63
Commentaires

Corruption : quand France Inter sermonne la Roumanie

C'est l'instant du coup de règle sur les doigts.

Derniers commentaires

Il n'a pas parlé et ne parlera pas de ça non plus > Au parlement européen le 21 novembre dernier > http://www.youtube.com/watch?v=jbLFo02jlH8&feature=youtu.be
Vivement Inter au Luxembourg !

Cohen : " Monsieur le premier ministre, qu'est-ce que cela fait de diriger un Etat mafieu qui blanchit l'argent de la drogue ?".

Guetta : "Sa grâce l'archiduc Henri est à la tête d'un Etat qui depuis des décénies s'engraisse sur le dos de l'Europe en en détournant l'argent des impôts des citoyens des pays voisins".

On peut rêver.
Bien vu, Daniel.

Notre valeureuse presse est intrangiseante ... à l'étranger, surtout quand elle regarde à l'est.
Elle adore aussi les manifestations, les grèves et les peuples insurgés... toujours à l'étranger.
Waff waff fait le chien de garde Cohen! Waff Waff! Et l'Union Européenne qui ose l'ouvrir, avec tous les gens de Goldman Sachs aux commandes! Quelle foutage de gueule oui!

Nettoyer devant sa porte...
J'imagine ce que vous auriez dit si P Cohen n'avait pas abordé le sujet! et, finalement, vous-même qui donnez des leçons de journalisme , je me demande ce que vous auriez dit, rien?
Je me suis fait la même réflexion, pas contre P. Cohen mais en me disant qu'il n'y a pas si longtemps, nos parlemantaires français aussi...
Pas bien compris non plus cette attaque contre Patrick Cohen.
Suis je le seul a trouver Daniel un petit peu malhonnête sur le coup?
Qu'aurait on dit s'il avait fait une interview complaisante sans aborder ledit sujet?
Il est en Roumanie, auriez-vous souhaiter qu'il y interroge Bartolone, Dati ou autre Balkany?
Chaque chose en son temps.
Enfin je suis peut être trop indulgent, mais sur ce coup l'argumentaire n'est pas de mon goût.
Bonjour
Je pense Daniel que la maladie est contagieuse.
Hier soir sur ARTE à 28' (oui je le regarde lorsqu'ils parlent de l'étranger) le sujet était l'Ukraine.
Ils en vinrent à parler du président (je n'arrive pas à retenir son nom) et surtout de son fils dont la fortune avait augmenté de 7200% depuis que son père avait pris la présidence.
Et le compagnon d'idées de Cohen, Dely en l'occurrence, de s'offusquer: jamais, si l'Ukraine était dans la CEE, ça ne ce serait passé !! Personne n'a éclaté de rire ni répliqué sur le plateau… Ca devient grave.
Et là Mr Daniel Schneidermann, vous n’effleurez que le glaçage de ce merveilleux milles feuilles que se sont constitués nos politiques de tout bord, aidés par une justice aux ordres* !

*Le cas Sarkozy contre Médiapart !
bien envoyé et bien merité
Très bien vu. "Que chacun balaye devant sa porte" j'aurais rétorqué à monsieur Cohen.

Et je crois qu'à chaque diffusion du classement annuel de la corruption dans les pays, la France, doucement mais sûrement, sombre.

La parade fallacieuse pour le PS sur l'affaire Urba était de dire : il n'y avait pas de loi sur la moralisation des financements des partis politiques, donc s'il faut la faire, il faut amnistier avant cette période, vu qu'on ne savait pas que c'était illégal autrefois, même si on se gardait bien de révéler les comptes d'Urba. Et aussi d'en mettre une couche sur les meetings politiques lors des campagnes électorales de Raymond Barre et Chirac où l'argent coulait à flot à chaque représentation.
J'ai moi-même éclaté de rire en entendant Cohen ce matin, au risque de réveiller ma petite femme encore endormie dans la pièce à côté, et qui n'en demandait pas tant. Je me suis dit : tiens, ouvre donc une page dans le moteur de recherche et farfouille un peu. C'était quand déjà, la fameuse loi d'amnistie votée en catimini au parlement français qui avait tout soudain javélisé les sièges un rien mouchetés d'affaires véreuses de notre digne parlement... ? Et pis je l'ai pas fait. Pas pris le temps. Biberon, couche, douche... boh, si j'y repense, je regarderai ça plus tard. Et voilà Daniel... dont je m'étais parié à moi-même qu'il ferait son papier matinal là-dessus. (Je parie souvent, je gagne environ une fois sur deux !). Merci de l'info et des liens Daniel, ça m'économise la recherche.

