54
Commentaires

Comment l'imposteur de Facebook a trompé toute la presse

Actualisation, lundi 7 janvier, 17 heures.

Derniers commentaires

Apparemment il y a un nouveau "président" sur Facebook depuis le 1er mai et jusqu'au 31 août. Le premier entendait promouvoir la tolérance entre les trois monothéismes. Le second fait juste du prosélytisme pour l'Islam. L'application "Facebook president" existe toujours et comporte 419 utilisateurs à ce jour ... autant dire epsilon par rapport au nombre de profils sur FB.
Voir ici :
www.facebookpresident.com
Heureusement, il n'y a plus d'emballement médiatique pour cette supercherie, mais c'est incroyable que ce truc là ait pu si bien prendre. J'espère que Darambarsh est bien "grillé" avec cette histoire, mais quelque chose me dit que ce genre de personnage reparait toujours. Grillé au MODEM, grillé à l'UMP, grillé sur FB, c'est quoi la suite ?
Visiblement, Arash Derambarsh jouit d'une certaine légitimité auprès de certains organismes.

Il sera invité à s'exprimer lors du prochain TEC-Paris (rendez-vous réservé aux professionnels de l'informatique) le jeudi 5 juin 2008 lors d'une conférence, au titre accrocheur

WebMarketing et politique : comment Arash Derambarsh s'est-il fait élire président virtuellement de facebook.com ?

Ce serait intéressant qu'un journaliste d'@si se déplace pour entendre ces prometteuses explications :-)

Malheureusement, je ne peux pas vous donner le lien exact, le site http://www.tec-paris.com étant actuellement planté, ce qui est la moindre des choses pour un événement lié à l'informatique...
Bien le bonsoir,

Ben, ce type ne manque pas de culot ! Il envoie en ce moment des mails de menaces pour ceux qui affiche une photo de lui, rerpise par toute la presse, alors attention ASI trembez devant cet être mégalo au-delà des limites de la connerie humaine !

Voici copie de ce que l'on peut recevoir, un vrai plouc !

Bonjour,

Vous utilisez une photo privée qui m'appartient, ce qui est une grave atteinte au droit de la propriété intellectuelle.

1) http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://gueulante.20minutes-blogs.fr/media/02/02/ec57736031596d52082cf85c58e9fccf.jpg&imgrefurl=http://gueulante.20minutes-blogs.fr/tag/Derambarsh&h=309&w=200&sz=11&hl=fr&start=50&um=1&tbnid=sUgDVbnC8dP7DM:&tbnh=117&tbnw=76&prev=/images%3Fq%3Darash%2Bderambarsh%26start%3D40%26ndsp%3D20%26um%3D1%26hl%3Dfr%26rlz%3D1G1GGLQ_FRFR277%26sa%3DN

2) http://gueulante.20minutes-blogs.fr/media/02/02/ec57736031596d52082cf85c58e9fccf.jpg

Je vous demande donc de retirer svp immediatement la photo qui se trouve sur ces deux liens de votre blog.

je fais copie de ce mail à mon avocat et je me réserve le droit de déposer plainte cette semaine si la photo n'est pas retirée et supprimée de votre blog.

Merci d'avance.

Arash Derambarsh

Trop drôle non ? Lui qui voulait être le Roi de l'Internet, il cherche maintenant à effacer toutes traces...

A plus

JD
gueulante.fr
Euh, je me frotte les yeux, mais j'ai du mal à croire ce que je lis... Un article de Challenges à la gloire de Derambarsh, paru hier soit une bonne semaine après que la lumière a été faite... J'essaie d'y voir du cinquième degré mais j'ai du mal.

http://www.challenges.fr/recherche/20080110.CHAP1023039/prsident_du_monde__ce_nest_quun_dbut_.html
C'est drôle, mais la photo dans lepoint.fr est attribué a Jean-Paul Ney. J'étais déjà tombé sur ce nom dans des histoires pas trés claires. Il suffit de lire la discussion sur la suppression de l'article Wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Pages_%C3%A0_supprimer/Jean-Paul_Ney).

