188
Commentaires

Cambriolages : la guerre à la presse

Cette fois, on ne plaisante plus. On aimerait bien, mais on ne peut plus.

Derniers commentaires

Petites propositions d'interventions dans les jours à venir :

- Frédéric Lefebvre : "La gauche ne sait plus quoi inventer. Comme par hasard, cette histoire selon laquelle l'Elysée espionnerait les journalistes intervient juste après que Messieurs Montebourg et Mélanchon aient, eux, insulté des journalistes. Et ça, c'est prouvé, tout le monde le sait, il n'y a qu'à regarder les vidéos."
- Nicolas Sarkozy : "Mais enfin ça c'est formidable ! Alors comme ça, vous croyez qu'un chef d'Etat n'aurait rien d'autre à faire ! Je n'ai déjà pas le temps, et croyez bien que je le regrette, je n'ai pas le temps de m'intéresser à tout ce que ces gens-là écrivent dans leurs journaux, alors ce n'est surement pas pour m'intéresser à ce qu'ils font en dehors de leurs journaux !"
- Brice Hortefeux : "Mais bien sur que nous espionnons des journalistes. Je peux meme vous en donner la preuve : j'ai ici l'intégrale des pensées percutantes de Monsieur Plenel. Ça s'appelle un CD vierge (rires)".
Ah les CDs?

http://www.youtube.com/watch?v=eMWu6i7l5ec

http://www.youtube.com/watch?v=IMOy9SsUQ7U

Voilà, on y va?

Alors ensuite je mets des petits chatons? Et puis on continue la brouille?

Bon après on va parler de conquête spatiale avec Jojo et puis Dan m'expliquera des choses que je trouverai très bien. Les autres vont continuer leur étude sur ma poire. Alors j'entamerai des pourparlers avec certains, mais pas beaucoup en fait, une poignée peut être.

Et puis les autres vont continuer à regarder ou à me chercher la merde.

ça aurait pu être sympa pour Suzie mais tant pis. Le café, c'est même pas la peine d'y aller. Avec Patricia je le pense mais voilà, on va me faire quoi encore.

Oui alors au sujet de Judith, je suis d'accord, j'ai toujours été une plaie pour l'éducation nationale. Pour certains journalistes aussi, mais c'est vrai qu'ils ont des armes puissantes contre moi et pas qu'eux. On est bien d'accord que ce soit assis ou debout.

J'ai l'impression d'avoir affaire à une bande de cons qui joue avec des petits éléments de ma vie, ça leur fait une chasse intéressante. Et puis c'est marrant on peut le suivre en riant derrière.

http://www.youtube.com/watch?v=CwswtWuSku4

Bon ba voilà, ces souvenirs sont vrais alors?
http://www.lepost.fr/article/2010/11/02/2290707_affaire-bettencourt-flics-en-civil-dans-les-manifs-fuites-d-information-mam-ne-suit-pas-l-actu-ou-quoi.html
Val a bien raison de dire à Dahan «Val m’a parlé d’un problème de positionnement. Il m’a assuré qu’il y avait deux mondes et qu’il fallait choisir de quel côté on se trouvait… » Le Parisien samedi 30 octobre 2010

manifestement le monde médiatique est lui aussi coupé en deux, cette chronique concerne les vrais médias. Mais il est plus que temps de dénoncer les faux médias, ceux qui ne font désormais plus que diffuser des hoax

Faire passer l’information, la vraie : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article109817

on l'a vu le monde de la police aussi est en train de se couper en deux

la DCRI lache Sarkozy en faisant des confidences au canard,la DCRI est aussi coupée en deux?

Il faut espérer que la droite se coupe en deux aussi, personnellement je regrette les vrais démocrates de droite Chirac et Villepin, qu'attends la droite pour faire l'union sacrée anti Sarko de Bayrou à Villepin en passant par Dupont Aignan?
Pas un cambriolage, pas deux, mais trois : sur une période de deux semaines, les rédactions de Mediapart, du Monde et du Point ont été visitées par de mystérieux voleurs et les ordinateurs de journalistes travaillant sur le dossier Bettencourt dérobés. Rappelons qu’il s’agit d’une affaire d’État : le ministre Eric Woerth est lourdement soupçonné de « trafic d’influence par une personne investie d’un mandat électif » et de « financement illicite de parti politique ou de campagne électorale », au bénéfice du président de la République en exercice, Nicolas Sarkozy, dont l’élection s’en trouverait invalidée si les faits étaient avérés. Et c’est dans ce contexte tout sauf anecdotique que ces mystérieux vols surviennent : largement de quoi se poser des questions, donc ! « C’est très étrange (…) Ça révèle des moeurs de République bananière auxquels on est habitué dans ce pays, avec toutes ces officines, qui courent dans tous les sens… Au service de qui ? Je ne sais pas, suivez mon regard… », réagit le directeur du Point, Franz-Olivier Giesbert. « Comme par hasard, le journaliste du Point travaillant sur cette affaire, Hervé Gattegno, a été victime du vol de son ordinateur portable, tout comme avait été volé le portable (et en prime, le GPS) de Gérard Davet, journaliste du Monde, enquêtant lui aussi sur le même sujet. Et devinez quoi, très exactement le même jour, expose l’eurodéputée Nathalie Grisbeck, en charge de la Justice au sein du Modem : On laissera aux spécialistes le soin de calculer exactement le taux de probabilité pour qu’un tel concours de hasards se produise ! Mais nous le savons tous, ici la vraisemblance tend vers zéro. » « Je trouve qu’il y a beaucoup de vols en ce moment dans les organes de presse… », observe plus sobrement l’ancienne ministre de la Justice socialiste, Marylise Lebranchu.
la suite ici: http://www.plumedepresse.net/bettencourtgate-et-cambriolages-de-journalistes-causeur-le-rendez-vous-reac-des-imbeciles/
Moi ce qui me frappe le plus c'est l'étonnement des internautes habitués de ce site qui n'ont toujours pas compris que l'oligarchie en place 'Bettencourt, Sarkozy et les autres) vont continuer à s'assoir sur la démocratie et l'état de droit encore un bon moment.

