273
Commentaires

"Certains services de l'Etat connaissaient le compte Cahuzac"

Les aveux de Jérome Cahuzac, mais aussi les révélations de plusieurs journaux sur les paradis fiscaux, provoquent une onde de choc en France, dans les milieux politiques mais aussi dans les médias. Pour les journalistes français qui ont accueilli au départ avec un certain scepticisme les révélations de Médiapart, il est l'heure de se repasser le film en arrière et de se demander s'ils auraient pu faire plus et mieux. Et si oui, comment? Sur notre plateau, Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, Gaëlle Macke, journaliste pour le magazine Challenges, et Benoit Collombat, journaliste à France inter.

Derniers commentaires

Les liens de téléchargement ont disparu :(

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Maja, un @uxsources sur Fabrice Arfi!!!!
J'attends (à moins qu'elle ait déjà eu lieu) l'intervention de Aphatie pour réclamer les "preuves" à Valeurs Actuelles après l'article sur Pierre Moscovici.
Bonjour
Je n'ai pas eu le temps de relire tout le forum et peut être est-ce un doublon.
Je conseille de lire l'Histoire secrète du patronat (français) de 1945 à nos jours auquel a participé Benoît Colombat présent dans cette émission.
Ce livre est rempli d'informations et en particulier qu'une grande partie des richesses accumulées par certains grands patrons français sont très souvent bien mal acquises. Et quand nos grands défenseurs de la libre entreprise disent que c'est de l'argent mérité, il n'en est rien.
Ainsi par exemple, les Floirat puis Lagardère en héritage ont bâti leur fortune en transportant de la drogue avec leurs avions en Indochine.
A lire donc.
Je viens de regarder (finalement!) l'émission. Respect absolu pour Fabrice Arfi. Un peu triste pour Benoît Collombat qui a manifestement l'envergure d'un vrai journaliste, mais semble un peu à l'étroit à France Inter, manifestement pas bridé (ou n'acceptant pas de l'être), mais peu secondé. Gaëlle Mackë, je la trouve joliment ambiguë, avec son bras délicatement passé autour de la taille de Cahuzac, pour lui donner un conseil de bon sens s'il est innocent, mais un tantinet pervers s'il ne l'est pas.

Bien sûr, le fait d'avouer à minima pour Cahuzac, le fait de cibler sur l'horrible mensonge pour tous nos politiques, le fait de se faire le porte voix de ça pour toute la presse ou presque, tout ça fait figure de contre-feu. Recette ancienne, en sacrifier un peu pour en sauver beaucoup. Quand j'ai appris que Cahuzac souhaitait retrouver sa place de député, l'hypothèse du contre-feu (aveux et remords surjoués tactiquement) est devenue évidente. Mais aussi, autre évidence, dans quel monde vivent-ils, ces gens là? Manifestement pas le nôtre.

Sur la délation rémunérée, bah, c'est pas très glorieux. Par contre, la question de la protection des lanceurs d'alerte est primordiale et urgente. Jusqu'à quand tolérerons nous que ces gens-là soient sanctionnés, mis au placard, dénigrés et pire pour avoir voulu être intègres et cesser de protéger, par leur silence, des infamies?
Très intéressante émission. J'avais peur que ça ne soit que de la redite, vu qu'on a été gavé, mais c'est riche et original. Merci.
Si, comme le dit le texte de "La croix" (Cf lien ci dessous), les gouvernements ont mis, eux-mêmes, des batons dans les roues de l'administration fiscale pour que la justice n'enquete pas davantage sur l'évasion fiscale, c'est bien qu'elle doit être TRES utile au pouvoir en place (droite et gauche). Pourquoi ??

[large]Serait-il imaginable que les partis politiques bénéficient de l'évasion fiscale ??[/large]

Du genre : les lobbys financent les partis politiques, qui, en retour ferment les yeux sur l'évasion fiscale des mêmes lobbys (ou des groupes qu'ils représentent).

Quelqu'un connait-il la réponse ?
Merci pour cette émission en tout cas !


