33
Commentaires

De Wikileaks à France 2, polémiques sur la tuerie de Nice

Que dire, que montrer, à qui donner la parole quand un camion fonce dans la foule sur la promenade des Anglais, à Nice, et tue au moins 84 personnes ? Après les attentats de janvier et de novembre 2015, la question s'est une nouvelle fois posée à l'ensemble des médias. Faut-il tout montrer pour dénoncer la réalité du terrorisme, comme le prône Wikileaks ? Ou bien laisser tourner les caméras pour éviter que les théories du complot naissent, comme l'estime un rédacteur en chef adjoint du service politique de France 2 ? @si revient sur une nuit d'urgence, et de doutes.

Derniers commentaires

Sarkozy présent sur toutes les radios, les chaînes télé, pour dénoncer le laxisme du gouvernement en matière de sécurité.
Mais ferme ta grande gueule de faux-cul, blaireau. Fais une retraite dans un monastère, une caverne ou au fond d'un gouffre. Emigre à Arkhangelsk, à Ushuaïa. Au nord du Nord ou au sud du Sud. Va tenir compagnie aux pingouins ou aux manchots. Va apprendre à nager avec les phoques.
Mais casse-toi. Arrache-toi de notre sol. Disparais de notre vue.
Qu'on t'oublie enfin. Définitivement.
Attaquer le gouvernement est le sport favori d'Estrosi. Il a oublié que son cher Sarkozy avait diminué les effectifs de la police. Mais il n'a pas bénéficié d'une grande intelligence et ne se rend pas compte que son bla bla bla inextinguible est aussi indécent que ridicule. De plus utiliser ce drame épouvantable pour faire de la petite politique, c'est minable.
Depuis vendredi soir, de très nombreux médias télé et net (Nice Matin, itélé, l'Express...) reprennent en chœur une durée de 45 secondes pour le trajet du camion à Nice, exemple sur "20 minutes" : <>.

45 secondes pour parcourir 2 km, ça fait une moyenne de 160 km/h.

M. Borré et Estrosi devront donc retourner sur les bancs du collège où ils avaient probablement séché les cours d'arithmétique. Ils y retrouveront M. Copé et Sarkozy pour réviser la méthode des calcul de comptes de campagne et ne plus confondre addition et soustraction. Ainsi que François Hollande qui y apprendra qu'"inverser une courbe" ne veut rien dire, ou en tout cas pas du tout ce que lui veut dire.

On voit que nos gouvernants maîtrisent les chiffres...enfin les leurs...et que les médias se copient beaucoup mais ne vérifient pas grand chose, même quand ça ne prend qu'un instant avec une calculatrice 4 opérations.
Vidéos, photos, ou pas?
Elles sont demandées par beaucoup de gens, comme ceux qui me regardent d'un air ébahi quand je dis que je ne regarde surtout pas la télé lors de tels événements.
Suis-je normale?
Vous pourriez me dire pourquoi, malgré les demandes répétées des internautes, un média comme Le Monde persiste à afficher la sale gueule d'un assassin dont je me refuse de citer le nom ?.
Trouvé ce commentaire sur un forum :

«  Le tout sécuritaire, loin de ce que dit ce monsieur par le truchement de ses élucubrations, consisterait - enfin ! - à élaborer la prévention sécuritaire, à savoir, deux formules :
La première, formule douce, pour y enfermer les radicalisés les plus durs, avec construction de pénitenciers de type Supermax américains (privation de liberté physique, sensorielle, mobilier scellé, pas de lumière naturelle).  Clientèle radicalisée, dont pour rappel, le régime actuel dans nos prisons permet l'accès à la télé, salle de sport, prières, et de continuer à influencer depuis l'intérieur (!!!) des réseaux prosélytes situés à l'extérieur).
Pour la seconde formule, davantage pertinente, pour cette même clientèle incarcérée ou / et coupable d'attentats, de tentative d'attentats, de faits grave de banditisme liés - on le sait - aux réseaux terroristes, cela exigera(ait) le rétablissement avec impatience ! - de la peine capitale, uniquement pour juger ce genre de faits. Ceci avec extraction de cellule, comparution à charge de chacun de ces paroissiens devant des juridictions de type "Sections spéciales", avec le rasoir en ligne de mire, avec la peine liquidée une heure après le verdict. Cette option aurait l'avantage d'écrêter - dans tous les sens du terme - toute une faune qui professe par la violence des valeurs différentes des nôtres.
Dans l'attente comme le disaient certains hommes politiques ce matin sur les médias, il faudra bien dans les cités "à problème", commencer une campagne de dératisation : investigations des cités par l'armée, fouilles de caves, des appartements avec arrestation de tous ceux qui s'opposent à la la méthode (coupables, délinquants et radicalisés "logés", mais aussi sympathisants démago libertaires).
Il faudra bien en passer par là. »

Sur Minute ? Sur Valeurs Actuelles ? Sur Causeur ?

Non, sur Libé.
Ils sont bon nos gouvernants jusqu'a l'application d'alerte qui foire, je suis sure que ces cons l'ont même pas tester .... Sont bon qu'a nous bastonner en manif et a gouverner au 49,3, par contre compétences, démocratie, formation de la police, protection de la population , la on peut attendre, et a force de merder comme ça , y'en a aucun qu'est viré , Cazeunve par exemple ? ha on est pas en Angleterre, ici les zelites peuvent merder et ne JAMAIS en être responsable, c'est ça la France, doux pour les forts, fort avec les faibles.
Nous devons à Boris Cyrulnik l'introduction en France du concept de résilience. C'est la France aujourd'hui qui en fait la démonstration exemplaire.
La triplette qui nous gouverne a su (coiffures et cravates comprises) et montrant toute la fermeté nécessaire traverser l'épreuve de trois attentats majeurs en moins de deux ans.
Et résilions leur contrat en 2017.
Ha ah ah !
J'ai beaucoup apprécié tous vos commentaires, merci !
J'ai beaucoup apprécié tous vos commentaires

Vous prenez un risque, vous !

