148
Commentaires

Ce soir, c'est électrochoc

Commentaires préférés des abonnés

Le couvre-feu, comme au bon vieux temps de la collaboration! Si l'on ajoute que les valeurs défendues par le gouvernement sont (dans l'ordre) : travail (tout faire pour continuer à faire tourner l'économie, prise sous l'angle de l'offre et non de la (...)

L'électrochoc c'est une méthode de "soin" psychiatrique non ? (Vol au dessus d'un nid de coucou est mon film préféré : c'est ma source)

Donc, nous sommes considérés comme des fous ? C'est ce qu'il faut comprendre.

Mais le couvre-feu, quel impact ? On a(...)

Suite a un long acharnement fanatique pour les privatisations et la destruction des services publiques, le dernièrs services de l'État qui fonctionne bien dans ce pays est la police, et il est naturellement hors de question d'essayer de reconstruire (...)

Derniers commentaires

D'après santé publique France un "cluster" (une grappe en français, mais bon, le français n'est plus vraiment la langue officielle de la France) est un "regroupement dans le temps et l’espace de cas de maladies, de symptômes ou d’événements de santé au sein d’une population localisée". C'est tellement vague qu'il est bien imprudent de faire des statistiques sur le nombre de "clusters" dans tel ou tel environnement.


A défaut de définition claire et de relation linéaire entre le nombre de "clusters" et la gravité on peut tout de même remarquer qu'un "cluster" apparent à l'université peut être le signe d'un "cluster" réel dans une soirée privée, une boîte de nuit, un bar ou un restaurant. Mais comme on n'a aucun moyen de comptabiliser précisément les "clusters" dans ces autres contextes on les attribue à l'université où on les constate.


C'est un peu comme si on considérait les casses automobiles comme les lieux où se produisent le plus grand nombre d'accidents de la route parce que c'est là qu'on trouve le plus de voitures accidentées.


Il faut peut-être se méfier de ces réactions de "bon sens" qui comptabilisent les "clusters" par environnement apparent pour contester toute mesure de prévention (les "clusters" sont plus fréquents à l'université que dans les bars donc laissons les bars ouverts et fermons les universités). Les opposants à toute forme de restriction de leurs libertés font feu de tout bois et parviennent à démontrer n'importe quoi : les masques ne servent à rien, il n'y a pas de reprise de l'épidémie, cette maladie est moins grave que la grippe, etc.

Et les SDF, il en fait quoi Macron ? Il les loge ? Ou il les fait disparaître, il se sert de l'épidémie pour les persécuter et justifier le comportement indigne qu'il cautionne contre les migrants, par ex.

A-t-fini par comprendre où nous en sommes?

Je demande ça, parce que depuis quand Sarkozy avait commencé, j'expliquais aux copains ce que ça signifiait et où ça allait.

Il y avait deux idées forces, en fait trois.

La plus nombreuse était : beuuuh non..! Ça ne peut pas arriver.

Ensuite beaucoup plus faible : ils veulent nouvel ordre mondial - bref "complotisse" avant la mode

Rare, mais très rare, ceux qui comprenait mon propos, c'est à dire préparation de la société au chaos résultant de inéluctable baisse des ressources disponibles.

Toute observation de la situation par un autre angle a pour résultat de biaiser les analyses et les réactions.

Quelqu'un peut m'expliquer le danger de contamination à partir de 21 H dans les restaurants , les cinés, les théâtres ? Le virus doit être " confiné" jusqu'à 20H59' et ressortir la nuit venue , comme Fantomas ou pire Dracula ... 

verdict : 21 heures... les concerné-e-s vont péter un câble !

Bon il y a un vrai probleme de comprehension de ce que sont les dangers des clusters.


Pour faire simple, tant que l'on identifie des clusters, l'epidemie est sous control.

Le probleme arrivera quand on ne pourra plus tracer d'ou viennent les contaminations.

