138
Commentaires

"Dans le foot, on est passés des nations au pognon"

Le foot est-il condamné à être ce spectacle enseveli sous les millions et les milliards, parfois violent, et dont les stars se retrouvent à la rubrique faits-divers ? Et si, au contraire, il existait un alter-foot, avec des clubs gérés par les supporters, résistant à l’argent, et aux principes vertueux ? En Europe, des clubs expérimentent des modèles alternatifs qui visent à revenir aux vertus originelles du sport. Peut-on y croire ? Avec nous, trois invités : Vikash Dhorasoo, ex-joueur international et membre de l’association Tatane qui promeut "un foot durable et joyeux", François Ruffin, journaliste de Fakir et reporter de Là-bas si j’y suis sur France Inter et enfin Michel Caillat, auteur d’un ouvrage qui démonte les idées reçues sur "l'idéal sportif".

Derniers commentaires

"Au contraire, je crois que bon, l'important c'est les trois points.
On a su jouer sur nos fondamentaux, tant au niveau tactique que technique.
Il faut retrouver nos automatismes, et notre qualité de jeu tant individuel que collectif
On peut compter sur des individualités au service du collectif.
Il faut savoir se faire plaisir, et retrouver les sensations de jeu.
On doit savoir ménager notre mental, tout en veillant au respect de nos valeurs.
Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !
"


Jolly "Deschamps" Jumper
Prix de l'Arc de Triomphe
Attention, voici un reportage insoutenable. Où l'on voit des enfants auxquels on inculque de force et sans âme la lutte de touts contre tous, la violence, le nationalisme et la tricherie - enfin, toute l'horreur du sport quoi.
Salutaire intervention du Monde Diplomatique sur le sujet :

http://www.monde-diplomatique.fr/1992/06/BROMBERGER/44510
J'aurais bien aimé un peu plus d'explications juridico-économico-truc sur l'aventure du footballeur du début dont la situation est comparée à de l'esclavage ! qu'en est-il exactement ? Je ne comprends pas bien sa situation, et les explications données par les intervenants ne m'ont pas trop éclairé......
Je n'aime pas du tout l'univers du football, mais j'ai trouvé cette émission passionnante. (Ma petite conclusion c'est que c'est encore et toujours la finance le problème, l'argent.)

Je voudrais dire merci à Vikash Dhorasoo, que je ne connaissais pas, et qui m'a fait prendre conscience de pas mal de choses touchant à l'univers des sportifs.
J.L Godard : "En football, aussi, on pourrait peut-être un petit peu changer les choses… Mais ils n'ont pas les moyens intellectuels, culturels. Ils ne jouent qu'avec leurs pieds."
Vivement que la France se fasse sèchement éliminer par le Grattemoilà, qu'on puisse regarder les noces de figaro tranquille.
Comme sports , j'aime bien le tir à l'arc et au pistolet, le karaté, l'aikido, le tennis de table, le volley, les échecs, la muscu, le jardinage, la baignade, j'aurais bien aimé le foot, le handball, le tennis, le karting, la voltige, le deltaplane, le chant.... Ah, oui, je parlais de pratique. Pour le spectacle, il y a vraiment le choix avec toutes les chaines de télé en continu maintenant et tous les montages d'enfer des émissions, documentaires, infos. Comme disent les intervenants, personne n'oblige personne pour occuper son temps libre, mais question sports "de masse", le foot (rugby, volley, tennis, cyclisme...) ont quelque chose à voir avec la cohésion sociale et l'éducation. Parent, on est content quand l'enfant trouve "son" sport. Le sport le plus pratiqué au monde est ....le volley ball, parce que les chinois le pratiquent. L'émission est sympa, tout y est et on ne voit pas le temps passer. Vive le foot ! (mais non, je provoque).
En effet, comme le prédit Daniel Schn. cette émission ne devrait guère cartonner ici...En tout cas, elle m'a permis de découvrir quelqu'un qui pense à peu près ce que je ressens depuis bien longtemps. A savoir que le "SPORT" de compétition( soi-disant "professionnel", comme si tout ça avait quelque chose à voir avec un métier !), est en fait une vaste imposture qui ne peut qu'être récupérée chaque jour plus avant par le fric, quand ce n'est pas par une certaine politique. En fait, c'est bien Michel Caillat qui domine le débat, les autres sont bien gentils, mais croient un peu au Père Noël.

