29
Commentaires

"Charge mentale" : comment on est passé d'une BD en ligne aux conseils de guérison

Et les médias redécouvrirent la "charge mentale". Depuis la parution sur Facebook, en mai dernier, d'une BD de la dessinatrice Emma, partagée plus de 215 000 fois, l'expression, désignant le poids de l'organisation des tâches quotidiennes dans le couple, est revenue à la mode. Retour sur un vieux concept devenu phénomène médiatique - avant d'être débité en tranches, notamment par les magazines féminins.

Derniers commentaires

j’achète le job de bonniche à la maison, sans problème :)
et je connais pas mal d'amis du même avis,

quand j'étais en couple, madame faisait beaucoup c'est un fait, mais point question de profiter de ma moitié, juste que bah une miette au sol et c'est le coup d'aspi.... 5 t shirts blanc au sale et hop une lessive ... et pour la bouffe, ce que je préparais est juste infâme (j'avoue, pas de sel, pas de poivre, pas de sauce, tres peu de beurre)
il n'y avait qu'au jardin (j'aurais kiffé la voir tailler la haie de 2m30 de haut ^^) où je bossais vraiment, ou les travaux dans la maison, ça reste peu face à ce qu'elle faisait, mais j'ai jamais eu l'intention de profiter, juste pas la même cadence pour les taches intérieurs (j'suis célibataire depuis 1 an et j'ai pas encore lavé mes fenêtres XD, mais j'vais y penser ^^)

et perso, je trouve qu'on emmerde un peu trop les hommes avec ce genre de choses.
les femmes veulent l'égalité des sexes, mais si t'es pas galant t'es un macho... faudrait savoir ....
et quid des belles femmes qui profitent clairement de l'homme (faible pour le coup, honte à vous les bonhommes ^^) pour qu'on lui rende qq services...
un article la dessus ?
en lisant un peu tous les coms sur le sujet, je me dis que les archétypes : tâches ménagère, charge mentale ou autre, sont encore bien orientés genre de l'individu ;je pense plutôt genre que sexe d'ailleurs, car ce ne sont finalement que des"attributs" sociaux, concernant des activités que la société jugerait plus appropriés pour une femme ou un homme ?!...
quid des couples homosexuels ? qui fait le ménage ? qui rentre à la maison et met les pieds sous la table ?

c'est pourquoi j'avais bien aimé une des réponses, la video FACEBOOK : https://www.facebook.com/ferocefrance/videos/1728846764077979/;-), du gars qui expliquait qu'il ne participait pas aux tâches de la maison, "pour aider sa femme", mais parce qu'il y habitait, et qu'il n'y avait donc aucune raison que quelqu'un fasse pour lui, sinon d'un accord commun sur un partage équitable :)
comme je l'ai écrit, je viens d'une famille où chacun devait participer à tout : travail extérieur ou intérieur, et j'ai eu un père qui en faisait plus que ma mère par goût et non par obligation ; je me suis "mimétisée" à lui bien que je sois une fille ;-)
d'autre part je suis dans une profession, infirmière, dont le sexe est à l'heure actuelle encore plutôt féminin,, voilà pourquoi il ne peut y avoir de jugement "sexiste" concernant l'une ou l'autre collègue : la (ou le ) collègue tire au flanc n'est qu'une tire au flanc et la grosse feignasse : une grosse feignasse ! :)
peut-être que les choses pourront bouger lorsque dans les familles, les rôles seront équitablement partagés et ce dès l'enfance, pour que les femmes ne se sentent plus "déterminées" pour les tâches ménagères? !.... et quelle drôle d'idée d'ailleurs que de croire être déterminée pour quelque chose que tout le monde déteste a priori !!??....
dès l'enfance, dans les familles, tout ce qui enquiquine chacun devrait être "déterminé" de facto pour être partagé par tous : tâches ménagères, bricolage ou autre ! car il n'y a aucune raison pour qu'un enfant se sente "invité" dans sa propre maison ?!
si, dès tout petit, l'enfant (quel que soit son sexe ;-)) veut se sentir chez lui, il doit s'approprier les lieux, non ? et quel meilleur moyen pour s'approprier un lieu que de le gérer comme bon lui semble !
....alors.... évidemment..... si pour qu'il se sente vraiment chez lui, le reste de la famille est obligé de laisser la porte de sa chambre définitivement fermée pour que l'air soit respirable dans la maison.....et bien soit, car il en va de sa propre liberté :)
.....et, qui sait, pourquoi pas un jour, le déclic : celui de l'apprentissage que sa liberté a peut-être comme limite celle des autres qui est de vivre dans un environnement salubre... et de se sentir enfin déterminé à ranger sa chambre ??! :)
bon allez c'est pas tout ça mais j'ai pas fini de passer l'aspirateur, c'est ma charge mentale du moment et je l'assume :)
Y a un truc qui me chiffonne. J'suis pas matheux alors j'aurais du mal à formuler l'exact énoncé du théorème, mais on dirait qu'il y a une loi immuable qui veut que plus une femme se dit féministe plus les hommes qu'elle fréquente sont des cons machos.
Un mec qui laisse traîner la vaisselle sale dans l'évier, c'est pas parce que c'est un mec c'est parce que c'est un sale...
Entre ça et les dames qui nous disent qu'elles ont des enfants adorables mais que si c'était à refaire elle en ferait pas (faudra penser à leur dire ça leur fera sans doute plaisir).

