65
Commentaires

Déconnexion et accordéon en France

Et, six mois plus tard, les journalistes anglo-saxons réjouis s'aperçurent

Derniers commentaires

Merci à tous les commentateurs qui ont illustré le nouvel accordéon Français avec des accordéonistes admirables et inventifs.

N'en reste pas moins que l'accordéon qui iconise la France à l'étranger est plutôt un cru datant du bal musette du "Dimanche au bord de l'eau"
En France, oui, malgré tout, nous avons du bel accordéon.
Curieux qu'on découvre Sicko aujourd'hui. Il est sorti il y a bientôt 10 ans et il a fait une carrière honorable en France pour un documentaire.
Et c'est un film très réjouissant, en particulier par son côté "féérique".
Quant à ceux qui trouvent que Michael Moore galège, ils n'ont pas tort. Mais MM fait aux américains le coup que les américains nous font à longueur de films ou de séries : leur mode de vie est le meilleur, nous ne pouvons que l'envier.

Dans les productions américaines, combien de fois avez-vous les conséquences financières de la maladie? Les dettes abyssales, voire la ruine après la maladie d'un membre de la famille. En Europe occidentale (comme au Canada), cette angoisse-là nous est largement épargnée. C'est ça, l'essentiel du propos de Moore.
Michel Moore fait rire avec son documentaire, nos enfants mangeraient super bien a la cantine ? En tout ças pas dans le 75019, ici c'est cantine pourris, mal faite, mal cuite et toilette aussi très sale, et de la maternelle a l'université. Avant de faire une enquête il aurait du demander aux enfants, jeunes .. en France nous somme 80% a vivre ne ville, alors le truc des cantines ou se sont encore des cantinières qui cuisinent , ou ça ? http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/tend/FRA/fr/SP.URB.TOTL.IN.ZS.html
Il y a le droit à la déconnexion
et il y a le droit à être déconnecté des gens qui sont connectés

Je marche dans la rue et une voix s'élève sans s'adresser à moi. Le passant communique avec l'au-delà, l'en-deça.

Elle mange au restaurant avec un ami et il continue de tapoter, caresser, cliquer, essuyer, frotter son cell-phone, son téléphone de cellule, prisonnier de son téléphone qui l'enferme dans un monde parallèle qui se superpose au réel et l'exclue, en toute amitié;

Un ami Américain de leurs enfants restent quelques jours chez eux et continue de jouer à on ne sait quel Of Doom aux repas tout en zappant pour reprendre avec habileté la conversation. Chapeau, quelle dextérité, tout le monde est devenu Napoléon capable de dicter 10 missives simultanément ou presque, le roi du zapping détrôné.

Et moi-même je me gendarme pour ne pas vérifier mes emails à tout moment au risque de me payer un lampadaire

Et peu importe la vision des autres sur la France, leur vision est toujours symptomatique des problèmes qui les encombrent. Ce qui importe, c'est que notre vision de notre pays ne soit pas fantasmée par des terreurs imaginaires ou des images d’Épinal exagérées.

Et puis il y a le rappel : cet article 21 de la Constituante de 1793 comme l'évoquait de merveilleuse manière la chroniqueuse d'@SI Mathilde Larrère. Une incroyable première restée lettre morte jusqu'à Zola tandis que Bismarck introduisait les premières lois sociales, jusqu'à ce que notre pays se distingue de nouveau avec sa Sécurité Sociale en 1945. Et que nous soyons enviés pour des choses réelles même si c'est sur un air d'accordéon. Et que l'accordéon on ne l'entend plus qu'à l'étranger pour évoquer la France, et que nous même loin du pays nous vient alors stupidement une petite nostalgie en l'entendant.

Puis il y a ceux qui voudraient nous rabaisser dans notre représentation collective car ils peinent avec la leur et tentent de se raccrocher à des icônes "La Chanson de Lara" et un traîneau qui fend la neige derrière des chevaux mais sont bien obligés de constater qu'ils se sont réinstaurés dans un nouveau servage
Chroniques récentes du Matinaute :
2 Janvier - "Rien de plus facile aujourd'hui que d'accéder aux vidéos de l'EI, ou aux excellents sites RT France ou Sputnik"
10 Janvier - " Sur le fameux site public russe RT France, qui brosse jour après jour une fresque apocalyptique de la société française"

Du coup quelle définition de l'excellence ? vraisemblablement, sous votre plume : excellence dans les techniques de manipulation, dans le bidonnage ? Et dans ce cas pourquoi avoir été ambigu le 2/01 ?