Les clusters scolaires ou du milieu professionel ne sont qu'un faux probleme. Le danger c'est leur augmentation qui risque de devenir incontrolable.


La source premiere de la diffusion incontrole de la maladie, ce sont les rencontres en dehors des habitudes quotidiennes.

Si on laisse les gens rencontrer d'autres personnes en dehors de leur cercle habituel quotidien (restaurant bar, theatre, etc....), elles vont ensuite contaminer a 100% leur classe/lieu de travail.

Malheureusement pour lutter contre ce mechanisme, il n'y a pas 50 solutions, on evite aux gens de trop se deplacer.


Apres bien sur une solution plus forte c'est le confinement total, mais c'est plus une deuxieme etape extremement lourde pour le pays.

préparons nous peut-être à de futurs scandales :



Des masques DIM toxiques distribués à des profs ? Un syndicat réclame « une expertise indépendante »

 

Les masques distribués par le ministère sont traités à la zéolithe d’argent, un biocide considéré comme toxique. Jean-Michel Blanquer promet « une vérification ».

      

Par L'Obs  

Mais, auprès de la population déjà lobotomisée par ces chaînes, l'électrochoc a-t-il encore un effet?

Et l'électrochoc de décembre 2019 ? " allez au théâtre et dans les cafés !" , n'était ce pas plutôt à ce moment là qu'il fallait le "pratiquer" ?

En fait , çà tombe mal , mon club d'aqua-poney vient de rouvrir , je ne pourrais donc pas être présent pour la grande messe !

Je en comprends pas pourquoi, Daniel, vous confirmez la deuxième vague.
Ecoutez plutôt Monsieur Toussaint, qui remarque habilement que si l'on ferme 2000 lits entre Avril et Octobre... alors le pourcentage d'encombrement des urgences n'est pas le même.
Il dit plein de choses évidentes et de manière très claire, ce Professeur : écoutez les... et la fameuse "seconde vague" d'une épidémie sans morts et sans malades, on s'en reparle demain.
D'accord ?
https://www.youtube.com/watch?v=rNx49oIadug

Regardez comment sont établies les statistiques gouvernementales, ça évitera de dire des anneries.


Sur le tableau de bord du ministère de la santé, on voit bien que le taux d'occupation est défini par rapport à une référence fixe, pas par rapport aux lits totaux. Dans le cas contraire, que seraient les 140% de taux d'occupation ? Deux patients sur le même lits, en série sur le même respirateur ?

Vous me répondez trop vite, cela prouve que vous n'avez pas fait ce que je recommandais : regarder cette vidéo !
On est à 28% d'occupation des 5000 lits, mais par rapport aux 7000 lits du mois de mars on est à 20%... et par rapport aux 12000 lits que nous devrions avoir... on est a seulement 12% de patients COVID.
SI ON MET LE SYSTEME HOSPITALIER EN TENSION POUR DES RAISONS COMPATBLES AU LIEU D'AUGMENTER LES IMPOTS DES TRES RICHES ET RENOVER VRAIMENT L'HOPITAL... ALORS IL EST SÜR QU'ON VA DEVOIR ENCORE REPORTER DES OPERATIONS NON URGENTES.
Pour le Covid ou pour une grande sécheresse, enfin tout le temps quoi... !!!

Toussaint raconte des conneries. 


Des morts, il y en a plus de 50/jour et ça ne risque pas de diminuer dans les prochaines semaines vu l'évolution actuelle de l'épidémie. Et ceux qui meurent aujourd'hui ont été contaminé en fin aout/ début septembre. Aujourd'hui il y a plus de contaminations qu'en aout/septembre, donc plus de personnes qui vont mourir durant les prochaines semaines.



A ce que l'on sait, le virus n'est pas moins dangereux qu'au printemps. Il y a juste moins de contaminations (pour le moment).

Il y a surtout moins de personne vulnérables, fragiles... puisqu'elles sont déjà mortes !
Le Covid est mortel SEULEMENT pour les personnes fragiles, comprenez vous ?

