40
Commentaires

Comment on l'a tout de même bien eu, Obama

Derniers commentaires

En ce 28/07, jour de repos pas volé (je bosse dans un "grand" groupe de télécommunications...), je tiens à faire la remarque suivante: ce 06/06/09, étant en congés, j'ai regardé et enregistré l'arrivée d' Obama à Caen. N'étant pas fan de TF1, j'ai choisi France 2.
Je n'ai pas été déçu...
Ou plutôt si: j'ai été déçu!

Je dispose d'un montage de moins de 10 minutes sur le ratage COMPLET de la sortie d'hélico du couple Obama sur l'hippodrome de la Prairie à Caen et les commentaires qui vont avec (format eyeTV, adaptable MP4 ou MP3).

Très surpris de ne pas en avoir eu écho ensuite, je me décide enfin à en parler.
Les yeux et oreilles écarquillées, je me suis pincé (virtuellement) à ce spectacle. Et je me suis posé les questions suivantes:
1) Dans un direct TV, ceux qui causent ne regardent pas les images?
2) S'ils ne les regardent pas, l'équipe de réalisation ne les regarde pas non plus?
3) Si l'équipe de réalisation les regarde, elle n'a pas un moyen pour avertir les bavards à l'antenne quand il se passe un événement?
4) Dire, ensuite, qu'Obama est sorti de l'hélico "hors caméra", alors que les téléspectateurs, EUX, l'ont vu en direct, il y a du foutage de gueule, non?

Je ne crois pas que l'envoyé spécial de France 2 sur l'hippodrome de Caen se pointe un jour à ASI pour s'expliquer.

Je ne sais pas comment joindre ma vidéo de ce 06/03/09 à ce message, mais je la tiens à dispo pour qui en veut.
"une Europe crépusculaire, corrompue, décadente,"

Je dirais même plus : carrément pathétique. Qu'il s'agisse de la vieille ou de la jeune Europe (je crois que ce Tchèque qui porte même nu un bracelet offert par G Bush comme s'il s'agissait d'une breloque sentimentale, c'est le pompon).

Au moment où on demande aux Européens de se prononcer sur leurs représentants au parlement, ça la fout quand même mal. Mais comme de toutes façons, on ne tiendra pas compte de leur avis, quel qu'il soit, on s'en fout un peu.

Il reste que ce "Jouissez sans entraves" qui est accordé aux dominants européens issus du pénible épisode du bushisme, fait sérieusement tache en face de l'espèce de jansénisme obamien (réel ou de pure façade, peu importe) qui a déjà fait son retour aux USA.

C'est ce contraste qui est le plus étonnant.
Des mondes s'écroulent sous nos yeux, et on espère simplement ne pas être emportés par le grand flot.
"De l'Europe, il aura vu Dresde, Buchenwald, et les plages du Débarquement."
Dresde, méthodiquement rasée en février 1945, hors toute nécessité militaire, par des bombardiers britanniques et américains, et qui est parfois considérée comme le lieu d'un crime de guerre.
Très digne de la part d'Obama. Et très fort politiquement.
Imagine-t-on un président français allant se recueillir à Sétif?
Les Allemands peuvent s'estimer heureux que la totalité de leur pays n'ait pas été rasé, voire vitrifié en 1945, ils l'auraient bien mérité !

En novembre 1933 ils avaient voté à 95% le retrait de la SDN (Société Des Nations) et à 92% pour le NSDAP (Parti Nazi)

Il y avait donc peu de non coupables dans l'assassinat de 100.000.000 d'humains, solde probable de la deuxième guerre mondiale...

P.S. : Vous savez pourquoi ils n'ont pas l'arme atomique ? Parce que les Américains n'ont pas confiance, 65 ans après Omaha Beach ! Et qu'ils l'interdisent strictement.

***
Et qu'ils l'interdisent strictement. C'est de l'humour ????

En novembre 1933 ils avaient voté à 95% le retrait de la SDN (Société Des Nations) et à 92% pour le NSDAP (Parti Nazi)


Au cours des élections de novembre 1933, le NSDAP a recueilli 92 % car... c'était le seul parti autorisé à participer au vote !
Faut rien exagérer…

Qui a eu qui, en fin de compte ?

Le nain est parvenu à le traîner devant trois douzaines de groupies UMPéistes dûment rétribuées et chapitrées, le risque n’était pas trop grand, la vraie population était tenue à (grande) distance par des milliers de barbouzes et de flicards arrogants : “Rentrez chez vous, manants, les maîtres du monde ne souhaitent pas vous croiser !”

