50
Commentaires

Charlie Hebdo : larmes (et première polémique) sur les plateaux

Emotion et polémiques : des collègues (ou anciens collègues) des victimes de l'attaque de Charlie Hebdo ont été invités à la radio ou à la télévision depuis la tuerie. Tant Philippe Val, directeur de la publication de Charlie de 1992 à 2009, que Patrick Pelloux, médecin urgentiste chroniqueur dans le journal, n'ont pu contenir leur émotion. Dans le même temps, d'autres larmes auraient pu être évitées : face à l'éditorialiste du Figaro Ivan Rioufol, qui "somme" les musulmans de se désolidariser de l'attentat, la militante anti-raciste Rokhaya Diallo a fini en pleurs.

Derniers commentaires

Les Musulmans n'ont pas attendu Roufiol pour s'exprimer. Ils savaient très bien les amalgames qui allaient tomber sur eux, comme d'habitude. Et ce n'est pas fini. Mêmes les moins instruits (je parle de mes amis qui n'ont jamais mis les pieds dans une école) l'ont compris dès le premier jour. Faut arrêter de prendre les gens (musulmans ou autres) pour des cons.
Tout à fait d'accord.
D'ailleurs musulman ou non, chacun a forcément eu le bon sens de se poser la question personnellement, de sa "solidarité" ou non avec les victimes du drame.
Et dès lors, quand on voit aujourd'hui que ça ne pose apparemment aucun problème aux salafistes, et à d'autres, je dirais du coup qu'il était légitime de poser la question de la "désolidarisation", à tout le monde donc entre autre aux musulmans.
Eh oui, les choses ne sont pas simples, ce n'est pas "blanc" ou "noir", c'est quelque part entre les deux.
Mais non, je ne "refuse" pas de "poser la question de l'Islam". C'est peut-être une question de mots. Ce sont tous ces slogans, qui me semblent soudain si vains. Je termine la journée devant la soirée d'hommage de France 2. Nagui et Patrick Cohen se sont déguisés en Charb et Wolinski, tout contents de pouvoir dire bite et couilles devant les patrons de Radio France, France Télévisions, et Fleur Pellerin. Et de parler du pigeon qui s'est oublié sur la manche de Hollande, et qui a tant fait rigoler Luz. C'est quand même un hommage à Charlie, merde ! Tout d'un coup, le secrétaire général de Reporters sans Frontières, Christophe Deloire, sort une proposition : qu'on rédige une charte affirmant solennellement le droit au blasphème, et qu'on demande aux curés, aux rabbins et aux imams, de la placarder à la porte de leurs dignes établissements. Bonne idée. Pour le coup, je me sens pleinement d'accord. Sauf que. Sauf qu'il faudrait la rédiger de telle façon que les fidèles des trois établissements se le tiennent également pour dit. A l'évidence, ça ne tiendra pas en 140 signes. On en reparle. Demain, où tout commence

Extrait du reportage de Daniel Schneidermann .

Demain tout commence .

Merci
J'AIME LES MUSULMANS

Oui, je vous aime Mohammed et Fatima, je vous aime comme Salomon et Sarah, comme Nicolas et Marie, je vous aime parce que vous êtes mes coreligionnaires en l'Humanité.
Comme moi vous êtes le fruit de l'amour et cet amour qui devrait être la seule loi universelle, nous devons le montrer et le répandre sans cesse autour de nous.
Nous sommes tous doués d'intelligence, nous pouvons donc réfléchir ensemble, sereinement, faire la part des choses et nous comprendre.
J'ai perdu la foi le jour où je me suis rendu compte que les religions asservissaient les hommes au lieu de les rendre meilleurs, qu'elles aboutissaient à des guerres qui ne profitaient qu'à certains et dressaient le hommes les uns contre les autres.
Je respecte toutes les croyances, nos lois, que je trouve justes, me l'imposent. Je sais que vous aussi vous êtes habités par mon désir de vivre en paix, ensemble, côte à côte, fraternellement, dans cette grande maison qui est la nôtre, la REPUBLIQUE.
Musulmans, juifs, chrétiens, bouddhistes, mes frères humains, je vous aime.

Guy noël

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ces groupes d'individus armés aux actions assassines ne sont-ils pas plus proches d'une secte que de tout groupe "religieux traditionnel" tout radical soit-il ?

Parler de ces groupes terrifiant en temps que secte n'éviterait-il pas les malheureux amalgames qui sont souvent fais.