Question sincère et sans malice. Bonne journée!
C'est cela même.
Vivre, jouir de la vie, libre et "décontracté du gland" disait Depardieu dans les Valseuses ne pourrait se concevoir que déconnecté du travail.

Le Travail étant toujours élément premier, valeur centrale qui organise le tout, qui régente le tout,qui valorise le tout.

Tu n'existes que parce que tu travailles.
C'est là où tu t'aperçois que Paul Lafargue a échoué.
Le Droit à la paresse, fainéants de chômeurs, salauds de pauvres...

Tu ne peux être déconnecté si auparavant tu as travaillé en aliénant ta pensée...

C'est pas demain la veille qu'on est dans un monde "Socialiste". (Aux sources camarades, aux sources!)

Vous disiez pour le Revenu Minimum INCONDITIONNEL?
J'ai vu l'émission sur la sécu, excellente d'ailleurs, mais je ne comprends pas l'association entre l'exemple du patient sorti de chimio et l'abus de la sécu !

Daniel, savez-vous ce qu'est une chimiothérapie ? Avez-vous vu l'état d'un patient après sa chimio ? Perte de poids (env. 50%), perte des cheveux, perte totale de tonus, fragilité immunitaire... Sans parler du risque de rechute...

Bref, vous croyez qu'on se remet d'une chimio en 1 mois ou 2 ? Pire, une reprise rapide d'activité augmente le risque de rechute, donc des frais supplémentaires évitables pour la sécu. Le repos payé par la sécu, c'est juste une méthode ultra efficace de réduire les coûts de santé bon sang ! Il faut le dire ! Mettre les travailleurs à l'arrêt lorsqu'ils sont malades, c'est favoriser une rapide remise en forme et éviter par ailleurs la contamination des autres (quand des contaminants sont en cause).

Alors cher Daniel, s'il vous plaît, arrêtez de prendre ce cas comme exemple d'un probable abus ! Surtout que ce qui est seulement exagéré dans le film de M. Moore c'est l'histoire du médecin qui demande à son patient combien il veut de repos. Pas le repos en lui-même !
Ce qu'il y a de fabuleux dans ce cas, c'est l'idée même d'appeler ça un "droit".

Les entreprises avaient-elles réellement le droit d'imposer à leurs salariés une condition d'astreinte permanente ? Évidemment, non. Les juges ne s'y sont d'ailleurs pas trompé : http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/doit-on-repondre-au-telephone-et-aux-e-mails-en-dehors-des-heures-de-travail-27-09-2011-1377777_47.php . Ils ont systématiquement donné raison à l'employé qui ne travaillait pas en dehors de ses heures de travail.

Bref, la déconnexion n'est pas un nouveau droit. La déconnexion a toujours été l'état standard du droit. Le problème réside essentiellement dans la relation employeur-employé, notamment en France, et dans l'engorgement scandaleux des tribunaux Prud'Homme (ainsi que leur fonctionnement…). L'état du droit était clair depuis bien avant, il aurait suffi de le rappeler, quite à faire une campagne de pub, et de le faire respecter, ce qui n'est pas au programme.

Comme l'a dit un autre utilisateur, nous sommes face à un vœux pieux. Des e-mails continueront à partir le week-end, d'autres moyens de communication seront utilisés, les employés esclaves seront toujours exploités dans leurs soirées… Ils seront placardisés jusqu'à accepter une rupture conventionnelle s'ils refusent, comme aujourd'hui. Ou alors ils porteront plainte au Prud'Homme et attendront 4 ans avant de savoir qu'ils avaient raison.