Ce que vous dites es honteux tout simplement. 

Plusieurs millions de gens ont en France des "fragilités" et autres comorbidites et elles n'ont pas toutes 95 ans.... 

Sauf que des morts COVID en ce moment, il n'y en a plus !

Ca c'est factuel !
LA PLUPART des gens qui sont morts seraient morts de toute façon, ils sont morts plus tôt oui c'est dommage, vraiment dommage : ils avaient droit à 3, 4 ou 5 ans de vie supplémentaire, en effet.

Si nous avions un Vrai système de santé capable d'accuser des chocs et avec bien plus de personnel, on ne serait pas là à spéculer sur un couvre-feu débile !

Ce qui est factuel:  envrion 1000 morts au mois de septembre, et plus de 50 morts/jours en ce moment


Ce que racontent les gogos : "des morts COVID en ce moment, il n'y en a plus !"


Bouffon, va.

Restez poli, cher Monsieur, sinon je vous signale à la modération.

La voilà, votre seconde vague !!! (chiffre officiels)

https://circuit24levrai.com/covid.jpg

Il ne faut pas regarder que les chiffres officiels. Le nombre de cas non détectés est trop important (surtout au printemps, et dans une moindre mesure depuis le 15 septembre) pour comprendre la dynamique réelle de l'épidémie.


Au printemps, il y a eu officiellement 200 000 cas. Le nombre de cas réel est évalué entre 2 et 6 millions de cas. Il y a eu 30 000 morts ce qui correspond au taux de létalité généralement admis (en moyenne, entre 0,5% et 1% des gens atteints par le covid meurent). La croissance était rapide (doublement du nombre de cas tous les 3-4 jours) avant le confinement, qui a cassé la dynamique de propagation du virus.


Pour la seconde vague, on a officellement 350 000 cas. Le nombre de cas réels est difficile à estimer (500 000 ? plus encore ?), mais est pour le moment très certainement  inférieur à la première vague. En revanche, rien ne laisse penser que la létalité a diminuer, et donc il y aura la même proportion de morts. La croissance est plus lente (doublement du nombre de cas tous les 15 jours, observé jusqu'à mi septembre, la politique de tests ayant changé on ne sait pas si la dynamique est la même depuis).


Il y a donc moins de cas (pour le moment) mais le problème reste entier. Plus vous avez de contaminés, plus vous avez de morts. Plus vous attendez pour prendre les mesures nécessaires, plus l'épidémie progresse. C'est aussi simple que cela.



MAIS NONNN ! Plus de contaminés fragiles = plus de morts, OUI... mais là nos contaminés sont des jeunes gens qui ont fait a queue dehors pendant des heures. Y'en pas beaucoup parmi ceux-là qui se retrouveront aux urgences.
D'ailleurs... d'ailleurs la situation hospitalière d'aujourd'hui ne reflète enregistre rien le nombre de contaminés de fin aout et début septembre, bon sang !

Il y a 1 mois, j'avais fait 2 prévisions (sur le nombre d'hospitalisation/ jour fin septembre et sur le nombre de morts/jours mi-octobre) en me basant uniquement sur le nombre de cas détectés mi-septembre et sur nos connaissances de la maladie.


La première de mes prévision s'est révélée juste. Pour la seconde, on le verra à la fin de la semaine (spoiler: je vais très probablement avoir raison).



Début octobre, je m'était engueulé sur le forum avec un gars qui était persuadé que l'épidémie allait diminuer voire disparaitre. Je soutenais au contraire que l'épidémie allait progresser. Je lui ai donné RDV début novembre pour voir qui de nous deux avait raison (spoiler: ce sera très probablement moi).



Mais si vous croyez savoir plus de choses que moi sur la maladie, allez-y. Donnez-nous des prédictions chiffrées(*) sur:

- le nombre de nouvelles hospitalisations/jour fin octobre

- le nombre de morts/jour mi novembre


Je ferai ensuite de même. On verra bien ensuite qui de nous deux a fait les bonnes prédictions.



