18
Commentaires

Corée, expliquer l'inexplicable (ou essayer)

Depuis le début de la semaine, le matinaute se réveille au son des explosions nucléaires nord-coréennes.

Derniers commentaires

A propos de bombe atomique, on oublie toujours (et c'est invraisemblable qu'on oublie vraiment) que jusqu'ici un seul pays a osé la lancer, et par deux fois encore.
Bonsoir,

Intéressantes discussions sur la Corée du Nord... mais il y a aussi un autre pays à côté qui s'appelle la Corée du Sud. Les relations entre ces deux Corée ne sont pas au beau fixe ces jours-ci... Parler de la Corée du Nord devrait aussi permettre de parler de la Corée du Sud... et de ce qui s'y passe, et de savoir comment est perçue justement cette entité voisine...

Sinon, je serai curieux de savoir si l'Inde, le Pakistan et Israël, entre autres ont signé les quelques accords internationaux concernant les armements nucléaires... et en allant un peu plus loin, quels sont les pays ayant signés des traites sur l'usage et/ou le développement des armes chimiques...

En fait je pense que le droit international a encore beaucoup de chemin à faire... mais c'est aussi le cas du droit national dans beaucoup de pays, y compris la France...
Et une petite maxime pour finir : Justice, juste est-ce ?

FM
Bonjour,

Le comportement de la Corée du nord serait vraiment inexplicable s'il se manifestait envers et contre toute logique. Or cela n'a pas l'air d'être le cas même si ses gesticulations semblent exagérées puisque contrairement à l'Iran ce pays ne semble pas disposer d'un intérêt stratégique considérable et s'il restait tranquille il y a toutes les chances pour que la communauté internationale continue de l'ignorer en se contentant de faire la moue à son représentant à l'ONU.

Mettons nous à leur place. Le même raisonnement est aussi valable pour l'Iran bien que je n'associe absolument pas ces deux pays en dehors de l'épée de Damoclès qui pend au dessus de leurs têtes.
Vous avez un état (l'Irak) qui vient de se faire démolir pour son pétrole sous des prétextes fallacieux ( ce point n'est désormais plus discuté ) en dehors de tout cadre légal international sans que finalement la communauté internationale ne s'en émeuve outre mesure. Il faudrait être singulièrement malhonnête pour soutenir le fait que l'attaque de l'Irak aurait eu lieu si Saddam Hussein avait réellement disposé de la bombe atomique et de quoi la lancer.
S'étonner de la volonté affichée de la Corée du Nord de se procurer l'arme atomique et de le faire savoir et de celle plus discrète de l'Iran revient à considérer comme incompréhensible la signature du pacte Germano-Soviétique après que les alliées de la Tchécoslovaquie aient concédé son démantèlement à Hitler sans même soutenir une grande démocratie et la première armée des pays de l'Est à l'époque.

Quant au ton des dirigeants Nord-Coréen, il ne parait pas plus surprenant que cela si l'on tient compte du type de régime qu'ils représentent. Comment faire supporter sa misère au peuple si l'on ne peut la justifier par la présence d'ennemis sournois à l'extérieur ? Et comment justifier les sacrifices quotidiens si l'on ne montre pas ce que l'on fait pour combattre, ou à tout le moins contenir, cet ennemi ?
C'est en tout cas ce qu'ont fait les États-Unis avec le terrorisme, toutes proportions gardées (bien que l'on pourrait faire remarquer qu'il y a un moment que personne n'a reçu une bombe nord-coréenne sur la tête alors que celles estampillées US pleuvent drus).