Il suffit de regarder de l'autre côté de l'Atlantique ce que les puissances d'argent et le complexe militaro-industriel sont capable d'infliger à leurs propre concitoyens.

Messages d'alerte à tous les employés de bureau



Et après ça vous croyez vraiment encore que Karachi c'était Al-Qaida?

Wake-up!!!
La seule question à se poser est: où tout cela va-t'il nous conduire et allons rester comme de sages moutons en regardant tout nos principes écrasés au grand jour, sans aucune tentative de se cacher? L'état de droit, si jamais il a existé un jour, est mort et enterré. Paix à son âme. Et dans nos âmes ça devrait être le feu!
Voyez Daniel, tout est dit.

Par contre les zozos qui veulent vivre leur expérience extrême en suivant ma vie il faut que je les élimine.
(cher ami "du dessus" ce n'est pas pour vous perso)


heu là!
c'est pénible vos jérémiades éthnocentrées d'asinautes aux bords de la crise de nerfs:"le fascisme ne passera pas par moi" houlala!!!
il a peur le Nain....

demandez vous plutôt pourquoi une majo de bon français n'en à rien à battre des vols chez les journalistes!(y lisent pas ou pensent qu'ils servent la soupe).
"un vol d'ordi chez des intellos"?? RAB!!
cette même majorité qu'y vient de baisser ces petits poings levés et laisser passer la contreréforme des retraites pour partir en vacances..qu'ils n'auront plus non plus bientôt!

Pratiquement plus de volonté,embourgeoisé le salarié!

Les salariés de France Télécom=le premier actionnaire de FT..cherchez l'erreur!

n'oublions pas:le Nain est d'abord un FLIC; relire sont cv,et contrairement à ce que certain pense il sait compter!

En face:RIEN ou presque,même pas la trace d'un leader par exemple,pour rendre ce mouvement un peu plus sexy !!!
Ce "presque" qui au bout de quinze jours de grève,n'a pas les couilles d'aller dire à son banquier qu'il ne paiera pas sa mensualité de crédit ce mois ci!
...et certains syndicatscaca, qu'ont signer un contrat de confiance avec la CES..(confédération européenne des syndicats),appeler à la grève générale...?vous n'y pensez pas!!

Lordon l'a dit:"on va dans le mur"

sinon,Daniel,si vous ne savez pas où planquer vos ordis,suis prêt à les cacher discretos!
et je vous jure,je dirais rien, même sous les coups de la milice du Sarkozistan,
je commence à m'habituer aux flacheboles !!!
Bienvenue (enfin) dans le peuple Français...Dommage qu'il faille attendre que cela touche la corporation, pour qu'il y ait un début de réaction. Faut-il vraiment que les journalistes soient aveugles, sourds et muets pour n'avoir rien fait contre cette dictature qui s'installait...Il est maintenant du DEVOIR des journalistes de tout mettre en oeuvre pour être le relais du peuple dans le combat pour la démocratie. Faites le ménage dans votre profession, assumez les responsabilités qui sont les votres. Attendez-vous qu'un groupe de citoyens déterminés prennent d'assaut les plateaux de télés, radios pour faire votre job? La révolution citoyenne est en marche, ne ratez pas le train, après ce sera trop tard...Si la dictature l'emporte, vous aurez perdu et nous aussi, si c'est la démocratie elle ne sera pas amnésique...Alors debout et faites comme le peuple dressez-vous contre l'oppresseur.
Qui sait ?

Grâce au fisc, on retrouvera peut-être un jour les disques durs de ces journalistes enfouis dans un vieux coffre de pirate sur l'île d'Arros...

Et attendant les barbouzes rient...
C'est marrant qu'il ne veuille pas faire de commentaires sur une enquête, d'habitude il ne s'en prive pas.
Il n'y a que sur Karachi et l'affaire Bettencourt qu'il la boucle.
Bizarre qu'il ne se sente pas concerné par des enquêtes qui justement parlent de lui.
Ce qui serait bien c'est que les journalistes ne lui posent des questions que sur ces deux sujets, son mutisme me ferait des vacances.
"Sarkozy ne s'estime pas concerné par les cambriolages" ...

?!?!?!
Il est trop celui-là. Ce n'est pas das la mission d'un président de la République ne veillez au respect des lois et de la démocratie ?

Si ça se trouve il se figure qu'il a été élu juste pour faciliter le business de son frangin ...


"ces cambriolages sont signés"

Tout à fait, sur ce sujet précis je recopie ce que j'avais mis ailleurs :

Ces vols d'ordinateurs de journalistes couvrant l'affaire Woerth-Bettancourt ne sont pas sans rappeler la barbouzerie dont avait été victime Ségolène Royal il y a 2 ans (1).