Bref cette histoire a commencé entre gens peu fréquentable.
Très bon article, merci !

Je reviens sur les justifications après coup : le journaliste de France Inter qui s'est fait berner a cru à cette histoire comme il a cru "à la météo" : on croit rêver. Moi je croyais que le minimum des minimums du commencement du journalisme, c'était de vérifier ses sources. Et, que je sache, les "infos" en question ne venaient pas de météo France !! AH mais elles venaient des "experts du net" ! permettez-moi de me gausser (bien que ce ne soit pas mon habitude), encore une formule bien vague qui ne veut rien dire et qui illustre la grande, l'immense révérence accordée au domaine de la "technologie", avec ses "experts" autoproclamés !
Autre justification du journaliste de France INTER, sous forme de question "ai-je tué quelqu'un" ? C'est EXACTEMENT la même "justification" qu'on retrouve sous la souris du fameux Arash Derambarsh : il n'y a pas mort d'homme. A ce compte-là, tout débat, toute question devient caduque quand "il n'y a pas mort d'homme" !! ceci est une bien piètre justification, si on peut appeler cela ainsi. Ah mais il avait des idées" humanistes "!! et alors ? la fin justifie-t-elle les moyens ? et ce jeune homme veut devenir AVOCAT ? pauvre de nous ! moi je rentre au château.
Bonsoir,
La lecture m'a parue assez facile, je suis cependant un habitué des pages a fort contenue, j'ai donc plus de facilité a ingurgité des tas des mots :).
J'ai adoré revenir jours après jours pour suivre cette histoire. J'encourage d'ailleurs cette mise a jour active du contenue. Mais celle ci devrait etre d'avantage mise en avant sur le portail du site (ou sur une des sidebars).

Aller, bonne nuit a tous,
Bises,

Julien
@ Gilles,
Je n'ai pas encore lu cette rubrique, je vais le faire mais un peu de temps, de changement d'habitude... Madeleine
J'ai également trouvé l'article difficile à lire à cause de la mise en page; j'ai d'ailleurs déclaré forfait avant la fin. Outre, la difficulté issue de l'emplacement des images, parfois à gauche, parfois à droite, la lecture est également ralentie par le nombre trop important de mots par ligne. Bien sûr, il est possible, d'augmenter la taille des caractères dans son navigateur et, par conséquent, de jouer avec la mise en page. N'empêche, c'est vraiment pénible. En ergonomie, on dit souvent qu'il devrait y avoir environ une dizaine de mots par ligne. Le site de la BBC (bbc.co.uk) est, à ce titre, et pour ce qui qui a trait à la mise en page très ordonnée des illustrations, exemplaire à mes yeux.
Si c'est ça l'homme politique de demain et c'est malheureusement bien probable), il va falloir commencer à s'organiser.
@ Philippe

Merci de cette remarque judicieuse. La présentation peut en effet compliquer la lecture quand il y a du texte sur fond blanc dans la capture, en plus du texte sur fond blanc que nous publions.
Plutôt que de me pencher sur le fond, je voudrais émettre une remarque (constructive, j'espère) sur la forme :
J'ai eu beaucoup de mal à lire cet article à cause du fait que le texte proprement dit se confond trop facilement avec les photos d'écrans de sites web (ou les scans d'articles), en particulier les images en pleine largeur. J'essayais de me concentrer sur le texte sans essayer de lire les sources citées, mais j'ai eu plusieurs fois du mal à savoir jusqu'ou je devais sauter, si je me fais bien comprendre.

Fond blanc sur fond blanc, différences de polices minimes, je pense qu'il vaudrait mieux trouver une solution pour bien se rendre compte qu'on a affaire à une illustration. Peut-être un cadre? Avec une ombre qui montre bien la séparation de l'image et du texte?
Les illus plus petites cadrées à gauche ou à droite et repérées par une flèche grise sont plus faciles à repérer, mais cette alternance gauche/droite avec des "blancs" casse le rythme de la lecture.

