76
Commentaires

Dénis

"Les Français ont peur. Ils nous savent en faillite. Ils ne voient pas d'issue pour le pays et pour leurs proches, et constatent avec consternation l'inefficacité du sarkozysme".

Derniers commentaires

J'ai réussi pour vous à retracer le parcours d'une nouvelle rumeur sur la vie sexuelle du Maitre:

Il apparait que c'est DS qui le premier a divulgué ce que François Hollande a repris dans les pahes d'Aujourd'hui, aujourd'hui, "Sarkozy serait dans le denis"

Reste un mystère: qui est ce fameux Denis dont tout le monde nous parle? DS, une idèe?
Je pensais être le seul à savoir que nous sommes en faillite...

Il semble que non... C'est une bonne nouvelle !

***
" Non seulement le titre contredit l'article (...) "

Je n'ai pas relevés les cas où ça arrivait mais je me suis fait cette remarque tellement souvent ces derniers mois concernant Le Monde que je ne sais plus s'il s'agit de négligence ou d'un procédé délibéré dont je n'identifie pas le but...
"Les excellents scores d'Europe Écologie et du Front National couronnent
cette fois-ci pour de bon l'avènement du vote poubelle, celui du consensus
mou autour d'un concept apolitique et celui de la colère brute et aveugle. "


Désolé No One mais ce paragraphe là ne passe pas pour moi. Mettre le vote EE et FN dans le même panier c'est vraiment trop. Et ce n'est pas ça qui rend votre analyse et votre point de vue plus crédible, loin s'en faut.
Le déni, c'est bien plus que cela.

C'est surtout ne pas voir, trop abreuvés de jubilations anti-
sarkozistes, que ce vote est un échec désespérant pour tous.


- Le gouvernement au fond se contrefout de cette élection qu'il
savait perdue d'avance, et le résultat ne changera rien à sa politique.

Bonne nouvelle, vraiment ?


- Le PS est plus insupportable que jamais, surfant avec arrogance
et mépris sur un résultat qui lui est pourtant totalement étranger.
Il nous offre donc ici l'assurance qu'il ne changera rien pour 2012.

Bonne nouvelle, vraiment ?


- Les excellents scores d'Europe Écologie et du Front National couronnent
cette fois-ci pour de bon l'avènement du vote poubelle, celui du consensus
mou autour d'un concept apolitique et celui de la colère brute et aveugle.

Bonne nouvelle, vraiment ?


- Enfin, les véritables voies dissonantes et qui se battent sur de vraies idées
politiques de fond sont renvoyées au statut méprisant de "petits partis".
A droite : Debout la République. Au centre : Modem. A gauche : Parti de Gauche.
Ceux-là sont de vraies alternatives. Ceux-là ne se contentent pas de faire
"bouger les lignes" (sic) mais confrontent vraiment les lignes justement,
puisque l'hérésie est de nous faire croire qu'elles ont disparu.

Alors, encore une fois, bonne nouvelle que cet effroyable échec ?!


La seule et unique bonne nouvelle de ces élections est le naufrage du NPA.


Pour le reste... continuez à jubiler si vous voulez, mais ne venez pas vous plaindre ensuite.
la réaction de shakeqi cette semaine sera prévisible : celle d'un petit garçon a qui on a cassé le jouet

[toutenbateau]
Mais je connais ces petits singes, ils ont déjà figuré en illustration d'une de vos chroniques matinautiques.

Alors on ne se renouvelle plus, hein ?

La presse, Sarkozy l'a toujours rendue folle. On ne va pas voir disparaître ce phénomène d'un seul coup. Trop dur serait le réveil.

Le tigre de papier continue de hanter le Monde. C'est pourquoi les petits singes d'en haut s'affollent.
[quote=Daniel Schneidermann]... S'agissant de la presse, il obéit à des mécanismes plus complexes. Ce que montre ce décalage, c'est la puissance des automatismes, et notre aptitude stupéfiante, devant un brutal renversement de la donne, à faire "comme si". Comme si la donne antérieure était encore valable, alors que tout nous montre le contraire. Notre éternelle aptitude à ne pas voir, ne pas entendre, et donc ne pas dire. Dans la philosophie orientale, ce triple renoncement est une voie vers la sagesse. Il n'est pas certain que cela s'applique aux médias.

Il est même sûr que cela ne devrait pas s'appliquer aux médias. Mais M. Leparmentier pourrait peut-être expliquer pourquoi il a choisi ce triple renoncement. Et puis, le coup du témoignage anonyme ... Il peut très bien n'avoir jamais existé.