PS : rapport DCRI et évasion fiscale
PPS : Il me semble d'ailleurs que dans notre grande démocratie, les comptes de campagne (je ne parle meme pas des comptes des partis), ne sont memes pas publiques !! ils doivent etre déposés mais personne ou presque ne peut les voir...
Délation ?
Votre invitée (la journaliste donc) semble regretter que le fisc ne puisse plus rénumérer les informateurs ? je trouve ça moyen comme position, d'autant que personne ne réagit sur le plateau.
Je ne suis pas chaud partisan des appels à la délation. Et rémunérée, ça n'arrange rien.
Sinon super emission.
merci.
Samedi, Libération titrait mensongèrement "Mélenchon pour la purification éthique" et Christian Salmon, interviewé dans ce triste canard, se fendait d'une mise au point sur son blog pour dénoncer la manipulation.
Lundi, vous aurez droit à un nouveau bidonnage, "Fabius dément avoir un compte en Suisse contrairement à une piste explorée par Mediapart" et Edwy Plenel rectifie sur Twitter : "Libération perd la tête: demain, il transforme en information une rumeur sur Fabius en prétendant démentir une non-information de Mediapart".
Le billet de DS à Libération portant sur Mediapart, j'imagine qu'il n'a pas eu le temps de traiter dans sa chronique hebdomadaire de ces deux crapuleries commises par Libération et qu'il rattrapera cet oubli dans le 9.15 de Lundi sur @SI...
Voilà une émission très pédagogique regroupant ce qu'on appelle maintenant des journalistes indépendants et une représentante de l'autre catégorie qu'on appellerait connivente, dépendante,,, Impressionnant et de plus très facile à suivre, DS ayant oublié un peu d'interrompre ses invités...
Bizarre, ceux qui daubent sur Mélenchon ne citent généralement que ce qui a fait les choux gras de nos médias avides de buzz. Ont-ils vraiment lu quelque chose de lui? Je ne suis pas une inconditionnelle de JML, loin de là, mais un jour (pendant la campagne électorale présidentielle) j'ai décidé de m'intéresser à ce que LUI disait plutôt qu'à ce qu'ON disait de lui. J'ai été assez surprise de découvrir le fossé qu'il y avait entre les deux. Donc, à ceux qui daubent sur Mélenchon sans l'avoir lu et sans avoir écouté ses interventions in extenso, je ne saurais trop conseiller de tenter l'expérience. Après tout, se faire une opinion par soi-même est la seule chose qui vaille.
Bonjour,

je n'arrive pas à comprendre le nom du permanent patronal du CNPF spécialiste de la communication que cite Benoit Collombat dans votre émission. Michel Fr... ? Pourriez-vous m'indiquer son nom s'il vous plaît ? (vers 28 min)

Merci !
Gaëlle Macke dit la vérité: mediapart gène à la télé;
mais pourquoi ?
parce-que mediapart joue une partition de musique différente du bruit des médias;
ce qui est différent choque, gêne, dérange l'habitude, le ronron;
ce n'est pas l'histoire de Plenel c'est l'histoire de la différence, on est pas habitué, qui c'est celui la; en plus, il
marche sur nos plate-bandes !
il n'y a que la vérité qui blesse;
effectivement mediapart est seul et en + les autre médias peuvent se servir de lui pour publier des choses qu'ils ne
veulent ou peuvent pas publier: il est utilisé;
c'est celui qui "fait" le boulot de journalisme que plus grand monde veut faire ;
c'est tellement + confortable de se valoriser en mettant en valeur l'événement une fois sorti et sans doute mieux
rémunéré d'assister à des déjeuners offerts par Cahuzac, blablater à Cdans l'air ou au grand journal etc;
ça marche pareil dans les boîtes !
tiens d'ailleurs, qui paie tous ces déjeuners (je suppose offerts) à la presse par mr Cahuzac ?
il n'y a plus de médias dignes de ce nom en France et la profession de journalisme est quand même tellement carica-
turé par des Apathie, Barbier, le ptiot des chaines publics avec son air malin etc quelle décadence !
tout dans le people, l'émotion, le scoop, le décor; presque rien dans l'info de fond, la réflexion, le suivi !
que ce soit gouvernement de droite ( Sarko ) ou de ?gauche? (Hollande ): franchement ils n'ont pas du tout l'intention
de s'attaquer à la fraude et à l'évasion fiscales; ils en sont complices et il l'a dit le gars: c'est légal (ah ah )!
pourquoi mouiller la chemise ? ils ont la solution: nous payons cash;
excellente émission. la déflagration touche le politique et la presse. c'est 68 sans les pavés pour le moment. cela inaugure des boulversements institutionnels.
Une mise en perspective : http://gauchedecombat.com/2013/04/07/ce-systeme-dont-cahuzac-nest-quun-prete-nom/
On a pas beaucoup avancé depuis 1 ans et l'émission ASI du 01/04/2012 qui présentait le bouquin d'Antoine Peillon et l'interwiew du directeur du monde qui explique que le parquet (minute 16) ne donne aucune suite aux informations données par les douanes, les policiers sur les comptes connus en Suisse et autres paradis fiscaux etc... On comprend bien pourquoi.
Super émission. Fabrice Arfi et Benoît Collombat sont de vrais battants et leurs arguments sont imparables. Par contre, j'ai été très choqué de voir Madame Gaëlle Macke (qui parle beaucoup, fort et haut) dès le début de l'émission faire la bise à Cahuzac.............. Sans déconner, comment peut-on lui accorder de la crédibilité........................................................ C'est épuisant ce genre de journalistes.
Excellente émission
Des journalistes jeunes et subversifs, d'autant plus insidieux qu'ils n'ont pas eu la grossièreté de citer de vulgaires ustensiles de ménage, ont fait du plateau d'@surimages une tribune du populisme, l'un remettant, même ou peut-être, en cause la nécessité de politiques rigoureuses, austères et purificatrices pour les peuples, prétextant que lutte et lois contre délinquance et évasion fiscales permettraient d'assainir nos finances publiques.
Un homme vieux, donc d'apparence brave et sage, à,la télé cette fois, sur le marché de la ville de Cahuzac, s'interrogeait sincèrement devant le micro tendu : "N'avons-nous pas trop fait la chasse aux riches ?"
A l'instant, la télé suisse, reprise par BFM, considère l'affaire Cahuzac comme le simple déclenchement d'un scandale beaucoup plus vaste.
Ce qui me dérange un peu dans ces affaires révélées par Médiapart, c'est que souvent, elles éclatent en raison de problèmes familiaux, personnels, notamment des divorces. Médiapart reçoit des dénonciations de proches des protagonistes, mais est-ce qu'on peut, dans ce cas, parler "d'enquête journalistique" ? Si Cahuzac n'avait pas divorcé, est-ce qu'on aurait su la vérité un jour ?

