106
Commentaires

Budget : pourquoi il n'y aura pas de débat sur France Inter

Beau débat, que le débat budgétaire, qui vient de commencer à l'Assemblée.

Derniers commentaires

Prévenir à l'avance les contradicteurs qui feraient défaut que le débat aurait lieu avec ou sans eux les feraient certainement rappliquer au galop de peur de laisser systématiquement l'opposition occuper l'antenne. Encore faut il le faire...
Nous comptons sur ASI pour nous organiser un débat contradictoire (ou pas) sur ce sujet passionnant du budget.

Merci d'avance,

ANNE
Internet c'est le diable (c'est pas moi qui le dit, c'est Segela, ce grand humaniste) !! Je viens de voir qu'en tapant "France inter" dans google c'est cette chronique qui sort en premier !! Bon d'accord ca ne fait pas avancer le débat, quoique... Comme ça les auditeurs de France inter l'auront quand même, leur débat, mais pas sur France inter :)

Bravo Daniel ;)
http://franceculture-blogs.com/bricecouturier/2009/10/20/un-prof-de-fac-dort-en-prison-pour-avoir-defendu-sa-famille/


Qui est ce Brice Couturier, éminent journaliste de France Culture qui raconte des conneries sur son blog ?


"Ce professeur mérite notre estime. Je lui exprime ma solidarité. Les juges, qui s’acharnent sur celles des victimes qui osent se défendre, mais s’évertuent à relâcher pour on ne sait quelles raisons, des criminels qui récidivent, comprennent-ils qu’ils sapent ainsi la relation de confiance qui devrait exister entre les citoyens et l’Etat qu’ils représentent ? Je collectionne depuis quelques temps des faits divers qui démontrent la férocité de la justice envers ceux de nos concitoyens qui font preuve d’esprit civique en se portant au secours de victimes de violence ou se défendent eux-mêmes. S’agit-il de punir ceux qui mettent ainsi en évidence l’impéritie de l’Etat face à la sauvagerie qui monte ? De désarmer l’instinct de résistance et le sens de la solidarité qui sont des composantes de l’esprit civique ? Police et justice sont manifestement incapables de garantir à nos populations le minimum de sécurité pour lequel elles paient leurs impôts"

En effet,

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Un-prof-etrangle-un--voleur--c-etait-son-eleve-28958061

«Apparemment, il y a légitime défense de la part de celui qui a tué, même s’il reste à vérifier pas mal de choses. On peut parler d’un instinct de survie, c’était une lutte à mort», a indiqué le procureur. D'abord appréhendé pour meurtre, l'enseignant a été relâché hier soir avec interdiction de quitter le territoire.
Et encore une fois, que pouvons nous faire contre ça ?
"Salubre (et trop rare) coup de colère du député. "
Extension de la phrase: trop rarement relayé médiatiquement.

Les coups de colère ne sont pas rares, Daniel, mais malheureusement, les médias dont France Inter diffusent au compte-gouttes ces interventions intempestives face à Sarkozy qui nomme les dirigeants de la plupart de ces mêmes médias.
Ce que c'est que la famille, quand même.

Un peu comme lorsqu'ils invitent les fusibles de Sarkozy, du type Besson.
On peut trouver que c'est un enfoiré de première, mais là encore, ça permet de mieux dissimuler celui qui tire les ficelles.
Ce n'est pas Besson qui renvoie les clandestins dans les charters, c'est Sarkozy.
Besson, comme les autres, n'est qu'un exécutant.
Sarkozy a pleinement repris à son compte l'enseignement de Chirac: j'ordonne et ils exécutent. Et si ça barde, il laisse les ministres s'en prendre plein la gueule, alors que les gens se révoltent contre des décisions que lui seul a pris.

Moi je dis: pourquoi s'acharner sur un bouclier, plutôt que l'ignorer et s'attaquer à celui qui se trouve derrière ?

Et bien c'est pareil pour cette très bonne chronique: la réponse à vos questions est incluse dans le système.

Sarkozy fait la loi dans les médias, ce qui veut dire en langage Nagy-Bocsien, que les médias protègent Sarkozy.
Ils font croire qu'ils ont l'air indépendants et critiques face au pouvoir, alors qu'il concentrent les tirs sur ceux qui sont précisément payés pour les encaisser. Et épargnent donc le (sextuple selon Bruni) cerveau de la bande.
On s'attaque aux dealers, on fout la paix au trafiquant...

Simple rapport de cause à effet, en fin de compte.

Voilà pourquoi il n'y aura pas de débat à France Inter.
Une chronique qui est la digne suite de celle d'hier. Ils ont tous la trouille !
En même temps, c'est pas France Inter qui élit les Députés. C'est les citoyens.
[quote=Daniel Schneidermann]Et à propos, pourquoi les rédactions des radios, des télés, une fois de temps en temps, ne décident-elles pas de pénaliser les récalcitrants, en maintenant les débats prévus, avec ceux qui veulent bien venir ?

Peut-être à cause du CSA et des quotas de temps de paroles imposés et de sa façon qu'elle a de contrôler l'information ?
Merci beaucoup pour cet article tres tres interessant.

Didier Migaud j'en ai entendu parler ici : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/a-propos-de-la-monnaie-et-de-la-61708
Je ne sais quelle suite a été donné à cet article des économistes citoyens mais elle m'interesse au plus haut point.
Si M. Migaud lit cet article, je lui laisse ce lien: http://www.fauxmonnayeurs.org/ (voir aussi le wiki monnaie et le wiki societal)

J'aimerai quand même savoir clairement comment notre création monétaire peut être qualifiée de démocratique ?

Ce serait pas mal de l'inviter avec Lordon, cela fera peut être réagir l'UMP (tout du moins Lefebvre que le ridicule ne tue pas).

