59
Commentaires

Chambres avec vues

Le blogue d'Agnès Giard, intitulé Les 400 culs, a pour objet l'anthropologie de la sexualité. On peut y lire de passionnants articles à propos de Rosemary Kennedy (l'une des soeurs de John) et Rose Williams (soeur aînée de Tennessee Williams), toutes deux lobotomisées parce que trop libres sexuellement (Zombifier au nom de la morale), de la peur des araignées manifestée par Hergé dans L'étoile mystérieuse et des poils de pubis selon Freud - les deux histoires sont liées, oui - (Freud et les poils de pubis), ou encore à propos de l'histoire de la photo de cul (Cir-CULez, il n’y a pas de sexe à voir). Ah ! chic ! enfin des photos de cul dans cette chronique !, pensez-vous.

Derniers commentaires

Bizarres aussi, les nouvelles lunettes de Hollande.
Elles semblent lui donner une vision d'une réalité radicalement différente de celle que perçoit une majorité d'entre nous.
Que se passe-t-il dans la chambre rouge? Il lui dit qu'il ne lui en veut pas de s'être assise sur son chapeau qu'il avait posé sur une chaise dans l'entrée.
Voilà, j'ai attendu mon Korkos toute la journée et je viens enfin de me rendre compte qu'on était vendredi ! Eh ben à demain alors...
Certes la tête de mort n'est pas son logo, mais que diriez vous d'un bonne Mort Subite ?
De toutes les so-called " sciences humaines", la psychologie est certainement la plus nulle. Même l'économie résiste mieux à la critique. Comme le montre Husserl, " Quel crédit accorder au psychologue qui prétend rendre compte par la psychologie des principes de la logique, alors qu'il use lui-même de ces principes pour en produire l'explication ?" La psychologie - à bien distinguer de la psychanalyse- rejoindra " d'autres semblables Minerves dans le musée tranquille de l'histoire" ( " la philosophie comme science rigoureuse", p.55 ) Certes, l'école de Brentano, avec von Meinong et Strumpf ( trisaïeul de votre serviteur), élite de la psychologie classique, ouvrit la voie à ce qui deviendra la phénoménologie de Husserl. Mais elle reste descriptive et ne pouvait qu'être dépassée par la phénoménologie.
Le TAT n'est pas un test diagnostique, il y a donc un gros abus à poser un diagnostique à partir de ce test. C'est vrai pour tous les tests projectifs qui sont censés être une "photographie" de l'état émotionnel au moment T de la personne.

On ne montre pas une seule image mais une série d'image et on demande à la personne de raconter une petite histoire à partir de chaque image. Ce test n'a de sens que si l'on confronte les histoires les unes aux autres, et que l'on retrouve des patterns relationnels, ou une tonalité affective générale, les projections et les identifications éventuelles etc.

Par exemple si sur une dizaine de planches la personne n'utilise que des termes qui évoquent la tristesse, la détresse, la dépression, le malheur, l'angoisse la terreur et la culpabilité, cela ne va certes pas vous donner un diagnostique, mais cela vous donnera une idée de l'état émotionnel de la personne au moment où elle passe le test.

Il n'y a pas de problème avec le TAT, il y a des professionnels, des psychologues qui abusent de leur pouvoir pour coller des étiquettes et pathologiser les gens, c'est très regrettable et cela peut se confondre avec de la maltraitance. Cependant, retirer leur ce test et ils utiliseront d'autres outils pour abuser de leur pouvoir. Le test n'est pas le problème, les professionnels qui l'utilisent mal le sont.

Quant au fait, que les images soient pris au petit bonheur la chance, on s'en moque, l'image en elle-même ne signifie rien, ce n'est qu'une image, il n'y a pas d'histoire dans l'image, l'histoire n'est que dans la tête de la personne qui interprête l'image. Pourquoi pas des ratons laveurs, eh bien parce que l'on utilise des personnages humains, afin de faciliter la projection.
Le TAT existe pour les enfants avec des animaux car les enfants arrivent à s'identifier à des animaux, mais pour les adultes on leur met des humains. Parce qu'on pense qu'ils ont passer l'âge de s'identifier avec petit ours brun.

Ce qui se rapproche le plus de la "démarche scientifique" en matière de test projectif, c'est la méthode utilisée pour le Rorschach (tâches d'encres) à savoir, faire passer ce test à grande échelle, dans différents pays, sur une longue période et amasser le plus de données possible. A savoir les réponses données pour chaque planche en fonction de la catégorie diagnostique attribuée à la personne. Ainsi on peut croiser les données et mettre en relief les réponses le plus souvent données par les personnes diagnostiquées schizophrènes, les personnes sans pathologies, les personnes considéres comme psychopathes etc.
On a ainsi mis en valeur un certain nombre de "banalités" qui sont les réponses les plus courantes pour les planches, et dont on considère qu'elles n'ont pas vraiment de valeur interprétative. Maintenant, vous avez aussi plusieurs méthodes d'interprétations du Rorschach.

