21
Commentaires

Décapotables rouges et piscines : la vie rêvée des expatriés de M6

Bon les losers, va falloir arrêter de vous plaindre et retirer ce gilet jaune. En route pour la réussite. Environ une fois par mois, M6 nous remonte le moral en suivant le quotidien de Français.e.s qui réussissent. Direction Chicago, Sydney, Le Cap, Koweit City : des villes où se sont installés des expatriés. Ah, les expatriés ! On les reconnaît facilement à leur voiture de sport, leur piscine de luxe, cette capacité à se lever à 6h du mat pour faire un footing avant de passer sa journée à défendre le savoir-faire français (avec du pâté, du chocolat ou n’importe quoi d’autre, tant que ça marche). Un monde merveilleux qui ne laisse pas de place à l’échec (ni à l’impôt). Bon voyage !

Commentaires préférés des abonnés

Moi je suis un expatrié Britannique en France

Ma vie est une success story

Tous les matins je me lève à 6 heures, je fais la vaisselle, je prépare le petit-déjeuner familial

et je bois du café dans un grand bol à la Française accompagné de tartines de p(...)

C'est la qu'on est content qu'ils ne vivent plus en France.

D'autant plus que la France est plutôt bien classée dans les aides aux créations d'entreprises après effectivement en France il y'a des reliques du respect de la personne salariée et ça le pe(...)

Ca ressemble vachement à des émigrés économiques tout ça.

Derniers commentaires

Moi aussi je suis une expatriée ( pas du tout volontaire une suiveuse de mari), pas de voiture rouge, j ai toujours froid en Californie du Nord tous les matins  et tous les soirs, nous ne nous sommes  pas enrichis car la vie est trop chère, donc je fais beaucoup moins de choses qu’à Paris.....La liste pourrait être longue. .Je  connais une personne qui avait été contactée par M6 et qui est passée sur un de ces reportages et ce qui est amusant c est qu’effectivement elle avait la voiture décapotable mais vivait dans un studio de 20 m2 à San Francisco. 

Je me suis toujours demandée si M6 faisait ces reportages pour pousser les français à partir, je dirais même fuir. 

Délicieux article. Une super bonne poilade. Merci.

LOL merci pour cet article hilarant. Je suis expatriee, a San Francisco, travaillant dans le cinema a Pixar en storyboard  donc la "mega win", aux yeux de m6 et pourtant je soutien les gilets jaunes et melenchon donc ca existe heureusement... (Je suis a votre disposition pour donner une contre interview realiste de ma situation si besoin lol). Je trouve aussi ces reportage m6 indecents pour les francais restes en France, et bien peu realistes. Je precise que je suis partie car l'opportunite d'apprendre dans la plus prestigieuse boite du monde dans mon domaine etait une chance inouie mais j'espere revenir un jour transmettre ce que j'ai appris.

Le mieux c'est de pas être patrié du tout.

C'est de l'acharnement de taper aussi souvent sur les francais et sous tous ces formes: matraquage mental et physique. Vivant a l'etranger j'ai du mal a trouver l'equivalent de l'expression "probleme Franco Francais". la majorite des francais vivant a l'etranger ont une vie banale et il sont tres loin du microcosme des gens gravitant autour du lycee francais.

Zut... j'ai du rater un truc dans mon expatriation au Royaume Uni puisque je vote Corbyn....

Francais un jour, francais toujours.

Ha ! M6... Une petite chaîne détenue par des milliardaires, dignes héritiers d'une famille d'industriels nazi compatibles... qui a toujours su où se trouvait le bon côté du manche.

C'était très drôle, merci !
Gros coup de coeur pour le portrait de Macron sur le frigo, 4 fois plus gros que le portrait de l'enfant ha ha.


Ca pas l'air bien compliqué de "winner" aux Stéïtss, il suffit de coller un vieux pâté Hénnaff entre deux pains mous et roule ma poule.

Un beau déroulé de valeurs humaines, que ces reportages M6 : cupidité, ostentation, exploitation de petites mains (on imagine bien comment sont payés, et traités, les personnels de nos vaillants artisans français à l'étranger). On voit nettement leur monde idéal : d'un côté, des serfs, qui travailleront pour eux et pour un salaire de misère, et paieront leurs impôts (les impôts, c'est bon pour le petit peuple, pas pour les génies du commerce créateurs de richesses (pour eux) et d'emplois sous-payés (pour les autres)), de l'autre, "l'élite", la crème, seule autorisée à jouir des plaisirs de la vie. 