Citoyennement
Bonjour
A propos de débats ou émissions annulées sans en informer le public, pourquoi n'y a-t-il pas eu de ligne jaune cette semaine ? J'avais cru comprendre que ça devenait hebdomadaire.
Si tel n'est plus le cas, et je suis tout prêt à comprendre que vous faites au mieux comme vous le pouvez, et à moins que j'aie loupé l'info quelque part, soyez sympas au moins de nous informer : "pas telle émission cette semaine parce que.... départ de tel ou tel chroniqueur de l'équipe parce que.... etc...."
Amicalement
Ah ça, quand Demorrand n'arrive pas à faire venir les banquiers chez lui, on est au courant en direct !
Par contre, les députés de la majorité qui boudent son émission, c'est peut-être beaucoup moins sexy...

Ce qui est étonnant, c'est que jean Nouvel a aussi une tribune parue dans Le Monde sur le Grand Paris (vu sur le site). Au niveau communication, c'était très synchro. Je suis donc étonné de savoir que cette matinale n'était en fait pas prévue.

ajout du lien : http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/10/20/le-projet-du-grand-paris-est-menace-de-s-enliser-dans-la-confusion-par-jean-nouvel_1256300_3232.html
Sur la liberté d'expression en général, un article de Jean Bricmont, qui ne sera probablement jamais invité chez Demorand. Mais chez @si?
Comment ces abrutis oseraient-ils venir s'expliquer sur le gouffre qu'ils creusent toutes canines sorties depuis trois décennies avec une grandiose accélération cette année ?

D'habitude on approfondit le trou de Bercy en dépensant 20% de plus que ce qu'on pique aux contribuables, soit au peu plus de 50 milliards d'€ par an.

Cette année, passant la vitesse supérieure nous allons dépenser 140 milliards de plus que les recettes qui sont d'ailleurs en baisse pour cause de crise : moins de 280 milliards attendus, dépenses 420 milliards. Je ne saurais trop encourager @si à pratiquer une telle gestion, pour voir la tête du banquier !

À ce sujet Jean-François Kahn écrivait dans Marianne il y a quelques jours que, quand il était petit, il ne comprenait pas pourquoi il y avait des pauvres puisqu'il suffisait d'aller à la banque pour avoir de l'argent, puis il a grandi et du coup il considérait qu'il n'y avait plus que Besancenot pour penser ça. Et Sarkozy.

UN EXPLOIT

En réalité fin 2008 la dette était de 1 685,3 milliards d'€uros selon les critères de la comptabilité publique française (passif financier brut) auxquels il faut ajouter les 140 milliards claqués en 2009 et surtout environ 900 milliards de retraites non financées selon l'excellent rapport Pébereau de juillet 2005… Soit 2725,3 milliards de Zeuros de dette. Avec des revenus qui plafonnent autour de 270 milliards par an, tous impôts, taxes, charges et amendes confondus.

Putain, 10 ans de revenus dépensés d'avance ! N'importe quoi !

Le problème c'est qu'une dette de cette ampleur ne peut s'éponger qu'au moyen d'une forte inflation (spoliation des épargnants), d'une forte croissance (on peut toujours rêver), ou d'une hausse des recettes publiques (là aussi on peut rêver : on est déjà à fond !)

Reste la solution de la guerre qui est le meilleur moyen d'enfumage – voire d'extermination - des prêteurs…

On comprend que ces andouilles se planquent dès qu'il s'agit de parler de leur vrai boulot, qu'ils ne font nullement : gérer le pays et ses finances.

Le problème c'est qu'ils n'ont aucune idée sur la question, jusqu'à Sarkozy dont la vague formation d'avocat n'assure pas la moindre compétence en économie (itou pour Cricri Lagarde, ministre des déficits, avocate elle aussi, passée par Sces Po sans diplôme et plantée deux fois au concours de l'ENA, son seul talent est la nage, option brasse coulée)

Moralité il est urgent de faire de très copieuses économies, en commençant par nous passer de députés et de sénateurs (plus de mille au total, soit près de cinq mille avec les assistants et la domesticité) qui sont non seulement inutiles – et d'ailleurs jamais en scéance - mais nuisibles (en faisant croire aux gogos que nous sommes en démocratie ce qui est une véritable farce)

***
Le problème de la dette publique, c'est que les gouvernements se sont engagés à s'interdire de créer de la monnaie pour financer leurs investissements publiques. Ils l'ont inscrit dans les traités européens, s'obligeant ainsi à emprunter l'argent dont ils ont besoin en émettant des titres sur les marchés financiers.
La france se l'est interdit depuis 1973 avec la réforme de la banque de France, et pour l'adapter au futur système européen.
La france de 1945 à 1973 s'autofinançait par des emprunts à la banque de France, ce qui revenait à créer de la monnaie.
La différence, c'est que si la banque de France n'exigeait pas d'intérêts pour ces emprunts ( ou si elle en exigeait de toute façon cela revenait dans les caisses de l'état vu que la banque de France est publique depuis 1945 ), les marchés financiers eux en exigent.
Et de 1978 à 2008, ce sont 1350 milliards d'euros cumulés d'intérêts qui ont été payés par la France pour financer la dette publique qui a explosé de 1978 à 2008, de 78 milliards à 1250 milliards d'euros.
Si nous en étions resté au système d'avant 1973, nous n'aurions pas eu à payer ces 1350 milliards d'euros cumulés d'intérêts, et aujourd'hui nous n'aurions pas de dette publique. ( bien sur c'est purement théorique vu que l'attitude des gouvernements aurait été différente ).

Donc il existe une solution, c'est de revenir à un système où nous nous servons de notre monnaie pour financer les investissements de l'état et où on ne s'oblige plus à payer des intérêts à des rentiers. L'effet serait rapide si on considère qu'il aura fallu 35 ans pour en arriver là, en 20-25 ans, la dette publique serait totalement payée.

