73
Commentaires

Comment donc ? Juppé serait de droite ?

Dieu sait si on a mille raisons de détester Franz-Olivier Giesbert.

Derniers commentaires

[quote=la "famille fortunée" va ainsi pouvoir investir les impôts économisés pour aider au développement de la "start up" d'auto-entrepreneur créée par le fils de la "famille modeste". C'est une vision des choses, comment dire, sympathique. Elle est tout de même inimitable, la vieille droite, quand elle cherche des raisons présentables de servir son noyau dur.]

Daniel Schneiderman, ce n'est pas une question de droite ou de gauche. Quand la gauche prône le retour du travail du dimanche au nom de la compétitivité, quand la gauche inverse la hiérarchie des normes au profit des accords d'entreprise et au détriment des accords de branche, en quoi est-elle meilleure que la droite ? Il serait temps que la gauche tire le bilan de son action depuis son retour au pouvoir en 1981. Moi je l'ai fait et il y a pas grand chose dont elle peut être fière. Le pire est que sur le plan idéologique nous vivons dans le monde que la gauche a imaginé. Sur le plan des idées elle a battu a plate couture la droite.

La division gauche - droite n'est pas l'opposition la plus structurante de la vie politique depuis 1983.
La guerre civile de notre temps est celle qui oppose ceux qui pensent que le Palais Bourbon doit être l'épicentre de la vie politique et ceux qui pensent que le centre de la vie politique de la France doit se situer à Bruxelles. Et cette fracture traverse aussi bien la droite que la gauche. L'Angleterre est toujours en avance sur la France dans les révolutions. Les britanniques ont donc été les premiers à répondre à la douloureuse question. L'onde de choc du brexit se fera sentir en France qu'on essaie ou pas d'escamoter le débat.
Woerth est venu parader à ONPC, hier soir. Période pré-électorale oblige. On l'avait un peu oublié.
Perso, comme j'avais pas bien suivi les suites judiciaires de ses magouilles, je le croyais à Fresnes.
En train de se faire enculer sous les douches, dirait Barré. Mais moi, la grossièreté, c'est pas mon truc.
Et @si c'est pas France Inter.
Amusant ce cœur de vierges effarouchées par l'émission de Juppé,qui découvre qu'il est de droite. Quelle perspicacité!. Et les commentaires des commentateurs trop heureux d'insulter, de se démarquer, d'insinuer…!
Question: et si la gauche dont toutes les chapelles sont si bien représentées ici avait la moindre notion de ce qu'est l'efficacité électorale, de la nécessité de l'unité dans un système électoral non proportionnel, si elle avait la volonté réelle de faire gagner ses idées, on en serait pas là. On aurait pas Hollande, on aurait pas une myriade de candidats-fantoches assoiffés d'ego, préparant d'autres élections, et la gauche aurait une chance de gagner.
Il y a deux questions distinctes:

- qui porte la vision de droite classique aux élections dans l'intérêt général
- qu'est ce que je moi je vais voter une fois que j'aurais le menu

Je préfère par exemple que ce soit Fillon qui représente la droite (c'est un peu comme Juppé en moins décati et en plus russophile, donc moins propice à ce que nos températures s'élèvent d'un million de degré sur une suite de mauvaises décisions). De là à dire que je voterai pour, comme dirait un de ses copains, "la route est droite, mais la pente est forte".
Sarkozy pour se faire élire et racoler les voix du FN propose deux référendums: l'un pour les centres de rétention pour les fichés S; l'autre contre le regroupement familial.

Premières remarques:
Le référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe eut lieu le 29 mai 2005. À la question « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe ? », le « non » recueille 54,68 % des suffrages exprimés. Sarkozy s'assoit sur le résultat, il s'en tamponne le coquillard.

A-t-il demandé leur avis aux Français avant de réintégrer l'OTAN? NON.

A-t-il demandé leur avis aux Français avant d'intervenir en Libye et trahir la résolution de l'ONU ? NON

Va-t-on demander leur avis aux Français sur la candidature de Paris pour des Jeux olympiques? NON

Deuxième remarque: vu la quantité de sang qu'il a fait couler Sarkozy devrait être fiché S.

Troisième remarque: il ne devrait pas pouvoir se présenter à des élections tant que les graves affaires judiciaires qui le concernent n'ont pas été jugées.

