36
Commentaires

Claudia recalibrée caracole à Cannes

L'affiche de la soixante-dixième édition du festival de Cannes met en vedette l'élégante silhouette de Claudia Cardinale. Elégante, mais extrêmement retouchée.

Derniers commentaires

Elle a le sein qui tombe. Przekrój. 1962, nr 875 (14 I), s. 16, mbc.malopolska.pl/dlibra/docmetadata?id=59420
Recalibrée est le mot qui convient. Comme les pommes de terre.
Hier, j' aurais tout donné, pour pouvoir la toucher...Et aujourd'hui, d'aucun en demande bien moins, pour la retoucher: vilaine époque!
Carpe diem...
« Le souci de réalisme n'a pas lieu d'être ici, et, féministe convaincue, je n'y vois aucune atteinte au corps de la femme. (...) Il y a en ce moment bien des choses plus importantes à discuter dans notre monde (...) Ce n'est que du cinéma, ne l'oublions pas ! »

Claudia Cardinale (l'Express)
Les modifications de la photo originale ne sont pas choquantes dans leur principe.
Cette affiche n'est pas sensée reproduire une photo de Claudia Cardinale. Elle est une oeuvre d'art produite pour présenter un événement, le Festival de Cannes 2017. L'artiste qui l'a réalisée est libre des ses choix, tout comme Andy Warhol était libre d'utiliser des photos de Marilyn Monroe.
Cela dit, on peut critiquer le résultat final et trouver maladroite l'affiche, mais les modifications de la photo ne constituent pas en elles-même un scandale, comme on peut le lire un peu partout dans la presse. Claudia Cardinale a raison lorsqu'elle dénonce une fausse polémique.
Bah y'a Claudia qui dit qu'il n'y a pas de quoi en faire un plat.
http://madame.lefigaro.fr/celebrites/claudia-cardinale-photo-retouchee-affiche-du-festival-de-cannes-2017-290317-130729
Le festival de Cannes, c'est l'univers du cinéma, du trucage de l'image, des effets spéciaux: dans ce contexte je trouve difficile de critiquer négativement l'image.
Ce n'est peut-être pas Claudia Cardinale? Comment l'identifier, ce n'est pas très facile, la physionomie de son visage n'est pas retouchée, mais hors de propos, on s'en fout il y a les cheveux. À part la bouche, sauf que grande ouverte on perd nos repères de visagiste ultra-performant.

La pire retouche est l'ajout de l'ombre au sol qui la met en sustentation. Soit ça n'a pas de sens, soit ça a un sens un peu con con. Le cinéma nous fait décoller et partir en vrille.
Cette "photo" rouge est finalement à l'image de notre époque: Laide, sans grand intérêt et falsifiée !
Bon, il ne faut pas forcément voir le mal partout non plus, je pense que dans certains cas les modifications sont dues tout simplement au détourage de la silhouette, qui parfois peut modifier le bord de l'objet (comme par exemple les cheveux ou les contours de la robe, peut-être la cheville aussi...).
Quiconque a déjà détouré des objets sur une photo sait que l'image détourée n'est jamais totalement identique à l'originale.

Ensuite le changement d'échelle pourrait être dû simplement à une modification de l'image entière, sans intention de toucher particulièrement à la silhouette : au milieu ou à la fin du montage, le graphiste s'est aperçu que l'image était un poil trop large, et donc il l'a redimensionnée en l'allongeant, et en pensant que ça ne se verrait pas.
En plus c'est fait par des gens nuls en anatomie. La nouvelle est monstrueuse, j'ai mal en regardant le bout manquant au dessus de la hanche. Impossible de relier les cuisses au torse !
Bergman a certes joué pour Rossellini, mais aussi aux States, en Suède... Et en 2014, c'était Faye Dunaway qui était sur l'affiche.

Enfin bon, ces retouches sont ridicules. On m'a rétorquée que ce n'était pas "flagrant". Flagrant, pas flagrant, la volonté est là. On se permet généralement moins de retoucher les hommes.

Par ailleurs, on constate que les affiches de Cannes, quand ce sont des femmes qui sont dessus, on les représente toujours avec tout leur corps (la silhouette d'In The Mood For Love pour l'affiche du 59ème Festival, Monica Vitti de dos dans L'Avventura, Faye Dunaway, Cardinale cette année...). Les hommes, généralement, ont tendance à être représentés avec l'accent mis sur le visage (c'est le "face-isme"), pour les femmes, l'accent est mis sur le corps (et parfois on coupe même la tête), c'est une manière d'objectiver. Pour Cannes, difficile de comparer car il n'y a pas tellement d'affiches avec des hommes (sauf celle avec Mastro où on voit son visage). Mais bon, ça rentre dans l'idée, quoi...
Claudia Cardinale en 2017
La villa Malaparte en 2016
Ingrid Bergman en 2015
Marcello Mastroianni en 2014

C'est étonnant ce coup de projecteur sur l'Italie et le cinéma italien depuis quelques années, non ? C'est quand même plus intriguant qu'une image photoshopée qui est devenu la norme !
Voilà le seul point en commun que Claudia Cardinale aura avec Sarkozy : on lui a retouché la taille

Mais si celle de Claudia était gracieuse et certainement pas ridicule comme cette taille en forme de goulot dévissé dont on l'a affublée sur l'affiche, la disparition des poignées d'amour disgracieux de Sarkozy était le fruit d'un excès de servilité de la part de Paris Match

Tiens pour se réconforter une vidéo où celle qui fut et reste une des plus belles femmes du monde parle de ses rondeurs qui n'en sont pas
Je me permet de linker un tweet qui a mit ça en gif, on remarque beaucoup mieux les changements.

https://twitter.com/IMtheRookie/status/847006248633618432
C'est un effet du au changement de couleur ou je trouve sa taille drôlement plus fine sur la photo retouchée ?
Ils retouchent la plus belle femme du monde...
Cette honte !
Et ils font ça dans quel but ?
C'est pour des motifs esthétiques ? ( moi je la trouve déjà belle dans la photo originale)
Pour des raisons financières ? ( maintenant c'est leur photo à eux, avec les droits et tout et tout ?)
Ou ?
L'Ecuyère (extrait)

(....)
Maintenant autour de la piste
S’accomplissent
Les exercices :
Elle bondit comme une biche,
— Comme on le voit sur les affiches, —
Touchant presque les girandoles, —

Et la jument baie caracole,
Haute école,
Pas espagnol, —
Les habits noirs ont crié : Fichtre !...

...Que de fois, que de fois ainsi,
Pieds nus, en chemise de nuit,
Et tenant les bras arrondis,
Que de fois, en rentrant du cirque,
La fillette s’exerce au
Saut,
S’exerce au saut des cerceaux,
Sur son sommier élastique...

Cela se passe sans témoins ;
Il n’en sera ni plus ni moins :
Écuyère,
Ni prou, ni peu,
La cuillère
Du pot-au-feu
Plus tard, occupera ses soins : —
Elle fera des confitures,
Et elle aura peur en voiture, —
Il n’en sera ni plus ni moins...

Mais il demeure
Un petit coin
De son âme et de son humeur
Que son époux ne comprend point :
Jeu moqueur
De la destinée,
Souvenir des jeunes années,

Toutes les femmes ont dans le cœur
Une écuyère désarçonnée.

Franc-Nohain
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.