Daesh vient de revendiquer l'attentat. C'est de bonne (sic) guerre même si, à ce stade de l’enquête, rien ne prouve qu'il l'ait commandité en direct. Ce qui est prouvé, c'est que la guerre menée contre lui, même si elle réduit son emprise locale (et à quel prix, demander aux habitants de Fallouja broyés par deux mâchoires : EI et les milices irakiennes). Soigner un cancer c'est bien, encore faut-il le faire sans créer de métastases.

Trouvé sur Médiapart ce commentaire, que je livre à la méditation :

15/07/2016 19:36 Par dianne en réponse au commentaire de Axel J le 22 juin 2016

En parcourant à nouveau ce fil, je livre le constat que j'ai fait aujourd'hui : un vendredi, jour habituellement chargé en chalandise dans les centres commerciaux, il n'y avait pas une seule femme en tenue d'intégriste. PAS UNE SEULE dans mon hyper de proximité où d'habitude elles circulent en nombre.

Ce n'est pas une enquête sociologique, c'est un constat : celui que l'on se fout de nos gueules sur ce sujet et que le déguisement est bien destiné à marquer le territoire politique. Le même constat d'ailleurs en novembre 2015. Pendant quelques temps, plus un seul fantôme en cage de toile. Je ne pouvais pas croire qu'aucune d'entre elles n'avait de courses à faire.

Qui leur enjoint de le porter ? Qui leur enjoint de le quitter ?
Et si ELLES le décidaient SEULES ? C'est fou personne ne pensent que des femmes adultes fassent des choix sans leur mecs, c'est vraiment du machisme, elles sont gommées par des non musulman, incroyable. C'est hyper machiste de ne pas accorder le choix aux femmes, m'étonne pas qu'on élise ces vieux mecs blancs, ils sont exactement comme ce commentaire, méprisant .Tant que nous nous mépriserons entre nous, entre F/h et F/F , nous n'aurons que de l'autoritarisme, comment passer de bourgeois a la maison (les pieds sous la table) a égalitaire dehors ? Impossible .
"Et si ELLES le décidaient SEULES ? "
Et si elles le décidaient non pas sous l'ordre de leur mari, mais sous la pression "amicale" du groupe social (ex: amies, copines, voisins, etc.)?
A vous lire, on croirait que le voile est un vêtement comme un autre…un jour oui, un jour non.
Mon dieu les journalistes, au réveil ce matin sur RTL j'entends des journalistes tout jouasses annoncer 85 morts... s'en suit une interview de Bayrou qui était visiblement affecté (lui) le contraste était saisissant, certains journalistes sont tout excités lorsqu'ils ont ce genre de faits à commenter, effet boeuf garantit !
[quote=al ceste]. De ce qu'on sait à cette heure sur le tueur, il semble que ce ne soit pas un djihadiste[ /quote]
Son comportement me fait penser à un "Ravaillac": un individu solitaire qui est manipulé progressivement par un ou des prêcheurs. L'objectif des prêcheurs étant qu'il en vienne de lui même à commettre un acte terroriste, sans que l'on puisse pour autant accuser ces prêcheurs d'avoir commandité l'acte.

Pour ceux qui ont dormis en cours d'histoire : Ravaillac a assassiné Henri IV, roi de France. Probablement manipulé par des prêtres catholiques trouvant que Henri IV n'était pas assez agressif avec les protestants.
De ce qu'on sait à cette heure sur le tueur, il semble que ce ne soit pas un djihadiste (sauf s'il pratiquait la taqqya). S'il est évident que son acte s’inscrit dans les projets destructeurs de l'EI, son cas montre les limites d'une surveillance des profils à risque, et le caractère démagogique, liberticide et inefficace de l'état d'exception, qui n'a rien empêché du tout. Comme il n'y a aucune raison que ce tueur ne fasse pas des émules dans les mois à venir, que ne se répète ce qui relève du « terrorisme du pauvre » (pas de complot, de réseau à gérer), on peut dire adieu à nos libertés publiques pour un temps indéfini.

Les divers services officiels feraient mieux de nous dire comment un 19 tonnes a pu accéder à la Promenade des Anglais. Et Estrosi, nous dire à quoi ont servi des caméras de surveillance plus nombreuses que les verrues sur le nez de la fée Carabosse.

PS Les politiciens, en cette occasion, ont été encore plus nuls que d'habitude. Voir l'ITW de Kepel dans Marianne.
La vue des corps en plan rapproché, et surtout l'interview de l'homme près du corps de sa femme, non. Le camion qui fonce, si on ne voit pas les gens de près, oui. Pas de place pour les théories du complot (même si d'aucuns crieront au montage camionnesque). On comprend l'idée de respecter les proches des victimes. N'empêche que cette occultation s’inscrit bien (enfin, mal) dans l'occultation moderne de la mort.

Ce respect n'existait guère autrefois. Revoir cette photo dans un Paris-Match de 1953 racontant les suites du naufrage d'un chalutier, montrant un fils de pêcheur sortant en larmes de sa chaumière. Photo pleine page, le môme enlaidi par la douleur, il n'y a qu'au cinéma que c'est beau.

Bon, ce n'était qu'un petit plouc breton, pensait-on à Paris...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.