104
Commentaires

Canard enchaîné : "Fillon est une catastrophe pour les caricaturistes"

Cent ans, et toujours un bon coup de bec ! Un siècle après sa création, Le Canard enchaîné impose toujours son modèle de scoops, de petits cancans et de joyeuses caricatures. Et le tout dans une sainte méfiance à l’égard des plateaux télé et des réseaux sociaux. Combien de temps ce modèle à part pourra-t-il survivre ? Question posée à nos deux invités : Louis-Marie Horeau, rédacteur en chef, et Anne-Sophie Mercier, journaliste du Canard enchaîné.

Derniers commentaires

Acte 1, douzième minute, une petite perle irrésistiblement succulente : DS parle avec le rédacteur chef du Canard. Le sujet : Fillon pas facilement "canarisable" car difficile à caricaturer et parce que a priori il n'a pas de casseroles !
Que ce passage est savoureux, deux mois plus tard !!!
Paradoxalement, c'est l'article du canard enchaîné qui m'avait convaincu de culpabilité de Jérôme Cahuzac. Après avoir décrit plusieurs conflits qui aurait pu donné lieu à des vengeances, l'article expliquait que Jérôme Cahuzac pouvait facilement prouver son innocence, il lui suffisait de demander à la banque de confirmer qu'il n'avait pas de compte.
Ce qu'il n'a pas fait tout de suite, puis le journal de dimanche à publier la réponse, mais pas la question, puis on a eu la question qui était tellement alambiquée, que je me suis dit Jérôme Cahuzac ne peut pas être innoncent, une question pareille vient de quelqu'un qui a des choses à se reprocher.
Au final, alors presque tous les jounaux disait Jérome Cahuzac est innocent, c'est prouvé, j'avais été convaincu du contraire grâce au canard enchaîné.
Je suis plutôt rassuré que Médiapart et Le Canard ne soient pas totalement raccord sur toutes les affaires, je trouve que cela leur donne davantage de crédibilité. Le journalisme de connivence est suffisamment pratiqué par ailleurs.
J'ai été accro au Canard pendant des années.

Le côté balzacien du truc m'amusait : scènes de la vie parisienne (ou de province), chroniques des absurdités, injustices, vanités et bassesses des "grands", hobereaux et wanabees de tout poil.

Mais maintenant, ça m'attriste. J'ai mieux à lire ou à faire que ricaner ou m'apitoyer d'un air entendu.

Et les papiers un poil méprisants ou paternalistes du Canard pendant la période "Nuit Debout" n'ont pas arrangé les choses.
Le canard m'ennuie, le plus souvent. Je ne comprends pas bien son intérêt, mais bon...
L'émission, c'est pareil. Ils font la promo de leur bouquin, bon...
abonné depuis très longtemps, je trouve le canard changé et surtout avec un tropisme évident pour le nucléaire, et donc une critique permanente de l' écologie ( pas dans sa dimension alimentation ) et aussi une absence de véritable critique sur israël

et ne pas parler de concurrence avec mediapart ? quelle rigolade ! ils auraient dû recruter apathie pour enrichir leur aveuglement sur cahuzac
Étant Français d'acquisition récente, ma culture n'embrasse pas tout ce que le Gaulois type possède par essence
Par exemple, le calembour m'est interdit, la tripe très peu pour moi, le cheval n'en parlons pas, le Canard enchaîné j'ai essayé, j'essaye souvent mais je le fais pour ne pas être dans la catégorie des double-ration de frites.

Toutefois, je trouve l'institution sympathique et je la compare à des choses qui ont fait ma jeunesse mais qui sont très différentes comme Punch
Aussi c'est armé d'affection que j'ai écouté cette émission encouragé au passage par l'enthousiasme d'Anne-Sophie Jacques et l'intérêt évident d'Anne-Sophie Mercier pour l'humour de Didier Porte

Mais j'ai trouvé que sous leurs aspects joviaux, les discussions se trimbalaient beaucoup de non dits et d'animosité, j'ai même perçu quelques frictions avant la disparition de l'écran de Didier Porte.

Pour ma part, je vais prendre des cours de Canard enchaîné pour ancien émigré
Bonjour ASI, sera-t'il possible d'avoir un jour une interview ou un débat, ou juste un petit article sur l'économiste écossais Mark Blyth ?

