parodie. Marre du tout parodique.

Quant à Renoir lui même, j'aime bien ses scènes d'ensemble et tableaux à multiples personnages comme le déjeuner des canotiers... Mais pas beaucoup ses portraits, et je comprends qu'on sature après 181 portraits de Renoir dernière période.
J'avoue ne pas avoir très bien saisi la démarche de ce Geller mais il faut reconnaître que l'idolâtrie dont jouit la peinture impressioniste peut parfois agacer, même si elle fondée; idolâtrie dans laquelle je suis tombé étant petit, leurs représentants étants considérés dans le foyer familial comme des quasi-incarnations du Messie, il y a de quoi faire son Œdipe là-dessus, putain, cette phrase est trop longue, il faut que je la close mais j'ai encore des trucs à dire, par exemple, allez faire un tour au Musée d'Orsay est une expérience assez édifiante, les salles consacrées à Renoir y donnent le tournis, voire même la nausée: trop, c'est trop, je les traverse maintenant en regardant mes chaussures pour préserver le peu de fraîcheur qu'il peut résister dans mon regard pour Cézanne et ces merveilles chromatiques de Gauguin, je ne mets pas les liens, il faut les voir en vrai; cette phrase est décidément trop longue, mais c'est sa taille. Goodbye !
C'est intéressant cette idée dans ce monde ou le référencement croisé et les ronds de jambe entre galeristes, artistes et collectionneurs crée de la valeur spéculative. Peut on avoir des entités qui la ferait baisser ?

Je ne partage pas la haine anti Renoir de ce monsieur (tout de même un sacré peintre et une étape essentielle de l'histoire de la peinture) mais l'agacement devant la mièvrerie voire les fautes anatomiques (mais est ce bien le sujet ? on est justement en rupture de l'académisme), ce sont des réactions très communes quand les étudiants en art se penchent dessus. Et la cote à son sujet pourrait supporter une certaine baisse.
Un conseil: Regardez la une de Charlie hebdo...La vedette de la semaine, bébé, dans les bras du général, dessin de Riss...
Dieu ? Alors il existe ? Ah oui, tout ça se passe aux Etats Unis. Rien d'étonnant. Les mêmes pourraient se rassembler pour défendre un truc débile. Le port d'armes libre...même pour les enfants par exemple.
Renoir, c'est beau. Et tu peux ne pas aimer.
Je suis probablement la gourde de service, mais je n'ai pas COMPRIS cette chronique.
Pas pigé si le type déconne ou prend son truc au sérieux version 1er ou 2nd degré.
Pas pigé la conclusion de Korkos.

Pour moi, au début de la chro, le gars est un inconnu, puis je me dis il est foudingue, puis je me dis "ah, ok, je vois ce qu'il veut faire" ...et je ne comprends pas ce qui rend tout ça moins sympathique pour Korkos...
Si vous n'aimez pas, n'en dégoutez pas les autres ;-)
Drôles de manifestants.
Etonnant article. Au delà de la blague potache, il en ressort un enseignement politique. Qui fait quoi ? Le bon goût est distillé par qui ? Et pourquoi ? Une histoire de "capital culturel" comme une autre...

La manifestation anti-Renoir est une parodie, commme vous l'avez bien souligné, des manifestations confessionnelles d'extrême droite aux USA. Elle en mime les gestes, les outrances, les parades et cela jusqu'à l'absurde. C'est plutôt drôle. Remettre en question la peinture de Renoir peut paraitre il est vrai, quelque peu étrange sinon daté, mais elle indique humoristiquement le droit à ne pas accepter les directives du " bon goût " que certains " experts " nous inculquent souvent manu-militari. Ceci étant dit, prendre Renoir comme repoussoir est un peu trop commode et daté pour faire vraiment peur. Qui a peur d'Auguste Renoir aujourd'hui ?

Je m'étonne par contre de votre conclusion à propos de ce passage final :


" Quand, sur son compte Instagram, l'arrière-arrière-petite-fille de Renoir - pas très contente, on s'en doute - évoque maladroitement en guise de défense le prix des oeuvres de son illustre ancêtre et conclut que le marché a parlé, Geller rétorque en dressant une liste fourre-tout de ce que le marché a selon lui imposé : le changement climatique, les prisons en tant que complexe industriel, l'esclavage, le colonialisme, la destruction de l'habitat des loutres de mer (!), les pubs à la télé, l'éviscération du prolétariat, le film National Treasure: Book of Secrets qui a rapporté 457 millions de dollars, etc. "

Vous concluez : " Et soudain, ce salmigondis nous rend son entreprise anti-Renoir un tout petit peu moins sympathique…"

Etonnante votre conclusion ; l'effet fut inverse chez moi. Ce n'était plus un idiot potache qui agissait mais une personne un peu sensée qui cherche à agir en destabilisant les institutions muséales, ces institutions d'experts par excellence et ce marché de l'art qui croit avoir pouvoir sur les consciences sous pretexte de jongler avec les milliards. Par la parodie, l'humour et la manifestation critique, Max geller refuse d'accepter que " l'argent dicte les faits et grave dans le marbre, la vérité en art " . Les surréalistes et les situationnistes n'agissaient-ils pas ainsi ? Hier en plus musclé il est vrai.