J'avoue que je serais tenté de toujours opter pour une miniature (voir même une icône "illustration" anonyme) sur laquelle il faut cliquer pour voir apparaître l'image dans une fenêtre séparée. Evidemment il devient nécessaire dans ce cas que chaque illustration soit étiquetée pour savoir à quoi on a affaire.

Peut-être à terme une option dans le profil de l'utilisateur pour choisir l'affichage ou non des images?

Excellent à part cette remarque, je tiens tout de même à le dire (l'article ET le site).
" Depuis quelques temps, Arash Derambarsh fait le tour des médias dits traditionnels : il est Français, il est pour la paix dans le monde et entre les peuples, il a fait barrage aux candidats du Hamas, il est président de Facebook, le nouveau site trend-setter vraiment important et signifiant sur le présent et l'avenir du wWb…bref, un rêve cyber-citoyen en marche à lui tout seul. Aujourd'hui, le site Arrêt sur images, émule de la feue émission télé, pourfend le canular : « Comment l'imposteur de Facebook a trompé toute la presse... Retour sur deux ans de séduction ». Le titre est choc, les preuves accablantes, tout le monde s'est donc fait mettre, et en beauté. Mais voilà, la revue de presse, et le journaliste associé, font aussi beaucoup de bruit pour rien et confondent magistralement, entre autres, le Président PDG-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, et le « président » Arash Derambarsh, président de rien d'autre qu'une de ces nombreuses applications étant, comme toutes les autres « not in any way affiliated with, nor endorsed by, Facebook Inc. ». Au pays de la netocratie, vérifier ses sources, c'est bien ; aller voir les bonnes, c'est mieux. "

Je comprends mal la critique de Chronicart à l'égard de l'article d'ASI...
Je n'arrive pas à remettre la main dessus, mais Facebook avait officiellement démenti la valeur de cette pseudo-élection bien avant que la presse française s'en empare pour exploiter le buzz internet du moment qu'est Facebook.

Pour moi, la presse française savait ce que cette pseudo-élection ne valait pas, et y voyait une occasion de se - mousser - à moindre cout... Express, Figaro, et j'en passe, je ne vous lis plus depuis 3 ans :o| .oO(bande de gogos)
Merci pour cet article fort intéressant !
Sur facebook, le monsieur a pas moins de 5 pages personelles (surement une pour chaque adresse mail...) et 5 groupes où on parle de sa campagne présidentielle... Ce qui prouve que si il y avait un minimum de contrôle sur le site, les patrons de Facebook auraient pu repérer la supercherie.
Là où votre job vaut de l'or, à ASI, c'est quand vous appelez un journaliste qui s'est fait avoir par un truc aussi énorme en y allant aussi franco et qu'il vous avoue qu'il devrait un peu vérifier ses infos, de temps en temps.

J'adorerais avoir le son de ce dialogue, car je me demande bien quel ton peut prendre un journaliste aussi dépité.
J'adore.

Je reste toujours sous le charme de ces quelques troublions qui arrivent à blouser énormément de journaliste très incompétants, vis-à-vis de la nouvelle technologie, et surtout du Web.
L'effet "boule de neige" et avalanche des médias par l'exemple ou comment le grand cirque de l'information fonctionne... le parallèle peut être fait avec la reprise des sondages ou la visite de mini mickey et maxi minnie à Disneyland . etc. Les sujets ne manquent pas ( ex: la tecktonik danse à la mode lancée par les médias et par un mec (ou plusieurs qui déposent la marque), les émeutes de la garde du nord GDN vs ? ..
Vérifiez que son confrère en a parlé ou vérifier l'info à la source. Toute la question est là. Combien de temps ont les journalistes pour vérifier le flux d'infos..
Moi aussi ces sites me laissent indifférente si ce n'est méfiante. C'est bon pour ceux qui se targuaient à l'époque d'avoir invité 100 personnes à leur crémailère (...c'est à dire pas moi !), maintenant ils annoncent fièrement 1500 amis sur Facebook. Qu'y gagnent-ils, un peu d'amusement numérique ? En tout cas ils y perdent beaucoup de vie privée.

