21
Commentaires

Capital (M6) se paie la fonction publique territoriale

Les agents territoriaux de la fonction publique sont-ils fainéants, ou simplement malades chroniques ? Dimanche soir, l'émission Capital (M6) partait débusquer les "avantages" et "primes" dont ils bénéficieraient. L'expert en chef ? L'essayiste libérale Agnès Verdier-Molinié, de la fondation iFRAP, à l'origine d'un classement annuel de l'absentéisme chez les fonctionnaires des grandes villes. Celle-ci dégainait à l'écran des chiffres attestant d'un "écart phénoménal" d'absentéisme entre agents titulaires et agents contractuels. Or, d'autres études indépendantes suggèrent que les inégalités d'absentéisme dépendraient du statut, précaire ou non, du salarié, plutôt que de son secteur, privé ou public.

Derniers commentaires

Quelques remarques :
- le jeu des "fondations" : une fondation est censée se consacrer "à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général et à but non lucratif" (art. 18 loi 23 juillet 1987). L'IFRAP créée en 1985 est reconnue d'utilité publique en 2009 par décret de Fillon. Elle est en même temps inscrite comme "représentant d'intérêts" à l'Assemblée Nationale. Quels intérêts ? Quelle est son oeuvre d'intérêt général quand elle fait du lobbying pour un courant idéologique particulier ?

- il y a deux manières de voir l'absentéisme : en visant les travailleurs, disant que ce sont des feignasses abusant, ou en visant le social, en disant qu'ils font des boulots qui ne sont pas satisfaisant, qu'ils subissent. Dans le premier cas, on demandera "des efforts", ira dans le sens du travail forcé, dans le second cas, on parle de conditions de travail, de partage du temps de travail, de perspectives d'évolution, de burn-out etc., et on dit merci à ceux qui sont dans une activité de toute évidence pénible dès lors qu'ils tentent de la réduire quand ils ne sont pas soumis au chantage à la précarité, au chômage.

Tiens, scandalisons les "libéraux" (liberté du capital, subordination du salarié) : maintien des salaires et réduction du temps de travail d'autant que le différentiel d'heures d'absences entre CDD et CDI/fonctionnaires, ceux-ci définissant par leur pratique l'acceptable, le désirable. Et on embauche derrière si il faut plus d'heures, si il y a un déficit dans le service rendu.
Lorsque vous parlez d'un lobby, ici l'iFRAP, ce serait bien de dire qui le finance.
Pareil pour Capital : quels annonceurs ont achetés le temps de cerveau disponible libéré par cette émission?
Il y a un lien subtil entre Fillon et l'Ifrap. C'est le premier ministre FF qui a reconnu, par décret en 2009, cette fondation d'utilité publique, permettant à ses donateurs une bonne réduction d'impôts. Soit 66% des sommes versées, comme pour les autres assos d'utilité publique. (Je trouve qu' @si est plus d'utilité publique que l'IFrap, mais bon c'est pas une asso...). C'est aussi un argument pour ceux payent l'ISF. (Ils peuvent réduire!). (Nota Bene: ceux qui ne payent pas d'impôts ou d'ISF ne peuvent rien réduire). Tout à fait par hasard, nous trouvons un article du Figaro en date du 19 mars 2017 intitulé "François Fillon a le programme économique le plus efficace selon l'iFrap". En fait, ce slogan est repris tel quel dans divers journaux et magazines sans recul ni analyse. Je serais mal intentionné, je dirais qu'il y a renvoi d'ascenseur. Je serais pervers, je dirais qu'il y a conflit d'intérêts. Au final, ce sont bien les contribuables qui compensent ces réductions accordées pour un think tank libéral et lobbyiste. Enfin, je m'étais amusé, il y a quelques années déjà à comptabiliser les interventions médiatiques ou citations dans la presse de Mme Agnès Verdier-Molinié: c'était, à l'époque, plus d'une occurrence par jour (dimanches et jours fériés inclus). Quelqu'un s'y colle aujourd'hui?
J'ai failli vomir lors de la diffusion de ce reportage.
On interviewait notamment une femme de 45 ans qui bossait depuis qu'elle avait 18 ans (donc depuis 27 années) et qui, en tant que fonctionnaire dans je ne sais plus quelle mairie, percevait 1.500 euros net par mois et pouvait espérer une retraite de l'ordre de 1.300 euros.

Voilà les nantis, les privilégiés que dénoncent cette dingue d'Agnes "je ne sais plus comment"
Les caméras de C8 tournent en ce moment dans ma mairie sur le même sujet. J'espère que le reportage sera décompté du temps d'antenne de Fillon.
Capital c'est le summum de la propagande capitaliste liberale. Ils montrent aux esclaves qui sont les méchants fraudeurs, c'est-à-dire en fait ceux qui sont un peu plus libres qu'eux, histoire de bien enfoncer la doxa esclavagiste dans le crane du peuple.

"Regardez, ils essaient de s'enfuir! rattrapez les! Qu'on les pende tous! Euh... je veux dire: votez Macron!"
Pourquoi ne publiez vous donc pas votre propre tableau de comparaison ou les donnees seraient presentees de maniere juste?
Prive vs public?

A vous lire, notamment a cause de la structure de l'article et de la maniere dont certains faits sont rapportes "en passant" dans votre texte, on a l impression que vous essayez de decredibiliser la personne. Plus que d'informer sur les vraies donnees.

Il y a comme une asymmetrie dans cet article, avec des phrases pour se couvrir de ne pas cacher les faits, tout en insistant plus sur les faits que vous voulez mettre en valeur.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.