On retrouve, dans ces vols d'ordinateurs, dans la mise à sac du domicile de l'ancienne candidate socialiste, et aussi actuellement dans le comportement des représentants de l'autorité publique durant les manifestations (sans parler de la répression et des peines de prison pour les manifestants!), une même chose, une même idée, que l'on pourrait résumer en un mot : intimidation.

Ce n'est certes pas de ce brave Hortefeux, simple passe-plats de l'actuel président de la R (et d'ailleurs au moment de l'effraction du domicile de Royal, il était ministre de l'immigration), ce n'est certes pas de Hortefeux que peut découler ce principe, cette inspiration.

La totale absence de scrupules à aligner les mensonges les plus énormes et de la façon la plus réitérée, qui caractérise l'actuel président de la R, cette sorte d'absence de bornes morales : c'est cela qu'il semble bien que l'on retrouve derrière toutes ces méthodes, derrière toutes ces tentatives d'intimidation (dans le cas des journalistes, l'intimidation vise sans doute surtout leurs sources, présentes ou futures).

(1) Voir : Ségolène et les barbouze
A Bruxelles, "il" répond à un journaliste qu'il ne se sent pas concerné...
Par quoi se sent-il concerné d'ailleurs ?
Jusqu'à quand la presse de révérence va-t-elle lui servir la soupe ?
Mais virons-le de là où il est nom de zeus !
un beau texte aussi dans Mediapart ......

de quoi a le plus peur le système dont il est question : du Courage, de l'Honneur, de la Culture.

http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/291010/une-force-qui-va
G. Dahan a eut le malheur de vouloir faire du Didier Porte avec MAM ... Viré ! Et ça n'a pas traîné.
Il faut dire qu'il n'y est pas allé avec le dos de la cuillère. On voit MAM se décomposer progressivement pendant le sketch...
Après le pékin qui se retrouve sous contrôle judiciaire pour avoir osé réclamer une "inflation" à Rachida Dati...
Qu'est-ce qu'on se marre au Sarkozistan !
J'aime cette chronique ....J'aime le travail de votre équipe ...à votre façon, vous nous aidez à garder courage . Car, c'est bien notre courage que l'on cherche à abattre.
Il n'est plus temps d'être naif ...
Il s'agit d'intimidation ...
Le contre-pouvoir n'existe plus depuis un bon moment, sauf exception ...
Davantage de personnes s'en rendent compte ...il faut faire peur ...cette dérive a un nom ...
Les règles républicaines ne sont plus respectées - voir Assemblée : blog de certains députés, ainsi que Sénat ...circulaires nauséabondes ...stigmatisation d'un groupe, pour scinder la population ...( nous y sommes bel et bien ).

extrait de l'"étrange défaite" de Marc Bloch, grand historien, et résistant :
..." H------ disait un jour : " Nous avons raison de spéculer plutôt sur les vices que sur les vertus des hommes. La Révolution française en appelait à la vertu. Mieux vaudra que nous fassions le contraire." On pardonnera à un français, c'est-à-dire à un homme civilisé - car c'est tout un - s'il préfère, à cet enseignement, celui de la Révolution, et de Montesquieu: " Dans un Etat populaire, il faut un ressort, qui est la vertu."Qu'importe si la tâche est ainsi rendue plus difficile ! Un peuple libre et dont les buts sont nobles, court un double risque.
mais, est-ce à des soldats qu'il faut sur un *champ de bataille, conseiller la peur de l'aventure ? . " ( juillet à septembre 1940)
* le champ de bataille est ici symbolique ...et c'est trés important.
J'ai peine à croire que les consciences ne vont pas s'éveiller, même au plus haut niveau de notre intelligentsia...[ il ne faudra pas oublier ceux qui ont "collaboré" . Ceux-là, c'est dans leur nature ]...Mais, il y en a tant d'autres qui sont simplement médusés ....

Merci !
C'est le moment, où l'on doit commencer à serrer les fesses dans les rédactions parisiennes, de redemander à Thomas Legrand s'il estime toujours que $arkozy c'est "rien" et qu'il nous fait juste "perdre notre temps".

La seule bonne nouvelle, c'est que du coup vous allez trouver l'Amérique du sud moins lointaine et moins abstraite.
Ça m'a bien fait rire la question "condamnez-vous les cambriolages dont sont victimes Mediapart, Le Monde et Le Point ?"

Je ne voudrais pas paraître cynique, mais si le gouvernement qui a basé sa politique sur le sécuritaire ne condamne pas des cambriolages, c'est qu'ils sont encore plus cons que je le croyais. Vous n'auriez pas par hasard une question un peu plus difficile à poser ?
Si j'étais journaliste (que Dieu m'en préserve), une autre question me viendrait à l'esprit : " Allez-vous peser de tout votre poids en tant que Ministre (ou autre) pour faire toute la lumière sur cette affaire ? "