Pour revenir à l'article. Bravo pour ces premières menaces et intimidations de la part de l'intéressé, ça démarre fort sur @si ! Le site va faire bientôt autant peur que l'émission si ce n'est plus, et c'est un gage de réussite et d'utilité publique !
N'y a-t-il pas un seul journaliste qui sache un minimum comment fonctionne facebook et qui se soit étonné de ne pas avoir reçu d'information "officielle" de facebook sur ce sujet? On ne va pas me dire que les journaliste n'essaient pas de "networker" un maximum en utilisant tous les outils à leur disposition, y compris facebook...
Je voudrais apporter une précision. Quand vous affirmez : « Selon toute vraisemblance, Derambarsh aurait simplement utilisé une application "Facebook président", et comptabilisé comme électeurs les internautes ayant téléchargé cette application, peut-être quelques centaines. » Cette affirmation n'est pas tout à fait exacte. En effet, cet homme n'a pas été "nommé" par ceux qui ont simplement installé l'application (et non pas téléchargé), mais qui ont également voté pour lui.

Quoi qu'il en soit, affirmer qu'il est président de Facebook a la même valeur que de déclarer qu'Untel est empereur ou roi de Facebook parce qu'il s'est présenté au sein d'une application "Votez pour l'empereur/roi de Facebook". Il est même possible de créer une deuxième application "votez pour un président de Facebook" : deux "présidents" (voire plus) à la tête de Facebook, serait-ce bien sérieux ? Pourtant rien ne l'empêche.

Il conviendrait plutôt de parler de « président de l'application “Président Facebook” » car il ne représente que les membres qui ont installé cette application, soit une minorité des utilisateurs de ce site.
Petite remarque :

A force d'être submergé d'informations, j'ai l'impression que les gens n'écoutent que d'une oreille ( et encore ).
Il est fou d'imaginer que des sujets rabattus a maintes reprises sur les ondes mettent si longtemps a provoquer une réaction.

D'où le bon vieil adage : trop d'infos tue l'info.
Bravo et Merci pour votre ténacité de Pittbull à votre tour car trop c'est trop et nous prendre pour des abrutis c'est trop.
Merci pour l'article, qui appelle vraiment plusieurs commentaires.

1) La crédulité de certains journalistes, alors qu'ils sont quand même censés être les chantres de l'information vérifiée, recoupée, et réelle. On peut y voir ici une culture "fast-info" : il faut réagir vite, pour ne pas être dépassé dans ce monde de la communication à la nanoseconde près.

2) L'intérêt, que je trouve vraiment exagéré, pour toutes ces nouvelles formes soi-disant ultra-avant-gardistes de communication en réseau machin, ou en blogs trucs. Perso, ça me gonfle un peu. Là encore, il faut en parler, en bien, sous peine de passer pour un ringard. Mais on perçoit peu (il est vrai que cet avis n'est basé que sur mes maigres lectures qui ne prétendent pas être exhaustives), du moins dans les grands média, de critique sur le fonctionnement très pernicieux de ces sites. Même s'ils ont une quelconque utilité (et encore, quel intérêt de se retrouver sur Facebook pour papoter plutôt qu'au café, même si on ne peut plus y fumer en paix ?), il faudrait quand même également pointer les dérives possibles. OK, ils permettent de mettre en relation des personnes qui ne se connaitraient pas sinon mais bon, à juger de l'intérêt réel, c'est plus pour se retrouver entre potes qui se connaissent déjà. Et si j'ai des potes qui ne connaissent pas d'autres potes à moi, bah c'est peut-être que je n'ai pas envie de les présenter ! Vais me faire engueuler par les partisans de ces concepts de communication, je suis donc prêt à reconnaitre que ces communautés peuvent avoir un intérêt : la preuve, je suis inscrit à Viadeo :-) mais en faisant super gaffe (pas de nom, pas de nom de société).

