Charlie Hebdo : larmes (et première polémique) sur les plateaux
article

Charlie Hebdo : larmes (et première polémique) sur les plateaux

Rioufol "somme" les musulmans de se désolidariser de l'attaque

Réservé à nos abonné.e.s
Emotion et polémiques : des collègues (ou anciens collègues) des victimes de l'attaque de Charlie Hebdo ont été invités à la radio ou à la télévision depuis la tuerie. Tant Philippe Val, directeur de la publication de Charlie de 1992 à 2009, que Patrick Pelloux, médecin urgentiste chroniqueur dans le journal, n'ont pu contenir leur émotion. Dans le même temps, d'autres larmes auraient pu être évitées : face à l'éditorialiste du Figaro Ivan Rioufol, qui "somme" les musulmans de se désolidariser de l'attentat, la militante anti-raciste Rokhaya Diallo a fini en pleurs.

"J'ai perdu tous mes amis". Au micro de France Inter, dont il est l'ancien directeur, Philippe Val, a exprimé sa très vive émotion. "On peut pas laisser ça, on doit faire front, on doit rester très très solidaires (...) C'était pas des gens méchants, c'était des gens qui voulaient juste qu'on vive heureux, qui voulaient que l'humour ait sa place dans nos vies. C'est tout, c'est que ça ! Et c'est ça qui a été assassiné", a déclaré celui qui a dirigé Charlie Hebdo pendant presque vingt ans.

Même émotion sur le plateau de "C à Vous", où Val souhaitait que dans les prochains jours, tous les journaux ...

Il vous reste 87% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.