Le journalisme et la vérité peuvent triompher que s'il y a dénonciation dans un cadre de conflit familiale ? C'était déjà plus ou moins le cas dans l'affaire Takieddine, Bettencourt, etc...

Je ne nie pas que Médiapart a ensuite un travail de vérification, d'enquête, mais ce travail n'est possible que dans le cas de règlements de compte au sein d'un clan, d'une famille...
Gaëlle Macke qui embrasse Cahuzac, le bras autour de sa taille, cela n'a choqué aucun des journalistes sur le plateau ?????
Arfi est jeune, modeste et subtil, c'est peut-être cela la différence avec Plenel?
Son hypothèse selon laquelle les "aveux" et "implorations de pardon" de Cahuzac pourraient constituer un écran de fumée appelle à ne pas relacher notre vigilance. Merci pour cette mise en garde
Petite enquête de la télé suisse, faisant suite aux pressions US pour connaître leurs évadés fiscaux... Visiblement, aux USA, on n'y va pas par 4 chemins : on attaque les salariés des banques, dénoncés par leurs patrons...
http://www.rts.ch/emissions/temps-present/economie/4391635-banques-etat-d-urgence-br-secret-bancaire-adieu.html
On se demande comment ça va se passer avec la France... (si ça se passe)
N'empêche que la Suisse n'est pas blanc-bleu (oui, je sais, elle est rouge/blanc)
Un peu hors-sujet mais ça peut être intéressant...
Excellente émission . J'ai deux remarques au sujet de la journaliste de Challenges :
Dans un court extrait d'une émission de france 5 , on la voit faire la bise au mis en cause : sa déontologie n'est pas irréprochable
Il me semble que " discréditation " n'existe pas dans la langue française . Discrédit oui mais pas " discréditation"
Faut que vous fassiez plus d'efforts pour ne pas couper la parole aux femmes.
Vous croyez vraiment qu'ils n'ont que ça à faire les services de l'état ?

Vous croyez pas que ç'est déjà beaucoup avec le terrorisme, la drogue et l'organisation des vacances en Afrique de l'Ouest ?

Là, pour le moment, ils sont occupés à intimider Wikipédia :

La dcri Wikipedia et l'effet Streisand

Mais promis dès qu'ils ont le temps, ils passent à autre chose.
Je râle souvent, avec d'autres, quand @si multiplie les émissions légères, au sujet ennuyeux... hé bien il faut féliciter en retour quand le sujet est brûlant et l'émission bien menée, bravo ! Celle-ci se place aux côtés de l'émission avec Filoche sur les retraites, de celle avec les Pinçon-Charlot, avec Peillon, et de tant d'autres, dont on se dit "elles doivent être vues par des millions de concitoyens !" et dont on est déçu qu'elles ne le soient pas.
Le making-of est important en soi, qui confirme que les journalistes en vue, qui ont un pouvoir et une responsabilité très importants, ce qu'ils savent, dont ils usent et abusent, n'aiment pas s'excuser, n'aiment pas s'expliquer, reconnaître leurs torts, voire leurs fautes, et assumer les conséquences de ces manquements...
On apprend de belles choses sur ce plateau.
Et petit plaisir de voir Porte plutôt que Bohler :-). Et Laure Daussy aussi ! Toujours précise et efficace.