Quatrième remarque: tous les jours, hommes femmes et enfants meurent en essayant de traverser la Méditerranée, pour fuir ces guerres dévastatrices. Sarkozy a une lourde part de responsabilité dans ces guerres qui enrichissent les marchands d'armes et ont pour but le contrôle des champs pétroliers et du système financier international. Il devrait comme Cameron être jugé et condamné.
Pour sauver des âmes et internautes égarés, un autre lien à mettre dans l'article que celui du curé nous expliquant ce que Jésus dirait : Salomon est juif (et Jésus aussi... par contre, pas au point sur l'humour, la tournée de son dernier spectacle a mal fini, crucifié par les critiques, trop d'astuces de magicien et personne n'a compris ses histoires sur les riches, les chameaux, les trous d'aiguille et le paradis).
Oui il est préférable à Sarkozy
Et oui il vaut mieux quand même voter Hollande ou Valls contre Juppé au second tour, si jamais...
Hors-sujet (quoique…), la chronique du jour de Samuel Gontier.

J’aime bien l’idée d’implanter les parcs Disney à Haïti.
Hélas oui, Juppé est de droite. Et comme d'habitude (si j'en crois ce que j'ai lu ici et là car je n'ai pas eu le courage de regarder l'émission) il semblerait que ceux qui touchent les minima sociaux puissent mieux s'en sortir que quelqu'un qui travaille.

Sachant que j'ai été concernée et que, je le redeviendrai peut-être mais vraiment pas par envie, croyez-moi, je m'inscris en faux. Comme je ne sais pas où le faire, je le dis ici.

J'ai bénéficié du test sur le CUI 7 heures par semaine°. Même en ne travaillant que 7 heures par semaine, c'était financièrement plus intéressant pour moi (je suis sans enfant donc besoin de faire garder mes enfants et mon lieu de travail n'était pas trop éloigné de chez moi).

°(la version rémunérée, pas la version gratuite qui pour moi s'apparentait à une sorte d'esclavage car tout travail mérite salaire et le RSA n'est pas un salaire et donne déjà lieu à des contreparties avec la signature d'un contrat d'engagement réciproque qui fait qu'en cas de non respect des obligations, son bénéfice peut être retiré). Petite digression : elle était où la contrepartie du CICE ?

J'ai fait cinq années d'études après le bac, je ne me suis pas dit en les faisant : chic, je vais vivre avec 500 Euros par mois parce que je n'ai pas envie de travailler. Avec ou sans étude, les gens que j'ai rencontré n'ont qu'une envie, s'en sortir et travailler. Une minorité ne peut pas ou ne veut pas.

Donc oui, Juppé est de droite. Personnellement, aucun candidat ne me donne envie de voter pour lui... De droite comme de gauche. Il y en a juste certains que j'aime moins que d'autres. Ça m'attriste beaucoup...

Désolée, je parle de moi et pas de Juppé mais c'est difficile de trouver un endroit où exprimer sereinement ce que l'on ressent.
Au passage : il semble que Juppé a été plus souriant avec Ménard qu'avec Salamé. Notons surtout que le service public, au nom de Saint Audimat, n'a pas été gêné d'offrir une tribune au petit facho qui ferait passer Marine Le Pen pour une islamophile. L'audience n'a pas d'odeur.

Quant à l'éventuelle ouverture de son gouvernement à des ministres de gauche, rappeler que Sarkozy a débauché Fadela Amara, Eric Besson, Jean-Pierre Jouyet*, c'est une belle rosserie. Car ces trois personnages sont autant de gauche que Zemmour est Miss Monde et Guéant danseur de claquettes.

* Jouyet : peu importe qui lui beurre la tartine, tant qu'il y a beaucoup de beurre. Le diable tiendrait un crémerie, il irait bosser pour lui.
Que Juppé dise qu'il les emmerde, au fond rien de plus naturel et satisfaisant. En effet on ne choisit pas un président de la République pour avoir un mariole à la télé du soir.

Qu'il déverse son laïus sur les réductions d'impôts, on voudrait l'attraper et l'emmerder à notre tour pour lui faire voyager dans ces familles populaires où il n'y a pas que le fils qui débute une start-up : tout le monde y est à la start-up. Le père qui travaillait chez Alsthom a lancé la sienne qui fabrique des boulons à la pièce dans son atelier, la mère a sa start-up d'aide aux personnes âgées dans le village. Pour la financer, elle a emprunté sur le budget familial de quoi acheter une bonne centaines de rouleaux de PQ d'avance. La fille a une start-up aussi à une trentaine de kilomètres dans la ville voisine où elle loue ses services en auto-entrepreneuse comme serveuse dans un restaurant. Elle épargne sur le logement en domiciliant sa start-up chez Papa et Maman qui eux reçoivent une aide de la banque mère-grand, toujours là pour aider les enfants avec sa retraite.