Alors avant de penser à faire des économies, ce qui revient en clair à détruire des services publiques ou à renoncer à des dépenses sociales dans la bouche de gens comme vous, il serait bon de penser à changer de système monétaire quand celui-ci revient à nous faire payer jusqu'à 4 fois plus cher chaque euro investit par l'état, et engraisser inutilement des rentiers à hauteur de 40 milliards par an directement ponctionnés sur les recettes de l'état, c'est à dire sur les recettes de nos impôts et le fruit de notre travail.
Ah oui et petite précision. La création de monnaie au lieu de servir à l'état dans notre intérêt général sert aujourd'hui aux banques privées à financer la spéculation.
et oui.
Et quand on emprunte de l´argent à une banque, il faut argumenter. Et la banque peut refuser de prêter de l´argent pour des investissements qu´elle juge non productifs ( suivez mon regard) ou alors exiger qu´ils le deviennent : miracle-mirage de la privatisation des services publics.

il paraît que LA phrase lors de la chute du mur de Berlin ( désolé, j´ai découvert cet évènement dans un paris-match abandonné par un touriste français- au Mexique - au mois de décembre 89) était " wir sind das Volk : nous sommes le peuple". Il est temps de reprendre ce slogan et de le cracher à la figure de ceux qui prétendent diriger le futur de la France.
+ 10 pour Sandy.
100 % d'accord, le plus gros y est dit.
Z'avez raison, cela a un nom: l'inflation.
Vous faites partie des rares à n'voir pas compris que faire tourner la planche à billet pour créer une monnaie sans valeur n'avait pas que des avantages. Nous pourrions vous conseiller un fructueux séjour au Zimbabwe, ou en Argentine, histoire de vous expliquer des bases de grosses bêtises à ne pas faire, mais cela risquerait d'être une perte de temps.

Et une bonne idée, vous en avez?
On connait la rangaine néo-libérale de l'inflation, c'est cette fameuse inflation que vous agitez comme un épouvantail pour justifier ce hold up des rentiers et des banques sur les recettes de l'état et sur la création monétaire.

Mais manque de chance pour vous, les 30 années où l'état français a fait tourné la planche à billet comme vous dites s'appellent les 30 glorieuses, le cataclysme de l'inflation qui nous ferait connaitre le même sort que le Zimbabwe n'a jamais eu lieu, on peut même dire que cela nous a plutôt bien réussit au contraire.
Et de plus les banques font bien plus tourner la planche à billet pour spéculer aujourd'hui que l'état ne l'a jamais fait pour financer ses investissements. Avant la crise financière nous en étions à 10% de croissance de la masse monétaire par an, un vrai record , et pourtant l'inflation étais au plus bas depuis tout ce temps ... Qui peut encore défendre cette idée que l'inflation serait liée proportionnellement à la création de monnaie ? Même les banques centrales telles que la BCE ou la FED qui ont défendu ces idées néo libérales au départ les ont vite abandonné ...
Et cette croissance de la masse monétaire pour financer la spéculation, elle a servit exclusivement à alimenter les bulles financières dont certaines ont déjà éclaté avec pour conséquences la récession que l'on connait aujourd'hui, et dont les autres n'attendent que leur heure pour éclater elles aussi ...

Alors avez vous d'autres arguments que vos vieux poncifs néo libéraux infondés ?
Euh...
Non, décidément, je ne perdrais pas de temps à tenter de convaincre un cailloux qu'il n'est pas capable de nager.

Amusez vous bien, pourvu que vous trouviez des gens ayant [s]le temps[/s] la patiente de faire la base de votre éducation économique.
@ Sandy
+ 1 et bravo

m'en fous, je nage déjà comme un caillou ( qui ne prend pas de x au singulier, on va pas à se mettre à causer orthographe en plus )

Quant à l'éducation économique, de plus en plus de gens en France et en Espagne sont en train de prendre des cours accélérés. Et se rendre compte que finalement, les experts en économie qui passent quotidiennement à la tv ont appris à dire tout et son contraire avec une aisance incroyable.
Nous savons déjà, par exemple, avec certitude que le ralentissement de l'économie du 2eme semestre 2009 sera du à la grippe A. Et que la reprise aura lieu en 2010.
Ah non, pardon. La crise est finie. Le plus dur est derrière nous :o ))
z'avez raison [s]Baltaz[/s] Balthaz, ça fait bien deux Cailloux.
Prenez le prétexte de difficulté à expliquer les éléments complexes qui ont mené à un décalage important entre la richesse évaluée et la richesse effective produite par le monde et justifiez par là l'intéret de creuser cette divergence grâce à l'impression de papier monnaie sans création de richesse pour la soutenir, et vous serez bientôt à la conclusion que nous devrions recommencer à échanger des pièces en or pour garantir la fiabilité des analyses économiques.

Plouf.
...que nous devrions recommencer à échanger des pièces en or pour garantir la fiabilité des analyses économiques.

