72
Commentaires

Contre la fermeture de la télé publique grecque, une soirée Mediapart-RSF

Ce n'était pas une "histoire d'amour polyphonique", mais il y avait tout de même une certaine communion dans la salle. Entre deux représentations d'une comédie musicale de John Adams, Mediapart et Reporters Sans Frontières ont pu réserver le théâtre du Châtelet à Paris pour organiser une soirée de soutien à la Grèce et protester contre la fermeture de la télévision publique grecque ERT. Chants, discours engagés, appels à la résistance et références incontournables (Platon, Vidal-Naquet, Hemingway mais aussi les nazis). Une soirée globalement réussie, même si ce concerto inhabituel a connu quelques fausses notes. @si était dans la salle.

Derniers commentaires

Nous devrions tous dire merci à Mediapart pour cette soirée en soutien à la Grèce. Ne serait-ce que pour la prise de parole de ce professeur de philosophie politique. Lumineux et émouvant.
Suite à la réforme Sarkozy de 2010, plusieurs journalistes se sont vus notifier des plaintes de différents procureurs pour "atteinte au secret de l'instruction" qui obligeait les journalistes à révéler les sources

Cette loi Sarkozy, destinée à museler la presse qui parle doit être modifiée et c'est en ce sens que Christine Toubira avait présenté une nouvelle loi afin de supprimer le flou juridique qui permettait de s'attaquer au Journaliste et de bien encadrer ce qui est de la liberté de la presse et des actes graves pouvant nuire à la sécurité de l'état

Des dispositions garantissant la liberté de la presse, leur travail, leurs informateurs mais aussi des cas bien encadrés qui peuvent permettre à des journalistes d'être poursuivis

De cette première mouture, les députés de l'assemblé nationale et le conseil d'état aurait rendus plus flous le texte en ajoutant des exceptions à cette liberté d’exception mais pour des raisons aussi flous qu'approximatives

Il semblerai que les atteintes à la liberté de la presse ne sont pas une exclusivité grec

L'article d'Acrimed : Moins-disant législatif et arbitraire répressif : le projet sur la protection des sources des journalistes est consultable sur leur site

Eh il y a ENCORE des gens critiquent la manifestation d'Edwy PLENEL
L'ERT a repris... on peut suivre les programmes sur EBU (l'UER) : http://www3.ebu.ch/cms/en/sites/ebu/contents/news/2013/06/monitor-ert-online.html
Merci EBU (sauf que je ne comprends rien) ;o))
Peut-être y est-il déjà ? pas le temps de tout lire :

Le texte dit, et retranscrit ci-joint, de Stathis Kouvelakis, chercheur au king's college :

http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/190613/la-grece-n-est-pas-un-pays-normal

Il a aussi écrit un texte trés intéressant dans le livre collectif "En finir avec l'Europe" / La Fabrique éditions ( cité par moi dans le forum de l'émission consacrée à la TV publique grecque .

Etre dans le réel . Etre lucide . Ne pas se laisser endormir par les eurocrâtes béats ( et non innocents ) =) ce n'est pas de cette Europe dictatoriale,et aux mains de la phynance et des monstrueuses entreprises multinationales totalitaires et sans freins, que nous voulons !
Il y a un sujet qui mériterait d'être approfondi: D'après l'Huma. L'ERT était rentable ! Si cela est exact, la fermeture est absurde.

Source
Est-ce que si, pour des questions budgétaires (voir conséquence de la suppression partielle de la pub), France television fermait la moitié de ses chaînes, j'aurais envie de me mobiliser? Non.
Ainsi donc alors pouf pouf je disions-je.

Tiens, puisque vous développez le sujet, et semblez aspirer à un regard un peu latéral, ou surplombant, il serait peut-être bien d'expliciter :

1) Les abus de ERT (comme l'évoque Andrea, italien de 38 ans).

2) Le contenu précis des différentes mesures d'assainissement éthique et/ou "dégraissage" néolibéral que le gouvernement a essayé d'appliquer ces dernières années.

2) Le contenu précis des revendications et/ou des argumentaires de résistance opposés par les grévistes de ERT ces dernières années.

