104
Commentaires

"Dégage sale arabe" : la victime et le ministère se renvoient la balle de l'enquête

Après la dénonciation de violences policières et d'injures racistes par un étudiant d'origine marocaine, en une de Libération, l'IGS n'a pas annoncé avoir ouvert d'enquête. De son côté, le jeune homme hésite à porter plainte. Mais celle-ci n'est pas indispensable à l'ouverture d'une enquête.

Derniers commentaires

Hé Mona, je sais également lire. merci de vos leçons.
Pourquoi il n'y a pas d'arabe dans la police ;-)))
http://media.paperblog.fr/i/182/1820159/discrimination-concours-police-racisme-ouvert-L-1.png
je l'ai écouté sur Canal + , ainsi que Dati ; et je n'y comprends plus rien ; pourquoi n'a t-il pas porté plainte ? et qu'il fasse science Po ou pas, on s'en fout....
Ouf ! Lire certains de ces textes est une véritable épreuve! peut-être encore plus difficile que de supporter l'hystérique Dati chez Denisot.
En écoutant rapidement l'affirmation de notre chère Rachida Dati disant que les témoins n'étaient pas dérangé, il m'est revenu un cas évoqué par Eolas : pourquoi la PAF s'appelle la PAF

A tous ceux qui ont dit qu'il n'avait qu'à porter plainte, lisez simplement ce témoignage et demandez vous si vous pouvez avoir confiance et être témoin... Au passage, vous comprendrez pourquoi la Commission nationale de déontologie de la sécurité est dissoute (à part France Inter, il y a qui qui en a parlé?)...
je ne comprends pas trop, je ne suis pas d'accord...soit on estime que c'est inacceptable, on relaie ds les médias, et on va jusqu'au bout en allant porter plainte, soit on ne fait et dit rien du tout, car quel impact cela va avoir? cela va montrer, encore une fois, comme ont l'air de le montrer les medias et le dit la rumeur, que les bavures policieres françaises ne sont jamais sanctionnées, ou si peu, que le buzz marche, ok, mais qu'un scandale suit un autre, se ressemble, mais rien ne bouge...
j'ai l'impression que la France va à l'envers...on critiques, on dénonce, mais dans les faits on ne bouge pas d'un pouce, car 'de toute façon ça ne sert à rien'...ah bah oui c'est sûr, c'est mieux de refaire le monde à papoter derrière une table en disant 'c'est honteux' et puis en rentrant chez soi bien tranquillement...
la grève chez les profs a été très peu suivie, je me demande si je n'ai pas été la seule dans mon bahut, pourtant grand, parce que soit disant "ça ne sert à rien"...c'est peut-être pas faux, mais ne rien faire, ça sert plus peut-être???
Toute cette histoire me fout la NAUSEE...

Un brave Arabe qui fait "Sciences Po" - vous pensez ma brave dame, un Arabe "cultivé" - est invité sur les plateaux TV et est monté en épingle par tous les médias....

Mais il y a des ouvriers, des agriculteurs, des chômeurs qui vivent les mêmes choses et là, les journalistes parisiens, la bienpensance franco-française, bien dressée à se courber devant ses "élites" auto-proclamées, ne bougent pas le petit doigt. De plus, si le pauvre type n'habite pas Paris, mais... la Province... alors là, il n'a AUCUNE chance...

Daniel et @si, parfois je me demande sur quelle planète vous vivez...

Je suis en COLÈRE...

Cette servilité face à ce qu'on vous vend comme "élite" ou "future élite de la Nation" est à VOMIR...
En même temps, il faut qu'il porte plainte, sinon ça n'aura pas de poids, son témoignage.
Après, un procés, c'est cher et long, stressant, et anxiogène, et on n'est pas assuré de gagner même quand on est dans son bon droit.

Mais si il y va, à un moment, ça fera jurisprudence. : une fois qu'un policier aura été condamné un bon coup pour injure raciste et abus de pouvoir dans l'exercice de ses fonctions, les autres qui sont tentés de se comporter ainsi, se méfieront.
On peut souvent constater des comportements racistes parmi les forces de police, particulièrement à certains endroits (je sais de quoi je parle, j'ai habité dans le XVIIIème), mais de façon aussi évidente, avec des paroles aussi précises, c'est plus difficile à trouver.

