46
Commentaires

Confidentiel : Hollande va demander aux patrons de ne pas trop augmenter les salaires

Chut ! Il paraît que le gouvernement prône la modération salariale. Oui, notre gouvernement de gauche. Selon un confidentiel de l’hebdomadaire Challenges repris par Philippe Lefébure sur France Inter, l’Elysée exigerait des patrons de mettre le frein sur la hausse des salaires qui, en 2012, frisait les 2%. Pensez ! La France est une exception dans cette Europe qui pratique la modération quand ce n’est pas la déflation salariale. Une exception qui manifestement donne de l’urticaire à notre président. Mais bizarrement l'info est passée à la trappe. Est-ce une info bidon, ou bien finit-on par ne plus s'étonner de rien de la part de ce gouvernement ? L'éconaute a mené l'enquête.

Derniers commentaires

[quote=Anne-sophie]Ainsi, pendant leurs congés de fin d’année, ils pourront regarder notre émission enregistrée cette semaine et découvrir le sociologue Bernard Friot et son salaire à vie, ou phosphorer sur l’idée d’un revenu de base défendu par l’économiste et décroissant Baptiste Mylondo. De rien, c’est cadeau.

La fin de l'année approche....
Je ne comprends pas l'étonnement. Le ratio toujours plus important actionnaire/ salarié en faveur de l'actionnaire n'est pas dû à la baisse des salaires, mais bien au nombre des salariés qui ne cesse de baisser.
TROP CHOUEEEEEEEEEEEEETTE ! Salaire universel Vs revenu de base avec en guest sociologist Bernard Friooooooot ! Merciiiiiii !!!
les salaires des patrons j'espére !!!

les salaires des ouvriers ne leur permettent déjà pas d'en vivre alors si maintenant il faut en plus les baisser , pour partager les miettes que le capitalisme nous octroie je propose un RSA pour tous pour compléter ces salaires .600e de RSA et 1200e pour l'entreprise toutes prestations sociales confondues . en cas de chomage le RSA double .
"Quand ils sont puissants, comme en Allemagne par exemple, ils font pression pour préserver les emplois quitte, c’est vrai, à autoriser quelques coupes dans les salaires"
ah bon en Allemagne, pour préserver les emplois, il faut couper dans les salaires? parce qu'elle n'a pas de pétrole?
"finit-on par ne plus s'étonner de rien de la part de ce gouvernement"
ah bon, le précédent continuait à étonner à notre insu, sur le chomage, la dette, les inégalités? ah, c'est vrai il gérait la crise.
Asi ne gagne rien à être autant de parti pris, sinon à perdre son fil rouge. Et il ne suffit pas d'annoncer à la fin qu'on va traiter le sujet plus tard.
Effet sur la croissance des politiques d'austérité en Europe, par un expert de la Commission Européenne, Jan In't Veld :
pour la France c'est -4,8. Oui, vous avez bien lu, MOINS 4,8. Comment est-ce posssible ? Ce monsieur a calculé l'effet des politiques d'austérité en neutralisant les autres facteurs.
Ce n'est pas un communiste, mais c'est sur le site de l'Huma. Les autres medias en ont-il parlé ? Pas à ma connaissance, mais je ne lis pas tout !

http://www.humanite.fr/politique/la-commission-confesse-son-echec-553510

Conclusion : si Hollande renonçait à ses choix libéraux dont la "modération salariale" et la course sans fin à la "compétitivité" font partie, il pourrait éviter de se ridiculiser en appelant les patrons à la modération salariale !
Mais il ne le fera pas, donc il va continuer à se décrédibiliser.
Chut ! Il paraît que le gouvernement prône la modération salariale. Oui, notre gouvernement de gauche.

J'ai ri...
Petit jeu :
Trouver dans cette liste les organes de presse qui sont les premiers à réclamer que l'Etat dépense moins...
qu'il cesse d'être généreux avec les minima sociaux...
C'est ici.
« Chut ! Il paraît que le gouvernement prône la modération salariale. Oui, notre gouvernement de gauche. »

Petit tas : notre gouvernement n’est PAS de gauche. Il est un peu moins de droite que celui d’avant, sauf peut-être pour les questions dites « sociétales ».

Petit bêêê ! En ce qui concerne l’économie, non seulement le gouvernement n’est pas de gauche mais il est pire, c'est-à-dire nulle part.

Les salaires, donc. La théorie standard nous enseigne que sur un marché, donc aussi le marché du travail, le prix est la variable qui permet d’équilibrer l’offre et la demande.
La théorie standard nous enseigne ensuite que le salaire est fonction de la productivité du travail. La théorie standard nous enseigne enfin que lorsque le chômage augmente, c’est que la productivité baisse et/ou que le salaire augmente trop. Donc yaka baisser les salaires (et baiser les salariés) pour revenir à l’équilibre.