"Le mot secte a d'abord désigné soit un ensemble d'individus partageant une même doctrine philosophique, religieuse, etc., soit un groupe plus ou moins important de fidèles qui se sont détachés de l'enseignement officiel d'une religion et qui ont créé leur propre doctrine... il désigne de nos jours un groupe ou une organisation, le plus souvent à connotation religieuse, dont les croyances ou le comportement sont jugés obscurs ou malveillants par le reste de la société. Généralement, les responsables de ces groupes sont accusés d'une part de brimer les libertés individuelles au sein du groupe ou de manipuler mentalement leurs disciples, afin de s'approprier leurs biens et de les maintenir sous contrôle, et d'autre part d'être une menace pour l'ordre social." (Extrait du Wikipedia : Secte)
Je soussigné, Grosdéguelasse et abonné du Figaro, me désolidarise solennellement des propos de M. Rioufol.
Je ne me laisse jamais aller aux campagnes hype du net comme bring back our girl, not in my name ou je suis charlie.
Je suis un musulman qui choisis de ne pas s'excuser pour des actes commis par d'autres, ici ou ailleurs et j'emmerde Rioufol et ses semblables.
Je fais ce que je veux, si t'as peur de moi casse toi ailleurs parce que moi je suis chez moi et je veux y vivre tranquille.
Mon support de la presse se traduit par un achat en kiosque, pas en tweets dégoulinants sur les réseaux sociaux pour m'acheter bonne conscience.
Je ne vois pas le rapport entre le 7-janvier et dieu sous sa forme musulmane. Le 7-janvier est un attentat de l'extrémisme contre la modération. Un essai du terrorisme à s'emparer du pouvoir. Notre pouvoir. Notre régime politique. Notre liberté. Notre démocratie. Notre devise "Liberté-Egalité-Fraternité".

Comme hier la Manif pour tous qui a manifesté contre la liberté des autres et pour un droit dont ils disposaient alors. N'est-ce pas maman ?

Comme hier Le Pen, qui divise les français de par qui ils sont et non leur comportement.

Comme hier...

La démocratie est notre héritage. Nous en sommes les récipiendaires temporaires et fragiles. Les bienheureux bénéficiaires. Je suis l'égal du pape, par mon droit à disposer de moi-même. Je suis la démocratie.
Je veux pas être de mauvais goût, mais quand même...

Les larmes, une fois, je comprends, on est pris par l'émotion, on ne l'avait pas anticipée. Mais quel besoin alors de faire le tour des plateaux pour verser des larmes partout ?

(Sans compter que Val n'oublie pas, après les larmes, de nous jouer sa petite musique vaguement islamaophobe, hier sur CàVous...)
Si les lâches armés ne visent (comme hier) que les personnes intelligentes, alors Rioufol ne court pas le moindre risque.
Et si Roufiol était sincère, dans sa crainte, avec tout ce qu'elle sous-entend d'insupportable?

Il n'est pas nécessaire d'entendre ce genre de propos pour penser déjà qu'un amalgame risque de se faire, simplement par le fait que ces terroristes, aussi "inhumains" soient-ils, se revendiquent de l'islam et semblent appartenir à une organisation qui elle-même s'en réclame. Sans doute qu'ils s'en réclament à tord, mais les seuls à pouvoir le dire sont les chefs religieux.

Mais c'est peut-être seulement un problème médiatique : non pas que les musulmans se désolidarisent (ce qu'ils font tous, vraisemblablement), mais que l'on l'entende.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Bonjour
immonde ce Roufiol.
J'attends le moment où les journalistes du Figaro vont se désolidariser de ses propos mal venus.
Oui, c'est vraiment indigne. Et pervers, car sans le dire clairement, ça sous entend évidemment qu'on soupçonne tout musulman, tout maghrébin, tout "non-blanc" de faire cause commune avec des assassins. À nous, "blancs, normaux quoi..." de nous désolidariser à notre tour et sans sommations de ces gens qui nous déshonorent.
les citoyens sont tous laïcs. La laïcité est une loi de la République qui protège les convictions intimes de chacun. Je me fous totalement de la religion des uns et des autres, c'est aux citoyens de s'exprimer chacun a sa place dans la République...pas la peine de voler en va et viens incessants entre rabbin, imam, évêque, pasteur... ils n'ont aucun droit supérieur à celui de n'importe quel autre citoyen...
Rioufol devrait démissionner pour une connerie pareille.
Ce type est un fou dangereux ou un débile profond, au choix.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.