Oui, votre conclusion est décidemment décalée et c'est tout votre article qui du coup apparait, " moins sympatique " ...Vous seriez-vous contenté d'une simple opération de communication creuse et nullissime comme karl Lagerfeld les pratique de façon si ridicule lors de ses " fashion week " ?

K.Lagerfeld : http://www.lexpress.fr/styles/mode/defiles-fashion-week/defiles/fashion-week-de-paris-karl-lagerfeld-fait-descendre-chanel-dans-la-rue_1603162.html


A vrai dire, au début de ma lecture, l'idée de Max Geller ne m'interessait pas beaucoup et je trouvais cela assez dérisoire. C'est précisément son "Salmigondis", comme vous le dites en dénigrant son auteur , qui m'a rendu sa démarche plus "sympatique ", à l'inverse de vous. C'est à dire plus signifiante. Car franchement, n'est-ce pas une faillite de la part des descendants du peintre Auguste Renoir que de dire que le " marché a tranché " et que Monsieur Renoir est un excellent artiste à cause du marché... que le marché dit la vérité en peinture une bonne fois pour toute .... " Fermez le ban ! admirez mais ne pensez plus ! " .... "car les tableau de mon papi vallent des millions et des millions de dollars" ....Maladroit comme propos ? Pire que ça ! Pathétique et risible à la fois, n'est-il pas ?

Ceci étant dit, attaquer Auguste Renoir en 2015, c'est tout de même un tantinet ridicule... ce n'est pas complètement faux.... A moins que Renoir aux USA soit le symbole du "bon goût" par excellence et dans ce cas, oui, je pourrais peut-être mieux comprendre pourquoi une telle énergie est dépensée dans des frasques qui reposent frontalement la question de l'art, sa valeur, son sens au sein d'une société donnée...

Mais franchement parler de Renoir en 2015, c'est un peu rater la cible. Il aurait été mieux venu pour Max Geller de viser la cible contemporaine par excellence : l'artiste Jeff Koons le pape de l'art néolibéral, "l'artiste-en-idiot-du-village-global " qui nage comme un requin dans les eaux glacés du capital et apparait devant les caméras avec le sourire stupide de l'optimisme bétifiant , le même sourire de ravi de la crêche que celui de l'acteur de cinéma et scientologue Tom Cruise.

Jeff Koons et son art morbide et kitsh : http://www.telerama.fr/scenes/jeff-koons,119887.php

Max Geller a visiblement raté sa cible et son action restera en bonne part lettre morte. Dommage !
Ça me rappelle l'histoire du type qui faisait pipi dans la piscine.
Le maître nageur s'approche de lui et lui dit:
- Monsieur, nous allons vous prier de quitter la piscine car nous nous sommes aperçu que vous faisiez pipi dans la piscine.
- Mais enfin je suppose que je ne suis pas le seul à faire pipi dans la piscine! lui répond le type.
- Si Monsieur, du plongeoir vous êtes le seul"
Il n'y a pas de morale à cette histoire.
A celle du mec qui n'aime pas Renoir non plus.
D'où le rapprochement.

Putain, j'ai un de ces coup de barre, moi, là...
Ou un peu moins antipathique. Et encore...
Perso je dirais plutôt un petit peu plus sympatique.
Et soudain, ce salmigondis nous rend son entreprise anti-Renoir un tout petit peu moins sympathique…

Je ne vois pas en quoi.
Il me semble qu'on ne peut pas le nier : Renoir est un peintre maladroit.
Reste à savoir si l'adresse est une qualité essentielle pour être un bon peintre. William Bouguereau, peintre académique virtuose, star de son époque, est aujourd'hui méprisé par les critiques. Cette question, je me la poserais si je m'intéressais à la peinture, ce qui n'est pas le cas.
Si je m'intéressais à la peinture, je me demanderais pourquoi les millions de visiteurs qui se pressent aujourd'hui aux expositions de peintres impressionnistes (Monet a fait un tabac récemment) sont certains d'avoir meilleur goût que les amateurs du XIX ème siècle qui n'ont pas reconnu le talent des Monet et Renoir, lesquels [s]n'étaient même pas nominés aux Césars[/s] étaient régulièrement refusés au Salon.
Enfin des haines fondées. Les guerres bysantines avaient une autre allure que nos massacres pseudo-rationnels.
Il n'y a pas de soucis, s'ils ne veulent plus de leur "Renoir", je suis prêt à me dévouer pour faire les poubelles et les récupérer...
c'est sûr que pour apprécier l'impressionnisme il faut un tant soit peu avoir du goût et connaître un peu tout cet environnement artistique qui a mené à ce style de peinture, chose dont une majorité de ces gens semble dépourvue
quand au terrorisme esthétique, on pourrait autant en balancer sur Wharhol ou Basquiat
après c'est une affaire de goût...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.