21
Commentaires

"Complément d'enquête" : des militants antiracistes refusent de "participer"

Des militants antiracistes, furieux notamment du traitement réservé au Collectif contre l'Islamophobie en France (CCIF) dans un précédent numéro, ont refusé de répondre aux sollicitations de France 2 pour un numéro de Complément d'enquête. Obligeant la production à modifier son sujet. Qu'en reste-t-il ? @si a regardé.

Derniers commentaires

J'ai définitivement arrêté de regarder "Complément d'enquête" depuis l'émission diffusée en février 2006 consacrée à la loi dite DADVSI (ancêtre de HADOPI).

Le parti pris de cette émission, la présence de soi-disant experts qui n'en étaient pas et à qui on a laissé débiter des approximations techniques (pour ne pas dire contre-vérités) sans être contredits m'avait déjà laissé penser que cette émission n'était pas sérieuse. Elle était à l'époque présentée par Benoît Duquesne qui a connu son heure de gloire en poursuivant Jacques Chirac en moto le soir de son élection. C'est dire la conception du journalisme du personnage, et sa légitimité pour animer une émission sur les enjeux du numérique dont beaucoup (à commencer par lui) n'avaient pas mesuré l'ampleur.

Visiblement, rien n'a donc changé depuis.

PatriceNoDRM
L'émission comptait traiter "des nouveaux racistes" en prenant pour exemple de cette catégorie certains "antiracistes", ou voulait interroger des gens qu'elle considérait sincérement antiracistes sur qui étaient les nouveaux racistes ?

C'est bête, le sujet ayant été annulé on ne saura jamais.
Il est pas content, Edwy, et il le fait savoir dans les colonnes de Médiapart.
Il faut dire que le Fig Mag l'a répertorié en tant qu'"agent d'influence de l'islam", et a même fait figurer sa photo parmi celles d'autres membres de "l'islamosphère". On peut y reconnaître, pêle-mêle, Emmanuel Todd, Philippe Poutou, Benoît Hamon, Tariq Ramadan, Jean-Louis Bianco, Rokhaya Diallo, Pascal Boniface, Edgar Morin...
Ils poussent le bouchon un peu loin, au Fig. Non ?
Inlassablement, depuis 2013, quatre longues années déjà, Christiane Taubira, ancienne ministre de la justice, est obligé de répondre sur des propos particulièrement inutiles qui plus est racistes. Quelle perte de temps on lui inflige ! Pourquoi c'est toujours sur elle que tombe ces interviews si peu fructueuses ?

Ma peau est claire, je suis non juif et gay. Les propos antisémites ou racistes me révolte. Pour les autres certes, mais d'abord pour moi. J'ai des compétences, des acquis et j'ai un comportement responsable, c'est cela que je veux mettre en valeur. C'est à partir de cela que je veux être comparé. Je refuse d'être réduit à ma couleur de peau claire ! Une société qui comparerait les gens uniquement à qui l'on est, qui l'on aime ou en qui l'on croit serait une société pauvre de sens. Soyons fiers de nos différences infinies, de nos acquis, de nos comportements.

Plutôt qu'une interview sur le racisme, j'aurai préféré une interview sur comment s'affirmer ou créer un cadre d'ouverture, comment faire vivre des valeurs inclusives, qu'est-ce que la parole inclusive ?

Merci
à Christiane Taubira d'avoir endossé l'homophobie qui m'était adressé quand nos rues étaient recouvertes de gens marchant sur mes droits fondamentaux, tel celui du mariage.
En même temps, je me demande s'il n'aurait pas davantage fallu analyser ce qui a conduit cette anonyme du FN à lancer de tels propos. Sans doute ne peut-on pas tout expliquer, mais a-t-on vraiment essayé ? Car je doute qu'un personnage capable de tenir les propos qui furent les siens, ait juste besoin d'un cadre ouvert, ou d'une société globalement inclusive. Au-delà de la sanction, bien entendu, nécessaire, je pense qu'il serait bon de savoir "comment on en arrive-là". Elle évoque tout de même des références qui interrogent, notamment le diable, ce qui, dans un contexte français où les visions manichéennes du christianisme font assez peu recettes, est singulier. Elle interprète également les postures "de hauteur" de madame Taubira comme une forme de mépris. Tout cela est potentiellement signifiant.