Au delà de la gaudriole, ce petit point anecdotique ne traduit-il pas le problème plus général des "grilles de lectures" occidentales que l'on plaque sur les événements se déroulant dans des pays lointains, dont les grandes lignes de force sociales, politiques, historiques, démographiques, (familiales aussi dirait Todd) et économiques, non seulement sont radicalement différentes des nôtres, mais encore nous sont presque totalement inconnue ? Ces pays que nous jugeons à l'unique aune de notre légitime et définitive "supériorité civilisationnelle"... cette morgue "occidentaliste", c'est de plus en plus une énorme poutre qui obstrue nos yeux... pas au point d'occulter, entre nous soit dit, la paille dans ceux des voisins, ha ben non ! La déontologie journalistique est à ce prix !

Mais c'est vrai que ça simplifie tellement opportunément les choses, de gommer nuances et profondeur, mise en perspective et culture. Y'a les bons et les méchants, et l'auditeur matinal est bien gardé. On jettera un voile pudique sur les prisons illégales Américaines qui se sont développées partout en Europe (scandale révélé par rien moins que le Conseil de l'Europe, à ne pas confondre avec le Conseil Européen... http://www.lemonde.fr/international/article/2007/10/06/prisons-secretes-de-la-cia-le-conseil-de-l-europe-accuse-la-pologne-et-la-roumanie_920633_3210.html ), en revanche, on n'hésite pas défourailler face à la Russie ou la Chine, dictatures indécrottables, dès qu'une brèche peut montrer le bout de son nez. J'aimerais qu'on totalise, par exemple le temps de traitement médiatique comparé réservé depuis deux ans aux séquestrés de Guantanamo et des prisons illégales américaines d'une part... et aux étranges chanteuses sans chansons, disque ou carrière avérée que sont les Pussy Riot d'autre part (et par la même occasion ce serait bien de savoir qui a financé cette action, qui sont ces trois gamines exactement...). Leur point commun est une détention arbitraire, certes, mais la triple différence, ce me semble, réside en ceci que les séquestrés de l'administration américaine se comptent par centaines voire milliers, que eux n'ont jamais vu un juge, et qu'ils ont subi la torture. Des scandales dans les deux cas ? Moui, mais à géométrie médiatique variable, tellement variable...

On rétorquera qu'il s'agissait de "terroristes" (oui, depuis 2001, on a institué ce mot comme l'épouvantail qui justifie tout, qui passe le baume de la légitimité institutionnelle sur tous les débordements dictatoriaux possibles... et miracle, tout passe !) : moui, mais tant qu'aucun juge n'a pu instruire ou statuer, je me demande ce qui permet de l'affirmer à tout coup et à coup sûr. Beaucoup ont carrément disparu, des séquestrés de Gantanamo sont en grève de la faim depuis des mois, certains nourris de force, mais heureusement, Obama est un président formidable et les Etats-Unis sont la plus grande démocratie du monde, leader du Monde libre. Et une fois que tous les Cohen du monde l'on répété et ressassé, c'est confortable, ça libère du temps pour pourrir, l'esprit léger et campé dans ses certitudes, le parlement Roumain, Poutine, Chavez naguère et d'autres demain. Ha que ça fait du bien le noir et blanc ! Comme ça rassure... Comme le dit Lordon : "désigner du doigt, c'est s'assurer d'être du bon côté du doigt"...
À propos de Roumanie et de gaz, il s'est passé ça aussi cette semaine http://www.reporterre.net/spip.php?article5119
Nous, on a un parlement capitaliste qui efface la dette d'un quotidien communiste. Prenez-en de la graine, les ex-cocos de l'Est !
Merci pour cette chronique: il est vrai qu'en France, nous sommes pour toujours le "pays des Droits de l'Homme" (presque respectés).
Nous disposons aussi d'une si belle langue — dans laquelle on emploie généralement le mode indicatif et non subjonctif à la suite de la locution "après que"…
Bien que je ne sois pas systématiquement partisan des solutions extrêmes, je pense qu'on aurait dû faire un exemple avec Cahuzac en lui faisant subir le même sort que l'oncle de Kim Jong-Un.
Son exécution publique aurait fait réfléchir tous nos politiciens magouilleurs.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.