C´est vrai qu´il serait absolument surréaliste d´échanger des biens contre une monnaie sonnante et trébuchante.
Pour ma part, je laisse les " experts" à leurs puissantes analyses, réduits qu´ils sont à tirer des plans sur la comète, puisque notre planète n´y suffira bientôt plus.
On a réussi à nous faire croire qu´il était préférable d´emprunter de l´argent plutôt que de le fabriquer.
Moi qui ne suis en rien économiste ( ni économe, ouarf), qui considère bêtement que l´économie c´est un truc de tous les jours, je suis bien trop stupide pour comprendre qu´il est préférable de fabriquer soi-même ce dont on a besoin pour accomplir des objectifs, plutôt que de détruire l´outil à grands coups de massue pour ensuite à avoir à demander aux banques de prêter ces moyens et enfin s´endetter pour les siècles et les siècles à venir.
Enfin, dans mes récents cours d´économie appliquée, comme beaucoup de gens, j´ai pu comprendre que ce système instauré en 73 avait pour objectif de remplacer les augmentations de salaires par des emprunts devenus indispensables à la survie. On ne donnera plus d´argent à ceux qui en ont besoin , on leur vendra. Et surtout, surtout, et c´est bien là la pierre angulaire de ce système qui semble tant vous convenir, c´est de mettre la population dans l´obligation d´emprunter. Tout ça avec la complicité de politiciens que nous élisons et que nous payons avec nos impôts !! La plus grande escroquerie de l´Histoire a consisté à faire à des millions d´individus que le payant est forcément mieux que le gratuit : je paye, je suis heureux !! je suis puissant !! j´ai du pouvoir d´achat !!
Dans l´absolu, et du point de vue des banquiers, c´est génial.
Et puis, maintenant, pour gagner plus, il suffit de travailler plus, non ?
J´ai l´impression que ce slogan et tout le dogme ultralibéral qu´il englobe sent furieusement la naphtaline. Faire du vieux avec du vieux, la recette du sarkozisme.
M´enfin, punaiz, vous allez l´air mieux informé que moi.
Ce que je ne comprends pas, c´est l´acharnement : non seulement on a paupérisé la plus grande partie de la population, et en plus, on détruit tous les services publics qui pourraient compenser cet appauvrissement.
La grande duperie du " les habitants de tel pays ne gagnent que 1 dollar par jour " : l´important n´ est pas de gagner1 dollar par jour, c´est de vivre dignement avec cette somme. A quoi sert de " moderniser" les économies obligées d´emprunter au FMI, a quoi de payer ces gens 2 dollars par jour, ou même 10, si en même temps toutes les écoles et les hôpitaux deviennent payants ? ( ou le public tellement délabré qu´on ne peut pas compter dessus).
La bourse baisse aujourd´hui, les chroniqueurs boursiers de france inter avaient une voix tristounette ce matin, ça m´a bouleversé. J´espère que ça va remonter demain.
Toud´façon, la crise est finie.
Ouiiiii!
Voilà! Abatidor qui abat la grande preuve: avant 1973 nous vivions tous bien plus dignement!
Le frigo venait à peine de rentrer dans la maison, le lave vaisselle était un outil de luxe, et la télé noir et blanc de 30cm nous servait d'excellents programmes que nous nous battions pour voir à plusieurs chez mon voisin.

Toutes ces décisions de dématérialisation n'ont pas amené que de l'exclusion. La monnaie d'or s'échangeait lorsque le monde était incapable de créer de la richesse et du confort pour 500 000 000 d'humains qui révaient d'eau courante. Je me souviens de 1973 et l'électricité non disponible dans notre maison de vacances, l'eau à chercher aux puits, et les vieux qui nous rabachaient (déjà?) que c'était bien mieux avant : quand notre voiture n'aurait pas pus nous transporter sur notre lieu de vacances car elle aurait été tirée par un cheval.

Je comprends que vous preniez votre retraite en Espagne, Abatidor, en 73 que vous évoquez, avant les horribles décisions prises par le complot politico-financier mondial, lorsque Franco n'était qu'un dictateur parmi les autres, à profiter de la non diffusion des richesses et des connaissances, en martelant que c'est avec la terre que le peuple fait pousser sa richesse.

Merci [s]Bhaltaz[/s] Balthaz de m'aider à prouver que les éléments de progrès, y compris économiques, même s'ils ne sont pas compris par tous, ont aussi contribué au petit confort d'une grande quantité de personnes, dont les utilisateurs d'internet font partie (mais toujours pas d'outil accessible pour s'affranchir des problème d'orthographe, pas même avec les noms propres et autres surnoms compliqués)
et que sont les trente dernières années au regard des siècles de progrès effectués avant ?

Et pourquoi présupposer que le système qui consiste à nous vendre de l´argent est obligatoirement et indéfectiblement lié aux progrès tecnologiques des trois dernières décennies ?
Pourquoi devrais-je croire que seul le sytème instauré dans les années 70 est le seul qui aurait rendu possible tout ce que nous vivons aujourd´hui ?
Internet a éte inventé par des financiers ?
L´eau au puits : c´est dingue le nombre de municipalités qui se mordent les doigts d´avoir confié la gestion del ´eau à des opérateurs privés qui participent eux-mèmes à la regression : là où ils sont, la part d´eau potable au robinet diminue, le prix explose, etc...
Vous avez raison de parler de l´eau, oui. Du dirigeant de Vivendi qui se plaint que les habitants de bidonville ne consomment pas suffisamment d´eau, en leur recommandant de se doucher et de laver leur voiture (si, si ) : sinon, ce n´est pas rentable de tirer des canalisations.

j´ai vécu 5 ans dans un pays qui connaissait déjà ce que nous sommes en train de vivre, et ce n´est pas l´Espagne. Et encore moins celle de Franco où je ne serais pas allé vivre ( toute façon, j´étais trop jeune^^). J´habite en CATALOGNE.
Ce pays , c´est le Mexique : tout ce que nous expérimentons en Europe ( santé, éducation, agriculture), je l´ai vu là-bas. J´ai une petite longueur d´avance. Bon courage, Professeur punaiz
Et dans le fond, vous avez raison, la privatisation del ´eau est une avancée pour l´humanité au moins aussi importante que l´invention du téléscope ( mais ça, c´était avant 1973).
Avant-c´était-pas-bien-mais-maintenant-nous-sommes-sauvés : quand le catéchisme religieux rejoint le catéchisme ultralibéral.

P.S : je ne suis pas anti-capitaliste. je crois à l´entreprise individuelle et tout ce qui en découle. Je ne crois pas aveuglément que le privé-c´est-forcément-mieux.
@ punaiz
et un caillou de plus à votre palmares car je rejoins sandy et bhaltaz.

Vous tentez de noyer le poisson en liant progrès technique et monétaire d'une façon direct et simpliste.