Non, ces deux états seraient pour le coup cinglés et incompréhensible s'ils se contentaient d'attendre les premières bombes.
Vous remarquerez tout de même que depuis le changement de président aux E.U. l'Iran à mis de l'eau dans son vin car l'imminence du danger s'éloigne et que contrairement à la Corée du Nord, c'est une semi-démocratie (pas de polémique, je veux dire qu'il y a des élections pour une bonne partie du gouvernement mais du fait des vétos existant et du pouvoir du Conseil des Gardiens on ne peut quand même pas crier à l'angélisme. Mais par rapport à la Corée du Nord ... ).
La Corée du Nord poursuit probablement sur sa lancé car c'est une dictature et son assise interne dépend de sa manière de s'afficher. Et puis reconnaissez que jusqu'à présent cette dureté diplomatique ne lui a pas nui. Elle a toutes les chances de s'apaiser si les bons signaux sont envoyés vers les Nord-Coréens, car ils aiment leurs enfants aussi.
Je vais surement surprendre , mais à mon avis ni la corée du nord , ni l'iran ne menacent la securité planétaire . Cette sécurité planétaire est beaucoup plus menacée par les usa et leurs alliés .
Un chercheur de l'IRIS (institut des relations internationales et stratégiques) tente d'expliquer la situation actuelle en Corée du Nord, c'est clair, c'est en vidéo, et c'est en ligne, par là : http://www.affaires-strategiques.info/

Le site en général est très bien fait.
C'est peut-être stéréotypé mais il semble en effet que la Corée du Nord soit "aux abois" : le pays vit en autarcie totale, sans échanges économiques. Il ne vend ni n'achète et ne fait rentrer aucune devise.

L'électricité y est une denrée rare, la population est affamée, les bâtiments publics non chauffés, et si tout l'argent disponible part dans le nucléaire civil comme militaire, et plus globalement dans l'armement, l'état des matériels est désastreux. Le pays à ce titre sur le plan militaire ne semble pas présenter un sérieux danger (enfin là c'est un pari optimiste, vu que les chiffres n'existent pas).

Son mystère est de fonctionner comme le rappelle l'article dont vous avez pointé le lien sur le chantage : la CdN menace l'occident depuis plus de 15 ans d'attaques nucléaires, se servant du développement du nucléaire civil pour entretenir la peur d'un détournement de ces technologies.

Les premiers accords en la matière ont été conclus par la Etats-Unis et la CdN en 1994 (pour ceux que cela intéresse on en trouve la liste par là : http://www.kedo.org/ap_main.asp) et ont même donné lieu à la création d'une organisation internationale appelé KEDO, chargée de faire transiter des fonds de l'occident vers la CdN pour qu'elle développe une technologie civile, à condition qu'elle renonce à une militarisation du nucléaire.

L'organisation disposait en outre d'un droit d'inspection sur place, sur le modèle de l'AIEA.

Le marchandage remonte donc à loin, et semble-t-il a porté ses fruits jusqu'à l'arrivée au pouvoir de George W Bush et le durcissement de sa politique extérieure (les Etats-Unis gelèrent le projet en 2002, la CdN l'année suivante).

Criminaliser la CdN poussa celle-ci vers la voie de la radicalisation, et le non respect des accords susmentionnée, jusqu'à ce que les Etats membres de la KEDO (USA + membres de l'UE) abandonnent définitivement le projet, en 2006. Cet abandon fit suite à la dénonciation par la CdN du Traité de non prolifération nucléaire (TNP), qui eut lieu la même année (dénonciation dont la validité est contestée par certains spécialistes de droit international, mais cela ne change rien à l'affaire).

J'ai eu la chance de discuter avec l'un des fonctionnaires de la KEDO, en 2006, qui s'était rendu en CdN à deux reprises dans le cadre de ses missions, et qui travaille désormais pour l'AIEA. Ce qu'il me raconta est édifiant :

S'il présentais la CdN comme une dictature "aux abois" (hôtel sans électricité la journée, dîner officiel avec des ministres composé de pattes de poulet et d'un bouillon), en difficulté économique et souffrant d'une ostracisation croissante de la part de la société internationale, il me dit aussi que le pays était très respectueux des normes imposées par la KEDO et qu'il maîtrisait parfaitement les arcanes du droit et de la légalité, le discours ne déviant qu'en réaction face au comportement de l'occident, qui oublia la diplomatie de la discussion au profit de celle de la sanction.

Pas de "gentils" ni de "méchants" donc mais une situation complexe ou chacun a sa part de responsabilité.
Ce qui est vrai je crois aujourd'hui c'est que la succession de Kim Jong Il soulève le problème du maintien du régime, fragilisé par le changement de direction. Tout le problème est de savoir si ce changement entraînera un effondrement ou une continuité.