(*) si possible en précisant votre raisonnement.

Ce que vous décrivez était vrai pour l'été : les personnes fragiles continuaient de se protéger, tandis que les nouveaux contaminés étaient des jeunes personnes en vacances se contaminant entre elles. Et ces deux groupes étaient bien séparés. Mais nous n'en sommes plus là. On est à l'heure de la rentrée. Où les jeunes personnes contaminées ne sont plus entre elles, mais sur les mêmes lieux de vie que les personnes fragiles, les côtoient, et les contaminent. Déjà, premièrement.


Ensuite, on tablait sur un "état contaminateur" des personnes de 7 à 14 jours. Mais on tablait également sur une survie du virus sur des surfaces inertes de l'ordre de quelques jours. Or les récentes études penchent plutôt désormais sur un ordre de grandeur de l'ordre du mois. Genre les chaussures de tennis chaussées et contaminées une fois au mois de septembre pour une seule partie de tennis "estivale" entre potes vacanciers : la paire est remisée au placard sans que l'étudiant ne soit contaminé, et pas de bol, en rechaussant au mois d'octobre ses tennis pour le sport de (re)mise en forme de la rentrée, il se lèche les doigts en faisant ses lacets, et, contracte le virus 1 mois plus tard que la partie de tennis initiale sans avoir vu personne.


Il est dans l'ordre des choses que les personnes ayant eu des comportements à risque cet été / septembre aient ramené chez elles le virus sur leur affaires sans être contaminées, et ne contractent le virus qu'une fois chez elles en remanipulant leurs affaires. Le temps du virus est, aux dernières nouvelles de la recherche, beaucoup plus long que le temps que vous avez pris pour argent comptant !!! 

Commentaire supprimé par un administrateur.

Les morts auraient eu droit en moyenne à 13 années de vie supplémentaires, une broutille, en effet.

Non, elles ne sont pas toutes mortes. L'immense majorité de ces personnes vulnérables (dont mes grands-parents) n'ont pas été touchés par la maladie, et ça serait bien qu'ils continuent à ne pas être touchés.


Et pour votre information, il y a aussi des jeunes qui meurent du covid-19 (c'est très peu fréquent, mais ça arrive).


Bref, arrêtez de balancer vos conneries sur un forum public.

Vos grands parents vont en salle de sport et aux "Bains Douches" ?
Plus sérieusement les miens sont dans le même cas et sont de mon avis : la société doit vivre et les gens fragiles se protéger.

Oui en effet des jeunes meurent, quelques uns.
Le COVID les a tué ou le COVID a révélé une fragilité importante qu'ils ignoraient ?
EN FAIT, toute la question est là !


Je pense que vous parlez ainsi parce que depuis des mois vous êtes hypnotisés par mes médias de masse.
Je n'ouvre ma télévision que pour regarder les matchs de l'Equipe de France de football, vous savez : vous devriez vous protéger de ce virus télévisuel, vous savez !

Je n'ai jamais eu de télé chez moi, je ne risque pas de la regarder.


En revanche je lis les journaux scientifiques. Ca me permet d'avoir une bien meilleure compréhension que vous (ou que Macron & co) sur la létalité réelle de la maladie.



Les personnes fragiles elles t'emmerdent.

Manu, t'as mal choisi ton jour. Moi, ce soir, à 20h35, j'ai match. J'affronte la Croatie.
Donc le temps que je prépare les bières, les pizzas et les pantoufles, je pourrai pas suivre ton interview.
Crois bien que je suis désolé, mais le ne peux pas me présenter au coup d'envoi sans préparation pour un match qui compte pour les qualifs du Mondial 2022.