Sinon un_et_un_font_trois soulève des points très intéressants auxquels je souscris totalement, un couple c'est deux personnes avec des avis différents...
C'est bien les concepts, mais il faut examiner de quoi on parle réellement.

Prenons un homme quelconque, présumé coupable de participer à la charge mentale de sa compagne (càd 99% des mâles hétérosexuels en couple si j'ai bien suivi). Isolons-le de sa compagne. On peut raisonnablement supposer qu'il ne se laissera pas mourir de faim, qu'il n'ira pas systématiquement avec des vêtements sales et froissés au travail, qu'il ne laissera pas le toit de sa maison fuir durant deux ans, toit sous lequel on trouvera régulièrement un peu de papier toilette en stock et même parfois des cornichons. C'est-à-dire qu'il a sa norme de vie à lui.
Elle est différente de celle de sa compagne qui, sans doute pour des raisons éducationnelles et de regard social mais peu importe, aura un stock plus important de vêtements propres dans sa garde robe, les repassera plus systématiquement, mangera moins fréquemment des pizzas livrées à domicile, débarrassera la table avant (ou pendant) PSG-Barca plutôt qu'après ou le lendemain, ne laissera pas traîner la vaisselle sur le lave-vaisselle rempli de vaisselle propre et aura toujours au moins 6 rouleaux de papier toilette d'avance.

Si la "charge mentale" n'est en réalité que l'effort de contraindre la norme de monsieur à s'aligner sur celle de madame, c'est mal parti. Et je crains que ce soit un peu ça.

Alors que partager les tâches nécessite aussi de confier la préoccupation de leur bon accomplissement. Ça implique donc de négocier les normes de réalisation (la mesure du "bon" dans "bon accomplissement") dès lors qu'elles sont de la responsabilité du conjoint (mâle).
Lâcher, quoi.
Pas lu charge mentale: pas de facebook.

Conflits avec ma dame?
Liés à mon indifférence à la crasse, au bordel, à mon passé de célibataire à la Diogène capable de vivre dans un sacré merdier tant que le lit était dégagé et que les moisissures ne débordaient pas de l'évier. Et indifférence totale à la poussière sur les meubles, au contraire!

Eu la chance que ma dame "sache y faire".
Pas le ménage, mais m'éduquer. Ca va sembler ridicules aux femmes d'ici mais elle a beaucoup utilisé les compliments et la description de ses déceptions (ex: "ca me rend triste quand je vois que la vaisselle moisi dans l'évier"/ "mon chéri, je suis si content que tu aies fais le ménage pendant que j'étais au boulot".). Le premier me faisait sentir coupable, le second me rendait fier. Conditionnement positif de base, comme un bon chien de Pavlov. C'est devenu une habitude.
Au contraire, les "coups de pied au cul" et autres hurlements me mettent en rogne, j'ai l'impression d'être en culotte courte face à ma mère. Ca réveille le sale gosse en moi, ça me donne envie de bouder plus que de m'amender.