Cordialement
Excellente émission comme souvent, il faut dire que je suis moi aussi un fidèle lecteur du canard depuis plus de quarante ans.....
Un bémol sur le canard, je ne comprends pas pourquoi celui-ci ne crois pas à la thèse de l'assassinat politique de Robert Boulin.....!!!
L'edito d'Emptaz résume chaque semaine l'actualité politique et le contenu en filant la métaphore avec talent. Remarquablement écrit cet edito n'a pas vocation a donner la charge, une tâche dévolue aux autres journalistes.
Double miracle: on est passé au 720p, mais sans passer par la même occasion au 1080p que n'importe quel blogger a semi succès fournit pour l'achat d'un appareil beaucoup moins cher qu'un téléphone.

Les gens avec une vue normale et un écran de l'ère moderne (c'est à dire plus de 24 pouces) passent du débat vu dans le brouillard à la version au fond "on sent bien que ça pourrait être net mais ça pique les yeux un peu quand même".
J'ai trouvé l'émission ennuyeuse.
J'achète le Canard toutes les semaines. Une habitude peut-être. Car ce n'est plus ce que c'était et je le trouve timoré.
Même si les canards n'ont pas de dent, le Canard manque de mordant en considération de sa réputation.
S'il demeure une référence dans l'information sans (trop de) langue de bois, c'est surtout que l'ensemble n'a pas évolué dans le bon sens.

Trop drôle l'extrait avec El Kabbach, qui fanfaronne toujours sur les grandes antennes et l'institutionnel (LCP). Cela confirme la dérive du quant-à-soi de la profession. Tu racontes des banalités ou tu finis au placard (la presse n'a pas le monopole de cette tendance lourde qui favorise l'inertie de la médiocrité).

La couverture politique - assez pitoyable - de l'actualité illustre la presse qui ne relève jamais l'absence de sérieux des programmes et des partis politiques, lesquels nous proposent des candidats dont l'ineptie des propos - je pense notamment à Wauquiez - nous porte à s'interroger sur la réalité de leur CV ou la qualité de l'enseignement qu'ils ont suivi.

La contradiction manifeste entre un cursus universitaire et la démagogie des propos à laquelle se réduisent les débats n'est jamais critiquée. C'est pourtant manifeste. On leur a offert leurs diplômes ? Sciences po serait-il devenu une fabrique d'imbéciles qu'on hésite à critiquer pour en être également sorti ?

Ce défaut d'exigence de rigueur intellectuel empêche de s'étonner ensuite que les candidats se plantent, une fois élu, en compromettant l'avenir de millions de personnes.

Les faits c'est bien, mais cela ne suffit pas. Même le Canard manque de fond.
Il est dommage qu'on s'habitue au superficialisme et A@i pourrait le souligner.
Cela n'a pas été traité comme je m'y attendais.
Commenter une actualité superficielle reste sinon superficiel et c'est pour cela que nous avons aujourd'hui un débat sur le succès possible de l'extrême-droite aux présidentielles. C'est le résultat logique de la complaisance pour la médiocrité. A moins que ce soit de la paresse.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Bravo pour l'émission. En fidèle lectrice du Canard ,j'ai beaucoup aimé cette rencontre. Je continuerai à aller chercher mon Canard tous les mercredis, même s'il y avait une version en ligne. Une sorte d'attachement particulier très ancien mais toujours aussi vivace. La découverte des dessins d'abord, la page1 ensuite puis la page 2 toujours aussi savoureuse. Et le reste.
Bonjour
Un journal critique qui ferme les yeux sur les turpitudes (d'autres diront les innombrables casseroles) de Bismuth ou les parjures devant la représentation nationale d'un Cahuzac, c'est à pleurer.
Je passe mon chemin pour cette semaine.
bonjour
ha le canard enchainé !
excellente idée de les avoir invités pour la 100eme
fervent lecteur depuis des années , je ne m'en lasse pas
allez longue vie au canard !
merci a DS pour cette émission sympa
cdlt
Tous ces commentaires sont très drôles, mais pour moi, le Canard est surtout un journal de dessinateurs (+ la comtesse, on ne se refait pas).
Il y a très longtemps j'attendais le mercredi, puis je me précipitais pour l'acheter dés sa parution. Je lisais en premier en page 2 le chronique de Morvan Lebesque. C'était pour moi un ravissement parce que il en découlait toujours une morale qui me convenait. Ce n'est que beaucoup plus tard que j'ai appris étonné son passé pas blanc blanc. Ensuite j'aimais bien les critiques littéraires c'est ainsi que j'ai découvert ´ Sinouhé l'égyptien ´ . Un bonheur. J'aimais aussi les critiques ciné, parfois les critiques théâtre, mais là aussi plus tard à posteriori j'ai été étonné que ces derniers étaient rédigées par Philippe Tesson. Puis je lisais ou alors entrecoupé des autres articles les pages politiques. Finalement ces ragots inconsciemment m'intéressaient peu pour finalement ne plus m' intéresser. C'est ainsi que de fil en aiguille je ne l'ai plus acheté depuis des décennies. Je m'étais rendu compte que finalement ce genre de journal et c'est ce qui fait son succès d'ailleurs alimente ce bon sens populaire si néfaste à la politique et qui fait que pour bon nombre de citoyens tout se vaut. Il n'y a aucune analyse de fond et la moral qui finalement en découle ne peut être que le maintien des mêmes ou bien une désaffection de la chose publique : " à quoi ça sert de voter, Le monde sera toujours ainsi " ? Je m'étonne que le rédacteur en chef s'étonne des réélections des Balkany malgré les malversations dénoncées par eux.
Amusant, le passage du canard sur le web !
Ça mériterait un… comment on dit… oui un arrêt sur image !