En tout cas, je vais bientôt me procurer son dernier bouquin...Et c'est sans doute pour tout ça que je ne me suis jamais intéressé à ce soi-disant "sport" , ni pratiquant, ni spectateur. En revanche, d'autres branches d'activité, où la finalité n'est pas de dominer l'autre coûte que coûte, m'ont nettement plus attiré, comme la randonnée en montagne ou ailleurs. Ici, on se mesure plutôt avec soi-même ou avec la nature et les éléments.
M. Vikash Dhorasoo m'a bien fait rigolé, merci à lui.

Il eut été agréable de prolonger un peu sur la misère intellectuelle de beaucoup de joueurs du fait de leur milieu social d'origine et de la formation professionnel abrutissante qu'iles subissent. Et des pistes pour y remédier.

Item de la légitimé d'avoir de l'argent seulement si l'on est cultivé. Personnelement je trouve tout à fait écoeurant les très hauts salaires, qu'ils soient ceux d'un brave footeux quasi illétré, d'un pantouflar de Bercy siègeant à la tête d'une banque et de ses copiains-copines, héritière bien comme il faut du CAC40 ou trader à Bac+10.
Juste pour mémoire Piketty relève dans son dernier bouquin que les "stars" pipoles du cinéma, du sport, de l'art ou de la chanson ne représentent que 5% du dernier centile ou millime le mieux payé dans le monde.

Cette appréciation en nombre permet sans doute de relativiser opprobre paternaliste et intellectualiste adressée aux joueurs de foot qui comme le dit justement Vikash Dhorassoo ne sont que des salariés très bien payés et privilégiés - privilège qui est aussi la contre-partie d'une sélection - d'un espoir ! - à outrance pour des milliers de gamins des favelas/des "quartiers" dans le monde.

La confrontation ritualisée a des racines anciennes dont les règles sont les conditions d'existence. N'étant pas d'essence divines, le jeu avec ces mêmes règles fait partie du jeu - comme les amendements parlementaires ou les effets de manches au tribunal.

Dommage finalement que l'émission ne fasse pas un plus grand sort à la médiatisation de ce sport - ce qui était pourtant le but premier d'@si et des changements dans les modes de production, de transmission et de réalisation : la main de Titi, on ne l'aurait jamais vue il y a 20 ans, je pense.

Continuez !
Je trouve étrange cette vision totalement à charge de M.Caillat : le sport mènerait "forcément" à lutte de tous contre tous, la lutte de la jungle, c'est l'horreur, l'abjection ultime.

Que je sache, le football se joue en équipe : jouer en équipe ne serait-il pas un apprentissage du collectif, d'un tous ensemble face à l'adversité, de la coopération ?
Le fait de devoir respecter des règles, des limites (ne serait-ce que celles du terrain), de devoir apprendre à se perfectionner et se discipliner pour devenir meilleur - n'est-ce pas aussi contenu dans le sport ?

Bref, peindre le sport tout en noir me semble facile et simpliste. La vie n'est jamais facile ni simpliste.
Voir les intellectuels, le peuple et le ballon rond., de JC Michéa, sur le mépris intellectuel d'un sport populaire.
Pourquoi S prend-il les @sinaute pour des gens (intello ?) qui n'aimeraient pas le foot ?? Bon, passons sur son inculture notable, les clichés habituels du "moi je connais rien au foot" (comme si c'était finalement une marque d'intelligence) et sa capacité à renouveler le genre...
Une question cependant svp. Quelles sont les valeurs que le sport (le foot mais pas seulement) véhicule et qui peuvnet s'observer en terme de comportement ? En effet, si les comportements déviants sont plétores, les comportements vertueux sont rarissimes (mis à part des exploits techniques à la Maradona !). Donc si vous avez des exemples de comportement vertueux observés sur un terrain, un stade ou ailleurs, je suis preneur.
Notons à la décharge de Vikash Dhorasso qu'il semble soulagé de s'être enfin éloigné de ce millieu peu ragoûtant du football professionnel. Il ne veut plus en entendre parler. Pas question de faire des piges commme consultant. Finies les chroniques dans Le Monde, par exemple. Finis l'omerta, les mensonges, la complicité dans le story telling et la fabrication des légendes. Marre des "affaires" artificiellement créées et montées en mayonnaise (le doigt sur la bouche de Nasri, la quenelle d'Anelka, le fiasco de Knysna*). "Le foot, ç'est rien", conclut-il.