Tout cela m'emmerde au plus haut point. Quand je retourne en Grande Bretagne et que je croise à longueur d'heure de route la misère, et que je vois fleurir les endroits de loisirs pour fortunés, ça m'emmerde au plus haut point. Et c'est ce dont rêve Juppé et la droite qui n'a même plus l'ombre d'un complexe vu que la gauche est autiste.
pas la bonne place
Dis donc Monsieur @SI, Ô toi le spécialiste du décryptage médiatique, tu pourrais pas me dire pourquoi on entend si peu ceux qui sont contre les JO à Paris en 2024 ?

Va-t-on se laisser imposer des dépenses pharaoniques autant qu'inutiles, tout ça pour satisfaire l'égo surdimensionné de Mme Hidalgo et de quelques autres politiques ? Et au passage pour enrichir quelques grosses sociétés qui sauront se partager le "gâteau".

Les médias mainstream (à commencer par ceux d'état) ne donnent jamais la parole aux opposants à cette gigantesque mascarade.
A croire que pour tous les Français il en va de soi. Alors qu'autour de moi, une majorité de gens pense que Paris ne devrait pas candidater.

Pourquoi par exemple ne pas poser la question aux candidats à la présidentielle ? Alors M. Juppé, pour ou contre les JO à Paris en 2024 ?

PatriceNoDRM
Merci D. Schneiderman d'avoir trouvé l'expression qui colle parfaitement aux modalités d'entretien de F.O. Giesbert: "la complicité gluante". Il semble que les journalistes politiques adhèrent à cette idée, pas si nouvelle, qu'ils doivent faire "ressortir le vrai" homme. Les modalités ne sont pas exactement les mêmes qu'à la Star Academy, qu'au Loft, ou qu'à Secret Story, mais le résultat est bien là: scotcher le téléspectateur à son écran et enliser le débat dans le spectacle gluant des vrais gens. Ici avec les sucreries visqueuses de K. Le Marchand, là avec les sparadraps poisseux de L. Salamé.

En l'occurence, l'Emission Politique consacre 4 précieuses minutes à ce "sonore 'je les emmerde' ". Alors même que le dispositif n'en concède que 6 à F. Nicolas (la juge invitée) pour balayer l'ensemble du volet Justice du programme d'un candidat à la candidature. Rarement le journalisme de la petite phrase ne se sera aussi bien illustré. 4 minutes uniquement, spécialement, et entièrement dédiées à cette répartie sortie de son contexte pâteux, et dont L. Salamé extrapole de manière surréaliste des conclusions graisseuses sur la psyché juppéenne.

Le pire, c'est que là où je vois le journalisme s'enfoncer jusqu'au cou dans la mélasse de la peopolisation de la politique, la grande huile se voit probablement le talent d'extraire de sa gangue vaseuse, une pépite bien cachée à haute valeur informative. 4 minutes sur deux heures ce n'est peut-être pas grand chose. Mais à côté des 6 minutes accordées à la juge, et à la Justice d'une manière générale, c'est énorme. Et au delà de ces 4 minutes 100% people, ce sont deux heures d'émission qui n'ont cessé d'accrocher l'invité sur son âge, ses humeurs, son ton, ses états d'âme, et d'embourber le débat dans l'étiquetage individuel gras et épais.

Peu avant avant ce "je les emmerde", A. Juppé explique à F.O. Giesbert qu'il ne s'agit pas pour les français de choisir quelqu'un pour aller sur une île déserte, mais d'élire une personne à la conduite du pays. Loin d'être anodin, cette phrase marque une étape importante dans le journalisme politique: pour la première fois à ma connaissance, c'est le politique qui ramène à la raison le journaliste. La peopolisation est à ce point intégrée par les journalistes que ce sont ceux qui en jouaient et qui en abusaient qui doivent recentrer le débat.