Bref la presse devrait se secouer les puces. J'ai vaguement entendu, alors que j'étais dans un magasin, une émission où il était question, une énième fois de la "crise de la presse". Quelqu'un déplorait l'absence de "presse populaire" en France. Quand on voit ce que ça donne à l'étranger, c'est peut-être mieux comme ça. Si les journaux pratiquaient moins le suivisme, vis à vis du gouvernement en place, de tel ou tel parti de gauche ou de droite ou du centre ou de tout ce que vous voudrez, ils vendraient plus. La presse a perdu sa fierté en France, elle est incapable de tenir debout par elle-même ; il lui faut des béquilles idéologiques. Dommage.
ne pas reconnaîte la victoire de la gauche c'est un vol au dessus d'un déni de coco ?

toutenbateau
Si les dieux du ciel sont avec Madame Jouanno et nous, il ne se passera rien la semaine prochaine...
Mais cela pourrait très bien ne pas être le cas...A voir son oeil, on peut effectivement en douter.
La sagesse ? Restons zen, c'est ça ?

L'avertissement du permier tour
attendons quand même, dans ma région ou Le Pen a fait un score de 15 %, Les socialistes ne devancent l'Ump que d'à peine un point. Et avec le premier ministre en campagne, attention de ne pas se faire d'illusions. Parce que du coup le déni pourrait bien passer de l'autre côté. Tout n'est pas joué. Et nous savons tous qu'au deuxième tour il y aura beaucoup moins d'abstention. La vraie claque serait en se bouchant les oreilles et en fermant les yeux, ce serait que personne n'aille voter. Jaimerais voir ça une fois dans ma vie. Quelqu'un connaît le seuil d'abstention en dessous duquel les votes ne seraient pas valide ? Ou il suffit que 10 % par exemple (je dis n'importe quel chiffre) des votants aillent voter. Tous les jours nous perdons un peu de démocratie.
Les sarkozystes intellos (comment c'est-y possible ?)déçus par la politique de Sarko devraient avoir la franchise de le dire et pourquoi. La gauche retourne bien sa veste, pourquoi pas la droite. Il n'y a pas de honte à changer d'avis. Il y a trop à perdre sans doute. Je ne sais plus qui a dit "il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis".
Qui n'a pas senti ce décalage dès le soir des résultats ?Cependant,sur France inter ce matin,Bertrand a été secoué par les auditeurs et les journalistes...Et il n'a pas dévié d'un iota sur la com officielle. C'était drôle et déroutant à la fois. L'impression d'avoir affaire à un sourd seulement occupé à défendre une cause perdue.
Parlant de certains journalistes étrangers plutôt versés dans l'art de la critique, mais je pense qu'on peut sans problème l'appliquer au type autochtone contemporain multicarte...

"D'une main ils élèvent à la médiocrité puissante des statues d'argile, et de l'autre ils font de vains efforts pour mutiler les statues d'or des grands hommes sans protection et sans crédit. Dans leurs mémoires périodiques, qu'on peut appeler, comme M. de Voltaire appelle l'histoire, d'immenses archives de mensonge et d'un peu de vérité, presque tout est loué, excepté ce qui mérite de l'être. Aussi le bien qu'ils disent des mauvais livres les décrédite encore plus que le mal qu'ils voudraient faire aux bons. On pourrait comparer les journalistes dont je parle à ces mercenaires subalternes établis pour lever les droits aux portes des grandes villes, qui visitent sévèrement le peuple, laissent passer avec respect les grands seigneurs, permettant la contrebande à leurs amis, la font très souvent eux-mêmes, et saisissent en revanche pour contrebande ce qui n'en est pas."
Jean le Rond d'Alembert, Essai sur la société des gens de lettres et des grands, sur la réputation, sur les mécènes et sur les récompenses littéraires, 1753.
Notre éternelle aptitude à ne pas voir, ne pas entendre, et donc ne pas dire
Les journalistes seraient-ils de la secte taire ?
Ah oui. C'est vrai ça.
Bonjour,
Dans la théorie des 3 L (on lèche, on lâche, on lynche) , le Monde en est encore au second L.
Il n'est pas encore certain de la stabilité du lâchage, mais le 3ème L viendra à coup sûr.
On a beaucoup analysé les résultats de chaque parti. Tout le monde a fait remarquer l'ampleur de l'abstention et certains ont même présumé des motivations des abstentionistes pour se projeter dans le deuxième tour.
Peu en ont analysé la structure géographique locale.
A Toulouse une caractéristique essentielle en est que l'abstention a largement dépassé 80% dans ce qu'il est convenu d'appeler " les quartiers".
Cet "avertissement" ne s'adresse pas seulement à Nicolas Sarkosy (malgré sa contribution grace au "Débat")
des nids, des arrois, et des moi, moi et moi ?