Vous parlez de dictature alors que nous vous parlons de création monétaire démocratique. Est ce que toutes les sévices qu'a ammené le régime de Franco sont imputables à une création monétaire de l'Etat (donc démocratique) ? Je ne pense pas que la relation soit aussi simpliste.

Vous parlez qu'il n'y aurait pas assez d'or pour subvenir aux échanges (donc lié à la richesse et le confort) alors que nous vous parlons de création monétaire démocratique. Avons nous dans nos commentaires remis en cause l'utilisation d'une monnaie scripturale dématérialisée ?

En gros, vous parlez beaucoup mais jamais sur ce sujet précis de la création monétaire, c'est bizarre tout de même.

Pouvez vous me répondre: Qu'est ce qui justifie que l'Etat emprunte aux banques privées de l'argent qu'il pourrait créer lui même ? D'autant plus lorsqu'il s'agit d'investissements publics (Bien évidemment sous le contrôle de la BCE pour éviter que des abus ne portent préjudice aux autres Etats créant la même monnaie)

Je ne pense pas que cindy et balthaz veuillent distribuer des millions d'euros à toutes les personnes nécéssiteuses dès demain si c'est ce que vous voulez faire croire.(Par contre pour renflouer les banques privées on ne s'est pas trop posés de questions)
Je ne pense pas qu'ils soient des imbéciles n'ayant aucune connaissances économiques si c'est ce que vous voulez faire croire.

Votre marionnette de l'inflation du zimbabwe et de l'argentine ne tiendra plus très longtemps.
Et entre nous, traiter les autres de buses en économie alors que l'on parle de "planche à billets". J'ai connu des profs d'économie qui collait un zéro à la vue de cette expression.
L'inflation est une variation positive de P dans MV=PT. L'inflation est fortement liée à la masse monétaire (mais pas directement proportionnelle comme le dit sandy). L'inflation (P) est liée à une trop grosse création monétaire (M) sans supplément de réelle transaction (T).
L'inflation est donc liée à une mauvaise gestion de la création monétaire, ceci n'a donc rien à voir avec le fait que cette dernière soit d'obédience privée ou publique.

http://monnaie.wikispaces.com/
[s]"Vous parlez qu'il n'y aurait pas assez d'or pour subvenir aux échanges (donc lié à la richesse et le confort) alors que nous vous parlons de création monétaire démocratique. Avons nous dans nos commentaires remis en cause l'utilisation d'une monnaie scripturale dématérialisée ? "[/s]
Aux temps pour moi, je suis hors sujet sur ce passage. Ca ne correspond pas à ce que vous aviez écrit.
@ punaiz
et un caillou de plus à votre palmares car je rejoins sandy et bhaltaz.


@ frederic pape

merci ))
En fait je vais tenter de répondre sans parvenir à isoler des questions précises sauf:
Qu'est ce qui justifie que l'Etat emprunte aux banques privées de l'argent qu'il pourrait créer lui même ?

Il me semble qu'un malentendu règne sur la "création d'argent". Il m'avait semblé identifier une suggestion de surchauffe de planche à billet dans le premier billet -mais pas le même- de Sandy préconnisant de "créer de la monnaie ". Ceci m'apparaissait décorellé du fait de créer de la richesse ou de la valeur, j'ai donc conclu sur une solution Zimbabwéenne.

Vous reprennez le fil de la discussion, qui entre temps rebondit avec El Abatidor (moins sujet à fautes d'orthographes) en signalant -je passe les détours- que l'état pouvait créer de l'argent. Si vous parlez de valeur/richesse/bien/service, je vous dirais (à l'inverse de PG) que l'état par ses fonctionnaires (au du moins ceux qui travaillent, il faut bien plaire à M'sieur Guyot) est capable de créer de l'argent. Rien de n'en empêche.

Ceci pour répondre à votre question formulée. Pour le reste, même si vous semblez vouloir vous extirper de la condition cailloutesque, je confirme que la "planche à billet" que j'ai identifié dans le billet (on dira désormais "post" pour ne plus entretenir la confusion, si amusante soit elle) de Sandy est une technique condamnée par une conscience commune (à laquelle je me ralie) des réalités économiques au même titre que l'idée de créationnisme par une conscience commune des réalités biologiques, et le nettoyage à la main par une conscience commune des réalité de la ménagère dont je fais partie dans ma totale virilité.

Ce petit paragraphe indigeste pour signaler que oui, mon raccourci était rapide entre progrès économique, démocratique et matériel, mais que non je ne le récuserais pas sous prétexte que le lien entre ces progrès n'est pas une bijection simple ni même immédiate.

Et enfin, pour recentrer ce débat, je poserais ma question à Sandy si dessous (les joies du forum à tiroir) pour finir de balayer le peut être malentendu initial:
Quels "investissements" -je reprends les guillements aussi- d'état peuvent remplacer un emprut (à un organisme, un autre état ou une banque)en cas de besoin de liquidité dans le système économique mulitpolaire actuel? Quels "investissements" peuvent être qualifiés de "créer de la monnaie" le jour ou vous devez payer le salaire de vos fort utiles et créateurs de richesses fonctionnaires?

P.S.: Perdona Abatidor, mais je pensais qu'en Europe, la CATALOGNE (je reprends les majuscules) faisait partie de l'Espagne, même avant Franco.
P.S.: Perdona Abatidor, mais je pensais qu'en Europe, la CATALOGNE (je reprends les majuscules) faisait partie de l'Espagne, même avant Franco.
c´est un autre débat.
Ou bien dois-je supposer que vous êtes aussi fort en économie qu´en histoire de la Catalogne du sud qui a passé plus de temps à l´intérieur des frontières françaises que les espagnoles?

Mais je ne permettrai pas de faire le raccourci espagne 73/franco. surtout vu d´ici, à Barcelone. Surtout que votre remarque était totalement hors sujet. Voire déplacée. Comme si le fachisme était une option que je pourrais accepter.
Et donc je n´accepte pas votre remarque. vos excuses, si

Les catalans n´ont pas de roi, le saviez vous ?
Par conscience commune, en réalité il s'agit d'une idéologie, elle s'appelle l'idéologie libérale, et cette idéologie est contestable ne vous en déplaise Punaiz.