Carla avait mis de (petits) talons, pour ne pas disparaître à côté de Michelle Obama, du coup le nain n’avait plus assez de talonnettes pour être visible au milieu des groupes et n’arrivait plus qu’aux – modestes – nichons de sa fraîche (n’exagérons rien) “épouse”…

La conférence de presse fut un sommet : les commentaires de zébulon sur la nécessité de travailler à résoudre la crise et le chômage (on commence quand ?) plutôt que de faire des photos sur papier glacé (on ne fait rien d’autre, y compris aujourd’hui) était un sommet de ridicule et de mépris pour les journalistes et leurs lecteurs…

Le discours à Colleville était bien écrit et plein d’émotion, œuvre de Guaino sans doute… Seulement notre zéro national le lisait, son discours… Tandis que Barak Obama, lui, parlait sans prompteur ni notes, la vraie classe, quoi !

De plus il s’était arrangé pour être l’hôte : à Colleville il est sur le territoire Américain, il pose ses hélicos sur la pelouse à l’entrée qui lui est réservée… Le gredin à talonnettes pose les siens (minables au demeurant, comparés aux deux “Marine One”) en banlieue du cimetière, il est forcé de remonter dans sa bagnole (une minable C6 qui passe pour une poubelle face au 4x4 blindé et sur-équipé du président Américain), avec sa bande de branquignols, pour ne pas détruire ses talonnettes …

Bon ! Barak était sur ma pelouse, ou presque… Je suis à moins de trois kilomètres de ce magnifique et très émouvant cimetière, j’y vais à pieds, souvent et depuis toujours.

Et ça me rend assez fier, même si je trouve que se déplacer avec mille personnes c'est peut-être un peu beaucoup... Et puis il ne s'est pas recueilli sur une tombe, trop pressé d'aller voir Notre Dame de Paris (à cause de Walt Disney ?), et de se faire un gueleton gratiné dans un grand restaurant parisien... Un peu superficiel Barak, manquerait plus que ça ! Notre dernier espoir dans ce monde merdique !

Même si je ne suis pas toujours d’accord avec les Américains je ne risque pas d’oublier que nous leurs devons notre relative liberté (le peu que nous avons su garder), et en tout cas d’avoir échappé à Hitler et à ses assassins.

Et que notre liberté, toute relative qu’elle soit, ils l’ont payée au prix fort !

J’y reviendrais peut-être, ce sont des sujets qui me touchent, vraiment…

***
Excellent papier Daniiel! Etant moi même assidu des revues de presse de l'excellent Gilles Klein et télévore international, je trouve que votre analyse, bien que concise, fait mouche. Bravo!
Euh, les journalistes n'y sont pas du tout. Si Obama nargue Sarkozy depuis si longtemps, ce n'est pas à cause du G20. C'est beaucoup plus vieux, ça date de la campagne présidentielle américaine lorsque Obama est venu faire sa tournée en Europe et que Sarkozy l'a OBLIGÉ à ne pas rencontrer les responsables socialistes. Je dis bien OBLIGÉ. Obama n'a pas eu le choix, il n'avait pas encore le statut de président. Eh bien, il lui fait payer et lui fera encore payer ce dictat déplacé et peu habituel chez les dirigeants. Et c'est bien fait pour sa gueule, au moins Obama a suffisamment de puissance pour lui faire payer ce qu'on aimerait lui faire payer tous les jours.
Vu d'ici (de Suisse), je suis abasourdi de voir ce petit Nicolas, enfant béat d'admiration devant son idole, tout fier de jouer avec lui à se serrer la main "comme un américain", au point de de déclarer qu'il est parfaitement d'accord avec lui sur le voile islamique!

De grâce, amis français, restez forts, puissants, et surtout indépendants, c'est trop facile de nous taper dessus, parce que petits, en prenant notre secret bancaire pour prétexte, mais de vous aligner ensuite comme un seul homme derrière l'empire du XXIème siècle, (parce que si puissant?). Restez une voix différente, soyez un contre pouvoir, et non un satellite ridicule des États-Unis.

Bon, ce n'est peut-être pas le bon président pour revenir à votre vrai rôle dans le monde...
Je ne sais pas si Barack se tape de l'Europe (sûrement un peu), en tous cas je dirais qu'il se tape surtout des $arko, Berlu, Merkel, Zapatero et autres, tous ceux qui se sont courbés avec zèle devant un modèle dont il veut se débarrasser: le cas Bush. C'est vrai qu'il semble plus méprisant envers eux qu'envers d'autres chefs d'états, en particulier au Moyen-Orient; il assure le minimum syndical diplomatique , mais il a sûrement compris qu'à l'avenir, il faudra surtout compter avec la Chine, le Brésil, l'Inde et les grandes puissances économiques en devenir pour traiter des affaires mondiales.

