"Dégage sale arabe" : la victime et le ministère se renvoient la balle de l'enquête
suivi

"Dégage sale arabe" : la victime et le ministère se renvoient la balle de l'enquête

Anyss Arbib explique pourquoi il hésite à porter plainte

Réservé à nos abonné.e.s

Après la dénonciation de violences policières et d'injures racistes par un étudiant d'origine marocaine, en une de Libération, l'IGS n'a pas annoncé avoir ouvert d'enquête. De son côté, le jeune homme hésite à porter plainte. Mais celle-ci n'est pas indispensable à l'ouverture d'une enquête.

Après la dénonciation de violences policières et d'injures racistes par un étudiant d'origine marocaine, en une de Libération, l'IGS n'a pas annoncé avoir ouvert d'enquête. De son côté, le jeune homme hésite à porter plainte. Mais celle-ci n'est pas indispensable à l'ouverture d'une enquête.

L'affaire faisait la une de Libération mardi 24 novembre : Anyss Arbib, étudiant à science po, témoignait de violences policières, dont il a été à la fois témoin et victime, le soir du match Egypte-Algérie.

Un témoignage frappant : "A ce moment-là, on voit un CRS fracass...

Il vous reste 86% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.