Le Schneiderman, trop dans l'mouv, qui ne comprend pas qu'on puisse garder une presse uniquement sur papier !

… sur papier non mais allô quoi !…

C'est marrant parce que c'est peut-être l'unique raison de ma sympathie pour ce canard ! Son côté "obsolète" me fait oublier son côté apparatchik !
La ressemblance de votre invitée avec Anne-Sophie Mercier est saisissante !
Je trouve que Louis-Marie Horeau ressemble fort à l'acteur Pierre Mondy, il en a même le même sourire narquois: c'est son petit frère?
Super sympa votre discussion entre vous !
À part ça, quand commence l'émission ?
Je n'ai jamais lu le Canard enchaîné mais j'ai eu l'impression que le journal est un peu trop enchaîné aux hommes politiques, à leur bon vouloir, sert d'instrument à leurs 'règlements politiques" et à certains égards, nouent des relations incestueuses qui portent préjudices aux lecteurs.
La preuve, il tient depuis cent ans...
L'avis d'une impression d'un journal qu'on a jamais lu.
Ça vaut ce que ça vaut en effet.
A voir la teneur principale des commentaires je suis sur le cul. On est quand même sur arrêt sur image, un site qui a pour but le décryptage et un regard critique sur les médias.
Et la plupart des commentaires ne lisent pas ou plus le canard ? Eh beh, va falloir m'expliquer ce que vous ne comprenez pas dans regard critique.
Je ne suis pas un grand naïf, je me suis même documenté sur la chose.
Oui, le canard à parfois couillé, préférant ne pas dezinguer Sarkozy comme il le pouvait durant la campagne de 2007 (pensant que l'incompétence de Royal était sûrement pire), oui il y a des problèmes de pouvoir dans la rédaction, oui Dumas a été leur avocat (avant de devenir complètement l'etron que l'on connaît, au demeurant il était à l'époque un très bon avocat). Oui, Le Canard à accueilli certaines plumes aujourd'hui néo-réac (Tesson pour ne citer que lui...) et si on remonte encore plus loin, certains journalistes se sont compromis dans la collaboration.
Oui Le canard s'est vautré dans l'affaire Cahuzac, oui certaines prises de positions (notamment dans les prises de bec) me dérange ou ne vont pas assez loin dans la critique (pure, voire morale).
Oui, il y a forcément une forme de copinage qui s'installe entre journaliste et politique, nécessité fait loi. Oui les éditos d'Erik Emptaz sont nuls, voir gentillets, et désamorce le contenu explosif du journal.
Oui, cette grande institution qu'est ce journal n'est pas un bastion rempli de chevaliers blancs, et à une époque cela m'a déçu.
Mais j'ai alors bien compris que ma déception était à la foi puérile et naïve, mais aussi la preuve à contrario que je mettais trop de ma propre exigence dans ce journal. Preuve de son utilité.