Je n'ai pas connaissance que la même chose ai été faîtes pour le TAT (mais bon ça reste à vérifier). Malgré tout, je ne pense pas que les tests projectifs soient à concevoir comme de la "science", encore moins de la "science exacte", de même que la psychologie dans son ensemble, même si les chercheurs et les cliniciens essayent de scientificiser la démarche en mesurant les symptômes; les réponses aux différentes thérapies, et produisent des tests diagnostiques tout le temps, pour la dépression, les phobies et la perversion...

Je suis pour ma part convaincue que l'esprit humain ne se plie pas aux règles de la science, on peut toujours essayer, mais c'est comme tenter de mesurer l'univers avec son décimètre.

De plus, je ne voudrais pas être déplaisante, mais si il n'y a auncune démarche scientifique derrière le choix des images du TAT, vous conviendrez que vos interprétations psychanalitico-esthétique des oeuvres d'art n'ont rien à envier à la psychologie en matière d'imprécision et de flou artistique. La psychanalyse étant de loin le courant de la psychologie qui s'éloigne le plus franchement de la science et de la démarche scientifique.

Non parce que déduire de la malette rouge qu'il s'agit de défloration et des ciseaux qu'il s'agit du phallus n'est pas plus arbitraire que le choix des planches du TAT. Parce que les ciseaux, ça fait aussi un bon symbole de la castration, plutôt que phallique, tout ça n'est guère "scientifique"... Et pourtant il y a des gens pour trouver ça intéressant, voire éclairant.
- Tu as vu ? Il y a un vite dit qui fait la promo de "Hors-série".
- "Hors-série", le site d'entretiens filmés de Judith Bernard ?
- Oui, et là c'est Murielle Joudet qui interviewe Arnaud Despléchin.
- Despléchin, le cinéaste qui a rendu publique l'histoire intime de son ex-compagne Marianne Denicourt, avec son film "Rois et Reines" ?
- Lui-même. Marianne l'a attaqué en justice, a été déboutée, puis a répliqué avec un bouquin titré "Mauvais génie".
- Et il dit des trucs intéressants ?
- Il dit que le cinéma filme assez bien la castration... et que quand il filme un homme, il voit qu'il est castré. Il ajoute que "les femmes au cinéma, incarnent le phallus".
- ???...
- Sache que la parole d'un génie, bon ou mauvais, est souvent sibylline.
Il y a des fois où je regrette d'avoir des enfants, des petits enfants et un endroit béni des dieux pour les accueillir.
Puisqu'il est béni des dieux, cet endroit est dépourvu de connexion vers le monde.

J'ai comme le sentiment d'avoir raté quelque chose.

Quelque chose qui commence par "les 400 culs", et qui mobilise la crème du forum.
Je me sens comme le capitaine de pédalo devant un résultat de sondage : frustré.
Pas mal, mais la harpe au fond à gauche est presqu'un quart de ton trop bas.
Puisque ça démarre avec les "400 culs", écoutons donc un petit Queen.
Aimez-vous le passé

Aimez-vous le passé
Et rêver d’histoires
Évocatoires
Aux contours effacés ?

Les vieilles chambres
Veuves de pas
Qui sentent tout bas
L’iris et l’ambre ;

La pâleur des portraits,
Les reliques usées
Que des morts ont baisées,
Chère, je voudrais

Qu’elles vous soient chères,
Et vous parlent un peu
D’un coeur poussiéreux
Et plein de mystère.

Paul-Jean Toulet, Chansons
Vérification faite, le Schtroumpf philosophe avait raison: le pied de table tombe bien à 1,617 et non 1,618; 1,617128745629903871639283763283746582293836 pour être exact. Le pied du lit, lui tombe à 1,2637484928374645338474656303937 mais on s'en fout, ça ne ressemble à rien de connu cette proportion. Quant aux bords du miroir, n'en parlons pas, ils sont de traviole.

C'est beau la science.
A part ça, retour de vacances en pleine forme de l'un de nos chroniqueurs favoris.
Quoi ?
Mais un tel aveuglement me sidère !

Cette scène "Intérieur" est simple : il s'agit de Clomani qui vient de lire sur l'ordinateur (un coffre, tsst tsst, vivez avec votre époque, la brillance, la forme, il s'agit d'un book) cette navrante chronique d'Alain Korkos, et se détourne pudiquement.

Sous le regard intéressé de Sébastien Bohler (assombri à dessein pour ne pas troubler l'expérience) qui suit avec intérêt cette expérience sur le cerveau des @sinautes. (Sébastien, reviens !)

Ah la la, il faut tout vous expliquer.
;-)) -----'---,----'---@
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.