Je remercie chaleureusement Daniel de regarder les chaîne de (des) informations à ma place celà me repose l'esprit

Ah.. les chiffres !  En particulier les chiffres des clusters sont ils représentatifs alors qu'ils ne représentent qu'une petite fraction des contaminations ?....


De mon point de vue une  erreur est de prendre les chiffres intégrés depuis le mois de mai..

Si on se rappelle que les écoles et les universités étaient fermés jusqu'en septembre (je ne tiens pas compte de la pseudo rentrée des classes de mai-juin), que de juin à début septembre, le beau temps permettait les barbecues en famille.. On voit alors que dans ces chiffres on ne compare pas des choses comparables... 

(Bon comme je n'aime pas être de mauvaise foi, j'avoue que quand même, vu le caractère exponentiel de l'épidémie, la majorité des clusters ont moins d'un mois)


A mon humble avis pour une photographie plus exacte de ce qui se passe ici et maintenant, il faut comparer deux rapports successifs de santé publique france:


9 mai- 5 octobre:  entreprise 802,  milieu scolaire 680.  

9-mai 28 septembre: entreprise  704   milieu scolaire 551.

Du 29 au 5 octobre: The winner is  milieu scolaire + 129 devant entreprise +98


En tout cas, le plus crétin de la part de ceux qui pondent les chiffres, c'est d'avoir regroupé dans une même catégorie "milieu scolaire et universitaire", d'une part les écoles maternelles  et d'autre part les soirées étudiantes débridées... Pour se faire une idée de ce qu'il se passe il n'y a pas mieux.




Et les médias séparatismeront les mauvais citoyens du couvre-feu.

On apprend au passage que ce couvre-feu avait été déclaré en Guyane. qui était au courant? 


bon clairement on decretera le port du masque obligatoire à la maison avant d'imposer le télétravail; d’arrêter la production non-essentielle et de faire quelque chose pour l'école (au point où on en est la fermer et reprendre les cours à distance serait pas mal d'ailleurs).

le couvre-feu c'est idiot; c'est la mesure la plus liberticide et probablement la moins efficace qu'ils pouvaient prendre; les gens vont bien evidemment la contourner en plus. C'est une mesure de pur controle sociale; pas une mesure sanitaire. Surtout après la blague des restaurants qui restent ouverts avec des "mesures sanitaires" 100% bullshit (ils vont vraiment rester ouvert à midi?)
Et puis devoir aller bosser toute la journée; (en prenant des transports bondés; et manger à la cantine avec 100 autres personnes sans masque) ; aller faire ses coures et rentrer vite chez soi ça ressemble un peu trop aux rêves humides des dirigeants du MEDEF; ça va commencer à se voir.

bref je préférerais de loin un "reconfinement" partiel avec une fermeture de tout sauf l'essentiel; mais sans leur petites attestations à la con (qui vont refaire leur appartion en cas de couvre feu d'ailleurs j'en suis sur); et une remise à plat de la politique de tests.

D'ailleurs si c'est un ballon d'essai; il faut vraiment être completement à la ramasse pour penser que c'est une idée qui suscitera une adhésion massive et qui va pas completement se retourner contre eux.


et si on applaudissait tous les soirs à 20h, ça avait bien marché, en mars-avril...?

"dans le désastre national des tests à retardement, et de l'engorgement hospitalier qui se profile" 



This is referred to the USA

Selon les données officielles, 16.7% se font en dehors des lieux de travail (dont 6.4% dans un même foyer, ce que n'aidera pas un couvre-feu... on est en guerre ?). Donc 83.3% des clusters se forment au travail, dans les écoles/universités et dans les transports en commun (donc pour le travail, personne ne voyageant pour le plaisir en ce moment).

Décidément, les nombres sont têtus et contre la ligne politique du gouvernement... A moins que dans une épidémie ce qui compte soit le fameux ressenti des gens qui regarde BFMLCICNews et leurs donneurs d'ordre ?

"Électrochoc" ou stratégie du choc ?