Maintenant je vous demande d'oublier vos certitudes et de réfléchir par vous même.

Qu'est ce qui peut bien être néfaste dans la possibilité pour l'état d'emprunter auprès de la banque de France.

La banque de France inscrivait sur son bilan que l'état devait rembourser la somme empruntée et créditait le compte du trésor publique de cette nouvelle monnaie, il s'agissait bien de création monétaire venant augmenter la masse monétaire totale en circulation.

C'est exactement ce que font les banques privées aujourd'hui quand vous prennez un crédit, et en l'occurance quand des spéculateurs empruntent pour financer leur spéculation.

Quel peut bien être le caractère néfaste de l'utilisation de cette possibilité pour par exemple financer la construction de 100000 logements quand nous avons justement besoin au plus vite de ces 100000 logements ?

Avant l'état pouvait donc emprunter auprès de la banque de France l'argent nécessaire et ainsi lancer la construction de ces logements aussitôt, l'état remboursait ensuite petit à petit cet emprunt grâce à ses recettes. Rembourser cet argent à la banque de france revenait à détruire de la monnaie. Et s'il y avait besoin de cette monnaie il n'était même pas obligé de la rembourser !

La location de ces logements permettait même d'augmenter les recettes de l'état.

Et le patrimoine de l'état, les richesses de l'état étaient augmentées de la valeur de ces logements. L'augmentation de la masse monétaire est donc bien augmentée d'une création de richesse.

Le coût pour l'état au final aura donc été juste la valeur empruntée au départ.

Aujourd'hui, pour faire la même chose l'état est obligé d'emprunter en émettant des titres sur les marchés financiers.
Ces titres arrivent à échéance au bout d'un certain nombre d'années. A cette échéance l'état doit rembourser la valeur du titre.
Mais chaque année l'état paye des intérêts à celui qui possède le titre.

La différence est donc que l'état paye maintenant des intérêts augmentant ainsi le coût des logements d'autant.
Et le pire c'est que comme l'état n'est pas capable de payer ses emprunts, il les cumule, à chaque échéance il réemprunte pour payer les précédents emprunts. Ainsi se perpétue indéfiniment ces emprunts et chaque année l'état continue de payer ces fameux intérêts. Plus l'état réemprunte, plus le coût de l'emprunt initial est cher et c'est ainsi qu'on se retrouve à avoir payé 1350 milliards d'euros d'intérêts depuis 1978 tandis que notre dette publique est de 1250 milliards d'euros, c'est ainsi qu'on se retrouve avec des budgets de l'état en déficit alors qu'ils ne le seraient pas ou moins si on ne payait aucun intérêt, déficits qui aggravent à leur tour la dette publique, c'est un cercle vicieux qui nous entraine inexorablement dans le gouffre.

Résultat la construction de ces logements coûtent à l'état 4 à 5 fois plus cher, les intérêts payés aux rentiers grèvent le budget de l'état à coup de 40 milliards par an, argent qui évidement pourrait être dépensé plus utilement qu'à l'enrichissement de ces rentiers, et plus la dette se perpetue plus ce coût augmente. Quel est l'intérêt général d'un tel système ?

Etes-vous réellement sur que cela vaut franchement le coût tout cela pour je ne sais quelle lutte contre l'inflation ?
Est-ce franchement crédible ?

Rente sur les dépenses de l'état.
Restriction de la marge de manoeuvre du gouvernement pour éviter qu'il s'amuse à fausser l'économie.
Pretexte politique de la dette publique et du risque de faillite pour justifier les reculs sociaux et les privatisations.
Endettement de l'état plutôt que les entreprises ou les ménages pour développer l'économie financière basée sur l'endettement.
Utilisation de la création monétaire pour spéculer.
Ce sont les vraies raisons à ce système, et elles sont loin de correspondre à l'intérêt général Punaiz.

Ce sont ces intérêts que dissimule l'idéologie libérale.
Le sujet commence donc à se circonscrire.
Je comprends donc que vous ne préconisez pas un financement par "création de monnaie", mais par autofinancement. Cela me semble être une très grosse différence par rapport au post initial de ce fil, mais soit, s'il faut 15 posts pour clarifier un premier avis, celà ne peut pas faire de mal.

Néanmoins j'insiste (Désolé) et je continue de tenter de comprendre:

Vous expliquez que l'état Français empruntait à la Banque de France, puis détaillez quelques éléments de fonctionnement possible, puis glissez que l'état n'était pas obligé de rembourser son emprunt. Ceci ne ressemble en rien à une création de richesse, mais juste à un chèque en blanc, et du coup forcément en bois après un délai plus ou moins long selon la capacité de l'état de cacher le désastre de ses comptes (qu'il gère avec lui même, merci la Banque de France).

Ce modèle serait admirable s'il état géré à l'Allemande, avec une vrai rigueur (rigidité?) garantissant pérénité de la démarche. Mais la France, les Français, et leurs gouvernants ont prouvé (et prouvent encore, c'en est effrayant) leur incapacité à s'astreindre à ce genre de rigueur. Le non suivi des critères de Maastricht en est un indice cinglant face à une Allemagne bonne élève.