Après ce bilan, que reste t-il pourtant ?
Une histoire de France qui n'est contée de cette manière nul part ailleurs, je vous conseille la somme qu'est les 100 ans du canard. Une pensée libertaire anarcho tout ce qu'on veut (moins presente aujourd'hui)
Des scandales d'état, tapant sur tout le monde (donc le fil à la patte faudra m'expliquer...) sans dimension morale, c'est au lecteur d'en faire ce qu'il veut.
Ou trouvez vous une information sur votre municipalité ou sur les bruits et petits arrangements entre amis dans votre département ? La politique est devenue depuis belle lurette un jeu des places, des nominations, le reste c'est du vent, bon pour Le Monde, Libé et compagnie.
Ah oui et puis ces gens doivent vraiment être des nantis n'ayant pour seul but leur enrichissement personnel autant sur le plan culturel que financier.
C'est sûrement pour cela que le canard est rédigé dans une langue simple, accessible à tout un chacun, et qu'il coûte 1€20 (il n'a pas bougé de prix depuis plus de 10 piges, sans même prendre en compte l'inflation) et sans une seule pub en un siècle !
Alors à tout ceux qui ne pensent qu'à le dénigrer sans même le lire, ne venez pas me fournir vos explications alambiquées.
Il suffit de lire dans son intégralité un exemplaire du canard pour voir que tout ce barouf n'est qu'un indécent cirque.
Ce constat établi, je ne vois pas en quoi patauger la dedans pour informer le citoyen, tout en se marrant allègrement serait malsain ou autre.
Bref, le peu de regard critique (ne serait ce que par une simple opération qu'est celle de la comparaison, franchement vous connaissez un journal qui n'est pas complètement pourri jusqu'à la moelle ? A part politis et mediapart, mais c'est pas le même segment que Le Canard) sur ce forum me surprend autant qu'il m'attriste.
Sinon émission moyenne, en effet il y avait bien plus à dire/demander sur ce sujet sans fin.
Bonne journée
Voté.

Si parfois critiquable le Canard reste un très grand journal.
Et quant à sa culture de la preuve, si elle sert parfois d'excuses à être trop timorés, je la trouve plutôt admirable.
Peu de journaux me donnent autant confiance que le Canard pour ce qui est de l'exactitude de ce qu'ils publient, ce qui fait sa force.
Quant à ce qu'il omet, ça n'interdit pas de lire aussi Mediapart.
la culture de la preuve du Canard?
Ca fait rire quand on pense à la page 2, compilation de rumeurs et on-dits, et outil pour règlements de compte entre politiques.
La page deux, il faut la prendre pour ce qu'elle est, aussi !
Une belle illustration du circus politicus, rien de plus et le Canard n'a jamais prétendu afficher autre chose dans cette page.
Je parlais de la partie investigation / affaires révélées évidemment.

(je trouve la page 2 instructive sur les rapports humains entre dirigeants politiques, mais sans plus)
Le Canard est une institution, totalement indépendante et transparente financièrement. Très peu de condamnations pour diffamation au regard du nombre de scandales, petits ou grands, révélés. Dire que les actionnaires salariés sont assis sur une réserve de 120 M d'euros, respect!
J'imagine que dans ces 120M d'€ il y a des dons, est-ce qu'ils publient les noms des généreux donateurs ?
Je ne suspecte rien à priori du côté du canard, mais peut-être que les donateurs ont une idée derrière la tête, pas seulement une haute idée du journalisme.
(attention chérie ça va couper)
Extrait de Wikipedia : "Sans recette publicitaire, Le Canard ne vit que de ses ventes et affiche pourtant une belle santé financière. (...)
Chaque année les bénéfices sont mis « en réserve » pour assurer l’indépendance financière. Ces réserves, trois fois plus importantes que le chiffre d’affaires annuel, sont placées sur un compte non rémunéré ; la réserve totale est estimée en 2016 à une centaine de millions d'euros. Les 65 salariés du journal (chiffre en 2014) sont parmi les mieux payés de toute la presse française. En contrepartie, les rédacteurs ne peuvent ni jouer en bourse, ni faire des piges ailleurs, ni accepter de cadeau ou d'honneur, notamment les décorations officielles.
(...)
Les comptes financiers du Canard sont publiés chaque année à partir du dernier mercredi du mois d'août dans l'hebdomadaire, avec le détail de la diffusion du journal. (...) Les recettes ont ainsi baissé à 24,4 millions d'euros en 2014, mais les bénéfices du journal ont augmenté de 20 %, à 2,4 millions.
"

Trois ans de chiffre d'affaire avec 10% de bénéfice par an, pas besoin de gros investissements, une réserve constituée en 30-40 années de bénéfice ?
OK, respect !
Merci pour ces infos.
Vous avez écrit dans le détail ce que je voulais dire à travers mon « il tient depuis cent ans » (mais je suis un peu flemmard)

Au temps de ma folle jeunesse, j’ai eu le privilège, avec un autre étudiant, d’interviewer (sic) un des responsables du Canard. C’était en 69 ou 70 et je crois que c’était Guérin. C’était pour un exposé…
Nous nous attendions à recontrer le grand méchant loup et nous avons eu affaire à un homme affable et très…pépère. Un peu comme Louis-Marie Horeau. Je crois me souvenir que le thème de l’exposé était l’autocensure dans la presse.