3) La méfiance que je conseille à tous envers ces sites, et tous ceux qui y ressemblent. Sous argument de gratuité (concept utilisé à outrance par Internet), on promet plein de nouvelles relations, plein de possibilité ultra-top-cools, du stockage, de la vidéo et tutti quanti : le rêve quoi, où est le problème ? Bah le problème, c'est que les gens de Facebook, comme ceux de MySpace d'ailleurs, ou de Google (pire...) s'en fichent comme de leur première chemise de vous offrir tant de possibilités. La seule chose qui les intéresse, c'est votre "profil", résumé informatique de votre personnalité, de vos goûts, de vos centres d'intérêts, etc. L'internaute lambda, joyeux devant les multiples possibilités offertes, va donc s'empresser de donner tout plein d'informations sur lui, et par rebond sur ses proches. Même si lui est conscient (ce qui est rarement le cas), ses proches pas du tout, et on ne leur laisse pas forcément le choix. Pis bah ensuite, il n'y a plus qu'à faire de la publicité ciblée, revendre les informations, etc. D'ailleurs, il faudrait lire les conditions contractuelles de Facebook (chose que je n'ai pas encore fait, mais si le temps le permet...) qui doivent comporter toutes ces petites informations.

Ce site avait d'ailleurs été au coeur d'une belle polémique l'année dernière (au fait, bonne année :-)), avec son système Beacon. Lorsqu'un facebookien (désolé Judith...) achetait un truc dans un des 40 magasins affiliés, bah tous ces potes virtuels étaient au courant de l'achat (sauf à être très attentif à l'écran, et à réussir à cocher une chtite croix avant qu'elle ne disparaisse). Charmant ! Facebook a changé maintenant de système, pour le baser sur l'opt-in (consentement obligatoire avant le partage) et plus sur l'opt-out (consentement à priori jusqu'à ce que l'internaute dise NON). Un petit complément d'information, illustrant à quel point cela est important pour les annonceurs http://www.generation-nt.com/facebook-vie-privee-beacon-systeme-publicitaire-actualite-50602.html

Dernier exemple en date du même type, chez Google. Y'a un truc qui s'appelle Google Talk et qui fait de la messagerie instantanée. Great ! Y'a un autre truc, Google Reader, qui permet de lire des flux RSS (flux d'informations en continu), avec éventuellement partage des liens. Bah ils ont décidé que maintenant que tous les liens du Reader seraient accessibles aux contacts du Talk, en disant benoitement "Bah on pensait que ça vous intéresserait, comme fonctionnalité". Ah, mais par contre, notre avis, ça, ça ne t'intéresse pas m'sieur Google ?? L'article de ZDnet sur le sujet http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39376954,00.htm

Et tout ça n'est que le début...

Bienvenue dans un monde numérique, où notre identité personnelle ne vaut plus grand chose, sauf des prévisions de revenus publicitaires. Le problème devient tellement épineux pour certains internautes, grillés "à vie" auprès de certaines entreprises qui ne se privent pas de consulter toutes ces informations décomplexées pour juger si les activités personnelles du futur cadre collent bien avec son superbe CV, qu'il devient obligatoire d'enterrer ces profils, de se refaire une virginité virtuelle : c'est le but de site comme par exemple Reputation Defender, rigolo, sérieux, mais qui fait un peu peur quand même, jetez un oeil http://www.reputationdefender.com/.