Beaucoup d'asinautes savent, pour fréquenter Acrimed, ce site, les autres formes de critiques et d'analyse des médias, l'état de délabrement des médias et de nombreux journalistes français, les relations incestueuses entretenues entre eux, avec le politique, les puissances de l'argent... Mais les "affaires", et celle-ci en particulier, à la suite de DSK ("tout le monde savait"), des pratiques de Sarkozy (encore que beaucoup refusent toujours de les voir, de considérer leur très longue durée et leur importance dans de nombreuses rédactions), dessillent les Français qui suivent ces choses d'un peu loin, mais avec intérêt tout de même. L'indépendance de la presse française s'amenuise d'année en année, recule dans les classements internationaux. Heureusement, beaucoup de journalistes font encore leur travail, des formes nouvelles se mettent en place, notamment avec Mediapart, et des collaborateurs du Monde, de Libé, d'OWNI avant sa mort, de La Croix... mais les grandes structures semblent si sclérosées... et la télé et la radio sont de plus en plus dépassées !
Pour éviter le "tous pourris !" il faudrait pouvoir affirmer en y croyant à "beaucoup de vertueux !". Que ma génération y parvienne, et que les plus âgés ne nous corrompent pas comme certains d'entre eux l'ont eux-mêmes été.

Les montages sur Cahuzac face aux médias font quand même peur. Trois mois de tels mensonges, de telle arrogance. J'aime espérer que c'est un défaut d'extrême-droite ou d'ultra-riche resté à Cahuzac, plutôt qu'une qualité en partage aux pontes du Parti dit Socialiste...
"J'aime espérer que c'est un défaut d'extrême-droite ou d'ultra-riche resté à Cahuzac, plutôt qu'une qualité en partage aux pontes du Parti dit Socialiste..."
Ce n'est pas un "défaut" d'extrême droite ou d'ultra riche c'est une dérive humaine celui de la "toute puissance" qui prospère lorsque le terrain est propice, et notre époque celui de "l'argent roi" et de la communication qui remplace l'information est un terreau fécond.
C'est un système qui fait défaut par manque de contre pouvoirs efficaces.
Plus que les montages de Cahuzac face aux médias, ce sont les médias eux-mêmes qui font peur, car dans cette histoire leur responsabilité est immense et lorsque j'entends à c'dans l'air, Calvi répéter comme pour s'en convaincre que la presse à fait son travail c'est à hurler de rire ou de désespoir.....
A la cour du roi petaud, la noblesse s’agite…
Ce matin tous les chroniqueurs flatteurs serviles des puissants et des gouvernants affichaient des mines tout à la fois consternées et crânes.

Tous, balançant la tête de droite à gauche, levant les yeux au ciel, appuyant leurs verbes de brusques mouvements des bras et de poings serrés s’égosillaient à qui mieux mieux dans le grand salon des vanités du château d’habitude propice aux douces déclarations des voix off des sons flûtés des pipeaux et des berceuses :
« Le duc de Cahuzac a été démasqué, ce vil individu parvenu au poste de ministre du budget piochait dans les caisses royales, qu’il soit pendu au plus vite tant il est corrompu …»
Quand le brouhaha semblait perdre de la substance, un de ses ennemis, marquis comte ou duc comme celui de Coppé, aux ambitions féroces, apparaissait aussitôt dans l’embrasure d’une porte jetant aux buvards « pisseurs de lignes » quelques mots bien sentis « le Roi est aujourd’hui cerné de voleurs patentés, d’escrocs et de cuistres, nous autrefois favoris n’avions en nos rangs si sinistres canailles, le royaume ne peut accepter plus longtemps pareil gouvernement »…

Dans l’espace bruyant et grouillonnant, une voix traversière connue émergea, le silence s’empara de toute l’assistance, soudainement figée comme saisie d’angoisses…
Un ancien de leurs rangs, un de ceux qui firent et défirent les puissants du temps de sa splendeur, exilé désormais en ses modestes terres, venait savourer sa victoire…
Le comte de Plenel, seigneur plénipotentiaire du modeste Médiapart autrefois magistral gouverneur du MONDE, éminence grise aux entrées multiples dans les allées du pouvoir, s’avançait parmi ses consoeurs et confrères le cigarillos aux lèvres, les yeux malicieux, choisissant ici où là la figure où il projeterait son expiration fumeuse…
Un cigarillos n’y suffirait pas tant il y avait parmi les chroniqueurs de petits barons qui lui avaient ri au nez ou même pire l’avaient offensé quand il avait osé affirmer que le Duc de Cahuzac était un fieffé menteur et un voleur…

