13
Commentaires

Crise : la presse lobbyise pour la presse

Le syndicat des patrons de la presse quotidienne a publié dans plusieurs journaux une tribune demandant à l'État des mesures pour venir en aide à la presse, secteur très touché par l'épidémie. Parmi ces demandes, un crédit d'impôt pour les annonceurs, et un "fléchage" des campagnes de communication publique vers la presse. Les syndicats de journalistes n'ont pas apprécié.

Commentaires préférés des abonnés

Baylet qui dit : "l'expérience montre qu'au recul de la presse correspondent immanquablement montée du populisme et fragilisation des institutions" ça me fait bien rire.
Je ne sais pas pour les autres journaux de son groupe mais Midi Libre est devenu(...)

Bon, là j'exige le droit de préciser sur ma feuille de déclaration d'impôt : "je ne souhaite en aucune manière financer la pub pourrie dans ces canards boiteux que je ne lis pas". Comme pour la télé poubelle que je ne souhaite pas financer à travers (...)

En résumé, l'article explique que milliardaires français font la manche pour subventionner leur propagande fascistoïde et discriminatoire. Les rats ont plus d'utilité sociale.

Derniers commentaires

"Annoceurs pressent Presse de presser !"

Ce qui me fait rire (jaune) c'est que ce sont les mêmes qui fustigent à longueur d'articles ces assistés qui ne font aucun effort pour rebondir, pour trouver en eux l'énergie et le courage de changer de mode de vie plombant ainsi notre magnifique économie.

On me rétorquera "Oui, mais l'emploi, ces journaux emploient du personnel..." Mais quand on licencie à tour de bras dans des "plans sociaux" n'est-ce pas pour in fine préserver l'emploi ?

Ou alors, on m'aurait menti... ?

erreur d' envoi , je recommence

La democratie pour JeanMichel Baylet ,  c ' est  un  seul quotidien, la Depeche du midi , pour toute l' ancienne region Midi Pyrenées, aprés avoir  detruit  tous les autres ..Et en même temps,  president des radicaux de gauche, à droite de la gauche (pleonasme)  ministre,  senateur ,  et toujours  president de la communaute de commune,  elu depuis 35 ans, il se veut faiseur de roi, de maire, de deputé  etc .Plus rejouissant, la candidate à la mairie de Toulouse, soutenue par les partis  classique , PC,  PS , PRG à jété l' eponge,  sans s' allier ouvertement avec la liste citoyenne et ecologique . Elle n' etait que troisieme . Peut etre la  fin d' un monde de notables bien assis ...

il faut une transition qui idéalement ne passe pas par l'engraissement des publicitaires sur fonds publics, il vaut mieux dans ce contexte privilégier les prêts sous conditions plutôt que les crédits d'impots. il faut également s'assurer que la response tienne compte de la spécificité de chaque média, les titres appartenant aux grands groupes pouvant se retourner vers leurs actionnaires. Enfin il faut s'assurer qu'il n'y ait pas de discrimination du lecteur, une transition vers le sans pub peut se traduire  par une hausse des tarifs que tous ne peuvent pas se permettre.

A relativiser cela dit en cas de passage au numérique qui permet  de faire baisser les couts de production de manière significative. (Le numérique reste discriminatoire dans une proportion moindre vu que tout le monde n'y a pas accès  ,en particulier chez les seniors, il implique également la disparition de toute une filière.

En résumé, l'article explique que milliardaires français font la manche pour subventionner leur propagande fascistoïde et discriminatoire. Les rats ont plus d'utilité sociale.

Bon, là j'exige le droit de préciser sur ma feuille de déclaration d'impôt : "je ne souhaite en aucune manière financer la pub pourrie dans ces canards boiteux que je ne lis pas". Comme pour la télé poubelle que je ne souhaite pas financer à travers la redevance. Comme pour le concordat (je suis bien content de ne pas vivre dans un département où les impôts servent à financer l'opium du peuple).


On croit rêver : ils empoisonnent le monde avec leurs pubs moisies qui sont déjà financées par des ponctions sur les prix à la consommation et ils voudraient en plus que les impôts de tous les financent pour leurs pubs minables, sexistes, racistes, écocides, liberticides, bourrées de fautes de syntaxe, de grammaire et même d'orthographe ? Il faudrait, au contraire, que tous les pubeux, communicants et autre baratineurs soient taxés avec une TVA à 375% comme tout produit de luxe hautement toxique nuisant gravement à la santé mentale devrait l'être.

si j'essaie de résumer, les organes de presse qui sont le plus rentables le sont en fait grâce à la pub, et il aurait suffi d'un confinement pendant 2 mois pour qu'ils se retrouvent dans le rouge -alors qu'ils ont continué à publier- et ça justifierait des aides massives de l'Etat aux  annonceurs ? déjà, j'ai un peu de mal à comprendre le raisonnement, ensuite, un secteur-parasite (la pub) mis à terre par un virus, je trouve que ça laisse un peu rêveur...

"Sur le long terme , nous sommes favorable aux modèles de type Mediapart"


Le long terme c'est combien de décennies au juste ? Pas sûr que le modèle change tant qu'il y aura un filet de sécurité spécifique à cette profession...

Baylet qui dit : "l'expérience montre qu'au recul de la presse correspondent immanquablement montée du populisme et fragilisation des institutions" ça me fait bien rire.
Je ne sais pas pour les autres journaux de son groupe mais Midi Libre est devenu un grand ramassis de n'importe quoi. Dernier exemple en date, l'article : "Covid-19 : voyance, astrologie, tarot divinatoire... la pandémie était-elle prévisible ?". Ajoutons à cela des forums non modérés où se mélangent messages racistes, misogynes, homophobes, etc. Messages qui bien que signalés ne sont jamais modérés. Et il ne le sont à un tel point pas que j'ai une fois signalé sur Pharos un message que Midi Libre refusait de modérer et Pharos m'a dit que cette page avait déjà été signalée a de nombreuses reprises, preuve que je n'étais pas le seul choqué par ce message.
Bref, qu'il fasse déjà le tri dans ses journaux, il endiguera peut-être ainsi la montée du populisme.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.