Je ne sais pas s'il y aura un avant et un après ces cambriolages car cette manière de faire n'est pas nouvelle. Mais je pensais qu'à l'ère du numérique où il est facile de faire des copies, ce genre de pratique n'avait plus tellement d'intérêt. Pour moi le pire dans tout ça, c'est l'accumulation de pratiques entravant la liberté qu'elle soit de la presse ou autre.
Bravo M.Schneidermann, un grand "neuf-quinze". Je le diffuse autour de moi aussi largement que je peux. Résistance !
Un papier ultime, Daniel . J'en ai la chair de poule: comme les britanniques en situation de guerre mondiale (contre le IIIE Riech, rien moins...) Daniel, vous nous dites qu'il va falloir se battre("Blood , sweat and tears", les anglophones rectifiront en disant que la formule de churchill fut bien pire ...).Je n'en rajoute pas: la paupérisation , les 30°/° sur le salaire d'un prof grec -suis pas grecque simplement europeénne , un peu la même idée non?-Solidaire.
S'en prendre à l'information , à la presse ,sus toutes ses formes ce n'est pas anecdotique : c'est FONDAMENTAL
Tenez bon - Tenons bons - sommes pas dans les pires années de l'horreur politique et sociologique des années 1930 et 1940 , merde !
Nous voulons rester vivants et dignes.
Deux vidéos rigolotes en lien avec la sortie du film de Pierre Carles:

Arlette chabot se fait chahuter lors de son arrivée au dîner du "Siècle" mercredi soir:

http://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/arlette-chabot-lynchee-par-la-28166

Le producteur du film de Carles qui fout un joyeux bordel chez Morandini:

http://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/morandini-traite-de-pitre-infeode-28164
Recette de ma grand-mère : cacher quelques webcams, cadrer les ordis ciblés, les brancher sur une machine (équipée de GNU/Linux avec Motion ou Zone Minder), configurer pour capturer les mouvements hors heures de bureau et les uploader sur un serveur distant. Faire reposer quelques jours.
Ingrédient indispensable : avoir des données dignes d'intérêt dans les ordis ciblés (et idéalement, les avoir toujours backupées ailleurs, bien sûr)
Ce qui me soulève un peu le sourcil, c'est qu'il me semble (et Irfan confirmera peut-être) que les écoles de journalisme insistent beaucoup sur le fait que lorsqu'on travaille sur un sujet sensible, on ne doit laisser sa documentation ni chez soi ni sur le lieu de travail. Je suis conscient que la majeure partie de ce qui est enseigné dans ces formations passe à la trappe à l'heure de la mise en pratique, et qu'il doit être assez laborieux de faire systématiquement un crochet pour déposer ou récupérer ses données, mais les risques de cambriolage et surtout de perquisition me semblaient bien admis et bien intégrés dans les méthodes (ou du moins les théories) journalistiques. En particulier, je m'attendais à ce qu'ils soient présent à l'esprit sous le climat sarkozique, le guignol étant plutôt connu pour l'instrumentalisation systématique de tous les outils que ses électeurs lui ont mis en main.

Ce qui me renvoie un peu hors sujet, vers une discussion dans un autre forum (sur l'opposition entre journalismes corporatiste et amateur), où je défends le corporatisme pour des questions (certes un peu symboliques) de formation minimale et de charte déontologique de référence. Je pense que ces discussions sur la légitimité respective du journalisme professionnel et du "journalisme citoyen" bénéficieraient d'une émission ou d'un dossier sur la définition du journalisme professionnel, c'est-à-dire plus précisément ce qu'implique, dans la pratique, dans la réalité, collectivement, cette profession en France. Quelles références communes, quelles formations communes (s'il en est), quelles exigences, quels organes de contrôle (comment fonctionnent-ils) et quel écart "normal" entre les discours et la pratique. En particulier, à la lumière de ces cambriolages, quelle est la réalité des rédactions, en terme de ce qui est acquis en formation, ce qui est véritablement appliqué sur le terrain, qui est engagé sur quels critères et quelles exigences, conditions, etc. Eclairer ces questions de formation et de réalités pratiques permettrait de dissiper les deux fantasmes, celui du "cadre journalistique qui sert à rien" (y à qu'à écrire son opinion sur internet, et lire ceux s'y donnent de la peine) et celui du "cadre journalistique comme garantie" (ah bah au moins les journalistes ont appris leur métier, et peuvent se faire taper sur les doigts s'ils font pas bien). C'est peut-être un épisode que j'ai loupé, mais il me semble qu'@si, tout en traîtant le journalisme comme une corporation, n'a jamais vraiment tenté de définir son contenu : ce qu'implique (en théorie et surtout en pratique) l'appartenance à cette corporation. Pour discuter du journalisme citoyen ("hors cadre"), il ne faut pas oublier de définir à quoi il s'oppose dans la pratique ("quel cadre"), même si ce second point semble peut-être évident aux journalistes d'@si. Il l'est d'autant moins que des règles parfois dites élémentaires (comme la protection des données) font l'objet d'une négligence généralisée. Que cet exemple particulier soit bon ou mauvais, il contribue à réveiller la question de ce qui, partagé, "fait" le journaliste de corporation, au-delà de la pure théorie.
Par ce billet, on jurerait que jusque là vous ne sentiez pas et vous ne vous rendiez pas compte que "la guerre" a été déclarée au peuple Français depuis 2007, il est dommage qu'il faille qu'elle touche votre profession pour que vous ouvriez les yeux. A voir votre réaction, on se dit que vous étiez déconnectés et que vous voyiez le monde de loin, pas le même que le nôtre. En un sens c'est une bonne nouvelle ces cambriolages, on peut penser que nombre de vos collègues de la profession vont enfin prendre conscience du danger qui nous guette et se battre contre. Un petit nombre probablement, parce que d'après ce qu'on voit tous les jours depuis des années, un grand nombre d'entre vous va se coucher docilement sans faire de bruit.

