21
Commentaires

De la difficulté de comptabiliser les actes islamophobes

Les actes antimusulmans auraient triplé après les attentats de janvier 2015. C'est le constat établi par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. De son côté, le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) constate une hausse de +18%. Une hausse plus faible, mais des chiffres beaucoup plus élevés : quand le ministère recense 400 actes islamophobes en 2015, le CCIF en dénombre 905. D'où provient cet écart ? Comment mesurer les actes islamophobes ? Quels sont les chiffres fiables ?

Derniers commentaires

Il me semble qu'en général il est difficile de juger, sauf revendication expresse et encore, du caractère islamophobe, antisémite ou anti-catholique d'un acte. Même dans des procès pour des faits graves, nous avons vu que ça se discute. Faut-il vraiment tout prouver par le nombre et par l'augmentation des chiffres? Faut-il vraiment classer tout événement dans une case et lui mettre un bracelet rouge?

De la même façon, les vols dans les églises, les saccages de tombes, sont-ils des actes anti-chrétiens ou pas? Près de chez moi, une escouade de petits malins (courageux) s'est mis en tête de faire disparaître toutes les croix monumentales qui trônent sur chacun des sommets environnants. Anti-chrétiens ou laïcs (intégristes)? Croix qu'une autre escouade, officielle celle là, a promptement remises en place. Prosélytisme? Ostensibilité? Ou amour de "nos" paysages traditionnels marqués par l'histoire?

Et le récent éboulement du Granier, qui a épargné la croix... mais la laisse quand même menacée d'un éboulement ultérieur, où le classer? Et ceux que ça désole? Et ceux que ça fait rigoler?
Suite à ce violent article à charge, l'intègre CCIF vient d'ajouter @si à sa liste noire des sites islamophobes.
Où l'on apprend que les musulmans non contents d'être barbus, misogynes et intégristes ne savent pas non plus compter.

Il se passe quoi chez Arrêt sur images?
Vous manquiez de journalistes consciencieux et intègres pour écrire des articles sérieux sur des sujets de fond?

Parce que je cherche mais je ne vois sincèrement pas ce qui peut justifier de dégrader si brutalement la qualité du site. Quel sens donnez-vous au fait de payer à Mr Rochat un article pour qu'il développe le même type de suspicion nauséabonde, basée comme toujours non sur des faits mais des interprétations, émanant de pseudo journalistes dont l'islamophobie est notoire (Kersimon), que l'on entend et lit très régulièrement voire quotidiennement sur de très nombreux média mainstream?

Je participe au financement de ce site pour pouvoir accéder à une analyse critique des médias, par pour lire le même type de discours que l'on entend partout ailleurs.
Pas pour constater une fois de plus que la réalité de la montée des actes islamophobes qui reste spectaculaire même sur la seule base des chiffres du ministère, est ignorée, atténuée, évacuée au profit d'une fixation sur les méthodes de calcul, alors que l'explication sur les différences observées a été donnée par le CCIF et figure dans le corps de l'article: l'association comptabilise toutes les interventions qui ont abouti à une médiation et dont la police n'a jamais eu à connaitre.¨Pourquoi chercher à décrédibiliser son travail en maintenant un ton inquisiteur et accusatoire sur le dernier paragraphe notamment ? Réalisez vous seulement la charge de violence contenue dans cette posture?

Les doutes de Mr Rochat me donnent le vertige: il se demande sérieusement ce qu'il y a d'islamophobe dans l'attitude de Ségolène Royal qui qualifie d'intégristes des femmes voilées qui s'opposent à son discours/sa posture? Le fait d'associer automatiquement voile et intégrisme dans un simple cas de divergence d'opinion politique ne lui pose pas de problème?

Et même cet imam qui selon le ministère a fait l'apologie de la polygamie et de la violence conjugale, dans combien d'autres cas cela aurait aidé à justifier une expulsion du sol français? Prétendre qu'un chrétien ou un juif aurait en France aujourd'hui été jugé pareillement sur les mêmes propos, affirmer que cela n'aurait rien d'islamophobe, que ce n'est pas lié en propre au rapport que certains hommes politiques et magistrats entretiennent avec une vision fantasmée de l'Islam relève d'une déconnexion complète avec la réalité.