Je crois me souvenir également que cet entretien, à part l’agréable moment passé avec M. Guérin, ne nous a pas fait avancer d’un iota… Un peu comme cette émission.
Peut-être est-ce avec les raisons que vous évoquez, l’explication de la longévité du palmipède mercredicole.
Oui, cette grande institution qu'est ce journal n'est pas un bastion rempli de chevaliers blancs, et à une époque cela m'a déçu.
Mais j'ai alors bien compris que ma déception était à la foi puérile et naïve, mais aussi la preuve à contrario que je mettais trop de ma propre exigence dans ce journal. Preuve de son utilité.

Et bien ça va pas fort le moral Bicéphale pourquoi cette autoflagellation ?

Vous égrainez avec brio les raisons qui font que le Canard est critiquable et doit être critiqué puis..... volte face, rétropédalage, et plaidoyer pas très clair contre les gens qui font rien qu'à dénigrer le valeureux canard.

A une époque ça vous a déçu et un jour vous vous êtes résigné...
Et ceux qui ne se résignent pas sont des " puériles et naïfs."?

Quel dommage!

J'eus préféré que vous demeurassiez le jeune et fougueux idéaliste que vous fûtes....
Attendre d'une entreprise humaine la perfection n'est pas raisonnable, voire délétère. Je lis le canard avec un regard critique, et lorsque je pèse le pour et le contre, je ne peux que leur accorder qu'ils apportent bien plus qu'ils ne méritent notre mépris.
Les limites que je donnais au canard nous enjoint à prendre notre part à la chose public, c'est surtout ce que je voulais dire, d'autant plus qu'il nous donne des cartouches pour tirer juste.
Mais je suis toujours aussi fougueux et idéaliste ne vous inquiétez donc pas, je n'ai que 27 ans, et j'espère bien le rester :)
Et bien, lisez le Canard et vous pourrez donner des exemples de ces "relations incestueuses".
À vous lire, bientôt.
Plus d'une heure d’émission pour ne rien dire.... quel ennui!
ZM
L'argument de la jalousie trop fort comment ils s'en défendent ... mal . Rappellons nous l'émission ici meme avec Arfi (l'affaire Cahuzac) et le mec du canard lui demandant aussi 'des preuves' ..ha ha ha trop jaloux, ils se sont compromis pour moi sous NS , avec leur attitude avec Bruni, leur rubrique en première page, aucune femme de président avant n'avait eu cette pub, depuis je ne le lis plus .
Bravo , maintenant a chaque émission y'a une ou des femmes , merci, ça fait trop plaisir.
Je n'ai pas encore visionné l'émission mais j'ai hâte de savoir ce que Louis-Marie Horeau a dit sur l'affaire Boulin.
mais vouloir ne voir dans le Canard que scoop avec gaudriole… et que Médiapart qui est (pas un défaut mais c'est ainsi) partisan et surligne la morale à en tirer soit un concurrent… euh je ne comprends pas.
Ceci dit je trouve que l'accumulation de petites notes, pas seulement sur les politiques d'ailleurs, et la colère qui est perceptible souvent sont au moins aussi efficace.
Bon suis une fan
Bonjour à tous,

Après avoir douté — et nous avons vu avec quel succès — de l'affaire Cahuzac, ce qui est son droit, Lous-Marie Horeau congédie l'affaire des valises libyennes de Takieddine et Guéant/Sarkozy d'une chiquenaude : « Tout ça n’est pas très crédible ». C'est évidemment son droit (bis).

Je me permets toutefois de partager avec vous un billet que j'ai écrit il y a quelques jours au sujet d'une saillie similaire de David Pujadas à propos de la même affaire: https://blogs.mediapart.fr/fabrice-arfi/blog/181116/financements-libyens-une-honte-en-effet.

Bien à vous tous,

Fabrice Arfi (Mediapart)
Je n'ai pas trop confiance dans les gens qui se font refaire le visage et Anne Sophie Mercier ne me plait pas trop avec sa bouche de canard !
Anne Sophie Mercier. Présente a On refait le monde, sur RTL le soir où Asko a dézingué Siné. Et pas la dernière pour l'aider à clouer le cercueil. Détestable personnage.
Il y a des gens qui pensent que le Canard est subversif ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.