C'est aussi le moment de prendre conscience qu'il existe des moyens technologiques simples pour mettre en échec ces tentatives honteuses de museler ceux qui parlent. Toute la presse devrait suivre l'actualité informatique, à défaut d'une autre, ça la changerait de Paul le poulpe.

Les disques durs externes et les clés USB que vous emmenez avec vous chaque soir, sur lesquels vous mettez vos fichiers les plus importants. Le cryptage des données, aujourd'hui un enfant de 6ème peut crypter entièrement son ordinateur par des procédés simples et indéchiffrables avant de longues années par des professionnels. Des tas de solutions existent, gratuites ou payantes.

On se demande à quel point cette profession se croyait intouchable pour laisser ses tiroirs ouverts à tout vent...Bienvenue parmi le peuple.
Ben, oui, ce pouvoir nous fait la guerre depuis son arrivée aux commandes (ce qui commence à dater...).

Pourtant, ni Le Monde, ni Le Point n'ont paru s'en offusquer jusqu'à maintenant.
Sont même tous allés à la soupe (aux subventions) sans hésiter ni surtout remettre leur modèle en cause (la non-information n'intéresse personne...).
Mais qu'on touche à "leur liberté" (pour synthétiser), et là, ça devient grave...
Comme le rappelle Fred B., ça fait longtemps que la coupe a débordé.

De plus, je n'arrive pas à oublier les journalistes en cercle autour d'un Sarko, les mêmes dans une bétaillère, les ricanements des conférences de presse après saillie du même Inculte, les passages de plat à la télé, à la radio, les éditos insultants, la collusion, la prévarication, les mensonges, dissimulations, la reprise des éléments de communication sans barguigner, le Siècle, etc.
Quelques-uns essayent encore de faire leur boulot. Pas beaucoup. Très peu. Une infime minorité.

Alors finalement, "salaud, larbin, laquais", est-ce si exagéré ?
J'attends surtout qu'enfin soit prononcé le mot qui résume la plupart des cas : "complice".
"condamnez-vous les cambriolages dont sont victimes Mediapart, Le Monde et Le Point ?" Non mais alors là MOUARF, quoi, Daniel. Vous ne pouvez pas être aussi naïf... En admettant qu'on le demandera à l'un des commanditaires de ces vols, imaginez bien qu'il se fera une JOIE de les condamner. Holala, mais ça va condamner à tour de bras, même ! Le vol est un acte illégal, un politique n'a d'autre choix que de le condamner. C'est quand même pas comme si, en condamnant, il aggravait son cas, dans l'hypothèse où le commanditaire se fasse pincer un jour…
Et pourquoi cela ne viendrait-il pas de Bettancourt mère ou fille ? Ou de je ne sais qui ?
Il va falloir expliquer, parce que affirmer entre les lignes (un nouveau concept ?) que c'est Sarko-team dans le coup, c'est un peu une discussion de comptoir, pas vraiment du journalisme...
Très joli 9h15 ! J'espère que les autres journalistes vous écouteront. Et qu'ils commenceront à mettre en pratique un réel rôle de 4e pouvoir, contrairement à beaucoup qui aujourd'hui servent d'adjuvants au 1er (exécutif), voir Calvi, Yves. J'en doute fortement, mais ce gouvernement joue tellement la provocation qu'il peut arriver à tout perdre ; Le Figaro même commence parfois à laisser passer des lassitudes, même si Courroye reste le meilleur enquêteur de France à leurs yeux, et la réforme des retraites est juste, démocratiquement votée, et la "grogne populaire" bel et bien achevée !
Ils avaient fermé le siège de leur rédaction devant lequel nous sommes passés hier, étonnant non ?
Dans l esprit de la propagande de la propagande ; on voudra nous faire croire qu il reste une presse libre ? Et pif paf pof 3 journaux. " crédibles"
A malin, malin 1/2 ou l escalade dans la manipulation
Il était temps de réagir.

N’oublions pas Guillaume Dasquié qui a dû dévoiler ses sources de gré ou de force dans des conditions dignes d’une dictature. N’oublions pas Vittorio de Filippis journaliste à Libération traité comme criminel et humilié (Vittorio de Filippis réveillé à 6h40 devant ses enfants et qui en garde à vue a dû se mettre tout nu…)

Ce n'est pas la première fois que la liberté de la presse est plus que bousculée en France depuis plus de deux ans :

=> Perquisition au Canard Enchaîné,
=> garde à vue du journaliste Guillaume Dasquié (brisé après cet "évènement"),
=> mises en examens à répétition
=> le site Arrêt sur Image n’a-t-il pas été attaqué lui aussi de telle sorte qu’il n’était plus possible d’y accéder ?? Le site était « noyé » si ma mémoire est bonne par des dizaines de milliers de connexions simultanées…
=> la France occupe la 35e place dans le dernier classement mondial de l'association RSF et je cite " détient le triste record européen du nombre de convocations judiciaires, mises en examen et placements en garde à vue de journalistes".
=> l'affaire des SMS du Nouvel Observateur ("si tu reviens je la quitte") où le journal a dû s'excuser...
=> l'affaire des cameraman de France 3 tabassés
=> l'autre affaire d'un cameraman en garde à vue après que 8 minutes en "off" se soit retrouvé sur internet...
=> PPDA viré pour crime de lèse majesté apparemment (vous vous rappelez le Sarkozy filmé caressant l'épaule de Georges Bush ?? et sautillant comme un enfant tout émerveillé..)
=> etc... etc..


