54
Commentaires

Cité maya : déroute du journalisme scientifique

S'il est une première leçon à tirer de

Derniers commentaires

Cette vile attaque contre les vioques mériterait un traitement du type des anti-harceleurs.
J'ai comme l'imression que certains veulent transformer @si en université du troisième [s]âge[/s] type.
Ah oui, bonne idée, avec une chronique sur l'histoire d'une grande découverte scientifique dans son contexte socio-historico-politico- économico-etc...
Voilà une idée pour une émission scientifique. Le titre serait quelque chose comme "Daniel apprend la science".

Un invité extérieur vient vous donner un cours privé (avec un tableau ou un support ou il peut écrire) sur un sujet spécifique, pendant 45 minutes. Vous jouer un
peu le naïf pour rendre la chose didactique et amusante. Exemple de sujet: les nombres premiers; trouver un doctorant ou un spécialiste qui peut venir vous éclairer sur les nombres premiers.
Bonjour Daniel,

C'est très bien de citer la zététique. J'ai regretté plusieurs fois que vous n'en invitiez pas lorsque vous discutez certains sujets (par exemple les ondes électromagnétiques). Il manque parfois des rappels de physique simple (connue depuis le XIXe siècle): notamment le fait qu'il n'y a pas vraiment de différence entre un fil et une antenne (i.e. une antenne, c'est un fil) et le type qui utilise un téléphone "à fil" pour pas avoir d'onde n'en a peut-être pas conscience. Il y a plusieurs grandeurs énergétiques (l'énergie d'un photon, et le nombre de photons, en gros). Des rappels d'ordre de grandeurs seraient utiles.
Il y a plusieurs centres universitaires de zététiques en France (Nice et Grenoble notamment), cf. http://www.zetetique.fr
Il me semble qu'ils ont fait des essais rigoureux en double aveugle pour tester l'électrosensibilité.

Le problème des journalistes et de la science n'est pas nouveau. On pourrait parler aussi de la presse locale. Je trouve dommage, en tant que chercheur, que la presse locale ne se fasse pas plus l'écho des recherches locales alors que c'est souvent financé aussi en partie par les collectivités locales (notamment la région), et donc que ça relève aussi de l'information des citoyens de l'utilisation de l'argent public.
Les défaites et déroutes du journalisme vont de paire avec les victoires du monde financier.

Heureusement qu'il existe des sites comme @SI pour faire les vérifications d'usage, sinon les vendeurs de rien et moins que rien sortiraient des scoops basés sur de totales incohérences avec un aplomb qui ferait passer Donald Trump pour un amateur.

Il faut dire qu'à l'autre bout, il y a des gens capables de gober n'importe quoi avec une foi désarmante du moment que ce qui est dit s'enveloppe de belles histoires merveilleuses (dans le cas présent un jeune Mozart de l'archéologie cosmique).

Ce qui me navre le plus dans cette histoire, et je ne sais qui tenir pour responsable, ce sont les dommages qui sont faits à cet enfant... car après l'heure de gloire, voici venir les sarcasmes.
Super idée, cette émission sur la science. Surtout si elle s'accompagne d'une émission sur la conscience. Et, Kant à faire, une sur la ruine de l'âme.
" L'étudiant timide parle de Kant avec pudeur "
La candeur n'est pas à la portée de tout le monde.
Malgré tant de candeur, il faut dévoiler son but...
"Il faut bien du courage pour parvenir au but " ....
Pour une "émission sur la conscience"

[large]J[/large]e n'arrive pas à [large]M[/large]e convaincre qu'[large]I[/large]l est un [large]A[/large]utre.

*Oublier les majuscules
Bon, voté, forcément ! :-)

Faudra que votre rubricard(e) connaisse un peu l'épistémo, sinon ça va être chaud sur le forum !

Moi j'ai pas de nom à proposer. Mais peut-être des idées un peu décalées, comme confier la rubrique scientifique à un poète, un philosophe, un clown, tout ce que vous voulez (non, pas un curé, déconnez pas!) mais évitez les scientifiques, c'est pas des gens sérieux !
Cette défaite est simplement la tendance nouvelle à privilégier le buzz sur l'information. À fortiori dans le domaine des sciences où toute découverte est le produit de longues études, une bonne partie consistant à vérifier que la découverte ne présente pas de faille, d'erreurs. Incompatible avec le buzz.
Pourquoi ne pas faire une émission conjointe avec Fred de l'esprit sorcier ?
Quand on connait bien un sujet , lire un article dessus est approuvant et épouvantable, que d'erreur, plus le machisme des scientifiques et media scientifiques, on se rend compte que sur les sujets dont on est pas intime, ont lit des conneries c'est sure.
John Oliver est Britannique et non américain !
et si les infos / messages de "nuit debout" passaient en accés libre sur asi....?
[quote= Daniel Schneidermann]Au Canada, c'est un journal professionnel, le journal de Montreal, certes tabloïd, mais tout de même professionnel, qui a le premier traité l'affaire,

Ce journal est un vrai torchon !

J'ai eu l'occasion de le parcourir plusieurs fois lors de mes séjours à Montréal où on le trouve gratuitement à disposition dans les hôtels.

J'y ai vu une fois une brève qui relatait qu'une chauve-souris enragée avait été retrouvée dans les rues de Montréal ! (par peur que vous ne me croyiez pas, j'ai googlé et j'ai retrouvé cette brève : elle est parue en 2010 et est reprise en 2013 sur le net ici)

Alors pour le côté professionnel ...