Le spectacle du jour fut des plus étonnants et l’on vit tour à tour ses pires adversaires grimacer en chantant ses louanges et faire professions de foi qu’on ne les y prendrait plus…
Le comte de Plenel accueillit sans rancœur toutes ces expressions de repentance et distribua ses pardons mais quand il les invita à le suivre dans son analyse des ressorts démocratiques brisés du Royaume, ils le saluèrent bientôt d’un « encore bravo » lui tournèrent le dos et reprirent leurs débats enflammés sur le Duc de Cahuzac…

Au prochain épisode donc…
Et ainsi de scandale particulier en scandale particulier rien ne changera tant que la connivence des diverses élites médiatiques, politiques et économiques ne sera pourtant aussi flagrantes mais que les citoyens s'en accommoderont...

Dans cet épisode de notre vie publique qui met en lumière la médiocrité de nos hommes politiques mais également le mépris accordé à la démocratie et à la représentatitivé du peuple, l’émission de DS a le mérite d’insister une fois encore sur le rôle majeur des « communiquants » qui travestissent les mots et les engagements. Il est sidérant de constater le rôle de désinformation du peuple joué par un groupe comme Euro RSCG dont on retrouve les effets dévastateurs chez Gagbo, DSK, Bettencourt, Cahuzac….
La justice ne pourrait-elle être saisie par des députés pour les poursuivre afin de déterminer le poids de ces « officines », leurs fins et leurs influences délétères dans notre vie publique.
On pourrait commencer par Euro RSCG dont les agissements pour faire obstacle à l’expression de la vérité semblent si nombreuses et si enkystées parmi les partis dits de gouvernement…
Allez les gars hop au travail, tous les députés non encartés à l'ump ou ps, ...
héhé, jolie plume !
Bravo pour cette émission très instructive !
Encore une bonne émission. Merci.
Ou la journaliste de challenge a vu que la DGFIP n' avait pas eu de suppressions d'emploi ?
Pourquoi ne pas se demander pourquoi le Monde n'a sorti que le nom du tresorier de campagnecde Hollande sur les 130 francais surles listes ?
Comme des intervenants, c'est moins la personne de cahuzac qui m'interesse que la foret que cache cet arbre.

Je me mefie du "bashing" qui met en avant des personnes au detriment du plus interessant/important, les ramifications structurelles/institutionnelles.

Je fais aussi parti des personnes en France, qui trouve que l'affaire cahuzac est dans l'ensemble positive, je ne suis pas choqué/outré qu'un elu se fasse prendre par la justice, ca me rend plutot optimiste, c'est plutot le contraire comme dans le cas woerth qui m'a foutu un coup au moral.
Il faut tout de même être prudent avec Mediapart, même si sur ce coup là, ils étaient bien informés. J'ai résilié mon abonnement après la lecture d'un article scandaleux se rapportant à l'affaire Wildenstein. Le titre annonçait "Affaire Wildenstein, la Cour de cassation s'en mêle". Et l'auteur de l'article prétendait s'appuyer sur un arrêt de la Cour de cassation. Or, il suffisait de se reporter à la lecture de cette décision, accessible sur Legifrance, pour constater que, dans l'affaire dont la Cour de cassation était saisie, il n'était pas question de Wildenstein, mais d'une question de partage et de conflits entre co-héritiers d'un peintre. Ce jour là, le journal a perdu toute crédibilité à mes yeux. ET l'affaire Cahuzac ne remet pas en cause mes préventions au motif que Médiapart était, sur l'affaire Cahuzac, bien informée. Il serait risqué de croire ce journal sur la foi de ses seules affirmations.
Encore une émission d'utilité publique !

Tous les intervenants m'ont paru bien dans leur role.

Dommage que le Canard fasse les frais de l'affaire, il aurait besoinde se remplumer d'urgence..
Pourquoi le message passe mieux avec Fabrice Arfi qu'avec Edwy Plenel ?
Partant du décryptage du traitement de l'information précédant l'éclatement de l'affaire Cahuzac, l'émission débouche sur l'enjeu de celle-ci: à savoir l'étendue du scandale découvert. Alors que, pour l'heure celle-ci semblerait limitée au cas particulier d'un homme et d'un secteur de l'actualité nationale, elle s'y découvre, en l'émission, déjà d'une tout autre portée: générale et mondiale.