La liberté de la presse régresse en France: tous les démocrates devraient effectivement s'en alarmer.
Reporters sans frontières (RSF) dans un communiqué, n’a-t-il pas pas affimé que "c'est du jamais vu en France".

Voici l’affaire de Filippis pour ne pas oublier ce qu nous concerne tous.

Trois policiers se présentent chez lui et lui disent qu'ils ont un mandat d’amener au TGI de Paris contre lui. "Habillez-vous, on vous emmène." Il proteste. "Vous, vous êtes pire que la racaille!", disent les policiers, devant son fils de 14 ans.

Il est emmené au commissariat du Raincy. Quel est le crime commis par le journaliste? On lui parle d'une affaire de diffamation à l'encontre de Xavier Niel, fondateur de Free, le fournisseur d'accès à Internet... Vittorio de Filippis a en effet été directeur de la publication de Libération pendant la période de transition July-Joffrin. A ce titre, il est responsable de tout ce que le journal a publié à cette époque...

Vittorio de Filippis demande la présence des avocats du journal. Réponse: "Ils ne seront pas là." Il doit vider ses poches, il est menotté dans le dos, direction Paris. Là, à la PJ, il doit de nouveau vider ses poches, et se déshabiller. On lui demande de baisser son slip, de se tourner et de tousser trois fois. La procédure... Il se rhabille. On lui a retiré ses lacets, sa ceinture, la batterie de son portable, ses papiers...

Il est poussé dans une cellule avec cafards et mites.

Deux heures plus tard, on lui redemande de se déshabiller complètement. Il baisse son slip, se tourne, tousse. Toujours menotté, il est escorté vers la juge Muriel Josié, vice-présidente du tribunal de grande instance de Paris. Elle lui signifie qu’elle l’a convoqué plusieurs fois par courrier dans le cadre de l’affaire Niel et qu’il a toujours été injoignable (il transmettait les convocations aux avocats du journal).

Le journaliste refuse de répondre à ses questions. Il est alors mis en examen pour diffamation, avant d'être relâché.



Notons que ces méthodes sont utilisées pour des faits qui concernaient un délit qui n'était même pas passible de prison... C'est la première fois, semble-t-il, qu'un directeur de la publication fît ainsi l'objet d'un mandat d'amener pour un délit de presse...

Les citoyens français devraient faire gaffe : après les immigrés et autres racailles, les roms, les journalistes, les associations de défense des droits de l’homme, ils ne devraient pas ne pas croire qu’un jour ce ne sera pas leur tour.

Un gouvernement qui envoie la police dans les écoles, dans les lieux de distribution des soupes populaires est capable de tout selon moi ET CE N’EST NI CES PERSONNES QUI ONT RETOURNES LEUR VESTE (ET JE SUIS POLI) COMME LES FADELAS AMARA ET AUTRES KOUSHNER QUI ME FERONT PENSER L’INVERSE.

SEMIR
C'est effectivement très, très grave.

Pas de secret des sources, pas de sources. Pas de sources, pas d'information.

Mais il faudra d'abord arrêter cette collusion entre journalistes, financiers et politiques qui se concrétise officiellement une fois par mois.

Tous les derniers Mercredi du mois, au Crillon (le plus prestigieux palace parisien, place de la Concorde), a lieu le "dîner du Siècle". Déjà le nom en dit long...

http://www.bakchich.info/Le-diner-du-Siecle-avec-Dati-Chain,12265.html

C'est ahurissant que ça existe.
En un mot : Bravo !!
Excellente chronique, mais on dirait quand même qu'@SI découvre soudain l'Amérique...

Depuis l'arrivée de sarkosus minimus à l'Intérieur, les principes républicains sont affaiblis, amoindris. Pour le pouvoir, il faut des "ennemis". En France, c'est les banlieues qu'il faut "mater", c'est les jeunes qu'il faut ficher dès l'âge de trois ans, c'est les anarcho-autonomes et autres affreux gauchistes qu'il faut embastiller, les grévistes et autres syndicalistes "bloqueurs qui-prennent-les-pauvres-gens-en-otage" qui tout soudain n'ont plus ni droit de grève, ni même celui de manifester sans se faire taper sur la gueule, et la presse qu'il faut faire taire, soit en nommant qui il faut au bon endroit, soit en recourant, pourquoi se gêner après tout, à des méthodes mafieuses...

Après la guerre des mots, aujourd'hui, c'est la guerre tout court. La "stratégie" du pouvoir, c'est celle du pire. On est dans une espèce de "fascisme mou" qui se développe gentiment grâce à l'atonie générale de la population, de la presse et de la gauche molles.

Un peu comme la grenouille qu'on met à bouillir à petit feu ...

Ben oui, on n'est pas en Iran, ni en Chine, ni en Russie, mais en France.

Un cheminot prend deux mois ferme pour avoir manifesté
C'est énorme, en effet.

On saura peut-être la vérité dans vingt ans.
Rendez-vous en 2030.
La presse doit exiger des confessions ! DS croit voir une guerre de pro, là ...
Je sais, "Cette fois, on ne plaisante plus" ; mais il faut savoir rire pour avoir une bonne élection, non ?

Légende : contrepets dans les zones en italiques.