D'ailleurs, l'analyse de l'origine de propos/actes blessants permet souvent aux personnes visées, aux victimes, d'être mieux outillées, mieux armées oserais-je dire. Et puis l'on combat toujours mieux ce que l'on connait et ce que l'on comprend.

Mais bon, j'imagine que l'on va me répondre qu'expliquer c'est déjà excuser...
Moi je vous réponds que vous ne m'avez pas compris. Tout est dans mon com précédent.

J'ignore le comportement raciste et je regarde ailleurs. Pourquoi "perdre son temps" avec des comportements déjà condamnés par la justice ?

Je vous réponds quand même. Vous êtes-vous déjà trouvé dans un aéroport ? Une longue file d'attente vous attends. Vous ne voulez pas attendre. Comment allez-vous faire pour avoir une place dans l'avion ?

L'explication est simple, le cerveau va toujours au plus facile. Le racisme est pour les cerveaux déséchés...

Le coup de l'aéroport, je ne l'ai pas inventé. Il y a un musée sur le thème de l'inclusivité dont jai oublié l'endroit qui l'a inventé (Pays bas ? danemark ? New York ? ).
Il ne s'agissait nullement de vous viser ou de viser votre pensée, mais de rebondir dessus pour proposer une autre piste de réflexion.Et je constate que vous vous êtes laissé tenter malgré tout par cette invitation.

Reste néanmoins à définir ce qu'est un cerveau déséché.
Vu le sort qui a été reservé à Christiane Taubira (ils ont aucune limite, aucune empathie et ils comprennent même pas ce qu'ils ont fait); ainsi qu'à Danielle Obono (qui a été de nouveau sommé de s'expliquer sur son passage aux Grandes Gueules, cf ici
https://twitter.com/Cdenquete/status/916054430293921792 )
ils ont évidemment bien eu raison de ne pas venir dans ce traquenard, on sait très bien comment ça aurait fini.
Je trouve incroyable qu'un journaliste se permette cela : empiler les propos racistes et violents envers Taubira, et les passer devant elle, en s'imaginant qu'elle ne va pas réagir émotionnellement. Mais elle est noire et femme, et en plus se mêle de politique, donc elle devrait subir et se comporter comme si c'était un problème métaphysique. Après tout, elle est habituée ! c'est à vomir !

Je trouve que d'une part, le service public devient une poubelle, et que d'autre part, l'antiracisme s'englue dans des enjeux politiques aberrants : qu'est ce que l'islam vient faire là-dedans ? Je ne comprends pas trop... C'est un autre sujet politique... Et le mot islamophobie, ça n'a pas été inventé par l'ayatollah Khomeiny, ce bienfaiteur de l'humanité ?

En tant que catholique zombie ultra matérialiste, je m'interroge...
Parmi les signataires de la tribune publiée sur Contre-Attaque(s), titrée Pourquoi nous avons refusé de participer à Complément d'enquête, on trouve, comme vous l'avez noté, Sihame Assbague, invitée en 2015 dans votre émission sur les conséquences de l'état d'urgence, mais aussi les inévitables Houria Bouteldja, Marwan Muhammad, Françoise Vergès... le Camp d'été décolonial, Lallab, Mwasi, toute la fine fleur du militantisme supposé antiraciste, en réalité les hérauts activistes de la non-mixité, du féminisme communautaire, du repli identitaire.
Leur refus de participer a l'émission parait sans grande conséquence. Rien qu'on ne sache déjà sur leurs amitiés extrémistes, leur racisme, leurs faits d'armes antilaïques.
Taubira qui a a fait durer 1 ans la loi sur le mariage, les homo tabassés l'a remercie, la nana qui a fait condamner les syndicalistes a la prison ferme, alors que SEUL le parquet (soumis au ministre) le demandais. Cette femme et nauséabonde, elle est comme Hollande pour les bobos, une fausse rebelle, quelqu'un qu'ils aiment aimer, une fausse pauvres, comme eux. C'est juste qq qui aime l'argent et les dorures. Mais qu'elle ne réponde pas aux journalistes, on s'en fou, ils sont achetés et elle aussi, qu'elle dégage.
"On sent que le journaliste, c'est pas le pire, précise Muhammad, c'est juste que dans ce dispositif-là, il ne peut pas produire autre chose, et il ne peut pas produire mieux."
Au-delà du recueil des paroles des protagonistes, ne serait-ce pas le rôle d'ASI d'analyser le dispositif en question? Là, je reste un peu sur ma faim.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.