Pour le reste, j'ai vécu en coloc, on utilise donc le truc du planning.
Et pour le repassage des chemises, je suis assez tatillon donc c'est MOI qui les repasse, si elle y touche je grogne!
Pour le gosse, quand gosse il y aura, je pense que je prendrai ma part de couches merdeuses. On le conçoit à deux, on l'élève à deux. C'est mon gosse, ma bataille. ;-)
Sous des dehors naïfs, abrupts, téléphonés, je trouve que les messages d'Evemarie sont d'une grande subtilité. La réalité sociale qu'elle dénonce est plus forte que les commentaires désobligeants qui toujours retournent comme des boomerangs à leurs malheureux émetteurs.
"D'autres en revanche critiquent sa vision biaisée, et une stigmatisation de l'homme dans le couple." bien sure celle la fallait la mettre le machisme est roi ici ? Combien de post sur les 14 000 qui dise cette phrase ? Combien de mâles la dise et combien de femmes AGES ?
Je pense surtout à ce commentaire de Madame qui parlait de son couple basé sur le partage des tâches : c'était Monsieur qui travaillait en extérieur, et elle, par décision commune évidemment, qui s'occupait des repas, du ménage, des courses, bref de la "charge mentale" ? ! sauf qu'elle est venue expliquer sur FACEBOOK que "Monsieur rentrait de son travail et mettait les pieds sous la table", "avait pris une femme de ménage pour l'humilier et lui faire comprendre que la maison était sale" , et patati et patata....
bref, avec ses jérémiades, elle a donné l'image d'un vrai Monsieur BIDOCHON se plaignant de sa grosse larde de femme :)

Juste pour voir ce que ça donne. Est-ce que c'est sexiste comme ça ?
j'ai vu passer cette parution sur FACEBOOK et c'est vrai qu'elle a donné lieu à des commentaires, parfois drôles, parfois critiques, parfois sexistes, bref ! c'est pas gagné ;-)

je pense surtout à ce commentaire de Monsieur qui parlait de son couple basé sur le partage des tâches....à l'envers : c'était Madame qui travaillait en extérieur, et lui, par décision commune évidemment, qui s'occupait des repas, du ménage, des courses, bref de la "charge mentale" ? ! sauf qu'il est venu expliquer sur FACEBOOK que "Madame rentrait de son travail et mettait les pieds sous la table", "avait pris une femme de ménage pour l'humilier et lui faire comprendre que la maison était sale" , et patati et patata....
bref, avec ses jérémiades, il a donné l'image d'une vraie Madame BIDOCHON se plaignant de son gros lard de mari :)

Madame dans cette histoire, en plus de voir Monsieur jouer les victimes dans son couple, s'est pris les foudres des féministes, qui condamnent apparemment tout ce qui pourrait ressembler à une entente équitable dans un couple : il semblerait que pour elles, cela soit mission impossible avec un homme, même d'aujourd'hui, encore bien trop ressemblant à Monsieur BIDOCHON :)

perso, en lisant tous ces commentaires fort instructifs, je me suis dit, qu'après 2000 ans de bons et loyaux services de Madame dans la maison, il ne serait pas forcément choquant qu'elle rentre du travail, mette les pieds sous la table....et la main aux fesses de Monsieur,...nan j'rigole :) mais pour cela il faudra attendre un bon paquet de siècles avant que le conditionnement dans lequel nos sociétés patriarcales ont bien voulu figer Madame, s'estompe.... parce que là où les féministes ont sans doute raison, c'est que Madame, dès qu'elle se pose 5 minutes pour un repos bien mérité, passera ces 5 minutes à se demander si elle n'a rien oublié !... ;-)

fort heureusement, depuis cet extrait, d'autres sont apparus sur FACEBOOK, dans lesquels des hommes expliquent que s'ils sont pour le partage des tâches ménagères dans le couple, ça n'est pas seulement parce qu'ils n'ont pas de travail en extérieur et en faisant le job à la maison participent au bon équilibre dans la répartition des tâches dans le couple, mais tout simplement parce qu'ils habitent aussi la maison, que les enfants ce sont aussi les leurs, et qu'ils mangent aussi à tous les repas en salissant aussi la vaisselle !
et qu'il n'y a donc aucune raison qu'ils agissent comme des "invités", c'est-à-dire sans laver la vaisselle, ni faire les courses, ni laver le linge, voire repasser ( quoi qu’aujourd’hui ni Monsieur ni Madame ne repasse plus le linge !...) ou quoi que ce soit qu'ils auraient à faire s'ils vivaient seuls avec eux-mêmes !...
https://www.facebook.com/ferocefrance/videos/1728846764077979/

ce débat n'est pas près d'être clos ! mais selon moi qui ais été élevée dans une famille où depuis des générations, hommes et femmes partageaient toutes les tâches, extérieures, ou intérieures, sans aucun sexisme, il me semble que quel que soit l'âge de l'habitant de la maison, petit ou grand, aucun n'est invité, et donc chacun a sa part des tâches à mener par respect pour les autres occupants de la maison !....
I have a dream !....
à suivre....
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.