* Le fiasco de Knysna est l'objet d'un article sur Wikipédia, tout comme la main de Dieu de Maradona ...
La discussion sur les règles de football a l'air vraiment non préparée par Daniel et ses questions sont inintéressantes au possible.
Un adversaire c'est bien ou c'est pas bien ?
Une espèce de moralisme sur les règles du football et du sport qui dure de trop longues minutes.

On parle de corruption massive et d'une organisation quasi mafieuse comme la FIFA, de spéculations financières et vous débattez si longuement sur juste les règles de base d'une partie de football entre amis ?
Bon c'est comme sur les 3/4 des sujets, on en revient au problématique du capitalisme, la solution est toujours la meme il faut arrêter avec le capitalisme.

Sur le même sujet une très bonne conférence gesticulé
pourquoi je ne serai jammis luis fernandez
https://www.youtube.com/watch?v=WMPWSpVqJFY&feature=kp
Je concède que le foot-système, je n'aime pas. Toutefois au cours du débat j'ai trouvé que les trois interlocuteurs ont eu un comportement désagréable : ils ne laissaient pas l'autre s'exprimer totalement sans intervenir dès qu'ils trouvaient quelque chose à redire. Quelquefois ils en étaient à parler tous les trois. C'est une attitude que je supporte de moins en moins ; que ces gens s'inspirent de Jean-Luc Mélenchon ou Olivier Todd qui prenaient la peine de prendre des notes pendant les interventions pour préparer une réponse.
Pas vu encore l'émission. Pour rebondir sur le making off, un lien vers une petite itw de Baru pour les Cahiers, pour "Les années Spoutnik" (un autre moyen d'échanger autour du foot avec sa marmaille ;-) et deux trois choses qui y sont dites par l'auteur sur le sens de ce jeu.

http://www.cahiersdufootball.net/article-on-s-ebrouait-tous-les-dimanches-3480
Dhorasoo a des propos farfelus, mais des fois il ne dit pas que des conneries.
C'est rigolo de voir François Ruffin en chair et en pixels. Je ne le connaissais que par la radio, et j'ai été traumatisé par sa voix qui est pour mon oreille non avertie à peu de chose près la même que celle de notre président actuel.
Quitte à regarder quelqu'un taper dans une balle, je préfère que ce soit plutôt Sharapova que Ribéry.
Il faudrait mettre à plat tous ces problèmes.

L'émission m'est apparue vraiment très confuse.
A signaler la chronique satirique de mon ami Pascal Bernheim, ce matin sur la radio de Suisse romande RTS La Première...
Dans ce débat, aucune évocation des femmes, de leur exclusion de ce monde de fou-te.

Si, une femme apparait à un moment : Zahia.

Michel Caillat - qui m’apparait comme quelqu’un de très intéressant - parle-t-il de cette violente exclusion ?
Peut on faire une émission sur le sport quand on ne sait pas de quoi on parle?? Apparemment non...

Je suis assez gêné par l'invitation de Dhorasoo..est il là pour faire de l'audience, parce que c'est un people? Ou bien pour que DS puisse le questionner sur son salaire... ce qu'il ne fait pour aucun invité. Et vous DS, vous gagnez combien? Parce que moi, je suis persuadé que l'argent dans le journalisme, ça pourrit toute morale, et que c'est contraire à l'essence du journalisme.
puisque ça a été évoqué, pour info, il est possible de refuser les conditions des instances du football, en l'occurence, l'UEFA, : la ville de Nantes a refusé de rénover la Beaujoire pour l'euro 2016, à hauteur de 80 millions d'€ : 

http://www.lexpress.fr/actualite/sport/nantes-renonce-a-l-euro-2016_785001.html

À Rennes, c'est du même tonneau :

http://www.letelegramme.fr/sports/clubs-football/stade-rennais/football-euro-2016-les-organisateurs-excluent-rennes-01-03-2012-1618510.php