Ce jeune homme est bien placé, à Sciences Po, pour comprendre que dans un état de droit, si personne ne proteste en passant par des procédures de droit, la démocratie ne peut pas fonctionner.
Cela demande du courage, mais il a prouvé ce soir-là qu'il en avait.... Et il est dans le cadre de Sciences Po qui le soutiendra...

S'il ne le fait pas, et l'IGS non plus, il perd toute crédibilité.

Pour les agréments, le fait d'être un témoins dans un procès est plutôt bon signe, sauf si c'est un faux témoignage.

Et malgré ce qu'on pourrait penser, la police n'est pas acharnée à combattre coûte que coûte ceux qui portent plainte contre elle à raison.
Heureusement, même si la police n'attire pas forcément la crème de l'humanité, et même parfois on a l'impression que Sarko et le pouvoir donnent le permis de taper à tort et à travers, la plupart des policiers et des CRS sont recta.

Sinon la France serait en guerre civile permanente....

Pour en revenir à cette fameuse nuit sur les Champs Elysées, je me mets un peu à la place des CRS : le monde à l'envers.
On fête la victoire de l'Algérie sur les Champs le soir de la qualification de la France en coupe du monde, et les Arabes, forcément délinquants casseurs des banlieues pourries, sont à Sciences Po,
Nul doute que ça a dû affoler des esprits aussi simples....
" l'IGS n'a pas annoncé avoir ouvert d'enquête. De son côté, le jeune homme hésite à porter plainte. "
" A ce moment-là, on voit un CRS fracasser le nez d'un jeune d'un coup de matraque net et précis. On regarde, atterrés. Un CRS s'approche de notre voiture, tape du poing sur la tôle et lance: "Qu'est-ce que tu regardes? Dégage, dégage!" (...) Au policier qui me demandait ce que je regardais, je lui réponds: "Je regarde devant moi, je connais mes droits, je suis étudiant à Sciences-Po." Réponse: "J'emmerde Sciences-Po!" Je lui fais observer que je suis poli avec lui et qu'il n'a pas à utiliser un tel langage. Il coupe court: "Ferme ta gueule." Son collègue me pulvérise sur le visage un gel lacrymogène. C'est la première fois que cela m'arrive. C'est une agression gratuite. Un geste injustifiable. Je n'arrive plus à respirer. Je sors de la voiture, je m'allonge par terre. J'ai la sensation d'agoniser en étouffant. Mon ami est dans le même état. Quand je reprends mes esprits, j'essaie d'avoir des explications. On me dit: "Dégage, sale Arabe!" "

Il a du s'en passer des choses, en "off", après... l'incident...
Il faut dire que c'est un phénomène tellement récent que Coluche n'en parlait absolument pas il y a trente ans...
Anyss Arbib a aussi dû se rappeler où il fallait qu'il se rende, pour porter plainte contre la police en bonne et due forme.
Effectivement, ça fait réfléchir.
Si encore il avait eu une tête d'auvergnat...
UNE VIDEO DE GRAND CHAMPIONNAT:

http://www.youtube.com/watch?v=0MzSuFnDsLk


apparement y a pas péril... Qui peut nier les tirs tendus???
Qu'il porte plainte et qu'on entende la version du policier! Je suis suspect quant aux raisons qui l'empechent de déposer sa plainte, ses amis ne peuvent pas se faire retirer leur badge avec un casier vierge.

De plus on en apprend un peu plus chaque jour sur l'altercation, voila qu'on nous explique maintenant qu'il a répondu au policier :

""Je regarde devant moi, je connais mes droits, je suis étudiant à Sciences-Po." Réponse: "J'emmerde Sciences-Po!" Je lui fais observer que je suis poli avec lui et qu'il n'a pas à utiliser un tel langage."

Vraiment, j'aimerais bien entendre la version du policier.
Ce qui est bien c'est l'équilibre :

Si - nous - on dit : "Dégage sale flic !" C'est gnons, garde à vue pour outrage et rebellion (parce qu'on a un peu essayé de se soustraire aux coups) et tous les emmerdes croquignolets qui s'ensuivent...