@+ et longue vie à @si !
Ce n'est rien du tout que de se faire passer pour le président de facebook ! Regardez du côté de l'Elysée, il y a un bien plus grand(petit !) imposteur, et légalement élu lui ! Et tout le monde est à plat ventre, n'osant poser les questions qui fâchent. Alors, Facebook, Pfffffftttt, ce n'est rien !!!! Quand on découvrira la mystification, il sera bien tard !
Excellent dossier. Je suis néanmoins surprise que personne n'ait eu l'idée d'aller faire un tour sur Facebook pour consulter le profile de ce clown. Je sais qu'il faut être inscrit pour pouvoir réellement surfer sur cette plateforme, mais bon, sur les 50 millions de profiles affichés par Facebook, un paquet doivent être des faux ou des profiles de complaisances utilisés pour d'autres objectifs que les retrouvailles avec des camarades d'école ou d'université (le premier objectif d'un "facebook" traditionnel). Du coup, les journalistes auraient très bien pu se créer des profiles, juste pour voir qui était ce Derambarsch. Ils auraient alors pu se rendre compte que le bonhomme s'était constitué au moins 4 ou 5 profiles et qu'il avait créé au moins 3 groupes du type "Arash Derambarsch President". Ceci dit, n'importe qui peut créer ce genre de groupe et comme ils étaient ouverts à tous les inscrits de Facebook, n'importe qui auraient pu y entrer. D'autre part, les journalistes un tant soit peu curieux se seraient aussi rendus compte que la plupart des membres de ces groupes étaient français ou francophones! Pour l'universalité, on repassera! Enfin, quoique....j'ai aussi trouvé des journalistes francophones, notamment de Reuters, parmi les membres de l'un de ces groupes....


Quant à prétendre qu'il aurait mal compris l'enjeu de cette élection, voici ce qu'on pouvait lire dans l'introduction de l'un des groupes qu'il avait créé pour cette élection:

"De plus, je "vous" propose la CHANCE UNIQUE DE VOUS ADRESSER aux 120 Millions de membres sur Facebook! Chacun pourra adresser un message personnel si je gagne!"

A quoi on a échappé, hein?!?
"On a repris l'info comme tout le monde"

(Pas tout à fait comme tout le monde...)

Précisément, c'est bien ce qu'on peut reprocher à ce "confrère dépité". Lui utilise cela comme une excuse... En d'autre termes, de penser, "comme tout le monde", que le journalisme consiste exclusivement à recopier le papier du voisin (en y ajoutant, parfois, ses propres fautes de français). Le pire, c'est qu'il ne s'en rend visiblement même pas compte. Et "tout le monde" non plus.

Quant au gars à la source de cela, son petit air stup... euh naïf et l'histoire de l'application "président de Facebook" me font penser qu'il n'a même pas fait exprès et qu'il y croyait. Il est apparemment juste un peu mythomane, et le niveau d'esprit critique du confrère dépité et ses semblables est tellement inexistant qu'ils ont gobé son histoire : nul besoin d'être manipulateur pour la faire avaler, hélas...
Bonjour,

Trois fois bravo pour cet excellent article très complet, cela démontre le sérieux journaliste !

Pour info, on mentionne ce dernier depuis notre note écrite il y a peu ;

http://gueulante.blog.20minutes.fr/archive/2008/01/03/un-imposteur-a-l-elysee.html

Longue vie à cette nouvelle formule d'arrêt sur images.

C'est très plaisant d'avoir cette interactivté entre le lecteur et le journaliste

A plus

JD
www.gueulante.Fr
Excellent article MERCI.
Ce petit jeune est un manipulateur né....Son histoire m'a bien faite rire. Les journaux, les interviews, les invitations a la TV vraiment tres fort. J'aime quand il dit chez Foigiel qu'il est qq'un de tout a fait normal qui ecoute Nolween :-)
Encore une preuve s'il en fallait de l'incompétence de nos journalistes. Combien de temps va-t-on passer à comptabiliser leurs erreurs avant de décider de faire du journalisme "autrement" ? Les plateaux télé sont remplis de "personnalités" présentes non pour faire preuve de leur esprit, mais pour remplir du temps d'antenne et vendre leur bouquin/film/pièce de théatre.