Sauf que la théorie standard est à l’analyse économique ce que l’immaculée conception est à l’obstétrique : ça permet de jolies images au fond des chapelles mais ça n’a jamais rien expliqué.

Il n’y a pas de marché du travail, au sens de la théorie standard. Je ne vais pas vous ressortir tout le catéchisme sur le marché parce que j’ai la flemme et que la réalité s’impose : l’offre de travail (quelqu’un qui cherche du boulot) ne s’ajuste pas à la demande de travail (une entreprise qui cherche à pourvoir un poste) suivant des mécanismes de régulation « normaux » (standard in english).

D’un côté il y a des individus, là ou ailleurs avec des tripes, des urgences, des rêves et des besoins, De l’autre côté il y a des entreprise ou des administrations, là ou ailleurs, avec des dirigeants ou des propriétaires, des objectifs, et un capital à valoriser.

D’un côté il y a le salarié avec sa qualification (sa « productivité »), son réseau, son bagout ou rien de tout ça.
De l’autre côté il y a l’employeur avec la performance de son entreprise ou administration et le besoin identifié de « quelqu’un à mettre ici ». C'est-à-dire de signer un contrat de travail.

Il ne s’agit pas ici d’un marché comme celui des légumes ou des savonnettes.

Il s’agit de savoir comment se répartit la richesse produite entre ceux qui créent cette richesse.
Ce ne sont pas des mécanismes de marché qui président à cette répartition, mais des rapports de forces (je pense que c’est également vrai ailleurs).

Comme nous sommes passés peu à peu dans une façon « soft » de régler les rapports sociaux (l’expression « lutte des classes » est devenue un gros mot), nous voilà donc dans un système de régulation « soft ». Les graphiques, les statistiques, avis d’experts, de think tanks, la télé, la radio, el señor Presidente, sont là pour nous faire comprendre qu’il va falloir comprendre.

C'est-à-dire fermer sa g… et courber l’échine. Sinon ? Sinon chômage, sinon matraque, sinon tribunaux. On veut bien être soft, mais il y a des limites.

Tiens, à propos de salaire et de productivité. Si on payait ces braves gens qui décident à notre place en fonction du bien-être de ceux pour qui ils ont décidé ?
Vous voyez la tête de Guéant ? ou celle du copain de la dame qui cachetonne à Paris-Match ?
Ca c'est du teasing !
Qu'est-ce qu'un parti de gouvernement ?
Une machine à entretenir l'illusion de la démocratie.
Mais au bout du compte ils défendent les intérêts (réels ou phantasmés) des dominants.
Les seules différences ne portent que sur des questions de société : pour ou contre le mariage pour tous, ; pour ou contre la pénalisation des clients des prostitués...
Mais, sur l'euro, la dette, les salaires, le smic, les bonus, la question des banques... il n'y a en pratique pas de différence dans les politiques appliquées.
D'accord, c'est donc du commentaire sur du commentaire sur une rumeur. C'est mieux, tout de suite.

En passant, il ne vous aura probablement pas échappé qu'en matière de politique salariale dans les entreprises, le gouvernement n'a absolument aucun pouvoir décisionnaire, si ce n'est agiter ses petits bras pour faire du vent ou encore faire baisser les salaires en augmentant les cotisations salariales pour payer les retraites de nos retraités qu'il faut augmenter parce que c'est de gauche.

On a parfois l'impression que vous avez du mal à envisager qu'une augmentation générale de salaire sans lien avec la productivité (ce gros mot) peut avoir des effets pervers, comme celui de produire du chômage par ricochet (une activité ne devenant plus rentable, si son coût de production devient supérieur à ce qu'elle génère comme revenu, ben à un moment, ça s'arrête). Ou alors, ça fait augmenter les prix, mais ça, ça annule un peu l'effet d'augmentation de pouvoir d'achat.

Et que se retrouver au chômage, ça fait un peu baisser le revenu, aussi.

Bref.
Que de commentaires pour un entrefilet anonyme et non vérifié...
Super article
Si ça continue, Hollande a toutes les chances d'être réélu en 2017...par la droite.
je me souviens d'Emmanuel Todd qui disait que le futur président serait obligé de faire une politique de gauche...
Il était revenu sur ces propos après en disant qu'il serait "soit un géant, soit un nain" de la politique.
Je crois même que depuis, il a convenu que la deuxième option était la bonne. Reste que son espoir initial était bien naïf...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.