Le comportement actuel de la CdN témoigne de ce problème de survivance, et ressemble à s'y méprendre à une tentative désespérée pour continuer à peser sur la scène internationale, entretenir la peur étant le seul moyen de n'être pas renversé.
Ce qui est sûr c'est que la CdN dispose de réacteur nucléaires en état de marche payés par l'occident dans les années 1990, dans l'espoir qu'elle assouplisse ses positions belliqueuses.

Pour des infos sur la KEDO, c'est par là :
- site institutionnel : http://www.kedo.org/index.asp
- explication wikipédienne : http://fr.wikipedia.org/wiki/KEDO
- pour des éclairages institutionnels par le Sénat, c'est par là : http://www.senat.fr/ue/pac/E3099.html
Si je ne pourrais vous aider à répondre à la question, au moins puis je constater, que vous n'êtes pas tombé dans le travers classique de l'imagerie journalistique, décrivant le pays comme une dictature aux abois. Il semble qu'une dictature pour un journaliste ne puisse qu'être qu'aux abois, un effondrement économique se réalise par pants entiers, une arrestation à l'ETA, est une décapitation de l'organisation etc etc

Pour une fois vous faites mieux que votre confrère Pierre Hasky, pourtant d'une réputation supérieure à la votre sur l'internationale!!

Pour une dictature aux abois, les militaires semblent se porter formidablement bien et leurs appareils aussi.
C'est incroyable de constater qu'il faut toujours au médias occidentaux
pointer du doigt les dernières dictatures existantes et encore plus incroyable
ces mêmes médias nous sortent toujours des nouveaux Staline comme on sort
un lapin du chapeau .
Rappelez vous la Biélorussie "la dernière dictature européenne !!!" , je suis sur que
lorsque , un jour , le régime de se pays changera , Pujadas (entre autre) nous sortira
une nouvelle dictature en Europe .
Ce qui vaut pour la Corée du Nord , valait pour Saddam Hussein "et ses vrais fausses
armes de destruction massive" . Actuellement c'est l'Iran aussi dont on évitait de parler
avant (conflit Iran- Irak) à l'époque les 2 pays pouvaient s'entretuer , l'Occident s'en
foutait éperdumment . Aujourd'hui c'est différent car les fusées de l'Iran peuvent atteindre
Israël , rendez vous compte !!! On peut citer aussi en vrac , Ben Laden (Ou est-il l'ancien ami
des pétroliers texans) , Castro , Chavez et pas mal de dictatures en Afrique , Bouteflika par exemple
mais attention il pratique des élections libres , ah bon il est le seul candidat !!!!
Et Georges Bush , dictateur or not that is the question !!!
Julot à raison avec les termes Staliniens et Communiste c'est comme les formules d'instance en
Anglais , Do pour communiste et Indeed pour Staline !!
il reste effectivement la Transnistrie, région hors droit et bien peu démocratique dans l'espace européen.
On remarquera que beaucoup d'articles de presse ne disent pas "la Corée du Nord communiste" mais "la Corée du Nord stalinienne". Comme si le terme "communiste" n'était pas assez connoté "méchant" pour qualifier ce régime vraiment très, très méchant.
Tiens, ça me fait penser que l'autre jour, chez Judith Bernard, Eric Hazan se qualifiait tranquillement de communiste. Le communisme semble sortir du purgatoire, ces derniers temps. Il sera peut-être furieusement tendance à la rentrée.
Il y a quelques instants sur France Inter (où l'on peut écouter en ce moment un J'ai mes sources remarquable sur le storytelling), le journaliste clôturait le sujet sur les provocations réitérées de la Corée du Nord en affirmant que ce n'était pas une surprise : Pyongyang aurait prévenu que si la Corée du Sud devenait membre de l'Initiative de Sécurité contre la Prolifération (PSI), ce qui a été fait mardi, elle réagirait de façon agressive.

Ce qui est surprenant, c'est plus sûrement ce genre d'explication ou tentative d'explication...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.