La preuve flagrante de leur incapacité à utiliser correctement ce pouvoir énorme qu'est le temps de télé est encore ici, lorsque l'utilisateur lambda de facebook savait que tout était faux.
Mais c'est aussi la preuve que cette machine de guerre de l'internet 2.0 qu'est facebook ne vaut pas les milliards qu'ils s'attribuent. En effet, quelle entreprise internationale digne de ce nom laisserait tant de temps une aussi grossière affaire pourrir dans les médias les plus importants d'un pays comme la france ?

Facebook, les journalistes français ; des colosses de l'image aux pieds réels d'argile...
Très bon article.

Quelques remarques sur Facebook. Je m'y étais inscrit il y a environ un an, mais après avoir pris un peu peur à cause des violations de ma vie privée (j'ai par exemple été "tagué" sur une photo qui mettait en péril ma relation amoureuse) j'ai rapidement décidé de me désinscrire, mais la surprise est qu'il est impossible de se désinscrire totalement, Facebook annonce que toutes vos données sont sauvegardées dans le cas où vous décideriez de réutiliser leurs services. En faites, il suffit de se reconnecter avec la même adresse mail et le même password pour que votre compte se retrouve actif comme par magie.

J'essaye d'ouvrir les yeux de mon entourage très "facebookien" des dangers de ce genre de site, malheureusement on me considère comme un pauvre parano. Mais je pense que les dangers sont vraiment là. Le premier que je vois est celui des employeurs (ou futurs employeurs) qui ont la possibilité, s'ils rusent un minimum, de connaître la vie de leurs employés, il suffit par exemple de créer un faux compte d'une "fausse" jolie fille pour que la majorité des hommes l'acceptent comme ami. Cette technique peut également être utilisée par des proches comme la famille, le-la partenaire etc.

Lorsque je tente de faire comprendre mon point de vue à mes camarades je donne l'exemple, un peu exagéré je l'accorde, d'une personne mal-intentionnée qui déciderait de faire des dossiers sur chacun de ses "amis", il n'est pas rare de voir des gens avec une liste de plus de 400 "amis", le réseau étant très apprécié des universitaires il y aura sûrement parmis toutes ces personnes quelqu'un à qui il serait très désagréable de faire ressugir son passé de fêtard fumeur de joint, sniffeur de coke ou simplement adapte de l'excès d'alcool et des vomissement de fins de soirées.

Pour finir sur une note un peu paranoïaque et comploteuse, je vous laisse ce lien qui tente de montrer des liens entre facebook et la CIA.

http://albumoftheday.com/facebook/

Marc
petite coquille dans la citation à coté de l'image d'iTélé :
« on a un vrai problème sur Internet, aujourd'hui c'est la jungle totale, c'est le grand n'importe quoi, les fondateurs, Microsoft et les autres sites [ici]sont[/ici] été dépassés par l'extraordinaire boum »
C'est presqu'un cas d'école concernant la folie Facebook. Sous l'étiquette "site communautaire" on peut mettre à peu près ce que l'on veut. 99,999% des gens utilisent ce site comme un divertissement et un moyen de rester en contact/retrouver des amis. l'epsilon restant y voit un moyen de prosélytisme qui à mon avis ne vas pas cesser de sitôt. Cette dérive qui ne fait de mal à personne si ce n'est à l'amour propre de la flopée de journalistes qui se sont laissés bernés met en lumière les limites de Facebook, l'information y sera, par nature, toujours invérifiable. Un site communautaire ne peut être, ne saurait être et ne sera JAMAIS un média.
En attendant, excellent article d'@si, dommage qu'il n'y ai que peux d'explications des journalistes qui se sont laissés avoir. Ont ils été contactés?
Excellent article! Merci.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.