Si - eux - disent : "Dégage sale Arabe !", après avoir éclaté quelques nez et balancé du gel lacrymo en pleine poire... Le ministère se tâte pour ouvrir une enquête et n'a aucune envie de le faire pour ne pas démotiver ses sympathiques fonctionnaires !

De toute manière on a toujours ce qu'on mérite : quand on sait qui dirige la maison poulaga depuis plus de 7 ans on est presque étonné que les bourres ne se tiennent pas encore plus mal, dans la plus totale impunité... (Sauf que le millième seulement de leurs vermineries remonte jusqu'aux oreilles de la presse, car la maréchaussée n'a pas son pareil pour faire en sorte que les gens la bouclent, peut-être parce qu'une rouste ça va (?) deux roustes bonjour les dégâts !

Au fait quelqu'un a-t-il des nouvelles des deux aimables poulets qui ont tué deux jeunes motards - en roulant à [s]53[/s] 140 km/h en pleine ville, vu l'état de la bagnole - Ah ! On leur a tiré les oreilles en leur disant qu'il ne fallait pas recommencer (ou pas trop souvent...)

C'est bien ce que je pensais !

***
Ce qui m'a le plus marqué dans cette affaire n'est pas l'insulte raciale : on le sait que les policiers les multiplient (pas tous, je précise, avant de me faire attaquer par le ministère de l'intérieur). J'en ai moi-même été témoin. Mais ce n'est pas la seule catégorie socio-professionnelle à compter son lot de racistes primaires. On sait aussi que le tutoiement est bien souvent de rigueur : j'ai toujours été tutoyé lors d'un contrôle de police, même si j'en ai peu vécu (100% normand, peut être que cela a un rôle rassurant ; quoique que je connais un antillais 50% normand qui en a fait les frais durant toute sa jeunesse).
Non, ce qui est le plus marquant à mon avis est qu'il faut que la victime soit un étudiant de sciences po propre sur lui, ce qui est tout à son honneur, pour que l'affaire remonte. Sans doute connaît-il mieux ses droits que d'autres, et réagit plus fort ; sans doute aussi que finalement, le racisme quotidien, les médias s'en foutent.
Foin de toutes ces querelles, prenons de la hauteur avec l'ami du petit déjeûner.
énorme..
Merci de cette pointe de douceur!
Ah ! Le flicard masqué parce qu'il a peur d'être reconnu, tout seul, sans ses flingues et ses complices... Et qui en tremble d'avance, c'est toujours aussi sinistre à voir !

***
Hum, le fait qu'il refuse de porter plainte, plus la façon dont il répond aux questions (très politicienne) fait que je m'interroge de plus en plus sur la véracité de cette histoire.

Que l'on apprenne maintenant que son témoignage n'était en fait qu'un exagération d'un incident passé cette nuit là ne m'étonnerai pas.
Quizz:

Que s'apretent à faire ces policiers en position d'assaut, ce soir la du coté de Barbès, sur cette photo??

http://farm3.static.flickr.com/2735/4133037941_9e4b4573b7_o.jpg


Réponse plus tard...
Eh oui, gare aux représailles administratives, policières ou judiciaires!

Au nom de la Loi de la jungle, nous vous arrêtons!

Des violences devenues ordinaires pratiquées aussi par des [s]milices[/s][s] [/s] équipes non-policières, comme en témoigne Lefred-Thouron qui s'est fait tabasser il y a peu par des agents SNCF et qui raconte son histoire, passée inaperçue, ici:

http://www.hns-info.net/article.php3?id_article=4944
Alibi.
Je peux témoigner que les CRS mis en causse dans cet incident, étaient au pied du mur de Berlin au moments des faits...
De même que j’ai témoigné que le conducteur du scooter était à la fac, au moment de l’accrochage...
Et que Brice Hortefeux parlait bien d’Auvergnat et non d’Arabe.

Vous êtes crédules…
Les témoins sont crédibles !
J'ai vu le Grand Journal hier et ai trouvé Mme Dati particulièrement pathétique et énervante. Je n'ai pas compris que Denisot ne lui demande pas de se taire et de laisser le jeune homme s'exprimer.
Bravo à Anyss Arbib qui a su rester calme et digne.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.