Mais ne rêvons pas, d'autres stades seront prêts en 2016 …
Chaque fois qu'on parle foot, on fait semblant de redécouvrir la lune et on oublie soigneusement dans quoi on baigne tous les jours. On redécouvre la lune parce que depuis que les médias dominent le monde, les seuls sports médiatiques sont ceux qui rapportent de l'argent "aux médias", les organisateurs doivent équilibrer leur budget, rien n'est gratuit.. Quand Anelka plante l'équipe de France en Afrique du Sud, on se demande qui a forcé Domenech à le sélectionner, les sponsors? C'est comme çà, sans argent, pas de sport, pas de Top 14 de Rugby, pas de Vendée Globe, pas de théatre français, de danse française, pas de film français... On oublie dans quoi on baigne tous les jours: parce que sorti de mon supermarché qui multiplie les prix par 3 ou 10, achète beaucoup en Chine, et me propose la carte de crédit qui va avec, sans que je trouve beaucoup à redire, je peux aller regarder mes enfants, mes petits-enfants, apprendre à jouer au foot, apprendre la vie en jouant au foot, entourés par leurs parents, leurs frêres et soeurs, leurs amis, encadrés par les bénévoles du foot, et tout celà c'est GRATUIT ou presque. Il faut de tout pour faire un monde, et nos enfants sont mieux là qu'à jouer à la dernière console à la mode dans leur coin, non?. Evasion fiscale, grandes familles de la distribution, émirs du pétrole, nababs de l'audiovisuel qui s'interviewent en public, milliardaires du showbizz, on leur donne notre travail tous les jours sans réflèchir, je suggère s'il faut s'indigner, qu'on commence par eux et pas par "Zlatan" ou "Les Bleus" ou les idoles du foot, ou d'autres sports parce nos enfants dans tous les pays du monde crient de joie ou de douleur sur un terrain ou un practice (de gym, de danse, de foot, de volley, de ce que l'on veut..) grâce à eux, GRATUITEMENT. C'est comme çà, sans passion, doué pour le foot ou pas, on ne grandit pas.
Emission décevante. Un grand n'importe quoi. Les différents intervenants sont confus. Chacun fait son petit numéro (notamment Ruffin, qui nous raconte sa vie en cabotinant depuis le coup d'envoi jusqu'au coup de sifflet final) sans écouter les autres ni se préoccuper de synthèse ni de conclusion. Et comme Anne-Sophie et Daniel ne connaissent pas grand chose au sujet, on ne peut pas compter sur eux pour mettre de l'ordre (Daniel ne sait pas ce qu'est un tackle, c'est fou, non?).
Des contradictions à foison. Par exemple : comment peut-on dire que le foot est régi par un droit qui lui est propre et affirmer en même temps que le principe de la limitation du nombre de joueurs étrangers a été abandonné pour se conformer à un directive européenne ?
Des affirmations farfelues : les clubs achètent des joueurs non pas pour les faire jouer, mais pour qu'ils ne puissent pas jouer dans les équipes adverses. Tout ça sans aucun exemple. Ni confirmation ni déni par les autres intervenants. Frastration totale de l'asinaute.
Quelle drôle d'idée d'aller exhumer le coup de boule de Zidane? En faire le symbole de la violence sur les terrains, alors que c'est un geste tout à fait atypique (coup de sang sans vice ni malice, visible par tous, facilement sanctionnable et d'ailleurs sanctionné) n'est vraiment pas pertinent. La véritable violence contre laquelle on devrait lutter est celle qui s'exerce dans les actions de jeu, qui donne un avantage immérité aux équipes brutales (alors que le coup de tête de Zidane a handicapé l'équipe par l'exclusion de son meilleur joueur) et qui peut peut produire de graves blessures. Notons que Dhorasso déclare fort justement (sans que personne ne le relève) que certains actes commis sur les terrains vaudraient à leu auteur une condamnation à la prison s'il étaient commis hors du terrain.
Par ailleurs, l'équipe d'@si est tombée dans le piège (déformation professionnelle très journalistique, pourrait-on dire) consistant à illustrer son sujet par des images spectaculaires, qui ont manqué les esprits mais qui ne sont pas vraiment représentatives (le coup de boule de Zidane, les "mains" de Thierry Henry et Maradona, l'agression de Battiston par Schumacher, etc..). L'anecdote élevée au rang de preuve.
On n'apprend rien, notamment, sur le statut des arbitres, la façon dont ils sont sélectionnés et formés. Or, l'arbitrage est un des gros problèmes dans le football. Chaque fois qu'un corner est tiré, par exemple, on assiste à de véritables combats de catch dans la surface de réparation sans que personne ne le dénonce. Il y a dans chaque match une bonne dizaine de pénalties qui ne sont pas sifflés.
On n'a pas suffisamment parlé du rôle des journalistes et de leur role dans l'exacerbation des polémiques et des querelles. Jouralistes qui sont les derniers à dénoncer les violences et parfois les premiers à la justifier ("Les Anglais arrivent pour ce match avec l'intention de pratiquer le jeu viril qu'on leur connait. Espérons que les Français sauront les recevoir comme ils le méritent").
Autant des fois l'émission ne me captive pas, que là je m'en fous carrément !
Pas encore vu l'émission mais le texte de présentation de Anne-Sophie est tip top.
Dommage qu'on ait pas évoqué dans l'émission un autre gros problème du football, qui est sa politisation, ou plutôt sa récupération politique. Avec comme exemple typique le numéro de Chirac en 1998 pour redorer son blason après la dissolution ratée, associé au baratin bien-pensant sur la "France black blanc beur", qui est revenu comme un boomerang en 2010 après une cuisante défaite. On aurait pu ainsi survoler les écarts à la Finkielkraut (Une équipe black black black) ou Kouchner (On compte les blancs !). Les injonctions absurdes faites aux joueurs de chanter l'Hymne, de porter haut les couleurs, de défendre l'honneur de la Patrie, de relancer l'économie presque...
Ah bein ... si on m'avait dit que je regarderais un jour une émission sur le foot ... !