NB le contrepet semble moins dangereux que d'autres activités comme parler d'inflation avec n'importe qui.
Bravo,bravo pour ce texte ,ce qu'il dit de vous ,les journalistes et de nous,friands d'enquêtes pointues ,de leur cortège de vérités bonnes à entendre,même et surtout si elles gênent le pouvoir en place. On aime ,on veut des vérités. S'il est coupable d'avoir commandité ces cambriolages,ce pouvoir doit être dénoncé et jugé. Il y a bien des pays où ce genre d'"exploits" serait sanctionné par une procédure d'empêchement. Mais quelque chose demeure :tout ce qui est ainsi enfoui sous le tapis finit toujours par ressortir et se termine en apothéose :une redoutable indignité. Les grands dentiers qui ont rayé le parquet sont rabotés en un rien de temps.Karachi,Woerth-Bettencourt avec financement illégal d'une campagne et d'autres affaires seront un jour élucidées ou alors ce pays n'est plus une démocratie.
"A ma connaissance, c'est la première fois en temps de paix, dans ce pays, qu'il est ainsi attenté à la liberté de la presse. En temps de paix ? Mais on n'y est plus..."
Merci Daniel d'avoir mis noir sur blanc cette simple affirmation : nous ne sommes plus en temps de paix.
La guerre nous a été déclarée en mai 2007.

Je n'avais pas lu le commentaire d'Annek plus haut qui disait déjà cela.
Moi c'est la grossièreté de ces actes concomitants qui me frappe ! Ils sont vraiment aussi nuls les services de renseignements français, enfin les R.G. quoi ? Franchement, ils auraient pu se démerder pour que ça passe plus inaperçu nan ?
Tout comme les keufs qui se mettent des brassards Cégète ou Fidl après avoir fait semblant d'être des [s]cass.[/s]..manifestants !
Ca voudrait dire qu'en haut, au niveau du donneur d'ordre, on affiche une morgue incroyable ! On est en totale impunité, on méprise tous ces journalistes dont on a pourtant su se servir un moment donné, quand on était super bling-bling, quand il fallait briller aux yeux de l'électeur-larbin (voir la définition du larbin comme celui qui se met du côté du manche croyant ainsi appartenir à l'élite alors qu'il est le permier exploité)...
Ou alors c'est "sauve-qui-peut", du grand portenawak comme dirait Bysonne... fallait sauver le brave soldat Woerth, et son petit maître et pour ça, il fallait le faire vite alors, zou, on exige des R.G. une action rapide... ça se fait de façon brouillonne et en catastrophe et boum ! Voilà que 3 cambriolages rendent plus évident qu'il y a des affaires louches dans les casseroles de l'UMP.
Là-dessus, on nous concocte une déclaration de Ben Laden qui veut absolument s'en prendre à la France. Enregistrement reconnu officiel par les services secrets français !
Ca ne vous paraît pas un peu "too much" ?

Tiens, hier en allant à la manif, j'ai vu Joffrin tout seul à la terrasse d'un restau proche de Libé : il faisait la gueule ! Peut-être parce que personne n'était venu piquer un disque dur à Libé !!! ;o))
Sur le plateau de Canal Plus qu'a répondu X. Bertrand à M. Apathie? "... que cette affaire n'est pas une affaire politique..."!!! on attendait une relance d'Apathie... mais rien, il est resté coi!! ah! si ça avait été Mélenchon il n'aurait pas arrêté de le mordre aux chevilles.
Quel état de droit Daniel?
pourquoi tant de gens ont-ils tant de mal à nommer ce que nous vivons en ce moment?
lois ethniques anti roms
journalistes mollestés, empechés de travailler
des gamins dans une prison à ciel ouvert pendant 5 heures et qu'on tire ensuite comme des lapins
cambriolages des rédactions
flics soupçonnés de casse, portant des badges de syndicalistes
controles au Faciès, violence dans les commissariats
et la France alignée régulièrement pour ses prisons
camps de [s]concentration[/s] rétention
menaces sur l'indépendance de la justice
lois liberticides (port du masque, outrage, rébellion, loi de sureté de rétention, peines planchers etc)
campagnes de dénigrement de la vraie gauche (on crée la peur des anarcho autonomes, des trotskystes, des altermondialistes)
des patrons défilent pour qu'on mette les syndicalistes en prison (c'est oublier que la première chose que Vichy a fait c'est interdire les syndicats et le droit de grève)
Des micros milices locales viennent attaquer des piquets de grève et gifler un flic en toute impunité puisqu'il ne portera pas plainte
on arrête arbitrairement et on traumatise des gamins pendant les manifs mais rarement des adultes, on tente de matter la jeunesse par la peur et la répression
et notre président qui vit dans son palais luxueux avec ses rollex, son fouquet's se fait construire un avion avec un four à pizza, s'il pouvait il se ferait ériger une statue de 40 m de haut encore plus grande que celles de Staline.
et pour couronner le tout, la nasse technologique se referme (téléphones écoutés, mails lus, caméras partout, biométrie qui va se généraliser, fichages multiples, puces RFID et nanotechnologies)
et enfin on nous empoisonne en toute impunité avec poisons dans nos assiettes à la seule fin de faire un max de fric

Question: qu'est ce qu'il vous faut pour vomir votre repas?

Xavier Bertrand ose traiter mediapart de Fasciste mais la presse n'ose pas traiter le pouvoir de fasciste ou pré fasciste ou totalitaire ou que sais-je? c'est pas moi le journaliste
Un "détail technique" , mais très important selon moi , une question qui me chiffonne, parcequ'à ma connaissance, personne n'y a encore répondu très clairement, même et surtout les principaux intéressés : pourquoi "Mediapart" n'a -t-il rendu public "son" cambriolage qu'il y a 2 ou 3 jours, alors qu'il a eu lieu début octobre ?