Portée générale, car elle met en évidence la logique du capital, laquelle n'est pas seulement économique, mais politique et anti-éthique: ordonnée à un mode de comportement régi par la nécessité de l'hypocrisie la plus déterminée dans la recherche du profit. Et portée mondiale, comme l'est désormais "le marché" sur lequel s'opèrent les transactions financières.

Liant ainsi la spécificité du site et ce qui en fait l'intérêt, elle justifie parfaitement l'entreprise d'@si.
Pourquoi deux sur trois des invités, (je ne compte pas Fabrice Arfy) semblent se defendre d'attaquer Médiapart ?
Je suis etonné de toutes les informations que possédent certains journalistes, me pose beaucoup de questions, sachant qu'il reste beaucoup d'espions sarkozystes dans les sphéres et rouages de l'état !
Très éclairante la bise de Gaëlle Macke à Jérôme Cahuzac, et la main dans le dos. Ah, l'indépendance... C'est une autre forme du journalisme immergé.
Moi par contre cette semaine j'étais très inquiet pour Mr Cahuzac !
Lâché par ses copains, attaqué par la droite dure
(qui sait reconnaitre un escroc pour en avoir eu quelques uns dans le gouvernement précédent)
ça a été dure pour lui, en plus il allait carrément se retrouver au chômage.
Heureusement le journal télévisé de France 2 ce soir m'a rassuré,
puisque Mr Cahuzac va pouvoir retourner siéger à l'assemblée nationale.
Au moins il va pouvoir payer ses impôts, c'est déjà ça ...
et ça fera un chômeur de moins ...
On progresse ... Vous trouvez pas que c'est une bonne nouvelle dans la morosité de la crise ?
Bravo, très bonne émission, trois intervenants compétents et intéressants !
Je suis en train de regarder l'émission.
Macke, de Challenge vient de nous expliquer que la ligne de son canard c'est le fact-cheking, pas l'investigation, toussa, toussa et donc alors du coup par voie de conséquence, elle a pas travaillé là-dessus, parce qu'elle est débordée et dans son journal ils ne sont que 30 à écrire.

Vous nous montrez un extrait génial de reportage de Média le Mag du 27 janvier lors des voeux de Cahuzac. Y'a le ministre et la presse, ... donc, il y a Macke.Normal.
Et ce qu'on voit, c'est qu'elle prend Cahuzac par la taille et lui fait la bise, le sauve d'une question ( d'une autre journaliste) à laquelle il ne veut pas répondre, avant d'avoir avec lui une conversation ( qu'elle présente, sur le plateau d'@si, comme une interview, chacun jugera...).

ET VOUS NE LUI POSEZ PAS DE QUESTION SUR LEUR EVIDENTE COMPLICITE ????

Mais ... mais ....Daniel !!! Même pas quand elle dit " Jérôme Cahuzac, je le connais un peu", ... Mais... mais ....

(message inachevé, pour cause de bras qui m'en tombent. pas de bras, pas de message.)

Argh !
je voudrais pas avoir l'air de ressortir de vieille histoires, mais il me semble qu'au sujet des fraudes fiscales, la boite noire de denis robert se posait déja la non? Et il en a vu et entendu aussi pas mal......Combien de proces , de procédure a t il du subir.....Pourtant , tous est la pour agir contre la fraude fiscale : attaquer les chambres de compensation!
Bravo, très bonne émission, et ne comprends pas la psoition du Canard, probablement de la Jalousie.
Toujours avec le Canard, il y avait un dossier concernant un ministre de gauche qui avait fraturer les serrures d'un établissement public, pendant les vacances de Noel pour récupérer un dossier sulfureux, il y avait des témoins, et le Canard a répomdu "pas assez de preuves", ce n'est pas le canard enchainé mais plutot mouillé!
Daniel Schneidermann demande vers la fin de l'émission comment faire pour lutter contre l'évasion fiscale.