Tiens, sur ce coup, j’ai décidé de ne pas regarder ni écouter ce président, sa parole est dévalorisée, à quoi bon, je prendrai connaissance des mesures plus tard par l’AFP ou un des sites d’info.

Réponse à Pierre DEGOUL.

Ils sont nuls. Je dirais même plus que nuls.

Une question un peu hors sujet :

Pourquoi les média et leurs invités qui bêlent tous le même concert sur la misère des hôpitaux,n'abordent -ils jamais la participation du secteur privé à l'offre de soin?


je précise que je soutiens à fond le secteur public auquel je fais confiance chaque fois que nécessaire et que je déplore la politique menée depuis des années le concernant.



lien de billet si vous l'avez raté :

https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-politique/le-billet-politique-du-mercredi-14-octobre-2020


L'électrochoc que ce Monsieur répondra à la question sujet du billet politique de France Culture ce matin !

L'électrochoc c'est que de vrais journalistes le bombarde (mortier?) avec  des question sur sa responsabilité dans les Hold up SUEZ et  ALSTOM ..

L'électrochoc c'est de  lui demander est ce  que sa priorité est de lancer un débat sur le séparatisme en plein crise sanitaire humanitaire sociale écologique ... l'une des pire crise que connait l'humanité comme il a qualifié Chomsky ..


Enfin moi je me suis interdit depuis toujours d'écouter ou perdre une seule seconde pour écouter ce Monsieur, donc j'attends un récap de DS dans sa chronique de demain ..Ce soir j'ai piscine (enfin si ce n'est pas fermée..)

Pendant qu'on nous amuse, dans une petite ville de province, les médecins urgentistes jettent l'éponge. Sur 18 médecins, il n'en reste que neuf. Cinq en burn out. 


Article réservé aux abonnés, mais le début vaut la lecture.

Suite a un long acharnement fanatique pour les privatisations et la destruction des services publiques, le dernièrs services de l'État qui fonctionne bien dans ce pays est la police, et il est naturellement hors de question d'essayer de reconstruire ce qu'on a si patiemment détruit. 


Dès lors le seul moyen de régler tout problème de société devient, la matraque et la contravention. 


Il nous faut des médecins, des infirmières, des lits d'hôpitaux, des arrêts de travail...


Nous aurons de nouveau et comme d'habitude des flics. 


Quand on n'a qu'un marteau tout les problèmes sont des clous.

Concernant le milieu scolaire et universitaire, 21% des clusters et 35% des clusters "en cours d'investigation". Mais c'est sans compter que la majorité des cas en milieu scolaire ne rentre pas dans la catégorie clusters puisque : 1) Le reste de la classe n'est JAMAIS considérée comme cas contact que ce soit dans le secondaire où tout le monde est censé porter un masque ou dans le primaire où les enfants n'en portent pas. 2) La majorité des cas passe inaperçue car est asymptomatique ou peu symptomatique... mais participe nécessairement à la diffusion du virus dans la société en rentrant dans leurs familles... créant des cas qui ne sont pas comptabilisés comme des clusters puisque les parents malades ne peuvent remonter la chaine jusqu'à l'établissement où il ne se passe rien, officiellement. S'il vous plait, enquêtez la dessus! Quand on est dedans, on voit bien que la politique sanitaire n'est pas sérieuse et pas cohérente, mais on n'a ni le temps ni les moyens matériels et légaux de sonner efficacement l'alarme.

Le couvre-feu, comme au bon vieux temps de la collaboration! Si l'on ajoute que les valeurs défendues par le gouvernement sont (dans l'ordre) : travail (tout faire pour continuer à faire tourner l'économie, prise sous l'angle de l'offre et non de la demande), famille (resserrement des relations interpersonnels au cercle familial avec exclusion du cercle amical) et patrie (loi contre le séparatisme dirigée exclusivement contre ces méchants musulmans qui menacent notre vivre ensemble avec nous-mêmes), on n'est pas très loin d'atteindre le point Godwin sans avoir à se forcer.