La bonne vieille philosophie du "tout pour ma gueule", et "après moi le déluge". Parce que, question principes et citoyenneté, hein...

magnifique stereotype ! si il y a bien un truc qui ne change pas dans la vision m6 des expatries c'est les reportages a la con "je vis a l’étranger, je suis un winner !"....... Ca vend du rêve a certains qui une fois a l’étranger déchantent rapidement et ca en fait hurler d'autres qui y voient une trahison et une injustice sociale caractérisée.


L'expatriation peut être une experience formidable a condition de ne pas se faire de film....  l'herbe n'est en générale pas plus verte ailleurs et la langue et la culture peuvent être des barrières redoutables pour s’insérer socialement.


Sinon , le burger avec du pate de campagne dedans c'est un bon debut mais je pense que ca va manquer un peu de corps , il faudrait rajouter une couche de saindoux et une pointe d'aioli en guise de finition.

Wow ! Un journaliste d'ASI qui bosse le dimanche ! Vous faites bien de le rappeler 2-3 fois dans l'article parce qu'Emmanuelle et Daniel, ils ne vous liront pas avant lundi. Bon, la piscine ou la décapotable, ce n'est pas pour demain... vous n'êtes pas aux States... mais peut-être qu'une baignoire rouge sur le balcon ferait l'affaire?

BANDE DE JALOUX !!!!




PS : c'est de l'humour hein !

Moi je suis un expatrié Britannique en France

Ma vie est une success story

Tous les matins je me lève à 6 heures, je fais la vaisselle, je prépare le petit-déjeuner familial

et je bois du café dans un grand bol à la Française accompagné de tartines de pain made in ma boulangerie locale


Comme sport, je fais tous mes déplacements à vélo (vélo normal de ville avec des pédales, une chaîne etc)

les patinettes électriques de ceux qui rêvent de s'expatrier me dépassent mais je les retrouve au feu

et le dimanche des randonnées dans les Vosges ou la Forêt Noire


Comme voiture, un van familial qui nous a amenés à travers la France et l'Europe à chaque vacances d'été


Comme job, j'ai de la chance, un job où je rencontre plein de gens ordinaires, avec des vies ordinaires pleines de soucis et je dois faire mon mieux pour qu'ils aillent mieux, et moi aussi par empathie


Comme famille, plein de gosses qu'on a laissé se développer sans mettre la pression

et aux dernières nouvelles les plus âgés vivent leur vie sans problème majeur et sans rêver de passer à M6


Ah j'oubliais, notre piscine : la piscine municipale du Wacken à Strasbourg et autrefois quand les mômes étaient petits une pataugeoire en plastique de 1.50 mètre de diamètre et 30 cm de profondeur qui résonne encore des cris de joie des enfants


Bref une existence ordinaire sans Union Jack au mur ni drapeau tricolore... pas de quoi passer à M6


NB : Hier nous sommes allé voir avec mon épouse "Qui a tué mon père" de Édouard Louis avec Stanislas Nordey. Si cette pièce de théâtre passe pas loin de chez vous, allez-la voir, c'est mon conseil. 

Elle ne passera jamais à M6. On y dit des choses interdites comme celle-là :

"Ce que produit la politique sur un corps, sur une vie, est une expérience universelle. Quel que soit le pays, si tu as un père ouvrier, il mourra plus jeune qu'un père cadre"

C'est la qu'on est content qu'ils ne vivent plus en France.

D'autant plus que la France est plutôt bien classée dans les aides aux créations d'entreprises après effectivement en France il y'a des reliques du respect de la personne salariée et ça le petit expat il aime pas trop ça fait trop ”communiste”.

Ce qu’il y a de bien avec M6, d’après ce que je lis ici, c’est qu’ils n’y vont pas par quatre  chemins  : apologie du fric et du luxe, dénigrement de la France, sans faux-semblant, ce n’est pas sous entendu c’est affiché. 

C’est une ligne éditoriale... et fort heureusement on n’est pas obligé de regarder ! 


Ca ressemble vachement à des émigrés économiques tout ça.

Les "loosers" (sic). Flûte, on paie un abonnement pour ça.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.