Je vous invite à aller rendre visite au CCIF dans ses locaux, à les suivre sur le terrain, à interviewer le public qu'ils accompagnent; bref à faire une vrai travail d'investigation et ensuite à venir nous parler de vos croyances sur les grandes manoeuvres complotistes des musulmans victimaires, qui gonflent les chiffres de leurs agressions juste pour culpabiliser les gentils français.
1°- Ne pas confondre Musulman et CCIF.
2°- Relire l'article en essayant de ne pas le présupposé raciste.
3°- Regarder le reste des contenus du site sur le sujet de l'islam ou des musulmans de france.

"Où l'on apprend que les musulmans non contents d'être barbus, misogynes et intégristes ne savent pas non plus compter. "

Allez prendre l'air et relisez l'article...
Ne pas venir m'expliquer comment je dois comprendre, interpréter, me positionner: subjectivement ou pas.

Car moi musulmane, avoir un cerveau et savoir l'utiliser. Ne pas avoir besoin d'injonctions faites dans un style télégraphié pour m'expliquer la bonne façon de faire.

Pour info, le CCIF ne se revendique aucune affiliation religieuse, ce n'est pas une association cultuelle. Ils le disent, les musulmans de France le savent: ils sont là, entre autre, pour tenir la compatibilité honteuse pour ce pays (mais pas étonnante) des actes islamophobes et soutenir les victimes dans leur recours juridiques
Car moi musulmane, avoir un cerveau et savoir l'utiliser.
Euh, à vous lire, je dirais que vous êtes surtout une militante, légèrement fêlée du casque.
Je pourrais vous retourner l'insulte, mais je me refuse à descendre à votre niveau.

D'autant qu'insulter les autres de fêlé ou de con est tout ce reste quand on a plus rien à dire. Je vous laisse donc être misérable tout seul.


Et Je garde mes convictions dont je suis très fière en tant que citoyenne, militante, et travailleur sociale.
Je rejoins Mathieu, votre lecture de l'article semble subjective... L'article du journaliste expose simplement des faits avec honnêteté, chacun les comprendra selon ses propres lunettes. Vous pouvez très bien estimer que les actes considérés comme islamophobes par le CCIF le sont, d'autres penseront différemment.

Des fois, j'en ai un peu marre de lire des reproches politiques faits à ASI. Je ne me sens pas à 100% en accord avec la ligne politique que semble parfois défendre l'équipe, et après ? Je n'ai jamais demandé à m'abonner à TV Moscou...
Quand on ne sait plus quoi dire à une association ou un mouvement, on lui demande la provenance de son financement. Bingo, ça marche à tous les coups: on devient suspicieux. Canal+ a fait pareil avec Barakacity. Le pognon, c'est le mal, et c'est le nouveau joker médiatique.
Comment un énoncé de type "un professeur dit qu'aucun couvre-chef n'est autorisé en cours" peut-il rendre compte de l'aspect méprisant et discriminatoire de l'acte ?
Bien sûr qu'il faut des personnes à l'écoute par téléphone, échange oral, avec tout le caractère vécu.
Moi je trouve toutes ces situations potentiellement très racistes, et même explicitement pour la moitié. Ceci parce que je côtoie suffisamment de personnes racisées, avec une certaine attention et sensibilité aux rapports de pouvoir.
RC
Publier ce genre de statistiques sans leur détail et sans des références permettant de vérifier les sources ne devrait juste pas être autorisé (que ce soit pour le ccif ou pour d'autres).
C'est la porte ouverte tant à l'exagération qu'à ceux qui voudraient nier le phénomène.
On sait depuis pas mal de temps que les statistiques du Ministère de l'Intérieur sont fausses mais elles permettent de comparer les actes commis. Il existe, néanmoins, des enquêtes de victimation, qui permettent d'avoir des chiffres plus fiables.

Je trouve très inquiétant de voir que les médias jugent, souvent, plus légitimes les statistiques et analyses d'associations loi 1901.

De par leur statut, elles n'ont aucune obligation, aucune valeur à respecter. Lorsque la puissance publique nous enfume, au moins, on peut demander des comptes, au nom des valeurs bafouées. Là, non.
Pour compléter l'article, voici un lien vers un texte intitulé "Recadrage suite aux attaques lancées contre le CCIF" sur le site de cette association :
Mais pourquoi et depuis quand les journalistes (en général) prennent-ils pour parole d'évangile les statistiques du Ministère de l'Intérieur? Pourquoi les resservent-ils sans la moindre distance à l'heure de la messe (matinale sur France Inter ou vespérale sur TF1, F2, ....)?
Selon l'article, le Ministère ne considère qu'il n'y a "acte" que si une plainte a été déposée. Mais où donc sont comptabilisés les "actes" commis par des policiers?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.