L'occasion de rappeler aux médias qu'ils nous ont bassiné en 2017 sur le danger de la peste brune (qui en l'occurrence était blonde) dont la possible éléction nous aurait ramenés aux heures les plus sombres de notre Histoire ?

Couvre feu : c'est la solution la plus hypocrite, comme ça machin imagine que les restaurateurs vont la fermer, les théâtreux, les autres. Ils pourront rester ouvert mais on ne pourra pas y aller. Et il y aura une dérogation pour les gens qui travaillent de nuit ? Le métro va s'arrêter ? C'est vraiment nous prendre pour des nouilles.

Parler des cluster sans dire qu'ils ne représentent que 10 % des contaminations...


Il y a du faux-cul dans votre papier : vous faites allusion aux autres contaminations, celles non reliées à un cluster - mais sans dire qu'elles représentent 90 % des cas connus, ce qui veut dire que toute la politique sanitaire actuelle basée sur les clusters est un non-sens.


Il est évident que les écoles et les universités sont une part importante des clusters : parce qu'il est très facile de les repérer - au contraire de la contamination dans les transports publics par exemple.

De toutes façons, dès qu'il y a le mot choc dedans, c'est une entourloupe. Choc des civilisations, choc de simplification, choc de compétitivité. On utilise le mot choc quand on est à court d'imagination.

Bien vu Daniel !

Couvre-feu : La question du soir est, bien sûr : "est-ce envisageable ?" et non pas "est-ce utile ?"

Bonjour et merci pour la chronique. Électrochoc. Thérapie de choc. Ces expressions me mettent toujours en alerte. La politique c'est de la violence contenue, et l'utilisation de ces mots me semble toujours être l'acceptation de + de violence ouverte comme mode de gouvernement. Certes pour l'instant, ce ne sont que les mots d'éditorialistes verbeux, pas ceux du pouvoir. Mais ce matin, on entendait à la radio un député de la majorité parler d'un besoin d'"autoritarisme" en ce moment (et pas seulement  d'autorité). Autre ballon d'essai ? Pente glissante en tout cas. 

(Je ne dis pas que ces mesures de contraintes seront forcément critiquable sur le fond, je n'en sais rien après tout et je suis plutôt pour dans l'absolu, je parle juste de leur mise en mots)

Je verrais bien Pascal Praud,  à la gégène,  pour alimenter les électrochocs ....

Pour une fois, vous auriez pu économiser du temps et des mots. Avec "perroquets", vous avez dit l'essentiel au sujet des chaînes d'info !

... jusqu'à ce qu'on réalise tous, événement inattendu tel un cheveux sur la soupe qu'en réalité l'électrochoc n'était que son annonce de se représenter pour la présidentielle de 2022.


C'est qu'il ne faudrait pas perdre le cap, messieurs dames !

Entre le facho de la maison blanche qui met en scène ses jets de masque et les chefs d'état qui testent leurs électrochocs, on vit des temps extraordinaires


Pourquoi faut-il que Macron vienne annoncer la chose en personne. Si c'est pour rassurer, c'est raté. Si c'est pour "de la pipe", qu'il nous épargne ce genre de chose

L'électrochoc c'est une méthode de "soin" psychiatrique non ? (Vol au dessus d'un nid de coucou est mon film préféré : c'est ma source)

Donc, nous sommes considérés comme des fous ? C'est ce qu'il faut comprendre.

Mais le couvre-feu, quel impact ? On attrape le COVID après 22 heures parce que, tel le gremlin, la nuit tombée, il mute et devient ultra agressif ?

Effectivement Daniel, dans les écoles, les entreprises, rien alors que, d'évidence, ce sont des lieux plus propice à l'infection que la rue, la nuit.


Sincèrement, je n'y comprends plus rien. Je ne sais pas s'ils veulent nous mettre un peu plus sous leurs bottes ou s'ils sont juste nuls.


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.