Quelques propositions :


Cinq mesures clés pour en finir avec la complaisance. Le collectif pour un audit citoyen diffuse l’appel lancé par Attac au président de la République, à signer ici :

http://www.audit-citoyen.org/?p=3696

(Même si on peut douter de l'efficacité de telles pétitions) Ça ne coûte rien et ça soulage.
Bravo pour cette émission, absolument remarquable. Tant de problèmes réels ont été posés : tragique manque de moyens, en France, des journalistes qui veulent faire leur travail (manque d'effectifs, contraintes de temps, etc.), culture française d'absence du droit de suite, autocensure aussi, mais en relation avec le pb compliqué de la prudence, etc. Sur l'affaire Cahuzac, nullité absolue du Canard (ils se sont d'ailleurs excusés - à moitié, je le regrette - cette semaine). Chaque intervenant, dans son genre, était honnête et passionnant. Cette jeune femme de Challenge, qui parle de l'agacement que suscite Médiapart (bien qu'abonnée, je m'énerve parfois à la lecture de certains articles, et surtout de certains commentaires), Arfi, qui réplique, à juste titre, que cela ne justifie pas les attaques dont il a été victime, le journaliste de France Inter, qui fait part de sa volonté d'apporter une valeur ajoutée et du temps qu'il faut pour faire une enquête... et puis ça confirme certaines de mes intuitions : ébranlée par l'assurance de Cahuzac, j'ai néanmoins fait confiance à Médiapart, parce que je pensais que Plenel, échaudé une fois par une affaire dans laquelle il s'était planté, n'allait pas faire deux fois la même sottise (il n'est pas forcément très sympathique, mais il est tout sauf idiot ou suicidaire) et aussi qu'Arfi en avait davantage sous le pied que ce qu'il écrivait ; au-delà de Cahuzac, qui a probablement plus de 600 000 euros à gauche, si je puis dire, il y a tous ceux, dans l'appareil d'Etat, à droite comme à gauche, qui savaient depuis longtemps et toute l'histoire de la fraude fiscale, qui représente bien plus, en termes de montants et de gens impliqués, que ce qu'on peut bien imaginer. Donc, encore une fois, chapeau pour cette émission. Contrairement à ce que dit Schneidermann, j'en sors assez optimiste. Il y a encore de sacrément bons journalistes en France, et pas seulement à Médiapart.
Excellente émission.
Un petit point que n'aborde pas les journalistes: le montant des subventions versées aux journaux, et l'évident conflit d'intérêt qu'elles posent aux médias tentés de faire de l'investigation sur ceux qui les subventionnent.
Emission très intéressante, mais un regret :

On a bien vu dans la séquence où la journaliste de "Challenges" discutait avec Cahuzac qu'elle lui faisait la bise.

Il serait difficile d'imaginer un signe plus explicite de connivence. D'ailleurs, sur le plateau la journaliste a visiblement rougi lorsque cette image s'affichait.

Pourquoi est-ce que personne sur le plateau n'a relevé cette bise scandaleuse ???

Je trouve que sur ce point là, Arrêt sur images n'a pas fait son boulot.
Pour tenter d'apporter une réponse à la question de Laure Daucy qui s'interroge sur la célérité de la Suisse à fournir les informations demandées, on peut formuler une hypothèse : en démontrant ainsi le bon fonctionnement de l'entraide fiscale, la Suisse peut avoir des leviers de négociation sur les autres dossiers : les conventions fiscales sont en cours de négociation, notamment en ce qui concerne le lieu d'imposition des héritiers résidant en France lors du décès d'une personne résidant en Suisse.
Drôle de monde, tout de même, que ce milieu journalistique où l’on nous dit que:
- On ne peut dévoiler le « off » par peur d’être grillé, même si ce « off » établit un fait grave
- On n’a pas les moyens en personnel de faire véritablement de l’investigation
- L’ « investigation » se réduit à interviewer l’intéressé et croire en sa parole en étant persuadé qu’on a fait son boulot
- On ne peut convenir du fait qu’un journal indépendant est plus libre que les médias dans lesquels on travaille soi-même
- Le culte du « secret » s’est instauré sans que ça pose le moindre problème
Etc…

On nous prend vraiment pour des buses.

Bon, apparemment on en est qu’au début de toute cette histoire, et Médiapart (France inter aussi ?) tient au chaud d’autres informations croustillantes… j’attends la suite avec impatience !

Sinon, paraît que l’argent caché dans les paradis fiscaux c’est 30 milliards par an, ce qui comble totalement le déficit budgétaire (ah bon ?). A quand la fin de l’austérité ? (on peut toujours rêver, non ? Tant qu'on ne nous fait pas payer nos rèves !)
Bravo pour cette émission!
mention spéciale pour Mme Gaëlle Macke que je ne connaissais pas.
Super émission! Merci pour l'émotion suscitée.
Excellente émmission multipliant les révélations terribles :
- D'autres journalistes savaient et rien n'est sorti
- Des services de l'Etat et des politiques savaient
- Les plus nombreuses rédactions ne "peuvent" pas consacrer 6 jounalistes à temps plein à une enquête
- Les journalistes vont par dizaines chercher leurs infos dans les évenements de comunication conçus pour eux

Une émission à mettre en accès libre sur you tube.

