22
Commentaires

De l'impressionnisme et du tricot

L'association normande Tricote un sourire organise, dans le cadre du très officiel Festival Normandie impressionniste, la réalisation d'un tableau de Monet géant en petits carrés de tricot. Quelle merveilleuse idée !

Derniers commentaires

En tricotant en maille "envers", obtient-on une "Femme à l'ombrelle tournée vers la droite" qui serait plus d'actualité ?
En 2013 à Fécamp, Yport et Etretat, un festival réussi avec les anamorphoses de Bernard Pras.


http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/peinture/fecamp-les-anamorphoses-impressionnistes-de-bernard-pras-140215

http://www.ufunk.net/artistes/bernard-pras/

https://www.youtube.com/watch?v=1vYkQkJiU0A
Il semble que toute réutilisation de l'œuvre a à voir avec la personnalité du peintre, ou ce qu'on en perçoit.
À Van Gogh les âmes simples, les cœurs purs qui trouvent les capsules de bière magnifiques.
À Léonard de Vinci les Japan air Lines's Japan Joconde et l'homme de l'intérim, le progrès et ses alentours.
À Monet, une pratique casanière, domestique, d'isolement familial.
À Vermeer, le yaourt: je n'ai pas d'explication car il était le contraire d'une vache à lait, question productivité.

Modif: j'ai oublié Jean François Millet et la monotonie du point de croix, persévérant comme l'ouvrage répétitif de l'ouvrier agricole.
Faire ça en Normandie ? Pfff. Z'auraient du commencer par faire la tapisserie de Bayeu en tricot!
Petite idée pour faire des tableaux impressionnistes géants animés
Du parisianisme et de la condescendance envers des provinciaux qui s'essaient à des trucs... originaux !
Pas foncièrement plus stupide que toute utilisation touristico-commerciale d'une oeuvre picturale ou architecturale... faut espérer que les tricoteurs et tricoteuses en profitent pour passer des moment sympas ensemble, se faire des bouffes, nouer des relations en plus de nouer les fils de laine ... ça, au moins, ça sert toujours à quelque chose !
Lui conseiller la tour Montparnasse, c'est plus moderne et moins compliqué.
J'ai connu un marin qui ambitionnait de réaliser le Mont Saint Michel en bouchon de liège, je ne comprends pas pourquoi vous ne le mentionnez pas dans votre article. Il tenait à n'utiliser que des bouchons authentiques dont il avait bu la bouteille. Pour l'aider que faire?
Pour tricoter les marines, il est recommandé d'utiliser le point mousse.
Au risque de surprendre, je trouve cette initiative assez logique et même scientifiquement fondée. On connaît en effet l'intérêt des peintres impressionnistes pour la loi du contraste simultané, loi qui stipule que la juxtaposition de couleurs produit un effet coloré riche, par contraste en faisant appel à une synthèse optique, effet que ces peintres ont largement exploré, privilégiant la juxtaposition de touches de couleurs aux mélanges sur la palette. Or, cette loi, si elle était sans doute connue de manière empirique depuis la plus haute antiquité, fut décrite rigoureusement par Chevreuil, Michel-Eugène, chimiste de profession, à qui il fut demandé par la manufacture des Gobelins de développer des nouvelles teintes vives à destination de l'industrie de textile en plein essor. C'est ainsi qu'il découvrit que la chimie, qui était sa spécialité, ne pouvait pas grand-chose pour ce projet mais que la bonne manière d'y parvenir était d'entrecroiser des fils de couleurs contrastées entre elles pour produire l'effet voulu. Les impressionnistes doivent donc beaucoup au textile et il est logique d'y revenir.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.