Il est somme toute assez logique que ce soit un A. Juppé qui freine les ardeurs des journalistes qui s'improvisent confidents, psychanalystes, et thérapeutes. Non pas tant par hauteur de vue et qu'à la réflexion la République elle-même y perd. Mais plus probablement parce-que ce petit jeu ne lui est pas des plus favorables. On peut également se poser la question de savoir si F. Mitterrand et C. De Gaulle auraient participé aux émission de F. Lopez, qui, à en écouter la tendance tenace des journalistes politiques actuels, serait "probablement le meilleur d'entre [eux]".
Je réalise en vous lisant que je n'accorde aucun crédit, et depuis longtemps, à tout ce que peut dire un Juppé, un FOG ou un Lenglet.

Juppé droit dans ses bottes a voté Krivine à la présidentielle de 1969 (j'avais 6 ans), élu député européen en 1984 sur la liste de Simone Veil, ministre de l'économie, des finances et de la privatisation de Balladur... une carrière entière à profiter des ors et des privilèges de l'état, une créativité/productivité/création de richesses en dessous de zéro, le gars n'a jamais bossé.

FOG, qui a mangé à tous les rateliers, symbole de tout ce qui fait que les comme moi ne sont plus clients des MSM, le genre de chien de garde qui te fait virer complotiste.

Lenglet, rien.

Les bronzés font de la politique à la téloche.

Au moment crucial pour "la survie de l'éspèce", on a toujours ces guignols pour faire la une, on en est réduits à contempler (très peu) la comédie tragique du petit monde politico-médiatique de ce système avarié qui propose au choix des citoyens des repris de justice et des fraudeurs les plus impopulaires, pour exercer les plus hautes fonctions, en France comme aux USA (cela dit, aux USA, si vous ne voulez pas voter pour les deux dingos, et le cas Sanders évacué, il reste Jill Stein...) (qui?).
Les modestes, osons le dire, constituent un fardeau pour la collectivité ; les fortunés, eux, en sont la poule aux œufs d'or. (ce message est 100% cynique, 0% hypocrite)
Le tableau de Lenglet va lui faire électoralement parlant du mal à mon sens, j’en fais le pari.
Il n'y a pas de pauvres ni de riches en France. Juste des fortunés et des modestes.

Conditionnement idéologique


Les mots de la télé cachent les maux de la société.
Rigolo personne ne parle de NKM, aussi bête et a droite que les mecs , mais elle c'est une femme donc elle paye pour eux . Si vous allez aux primaire de droite , votez NKM, ça énervera TOUT le monde , comme en 2017 si personne ne vous convainc, votez JLM, ça énerve droite / gauche / intello , toujours ça de pris , si on ne peut faire mieux.
Tiens, il y avait Juppé, hier, à la télé...
Comment ai-je pu le louper?

Et roule la tambouille,
La ratatouille avec ou sans aubergine?
Question existentielle.
Son « je les emmerde »... Comme j'ai du mal à croire qu'Ice Alan puisse manquer de sang froid, j'imagine que cette insulte ne lui a pas échappé à l'insu de son plein gré mais qu'elle participe d'un rajeunissement, d'une « simplification » de son image de monstre froid.

De droite Juju, surtout en économie. Mais d'une droite plus franche, moins masquée que celle de Fromage de luxe ou MiniManu. Et le personnage, si déplaisant soit-il, est préférable au furieux pré-repris de justice embuissonné jusqu'au cou qui lui ne veut même plus du regroupement familial. Donc, votre utile aux primaires de la droite et, au second tour de la présidentielle, gare les goujons.

http://misentrop2.canalblog.com/
Pas vu l'émission ,mais à lire les commentaires ce matin, j'ai la certitude que se réjouir de la supériorité de Juppé est d'une naïveté, d'un bêtise même évidentes. Le fait qu'il renvoie Sarkozy à ses chères études (en fit-il jamais?) est somme toute réjouissant même si cela ne nous garantit pas sa disparition rapide du paysage .Mais la suite risque d'avoir un goût amer: évident que le Juppé de 1995 est toujours là... Alors on se surprendra à regretter la gauche timide d'aujourd'hui.
"cette statue [...] en cours d'érection".

Juppé en cours d'érection ? Comme vous y allez, Daniel...
Euh... Le lien vers la video de de Funès commentée par un moraliste qui nous engage à "changer avec l'aide de Dieu", c'est volontaire ou c'est une gaffe?
Demander à Giesbert ( la droite-rictus) de démasquer Juppé ( la droite-balai dans le cul), peut-être est-ce trop.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.