toutenbateau
en gros tout ça c'est " dénis la malice"

toutenbateau
J'ai visité ce temple, c'est un endroit magique comme seuls les japonais savent les construire, niché sur une colline entouré de cèdres géants... où l'on rêverait de se faire moine.
Pourquoi toutes les vidéos aujourd'hui sont des Podcast ? et pourquoi aucune ne fonctionne ?
Pourquoi, M. Schneidermann, n'osez-vous pas dire que la direction du Monde était passé au sarkozy(i)sme dès la campagne présidentielle de 2.007. Allez! Un peu de courage.
Daniel vous êtes un mauvais dealer !! C'est l'overdose de Bling Bling !!
Vous n'avez pas autre chose comme came ??
On peut encore ajouter un dicton occidental pour les singes " Quand le singe grimpe à l'échelle on voit son cul".

C'est tout le problème présidentiel.
http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9ni

"S'il pourrait sembler trivial, voire dangereux, de comparer la personne qui dénie au rêveur qui, pour un temps donné, renonce à la perception, c'est pourtant le modèle que propose la métapsychologie. Le rêveur renonce de fait à s'adapter à la situation, il n'est plus réactif. Certaines perceptions influenceront bien le rêve (elles sont donc, en un sens, perçues) mais le rêveur les intégrera comme éléments de son scénario.
Le déni repose sur le principe de plaisir. La réalité, cause de déplaisir, est niée afin de préserver une excitation minimale du psychisme - tout ce qui pourrait causer de l'insatisfaction se voit refuser la prise en charge. Ce principe psychique est à l'œuvre dans le processus primaire, d'où la comparaison avec le rêve, que l'on ne peut cependant considérer comme déni - le rêve est processus normal.
Le déni se spécifie par la régression du fonctionnement psychique au principe de plaisir, pendant la veille. La personne n'est pas endormie, elle agit comme si elle prenait en compte tous les éléments, et en met pourtant certains de côté"


Remarquons que "déni" ne peut s'écrire qu'au singulier, puisque c'est nier la réalité.
Dénis [avec un S], suppose l'existence de plusieurs réalités... (et là, on passe du rêve à la pathologie)

Sauver l'UMP, même l'IMF renonce :
http://www.dailymotion.com/video/xclg79_mission-impossible_news
Le désaroi des adhérents par Roumanoff... c'est fort aussi!! et c'est du vrai.. Un canulard à une fédé UMP... sont vraiment cons!!
http://www.lepost.fr/article/2010/03/16/1989970_nicolas-sarkozy-on-a-frole-la-catastrophe-mais-on-en-est-loin.html

si la phrase est exacte c'est qu'on est déjà dans le pathologique....
et le fait que toute sa garde se plie à son discours sans frémir confirmerait le côté pathologique de l'autocratie élyséenne....
aujourd'hui "la france a vraiment peur"
Excellente analyse éco-politique de Laurent Mauduit sur MediaPart hier : Sarkozy pris au piège entre ses roucoulades vers les puissants du CAC40 et ses promesses démagos et non tenues envers le peuple citoyen lambda.

Le fossé se creuse et pourrait devenir précipice, voire un cercueil politique pour Sarko's band.
Bientôt trois ans à savoir ça, que le sarkozysme est inefficace, je l'avais dit à des amis qui avaient voté pour lui, et qui depuis me font la gueule, pour ne pas avoir à me dire que j'avais raison, comme presque 50% des Français, qui ont voté comme moi, seulement presque.

Et ben, même pas contente, même pas jouasse, j'aurais préféré me tromper, parce que la galère autour de moi est profonde, les gens qui sont mis à la rue, la difficulté à construire des projets, l'enthousiasme devenu presque impossible. Et encore deux ans à traîner en sachant que rien ne se fera d'utile pour le peuple et de durable pour la planète.

http://anthropia.blogg.org
"désarroi intellectuel des sarkozystes" ?
Sur le désarroi de l'union des Mauvais Perdants, il faut écouter Guillon, vendredi...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.