11
Commentaires

Crowdfunding de Nice Matin : l'opération Simone vise les 300 000 euros

Nice-Matin peut remercier Simone. En appelant le journal pour faire un don spontané, cette dame de 91 ans a donné l'idée aux salariés du groupe Nice-Matin de lancer un appel aux dons sur internet pour sauver leur journal en redressement judiciaire depuis le 26 mai. C'est la première fois qu'un media traditionnel lance un "crowdfunding" auprès de ses lecteurs. La presse a aussitôt relayé l'opération, France 2 est allé interviewer Simone et les dons sur Ulule atteignent déjà plus de 90 000 euros sur les 300 000 euros espérés. Seule interrogation : que vont vraiment faire les salariés de ces 300 000 euros de dons ?

Derniers commentaires

Je connais mal ce journal mais appel aux dons pour le Ravi (mensuel satirique de la vie politique, sociale, culturelle, et de l’actualité de la région PACA).

http://www.leravi.org/spip.php?article1894
Je confirme que l'intersyndicale de NM est bien derrière ce projet ambitieux.
Depuis qqes jours, des contacts sérieux ont lieu avec de solides investisseurs.
La stratégie de com met en avant les journalistes dont le carnet d'adresse est fourni.
A ce jour, le crowdfunding is a roaring success!
"(comme nous l'avons fait pour donner 8% à Ulule)"
Au-delà de l'émotionnel, tout cela n'est vraiment pas clair.
Qui porte vraiment ce projet ?
Pourquoi seulement 300 salariés vont mettre la main à la poche ?
Quelle est la position réelle de la Chambre syndicale typo niçoise ?
Et plus largement : quel avenir pour la PQR ?
"Globalement, ces salariés toucheront la même somme (soit l'équivalent de leur salaire jusqu'à leur retraite)"

Il doit y avoir quelque chose que je ne comprends pas. Pourquoi demander à des gens de partir et de ne plus travailler, quand on les paie quand même (et même avec une avance) comme s'ils restaient jusqu'à la retraite. Un peu couillon, mais si quelqu'un a l'explication...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Que cette vieille Presse agonise, tant mieux.
Chienne de Garde amoureuse des Principes de la Libre Concurrence, qu'elle en subisse les douloureuses raisons a tout pour nous réjouir. Plus rien à lire, à voir, à entendre de leur côté, sinon une propagande de plus en plus abjecte et grossière.
On aurait tort de se moquer de ce magnifique élan de générosité des masses populaires de la côte d'azur. J'en connais du côté de Bobigny et d'Aubervilliers qui feraient bien d'en prendre de la graine. La conscience de classe, ça s'apprend.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.