Bon, faut dire que sur @si, c'est des footeux de gauche qui s'entretiennent avec un capitaine qui s'y connaît pas franchement mieux que moi, donc c'est pas très représentatif de l'émission de foot en général.
" Et j’ai hâte de vous retrouver dans le forum pour notre troisième mi-temps. "

C'est gentil mais, bien que mes compétences footballisques soient désespérément mais délibérément proche de zéro, il me semble que la "troisième mi-temps" soit réservée au rugby. Me trompé-je ?
Tout juste !
gamma
Oui mais ici, on fait comme on veut.

Tchin !
A propos de "Tchin ! ", j'ose poser la question la plus débile du forum : sur la table du studio, ce sont des verres Nutella, non ?
D'expérience, elle est réservée à tout club amateur qui pratique la compétition pour le loisir. Du football au tennis de table par équipe.
J'ai même souvenir d'un bar rennais, en face de la gare, où se retrouvaient régulièrement les équipes de niveau départemental de tennis de table quand elles jouaient sur Rennes.
Autant l'écrire tout de suite. Je n'ai lu que le premier paragraphe de votre chronique et absolument aucune des contributions de nos chers et estimés asinautes.
Mais rien que ce premier paragraphe m'a rempli de fureur et de culpabilité.

C'est faux. Mon premier sentiment a été quelque chose comme de la joie understatement de vous lire à nouveau sur ce forum. Bon. Je resserre mon noeud papillon et je reviens à ma fureur et à ma culpabilité.

Ma fureur parce que le foutebôle m'excède, comme mexcèdent toutes les mises en spectacle du sport, quel qu'il soit, pour les besoins de la côse publicitaire voire pire de la côse idéologique. Pourtant je suis ce que d'autres pourraient appeler un "sportif". Mais chaque fois que l'on m'a collé un dossard sur le dos, je suis devenu minable, pas sportif pour un sou.
La culpabilité, parce que je sens bien qu'en refusant visceralement cette version du sport que l'on nous propose, je me coupe de tout dialogue avec les afficionados qui ne sont pas, enfin pas tous, de [s]sales cons[/s] mauvais bougres (en anglais bugger).
Et semble-t-il, ces afficionados sont nombreux...
Sans doute parce qu'on ne leur a jamais vraiment demandé qu'ils se comptent. Ce qu'on leur a demandé, c'est comment ils fuyaient la difficulté de leur vie quotidienne.
C'est écrit dans le message juste au dessus, merci à tengukarasu.

Du pain et des jeux. Et fermez vos gueules.
Panem et Circenses !! Telle est l'inoxydable équation qui occupent nos petits cerveaux.
Bravo à m. Vikash Dhorasoo pour son franc-parler. Tout ce dont ont se rend compte c'est que cette puissance d'argent est signe, élément d'une époque où l'argent est Roi. No future is possible, no more.
Le vrai probleme du foot, c'est dans la cour de l'ecole : quand t'es pas aussi bon que les autres momes, tu es rejete sur le cote.