Si donc, vous préconnisez à un retour hors de la zone Euro, je trouve votre avis au moins aussi inquiétant que s'il s'agissait d'impression de monnaie (c'est bien ça, que je lis dans le premier post: création de monnaie, non?). Et du coup je comprend que cela rejoigne l'avis d'El Abatidor, Catalognien déclaré en opposition à une Europe qui s'uni parceque l'union fait la force (avec ou sans roi, risiblement érigé en symbole de liberté dans l'Europe contemporaine) et que la séparation ne sert que les opportunistes, et ceux qui ne font jamais de faute d'orthographe (euh, non, ça c'est un peu moins vrai, ça, mais au moins ça rappelle des demande d'excuses déplacées par une digression au moins aussi déplacée).
Si donc, vous préconnisez à un retour hors de la zone Euro, je trouve votre avis au moins aussi inquiétant que s'il s'agissait d'impression de monnaie (c'est bien ça, que je lis dans le premier post: création de monnaie, non?). Et du coup je comprend que cela rejoigne l'avis d'El Abatidor, Catalognien déclaré en opposition à une Europe qui s'uni parceque l'union fait la force (avec ou sans roi, risiblement érigé en symbole de liberté dans l'Europe contemporaine) et que la séparation ne sert que les opportunistes, et ceux qui ne font jamais de faute d'orthographe (euh, non, ça c'est un peu moins vrai, ça, mais au moins ça rappelle des demande d'excuses déplacées par une digression au moins aussi déplacée).

déclaré en opposition à une Europe qui s'uni : qui s´unit????? je ne suis en aucun cas opposé à l´Europe. Seulement à cette Europe-là. Je ne sais pas s´il s´agit de malentendus ou de mauvaise foi de votre part.
Plutôt que de sortir de l´euro, faisons de la BCE une banque européenne comme fonctionnaient les banques centrales européennes avant.

Je ne suis pas non plus séparatiste : l´éclatement des nations ne sert strictement que les multinationales. Mettre en compétition des dizaines et des dizaines de régions plutôt que quelques nations est tout à leur avantage. ( rappelons l´affaire hoover et comment les sites français et écossais ont été mis en concurrence. Les mouvements séparatistes tournent essentiellement autour d´un point : la levée de l´impôt. On vopit bien aujourd´hui que ce sont les régions riches qui veulent se séparer, les cas de la Lombardie et de la Catalogne sont criants. Refus de participer à l´effort national.

avec ou sans roi, risiblement érigé en symbole de liberté dans l'Europe contemporaine : là , j´ai pô compris.
Le peu que je sais, c´est que juan carlos a été la continuation du régime franquiste, tout en permettant la démocratisation de son pays. La fin de son règne correspondrait finalement à la fin de cette transition qui verrait peut-être - enfin - le retour de la République en Espagne. En toute logique. Et cette République espagnol verrait peut-être aussi la fin de certains mouvements indépendantistes, où les peuples basques et catalans seraient partie de cette république.
Ne vous déplaise, je suis républicain. Un régime où des individus naissent chef d´Etat et peuvent passer 60 ans à être payés à rien foutre en attendant le boulot n´est pas à mes yeux un système totalement démocratique.
Bref une banque centrale c'est 'hachement bien. Ya juste qu'il faut qu'elle puisse fonctionner comme quand elle était partie de l'état. Nous sommes d'accords, ce qu'il faut, c'est que la Banque Européenne soit plus indépendante des états Européens, et moins indépendante d'un état Européen qui n'existera pas avant un bout de temps.
Désolé pour l'uni , c'était une vraie faute, contrairement au "on vopit bien" qui elle n'était qu'un doigt carré au milieu des rondeurs.

C'est décevamment plat (zut un néologisme fait par un incapable) de se dire qu'on est d'accord: pas de planche à billet, plus d'Europe, pas d'indépendantisme. Bientôt nous nous rendrons compte que nous votions tous pour Nicolas. Nan, j'décoooooonne
pas de planche à billet, plus d'Europe, pas d'indépendantisme.

eh ben voilà la solution !!

Et pas de gouvernements non plus

et pas de burqa non plus, pendant qu´on y est



C'est décevamment plat (zut un néologisme fait par un incapable) : pffffffffffff, vous ai-je traité d´incapable ?
j´ai juste subodoré que vous connaissiez mieux que moi le pays où je vis. Le pays de Franco et d´aznar, son héritier direct via le PP créé par l´ancien ministre de l ´information du caudillo. Parti Populaire : maintenant je vous laisse deviner pourquoi shakeqi a changé le nom de l´ump, en remplaçant présidentiel par populaire.

au passage, je vous laisse deviner pour le cnpf est devenu le Maitre DEs Forges, et pourquoi notre grand timonnier de la rupture choisit Guy Môcquet
finalement, tout se tient, la cohérence est toujours rassurante ))

Nostalgie, quand tu nous tiens.

1973, une grande année , pour le chili en particulier, et les amis de thatcher qui ont sauvés l´amérique du communisme, comme l´europe nous préserve du socialisme, démocratiquement, cela va de soi. Si le peuple se trompe de vote, on le fait revoter. Ou les députés s´assoient dessus. Et si leurs doigts se trompent de touche, on revote. Et si on n´est pas content du résultat en 2012, on revotera ?


M´enfin vous avez raison, je suis dans l´erreur, ne changeons rien puisque nous sommes sortis de la criiiiiiiiiiiiiiiiiise.

P.S : et pi, vous n´avez pas le maunaupôle des fôthes d´aurtografes O:))
Concernant le re-vote, l'avis de Maître éolas vaut d'être lu. Même s'il s'applique à autre chose.

En tout cas, Balthaz, merci pour le suivi, d'autant que nos divergences promettent de nous pousser à croiser le post à nouveau. Dommage d'avoir perdu Sandy dans l'échange.
En tout cas j'ai bien suivi votre débat, dans le quel je ne risquasse point d'intervieindre à cause que je n'y connasse point grand chose en économie.
Merci aux participants ^^
Ah Fan, je sentais le poids de votre regard sur mes posts.