PatriceNoDRM
Bonjour
Daniel, ce n'est pas seulement la déroute du journalisme scientifique, pas plus que celle du journalisme en général, c'est la déroute complète du système.
Que penser de députés ou hommes politiques élus pour des idées et qui votent contre ces idées ? C'est un monde de guignols !!!
Créer une émission scientifique ou des chroniques scientifiques est inutile si toutes les émissions et tous les articles d'@si obéissent aux règles de la recherche de la vérité et au respect de l'épistémologie scientifique. Y aurait-il d'autres vérités que la vérité rationnelle ?

Message perso pour Aloys : Gardez votre sang-froid et respirez à fond. :o)
Une émission scientifique serait vraiment de bon aloi ! Il suffirait d'inviter les bonnes personnes et la France fourmille de chercheurs passionnants et passionnés. C'est pas les sujets connexes qui manquent : le traitement de la science dans les media (en particulier des grandes découvertes), le traitement de la figure du chercheur (je pense par exemple à Cédric Villani reçu comme un extra-terrestre dans les media), les émissions de vulgarisation qui racontent n'importe quoi, les canulars et autre pseudo-sciences qui gagnent du terrain, la fascination d'un public pour les phénomènes paranormaux et autres théories des complots (un traitement sérieux et non-caricatural avec un sociologue par exemple serait bienvenu) etc.
Non, ce n'est pas la défaite du journalisme scientifique. C'est la défaite des journalistes non-scientifiques.

Où trouve-t-on toute cette "junk science" sur un site comme Le Monde ? Sur les blogs spécialisés en sciences, comme celui de Pierre Barthelemy ? Non. On la trouve dans "big browser", spécialisé dans la reprise "d'informations" sans une seule vérification. Si la fausse science prospère autant, c'est parce que les journalistes, et la population générale, sont nuls en science, et ne font jamais l'effort d'aller demander à des universitaires ce qu'ils en pensent. Vous l'avez fait, et normalement, tous les journalistes devraient le faire aussi. Mais vous êtes hélas l'exception qui confirme la règle.

Quant à l'émission scientifique, je pense que vous devriez la faire seulement si vous en avez l'envie et les compétences, et non pour "remplir un besoin". Ce qui serait mieux, et plus dans votre coeur de métier, serait de faire périodiquement (1 fois par semaine ?) une revue de presse des émissions scientifiques intéressantes tant sur les médias traditionnels que sur Youtube.
Créer une émission scientifique, c'est flippant comme truc … je ne suis toujours pas remis des "animaux végétariens" évoqués sur votre antenne.

"Je ne sais pas si nous avons les moyens ou les compétences pour le faire"

Si vous les aviez, vous le sauriez !

Se concentrer sur la crédulité publique et la diffusion de "scoops" extravagants semble déjà un domaine d'exploration infini …
Je me demande quels sont les ressorts de la crédulité humaine.

Une caution scientifique, un peu de sensationnel et de parti pris et la mayonnaise prend ? Si je dis que une étude a montré que les gays menacent les enfants et l'avenir de l'humanité, tous les paroissiens dans la rue, je vais buzzer ? On connait la chanson...
Monsieur Schneidermann,

Ce n'est pas particulièrement une "déroute du journalisme scientifique", c'est une déroute du "journalisme tout cours" en général. Je rappelle ce que j'avais écrit précédemment :

Etape 1 : On obtient du gamin les coordonnées précises de cette cité Maya inconnue.
Etape 2 : On regarde des photos satellites pour voir si elle existe bien aux coordonnées obtenues à l'étape 1.
Etape 3: On demande aux scientifiques qui s'occupent de ces choses s'ils n'avaient pas déjà connaissance de ce site Maya bien avant que le gamin ramène sa fraise.
Etape 4: On publie.

En respectant ces étapes, normalement, le moindre journaliste de bas-étage aurait du flairer "l'arnaque" et ne pas publier cette con**rie.

Quand à créer une rubrique "Science" sur ASI, si vous voulez des noms, je ne peux que vous conseiller Olivier Postel-Vinay qui est de taille à tenir une rubrique ici je pense. Enfin, c'est mon avis que je partage, hein ? :-)
Excellente idée une émission scientifique. Il faut arrêter de limiter le périmètre de la culture aux seules activités artistiques. Et quand on parle science dans la presse c'est toujours sur des aspects d'éthique ou de polémique. On remet plus facilement en cause des vérités scientifiques et que le fait religieux. Ensuite, les journaux scientifique grand public c'est science = militaire (Science et vie) ou science = sexualité (ça m'intéresse). Et surtout, surtout, il faut absolument éviter d'écrire la moindre équation. C'est à croire que le monde des médias est un monde issu des études littéraires, peuplé de gens qui n'ont que de mauvais souvenirs des cours de math. Personne n'a honte de dire "je suis nul en math" mais dîtes sur le même ton "je fais une faute tout les trois mots" ou "à quoi ça sert la grammaire?" on vous considéra avec beaucoup moins d'empathie. Je crains même qu'on vous prenne pour un con.

Vous même admettez ne pas avoir la compétence pour parler science mais vous auriez par contre la compétence pour parler de tous les autres sujets ? Je n'y crois pas, il faut juste aborder les sciences comme tous les autres sujets : lire quelques articles de journaux sérieux, inviter des gens sérieux et les laisser parler quand ils utilisent l'outil mathématique pour expliquer leur pensée.

La science dans les médias c'est les frères Bogdanov ! Non mais allô quoi !
Ce qui est quand même assez poilant dans cette histoire, c'est que les Québécois sont en pointe, en matière de zététique. Une association qui existe depuis près de trente ans.
"Je ne sais pas si nous avons les moyens ou les compétences pour le faire, mais il est certain que c'est une nécessité".
Si vous le faites vous pourrez constater que la communauté académique n'est pas aussi dépassionnée que le pense Faab.
Est'ce que le journalisme politique n'est pas dans le même état ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.