Merci mr Arfi pour votre travail
Vivement la suite, car suite il doit y avoir pour faire la lumière sur tous les aspects de cette fraude fiscale.
Excellente émission. Merci.
A l'image de l'intervention de Gérard Filoche sur LCI qui était, à l'origine, invité pour dénoncer l'accord Medef/CFDT du 11 janvier [s]sur[/s] contre l'emploi actuellement débattu à l'Assemblée nationale (enfin un autre son de cloche !), l'affaire Cahuzac permet miraculeusement de passer à la trappe cette retranscription dans la loi d'une réforme ultra-régressive pour tous les salariés.

Alors oui : Cahuzac est un voyou — il n'est pas le seul… — et le système — qui produit des tas de gens comme lui — est pourri jusqu'à la moelle. On nous serine que nous souffrons d'une "crise de la dette" alors qu'en vérité, il s'agit d'une crise des recettes amorcée depuis la contre-révolution fiscale des années 90 (la baisse inexorable des impôts des plus riches), que le partage des richesses est au cœur du débat, et que la démocratie est en danger. De tout cela il faut évidemment parler, et en profondeur.

Mais merde. En ce moment, un gouvernement "socialiste" est en train de voter la pire "réforme du marché du travail" qui soit depuis 70 ans, acceptée par des syndicats de plus en plus collabos et, grâce à cet enfoiré de Cahuzac, le sujet est partout zappé, enterré.

Je suis consternée.
Encore une bonne émission, même si c'est un condensé de ce qu'on a pu lire par ailleurs.
Je ne trouve pas qu'elle se termine de manière pessimiste, au contraire, elle offre plutôt une direction vers des solutions possibles.
Vous en pensez quoi, de ça :

http://www.enquete-debat.fr/archives/edwy-plenel-estime-que-mediapart-ne-fraude-pas-le-fisc-96302
C'est Noël ! Trois émissions de haute qualité en dix jours ! j'egjize une hausse de mon abonnement !
Qui payait tous ces déjeuners ! Pour finalement ne se mettre à table que devant les juges.
J'ai bien aimé quand Arfi dit "Il ne faut pas prendre les affirmations (de Cahusac) pour argent comptant !"
Je me souviens d'un temps où les colonnes des grands titres de référence, partout autour du Monde, ne servaient pas la soupe quotidiennement à la pensée dominante, et ne faisaient pas semblant de découvrir l'eau tiède - par exemple celle des paradis fiscaux.
Je me souviens aussi des débuts de la gauche Cahu, en 1984, de l'inénarrable causerie télé que Fabius débuta en septembre de la même année - vieille lune de la com' giscardienne - pour faire passer la rigueur rose et présenter (déjà) les mesures de lutte contre la pauvreté...
Un vieux pote gallo-maghrébin, Rachid H., habitué depuis 20 ans aux soucis de renouvellement de la carte de séjour, procédure parfois plus sophistiquée que celle permettant l'obtention de la carte de presse, grand consommateur de "missions" intérimaires et de stages-garages, avait eu un mot d'esprit génialement juste pour caractériser le climat social et politique :
"On va nous nourrir à l'aumône de croissance".
> > >
On dirait de l'humour hollandais, genre choc de simplification. Pour que l'Europe se mette enfin au régime. Médiapart vient de secouer le cocotier abritant les caïmans : les confrères s'agitent soudain pour faire croire qu'ils connaîssent encore le métier et cela donne ces découvertes bouleversifiantes sur "les secrets d'un système mondialisé d'évasion fiscale..." ! Il paraît également qu'il existerait d'autres moyens de ne pas payer - légalement - ses impôts, et des niches, des sociétés-écrans, des hommes de paille et des femmes de l'ombre... Peut-être va-t-on s'apercevoir que la Crise proviendrait quelque peu d'un paratisme fiscal planétaire, d'une financiarisation rampante de l'économie mondiale... Chut ! La main du Marché est peut-être prise dans la culotte de l'Etat... mais le Président ne le sait pas ! Déjà, voici trente ans, il fallait faire ripaille des biens publics, et se serrer la ceinture (rouge). Qu'importe, le travail de Médiapart nous rappelle un lointain journalisme d'enquête... 1984 ? Et si c'était aujourd'hui ?
Au bout du compte, comme dirait Cahuzac, on finira bien par interdire l'aumône de croissance.
Sur son site Aphatie, soupçonne Mediapart d'avoir peut-être accusé sans preuves. Il en a la preuve ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.