En tous les cas, j'ai trouvé que Messire not' bon Maître-trente avait la mine particulièrement déconfite et particulièrement fatiguée, comme s'il arborait un masque devenu flasque près à se décrocher du visage, y'a du mou dans les zygomatiques chez sthomme-là, faudrait voir à se muscler pas seulement l'entrecuisses (y'a pas que l'entrecuisses dans la vie) mais aussi le visage et à mettre Carlita au tricot parce qu'elle nous le fatigue à vue d'oeil son pépère.
Ce Sarko m'épate : il arrive à ses fins ... et en plus via sa bru, je suis sûr qu'il a des super prix sur l'électroménager. Darty-Sarkozy : le contrat de confiance ?

Et dire que je suis convaincue qu'on va se le taper 10 ans !!! Tant qu'on aura des branques et des opportunistes en face, c'est la voie "royale" pour notre président adoré.

Et puis, il faut qu'il arrête de trainer sa gourdasse dans des événements solemnels : cette dinde pose, et enchaine les expressions comme si elle était en séance de manquinat. Elle est ridicule et ressemble à la parodie de Decaunes Garcia : Sandrine Trop forte !
Ah , il serre bien les mains , notre Président , mais pour parler français, même dans un discours sûrement préparé et relu:
[quote=Nicolas Sarkosy à Colleville-sur-mer]A quoi pensaient-ils ces jeunes soldats dont le destin avait mis entre les mains le sort de tant de peuples ..

dont?
Cet AM en voyant les petites drapeaux français aux côtés de celui américain sur chaque tombe du cimetière américain où il tenait son discours, je me suis demandé ce que faisait ici notre drapeau au même niveau que celui de la bannière. Finalement on se dit qu'il a bien raison de s'en foutre de l'Europe, de la manière dont est faite la politique ici. Tout sur l'apparence, les sourires face caméra, et le mauvais nationalisme de mauvais goû même pour célébrer la fin d'un des pires. Il a autre chose à faire que de s'occuper des symboles, il a un pays, un continent à gouverner avec quelques problèmes mondiaux annexes. Ici dans cette Europe à laquelle je ne me résoudrai pas à l'accorder à la réthorique de Rumsfeld, même pour un bon papier, j'ai quelques valeurs politiques qui ne sont pas à géométrie variable, dans cette Europe donc seules comptent pour nos politiques les élections et leurs attitudes de roquet. Résultat, nous on se fout de leurs élections et on aime Obama! God bless U and the US. Salam.
Mais moi j'ai bien aimé le récit mythologique des vétérans raconté par Obama, et j'attends le retour d'un des UMP américains de mes amis, euh je veux dire un des démocrates américains vivant à Paris, qui sont partis en délégation à Caen pour écouter l'élu de leur coeur.

Et voilà, et j'aime bien moi qu'Obama ne veuille pas des avances obscènes de notre Oberp.

http://anthropia.blogg.org
et si peu (c'est-à-dire pas du tout) pour Obama au Caire, le traitement médiatique de son discours en France et ailleurs, ou d'autres choses certainement aussi futiles pour l'avenir de l'Europe (on vote demain) et du reste du monde ?
Tout simplement parce que le discours de Barak Obama au Caire n'est pas le grand discours annoncé il y a un mois
puis mis en sourdine après la visite de Benjamin Netanyahou à Washington et celle de Avigdor Liebermann à Paris.
Et que tout le monde ici est assez content de cela.
à Daniel S. :

1. Un détail orthographique : "cela" n'a pas besoin d'accent grave (ni aigu)

2. On ne voit pas bien ce qu'a de "surréaliste" un demi-slogan pro-situationniste de 1968

3. Comment expliquer tant de place sur ASI pour la polysémie d'une interview de Julien Coupat (analyse quelque peu laborieuse et malveillante), le vol Rio-Paris, la piscine de Berlusconi, la braguette de Cohn-Bendit et/ou les relations Obama-Sarkozy et si peu (c'est-à-dire pas du tout) pour Obama au Caire, le traitement médiatique de son discours en France et ailleurs, ou d'autres choses certainement aussi futiles pour l'avenir de l'Europe (on vote demain) et du reste du monde ?
Sur la photo de la revue de presse, Mirek Topolanek ne se contente pas d'être nu, il est en érection. Or, d'après un des "vite dit", il a reconnu être le personnage mais ajouté que la photo était truquée.
C'est bien ce qu'il m'avait semblé!
Pareil... Bravo Daniel. On continue !
Le show-biz continue donc !
Merci de suivre tout cela au cas où, moi j'ai arrêté depuis plusieurs mois déjà...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.