24
Commentaires

Comment j'ai laissé des traces dans l'espace numérique...

Nos données personnelles sont-elles le nouveau pétrole ? se demandait l’éconaute hier. Sans aucun doute, selon le dossier spécial du supplément mensuel Enjeux Les Echos vendu avec l’édition du quotidien de cette fin de semaine. Intitulé Data, la nouvelle ruée vers l’or, ce dossier passe en revue ce nouveau "big business" puis évoque la position de l’Europe, vilain régulateur dressé contre les Etats-Unis, sans préciser la fronde ouverte par le gouvernement français sur le sujet de la protection des données. Au passage, le supplément a appris à l'éconaute à repérer les précieuses données qu'elle sème à tout vent dans l'espace numérique.

Derniers commentaires

Vaste sujet ... je vous livre quand même mes réflexions là-dessus ( fiscalité du numérique, rapport Collin-Colin) sur mon blog Rapport Collin-Colin
C'est effrayant de voir comme elle parait normale, ou du moins pas dérangeante, cette collecte d'informations. Personnellement je trouve ça vertigineux, et ça me fait remonter des souvenirs de bouquins de S.F... A quel point notre vie nous appartient encore? En tout cas notre vie virtuelle semble précisément connue.

Ca me rappelle les stalkers. Oui, ces vils pervers qui, en collectant des informations sur le net, arrivent à reconstituer la vie d'une personne, si si, je me rappelle quand j'étais adolescent, le présentateur du J.T. disait que c'était horrible !
Les géants du net, les marketeurs, pubeux et autres chercheurs d'or numérique sont à l'affut d'une nouvelle manne financière. A court terme, c'est une illusion car aucun outil aujourd'hui ne permet d'exploiter efficacement le potentiel réel des données personnelles. Pour l'heure, c'est tout bénéfice pour les vendeurs de ce prétendu "Or noir numérique", qui trouvent des acheteurs gogos mais cela ne préjuge en aucun cas de leur valeur réelle ni de leur coût qui ne repose sur aucun critère objectif.
Attention, ce n'est pas une raison pour baisser la garde et livrer des informations personnalisées sur Facebook, Google +, Pinterest, et autres sites collecteurs de données perso. Le législateur doit surveiller étroitement l'utilisation de ces données qui pour l'heure ne servent qu'a enrichir quelques acteurs du Net sans aucun bénéfice pour la communauté des internautes.
Sujet intéressant, travaillant dans la sphère web je suis toujours ces sujets de près !

Et il est vrai que le stockage des données personnelles commence à faire peur à tous ceux qui en prennent conscience, on installe des plugs-in, on utilise des outils chiffrés, etc. tout en utilisant Facebook et Twitter à côté, comme manger bio au mac do.
Certains prennent le parti du "Je n'ai rien à me reprocher donc à cacher !" et jouent le jeu à fond en étant persuadé que si cela rend riche de grosses sociétés, ils n'en subiront pas pour autant les conséquences. Et comment les en blâmer ? Il est si difficile de suivre le fil rouge de nos informations jusqu'au point critique où leur collecte devient véritablement négative pour nous.

D'autres, comme moi, s'offusquent simplement qu'on puisse être monétisé sans consentement, sans alternative viable. Car si Facebook nous prévient dans ses mentions légales, force est de constater qu'on ne peut rien y faire sauf boycotter ou tester des voies alternatives comme Diaspora qui, de toute façon, ne réunira quasiment aucun ami qu'on aimerait retrouver sur un réseau social.

En définitive le domaine numérique, malgré un départ tous azimuts, suit peu à peu les même règles que le domaine physique puisqu'il est régie de la même manière... En attendant on installe des plugs-in anti tracking et on serre les fesses...
Tout cela est bel et bon, mais je constate qu'ASI pratique le flicage depuis longtemps sans bien sûr l'annoncer.
Toutes les pages contiennent un lien vers Google Analytics qui vous permet de savoir quelles pages chacun d'entre nous a consulté et combien de temps.
La page de votre article contient deux trackers de plus : AddThis et TwitterButton.

ASI collecte donc des infos personnelles sur nous. Que vous n'en fassiez pas une utilisation commerciale n'est pas le probleme. Encore que rien ne nous le garantit.
Le probleme est que vous ne nous demandez pas notre autorisation et qu'il faut installer des modules complementaires (Ghostery) pour le voir et les bloquer.
Alors la solution pour les cookies, c'est quoi ? Faire le ménage régulièrement ? Ne pas les accepter du tout ?
Parce que c'est quoi l'utilité d'un cookie, pour le gars qui navigue ?
"les Anglo-saxons, qui préfèrent l’autorégulation".
Il me semble pourtant qu'au Royaume-Unis, une loi oblige d'indiquer sur la home page que le site utilise des cookies. L'utilisateur a le choix d'utiliser le site ou non.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

À mon sens, il y a d'abord un énorme manque d'éducation et d'information du citoyen lambda sur l'impact de ce qu'il fait sur internet. Techniquement il est assez facile de ne laisser pratiquement aucune trace (autre qu'une adresse IP difficilement exploitable seule), à condition de faire l'effort d'éviter les outils "gratuits" commerciaux. Cela suppose une compréhension minimale du fonctionnement des navigateurs et des sites visités, voire des techniques existantes d'exploitation des données que vous acceptez de rendre publiques. Cette éducation devrait commencer dès l'école primaire, or à l'heure actuelle l'informatique, pourtant omniprésente dans nos vies, n'est même pas un enseignement obligatoire au collège/lycée.

De fait, Facebook, Google, Twitter et Cie vendent du "temps de cerveau disponible". Personellement ça ne me choque pas, du moins pas plus que le business des chaînes de télé ou de la Française des Jeux, à condition que les utilisateurs-clients soient en mesure de faire des choix (à peu près) libres et informés.
au fait
je ne sais pas si quelqu'un en a parlé
mais le plugin pour firefox qui bloque ce genre de pratique
est celui ci
https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/ghostery/

http://www.futura-sciences.com/fr/question-reponse/t/internet-1/d/ghostery-bloquer-le-suivi-de-navigation-sur-firefox-et-chrome_3666/
+1 mais je vais quand même lire, par acquit ( j'ai pas fait la faute) de conscience.
Seulement 2 kg d'humour !
Passionnant et instructif !
A voté.
gamma
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.