Optionellement, un topo sur les structures syndicalistes dans ces institutions grecques, leur pouvoir, leurs codes, et la liberté de positionnement des individus travaillant dans ces entreprises. Ces questions pourraient éclairer un peu le contexte de ces évènements, et leurs enjeux contradictoires. Ils pourraient aussi éviter les interprétations par simple transposition terme à terme des situations familières aux lecteurs/commentateurs ("professionnels" inclus) et la confusion, déjà suspectée par Daniel Schneidermann, entre ce que Walzer appelle les "thick morality and thin morality" - c'est-à-dire les grands principes généraux qui font les réflexes solidarités internationales, contre les contenus locaux qui, dans le détail, font parfois la déception de ces soutiens internationaux.

Les enjeux de la crise ERT ne se résument pas à une équivalence de type "si Sarkozy fermait Arte", même si ces projections collent certainement à un aspect du problème. Il y a à nuancer au-delà des grandes postures dramatiques à la Plénel ou Quatremer, et @si pourrait se donner mission d'offrir les outils nécessaires pour ça...
En soi une excellente initiative mais qui a cependant l'odeur de l'auto-promotion : Plenel qui met en avant Mediapart, Hidalgo qui assoit sa position de candidate à Paris...alors après je peux me tromper...mais tout de même drôle de coïncidence...
bravo l'UER. j'ai pas envie de dire que c'est une réaction corporatiste. parce qu'effectivement, devant pareil coup de force autoritaire, on va pas mégoter sur les aides internationales : l'info passe, et ça défrise le gouvernement grec, rien que ça, c'est bon à prendre. mais, insidieusement dans mon âme inquiète, la sensation qu'on peut chipoter sur les tonnes d'articles et émissions, pendant ces 4 années, ayant vilipendé dans lémédia français les grecs, moqué leurs dettes, leurs fraudes, leurs mammouths, douté de la catastrophe humaine, totale, partout, instillé de manière perverse une sorte de message subliminal "bien fait pour leurs gueules de cueilleurs d'olives voulant se faire porteurs de rolex à 50 ans"...

et là, tout d'un coup, la grenouille sursaute... bon, c'est pas une réaction corporatiste. ni coproratiste. non. je l'ai pas dit.
Un peu clérical, un peu grand-messe, mais du moment qu'on n'est pas dupe... Le silence des pantoufles est toujours pire.
C'est juste moi qui cafouille, ou un commentaire est tombé dans le trou, il y a une demi-heure ?
Les réflexes politiques étaient bien là. Voir Anne Hidalgo parler de Paris 90% de temps et 10% pour les Grecs, poupée mécanique bien programmée.. Font-ils encore illusion ? trop c'est trop. Moins de people et plus d'humanité sincère.
A part ces dérapages incontournables, soirée salutaire;
Bravo Edwy Plenel.
Il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne risque pas d'être critiqué.
Un chose minuscule, un détail certes, dans l'article :
La vidéo a terminé avec 30 000 vues en tout.
Le chiffre de 2000 vers 21h était sans doute celui des personnes connectées en même temps sur le live : c'est à dire le nombre de spectateurs qui regardaient en même temps à ce moment là.
Amitiés
Christophe Gueugneau
Mediapart
Mais que fait Noël Godin ?
Que dire de plus...

Que les propos on durée plus de 2h contre 20 minutes pour arrêt sur images qui a préféré consacré 1h20 à des youtubers

Nous avons ici Plenel qui a tenté de mobiliser des troupes pour une bonne cause et l'on vient chipoter qu'il n'y ait eu que 2000 visiteurs contre 20 000 annoncés par Plenel (peut-être y a-t-il eu un problème de compteur mais pas d'appel auprès de Daylimotion pour en savoir plus sur ce cafouillage de compteur.. )
Non on préfère se poser la question du "qui va payer la note" ou bien on pose le problème de spectateur qui n'auraient pas put parler

Pas de retransmission ici de l'intégrale de cette vidéo, pas de directe-live non plus (du moins en essai) non, simplement un papier pour casser ce qui ne marchait pas, les problèmes techniques, d'organisations qu'il a put y avoir (normal lorsqu'une émission de direct est programmée à la va-vite)

Moi je dirai plutôt Bravos Plenel, Félicitation d'avoir organisé ce grand rassemblement car les médias publics sont indispensable dans une démocratie.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.