Du coup, il y a toute une partie de la population adulte du pays qui aime le foot mais ne sais pas vraiment bien jouer. On regarde la coupe du monde avec autant de regrets que de plaisir.

Le vrai drame du foot aujourd'hui, il est la : dans la tronche de tous ces minots rejetes par leur "copains" pendant la recre, qui regardent les autres jouer sans eux. Une triste metaphore de la societe "de la reussite" capitaliste.

A quand la generalistation de clubs de foot pour adultes debutants ?

A quand un vrai apprentissage d'un foot integrateur ? Ou on supporte les enfants les moins doues, ou pour paraphraser Frank Lepage : quand est-ce qu'on va empecher les mecs doues de progresser plus vite que les "breles" ?
Vikash Dhorasoo j'adore ! Ce monsieur est tellement atypique. Droit dans ses crampons et dans la vie !
Ah tiens ! En plus, il y a monsieur Ruffin ! Très bien aussi.
Que du beau monde en somme.
Et comme l'impression en regardant cette petite heure consacrée au foot qu'ils sont tous les deux tombés dans un chaudron où ne se parle pas le même langage.
A se demander à quoi joue monsieur DS (pas au foot en tout cas !!!).
[s]Le foot[/s] L'UMP est-il condamné à être ce spectacle enseveli sous les millions et les milliards, parfois violent, et dont les [s]stars[/s] éléphants se retrouvent à la rubrique faits-divers ? Et si, au contraire, il existait [s]un alter-foot[/s] une alter-politique, avec des [s]clubs[/s] partis gérés par les [s]supporters[/s] militants, résistant à l’argent, et aux principes vertueux ? En Europe, des [s]clubs[/s] partis expérimentent des modèles alternatifs qui visent à revenir aux vertus originelles [s]du sport[/s] de la politique. Peut-on y croire ?

J'avais parié sur une émission à propos de la trésorerie de l'UMP…
Les sportifs professionnels sont les parasites de la société!

Tant qu'il y a de l'argent pour le superflu , je ne peux croire qu'il manque pour l'essentiel!
Moi les émissions sur le foot me gonflent. Alors j'en profite pour tenter de m'instruire. Quelqu'un peut-il me dire quelle est la pression optimale de gonflage du "Brazuca" ?
Inutile de regarder cette émission pour entendre les mêmes discours néo-marxistes sur la nocivité du sport de compétition et les dérives engendrées par l'argent et le football, bref, les habituels raccourcis assénés sans la moindre parcelle d'honnêteté de la part d'intervenants aigris ou bornés.

Le football professionnel apporte du rêve à des milliards d'êtres humains tout autour de la planète en créant des emplois allant du jardinier à l'avant centre du Brésil ou du Togo permettant ainsi à des hommes et des femmes d'horizon d'hiver de tendre vers un objectif commun, la réussite de leur équipe.

Le football est vecteur d'amitiés entre les peuples, une amitié virile mais saine que l'on ne rencontre plus guère que dans les stades où les supporters entonnent de magnifiques chants en l'honneur de leur équipe en partageant à la fin des matchs la canette de l'amitié après avoir gentiment permis à l'homme en noir de faire une pause pipi, ce dernier pouvant ainsi se rendre plus disponible pour la fête d'après match.

Il est donc aujourd'hui de bon ton de se moquer des amateurs de ce sport universel ; tous ces agitateurs qui incitent des Brésiliens à poursuivre leurs manifestations incongrues ne se soucient pas des inévitables répercussions économiques que ces mêmes manifestations puériles vont engendrer sur les économies des multinationales qui mettent leurs compétences au service d'une compétition remarquablement bien organisée par la FIFA.

Le regretté Thierry Roland, grand professionnel et commentateur avisé doit se retourner dans sa tombe, lui qui avait fait beaucoup pour l'amitié franco tunisienne et franco bulgare, en entendant du paradis des amateurs du ballon rond, les diatribes d'un François Ruffin, qui après avoir tenté de discréditer cette grande chaîne humaniste de la grande distribution qu'est Casino, salit aujourd'hui les entrepreneurs qui nous permettent de vivre notre passion.

Souhaitons donc une belle fête au Brésil, une France victorieuse qui redonnera ainsi le moral à toutes les forces vives de notre pays.

Tous avec les Bleus, vive le football, vive la FIFA et Coca Cola, une boisson bien désaltérante qui fait la joie des plus petits comme des plus grands lors de chaque mi-temps !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.