...pourquoi "Mediapart" n'a -t-il rendu public "son" cambriolage qu'il y a 2 ou 3 jours, alors qu'il a eu lieu début octobre ?


Dixit la rédaction de Mediapart :

"Mediapart n'avait pas jugé nécessaire de médiatiser ce cambriolage, qui peut très bien être le fait d'un simple maraudeur, jusqu'à ce que l'on apprenne que les journalistes du Monde et du Point avaient été victimes de vols similaires, dans la soirée du jeudi 21 octobre."

--
cette déclaration de Mediapart ne tient pas la route... ou alors leur angélisme , leur naiveté, de croire à un cambriolage "par hasard", sont proprement stupéfiants et incompréhensibles, particulièrement de la part de journalistes d'investigation. !! ça ne tient pas ! .. un cambriolage dans un journal ne PEUT PAS être fortuit; d'autant moins quand on sait ce qui a été pris, et dans CE journal-là en plus !! ??.
Ils n'ont pas remarqué immédiatement que les fameux CD avaient disparu, vu que la plainte déposée le 8 octobre portait en particulier sur le vol d'un DD externe, contenant des données essentiellement administratives, notamment sur la composition du capital de Mediapart, ainsi que les archives du site, dans le bureau d'une responsable du journal contigu à celui des deux Fabrice (Lhomme et Arfi) travaillant sur l'Affaire avec un grand A. C'est seulement en ayant connaissance des deux cas de l'Express et du Monde qu'ils ont cherché si rien d'autre n'avait disparu, constatant alors qu'un module à tiroirs sous le bureau d'Arfi avait été aussi "visité", et que les fameux CD s'étaient fait la rondelle. Il est logique, à moins de paranoïa maladive, de penser d'abord à un simple fric-frac de rôdeur, avant d'ameuter la moitié de la République. Que n'auraient ricané les mesquins si Plenel s'était aventuré à crier au loup d'emblée ?
Vous m'avez pris de vitesse Antoine et en étant en plus beaucoup plus précis. Bravo!
Dans un premier temps, ce cambriolage donnait toutes les "garanties" d'être celui d'un vulgaire maraudeur :
Les 2 ordinateurs volés étaient ceux posés dans l'entrée et n'appartenaient pas à des investigateurs de l'affaire Woerth.
Rien d'autre ne semblait avoir disparu. Ce n'est qu'après l'annonce des 2 autres cambriolages que Médiapart a approfondi et constaté que des CD avaient bien été dérobés dans le tiroir du bureau d'un des investigateurs (Fabrice Lhomme, je crois).
Mediapart a bien dit que l'opération visait aussi probablement à faire peur à leurs sources.

Pour eux c'est donc un coup dur, de savoir que tous leurs informateurs potentiels sachent désormais qu'un PC de journaliste soit si facilement accessible.

C'est donc là une piste pour l'explication de leur non publicité.
Bravo Daniel ! Nous sommes avec vous... Il est évident, dès le premier cambriolage, qu'il s'agit d'une action concertée. Cela me rappelle, mais c'est dans la nuit des temps, la pose des micros dans les locaux du Canard enchaîné par des "plombiers" surpris en plein travail par Escaro. Avoir un doute sur l'origine me paraît relever de la niaiserie. Le doute est la protection du coupable, sa couverture dans l'opinion dont les représentants au perchoir des perroquets emploieront le terme de "polémique" (ach! la polémique... combien d'affaires ont été enterrées en ton nom). D'autant que les drôles entourant le foutriquet soit se taisent soit braillent qu'on les insulte et qu'ils sont blancs comme neige.
En attendant, cher Daniel et autres amis d'@si... prenez vos précautions. Bonne journée.
Encore un Sarkogate ?
Mais surtout, de professionnels certains de l'impunité.
Ou pas.

Certains d'être suffisamment doués pour ne pas être pris, pourquoi pas.
Mais certains de l'impunité, foutaises.

En admettant d'une part que les pires théories soient fondées (vol effectué par les services secrets au profit du gouvernement, par exemple), et d'autre part qu'on ait pu les prendre la main dans le sac, vous croyez sérieusement qu'il y aurait eu impunité ?

Un point serait intéressant à élucider, au passage : comment diable trois médias français peuvent-ils avoir des bureaux si mal sécurisés ? A-t-on des détails sur la méthode des cambrioleurs ? N'y avait-il aucune alarme ou système de surveillance ?
" Les commanditaires de ces cambriolages viennent de déclarer la guerre à la presse"

C'est vrai. Mais c'est aussi déclarer la guerre aux citoyens de ce pays. De ceux qui veulent savoir ce qui se cache derrière l'affaire Woerth-Bettencourt, derrière le financement occulte des partis politiques, des "micro-partis". Savoir aussi pour Karachi, pour les comptes de campagne de Balladur ou Chirac.

Ces cambriolages veulent aussi nous dire " Circulez, il n'y a rien à voir".
Très bon et bel article.
"Une pelletée de terre".
Il est mort alors?
Bravo ! (pour l'article, la condamnation, l'appel à demander des comptes, ou au moins à demander l'expression d'une condamnation également aux responsables politiques.)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.