Comme toujours, on a essayé de lancer un os à ronger à notre fibre "gauchiste" pour faire passer la pillule de la loi travail. C'est plutôt une bonne chose, de ce point de vue là, que ça n'aie pas marché.
L’histoire du garçon bénéficiant de trois mois d’arrêt de travail pour convalescence, après chimiothérapie, n’est pas fausse, ni scandaleuse, il existe le concept de longue maladie ; seul le fait que le médecin lui demande combien de temps veut-il peut être jugé scabreux, dans la mesure où il y a une guerre budgétaire au niveau de la CPAM contre les arrêts de complaisance.
Ce n'est qu'un prêté pour un rendu.
Il faudra un jour relever nos préjugés sur les étrangers même et surtout les plus proches.
Tant que par exemple la Bulgarie se réduira au "yaourt et Sylvie Vartan (bon mot de Julia Kristeva)
Qu'on continue à rire de prendre un vol Luftwaffe pour Hambourg ou de dénoncer les "combinazioni";
l'Europe sera en panne et le discours populiste audible
Franchement, je n'aime pas le cynisme ou la lâcheté bâclées des deux dernières phrases!?
Et puis, est ce une affaire de "vérité"? Ne faut il pas tout simplement s'en tenir à l'examen des faits comme le reste de l'article le fait?
Bonne année à arretsurimages, malgré les bruits de botte qui continuent de plus en plus assourdissantes.
Mais ça aussi c'est une affaire de choix du regard ou pas?
Dommage.
Pourquoi les médias internationaux ne parlent-ils pas aussi des salariés allemands qui (dans certaines entreprises) ont aussi un droit à la déconnexion?
Le droit à la déconnexion est à ranger sur la mème étagère que le droit au logement ... des vœux pieux
Zut, j'ai fait une fausse pub. C'est @d_schneidermann le vrai de vrai.
Mille z'excuses.
"c'est que le consommateur français a le choix."

Parce que vous croyez peut-être que le "consommateur" n'a que ça à faire, de chercher un équilibre de traitement d'information entre des médias étrangers entre eux d'un côté, ces mêmes médias et les siens (nationaux) de l'autre côté. C'est vrai que si on fait 24h/24h de la veille sur CNN, Russia Today, Al-Jazeera, TF1 et mille autres chaines, radio comprise, on doit pouvoir finir par entendre le son de cloche de toutes les positions idéologiques. Mais ça Daniel, c'est votre boulot, à vous et quelques autres, et c'est précisément pour cela qu'on vous aime et qu'on vous suit.

Nous, pour la plupart, avons d'autres boulots, et n'avons ni le luxe ni toujours les compétences d'orientation dans le maquis international de l'information numérique et pas numérique, pour, comme vous le dites avec ce que je ressens comme du mépris, prétendre que nous avons le choix.

Ou alors vous avez perdu de vue ce que c'est que lesgens, les gens comme la plupart d'entre nous qui ne vivons pas (et c'est d'ailleurs heureux) en permanence dans le bocal de l'information continue mondialisée et relayée par réseaux sociaux interposés.

Vous allez vous retrouver bourdinisé comme le premier copé venu, un de ces jours :
- Daniel Schneidermann, savez-vous combien de temps les Français passent quotidiennement à s'informer ?
- Euh... 22h ? Non peut-être 12h, les dormeurs doivent faire baisser la moyenne.

Il aurait son heure de gloire avec cette petite saynète, le compte Twitter @SchneidermannDa (pub gratuite, ne me remerciez pas)
J'espère que cet extrait ne révèle pas le niveau général du travail de Michael Moore :-)

- méconnaissance totale de ce que représente 3 mois de chimio intensive : genre ensuite reprendre tranquillement le boulot comme si de rien n'était

- méconnaissance du niveau et du principe des indemnités de la sécu : genre louer un yacht sur la côte d'azur alors que le gars revient des usa sans carte de sécu

- et pour finir le gars dit n'avoir jamais cotisé puis ensuite d'obtenir un papier de la sécu pour filer à son patron ??

bref même TF1 peut mieux faire.
"L'avantage de la mondialisation de l'information, c'est que le consommateur français a le choix."
Bon, déjà, passons sur le terme de consommateur (employé à dessein ici j'imagine, ou j’espère), mais alors sur le choix on va tout de même se permettre l'énonciation d'une sacré nuance.
En effet, si une cuillère à café de caviar entre trois bonnes louches d’excréments contient en effet, rigoureusement parlant, une part non négligeable de saveurs délectables, le goût obtenu en demeure exécrable.
Une question que je me pose :
Dans une même entreprise, un employé faisant valoir son droit à la déconnexion, et un autre acceptant d'être contacté à toute heure du jour et de la nuit, seront-ils perçus et appréciés de la même manière par leur employeur ?
"c'est que le consommateur français a le choix."
Ça, c'est la version optimiste. En fait il doit s'accommoder des deux.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.