Comme une fragrance qui flottait sur le débat, encourageant à pousser la balle un peu plus loin.
Nous ne poucons même plus percuter la face droite. L'ancien records d'Ulysse+SylvN ne sera pas battu :-(
Si si, dans le forum sur la burka, ça percute bien comme il faut ^^
messi messi , c´est drôle.
comme le dit Fan´un bon forum sur la burqa, rien de tel pour percuter à fond. forum qui sera relancé par les écrits de C. Levy Strauss sur l´islam.
Sinon, on peut le continuer ici, histoire de percuter ))
En même temps, vu que tout et son contraire a été dit là-bas et ailleurs, on ne ferait que répéter.
Sinon, on peut meubler pour aller jusqu'au mur, mais ça va vite se voir.
Pétons le template
faisons comme not´président préféré : fonçons dans le mur !! et en klaxonnant )))
... et en oubliant dès le lendemain la connerie qu'il a faite ou dite la veille, histoire de faire oublier celle de l'avant-veille !
Tu serais gentil de ne plus te moquer du chanoine, et de continuer à l'appeler par son gentil surnom chinois ^^
promis , me moque plus ^^

et puis, comme tu insistes, Fan, je le répète : les chanoines ça porte malheur :-))
lorsque Franco n'était qu'un dictateur parmi les autres, à profiter de la non diffusion des richesses et des connaissances, en martelant que c'est avec la terre que le peuple fait pousser sa richesse.

Ben tiens, ça tombe bien, Sarko nous sert aussi le "coup" de la terre. Et ça aussi
Démocratie, quand tu nous tiens.....
Osons imaginer que nous puissions, nous tous, avoir un véritable droit de regard sur nos finances et ce qu´on fait avec l´argent que l´on confie aux "responsables" politiques.
Mêmes responsables qui nous responsabilisent, nous, pauvres gueux, en nous faisant payer des services publics ( santé, formation des chòmeurs), " parce que les français doivent savoir que ça coûte", pendant qu´on autorise des journaux gratuits entièment financés par la pub. Les français n´ont pas besoin de savoir que l´information ( la vraie, pas celle de 20 mn), ça coûte.
Punaiz je ne comprends pas pourquoi vous insistez.

On parle ici de permettre à l'état de financer ses "investissements", pas de financer ses dépenses de fonctionnement. La création de monnaie correspondrait donc toujours à des véritables richesses et n'aggraverait en aucun cas le décalage dont vous parlez, bien au contraire, vu qu'il mettrait un terme à la principale source de ce décallage qui est l'utilisation de la création monétaire par les banques privées pour financer la spéculation.
J'ai deux question :

1) C'est quoi les "gens comme moi" ?

2) Est-il réellement utile d'engraisser des politiques et des fonctionnaires assez abrutis pour payer des intérêts qui représent aujourd'hui la totalité de l'impôt sur le revenu (plus ou moins 50 milliards d'€uros) alors qu'ils pourraient s'en dispenser. Une telle incompétence mérite-t-elle réellement salaire et avantages variés ?

***
1) Les gens comme vous = les gens qui n'ont comme réponse au problème de la dette que l'éternelle rigueur budgetaire, bref exactement la réponse voulue par ceux qui ont créé cette dette
Mais peut être ai-je parlé trop vite ?

2) Je n'ai rien spécialement contre le fait de réduire les salaires et supprimer les avantages des politiciens, par contre je ne vois pas trop ce que les fonctionnaires ( qui n'ont pas leur mot à dire sur les politiques menées ) viennent faire dans l'histoire ?

Et d'une manière générale je n'ai rien dutout contre la volonté de rendre plus efficace le budget de l'état, d'eviter les gaspillages ou les dépenses innutiles. Qui pourrait être contre d'ailleurs ?
Le souci il est dans ce que l'on considère comme inutile ou efficace ... Parce que si sous couvert de ces mots un peu bateau il s'agit de réduire les dépenses sociales ou de privatiser les services publiques, je ne serais évidemment pas dutout d'accord.

De mon de vue il s'agirait déjà de supprimer vraiment les niches fiscales, à commencer par la loi TEPA et le bouclier fiscal, et de rendre la fiscalité progressive ...

Et de mettre un bon coup de pied dans la fourmilière de gens corrompus que constituent les aides publiques et les marchés publiques.

Par contre réduire le problème de la dette publique à cela comme vous le faites est une erreur. C'est ce que je tente de vous expliquer plus haut. C'est notre système monétaire qui est néfaste et qui génère une telle dette publique.
2) Je n'ai rien spécialement contre le fait de réduire les salaires et supprimer les avantages des politiciens, par contre je ne vois pas trop ce que les fonctionnaires ( qui n'ont pas leur mot à dire sur les politiques menées ) viennent faire dans l'histoire ?

Sandy, vous ne connaissez pas très bien PG, apparemment :O))
quel est le ministre du budget de balladur qui a le plus creusé le déficit entre 93 et 95 ?
Bingo pour talonnettes ! (trop fastoche)

***
Bonjour,
Chui po du genre à exprimer mon enthousiasme tous azimuts. Mais là, vous visez juste. Article assez pertinent à mes yeux. Faudrait juste enfoncer un peu plus le clou en donnant des éléments de réponses à votre excellente question.
Bien à vous.
Je viens d'adresser un courriel au médiateur de France Inter et je vais faire de même à l'émission Inter'activ pour protester. A tous ceux que cette affaire scandalise : à vos claviers!
Nota : sur la page d'accueil du 7-10 de Demorand, il y a écrit L'INDEPENDANCE. Ils ont le sens de l'humour, à France Inter.
On pourrait multiplier ce genre de diversion à l'infini . De toute façon
comme dirait la ministre de l'économie "Ce que veux le peuple du pain
et des jeux !!!" Intellectuel non ?? Méprisant surtout .
Le budget , c'est vrai , un très important sujet , passé sous silence au plus
grand nombre tout comme les banques qui se sont remplumées à vitesse
grand V et qui ont déjà remboursé leur emprunts d'états . L'émission
"C dans l'air" de France 5 avait la participation de M. Toati qui disait
qu'il était le seul à avoir prévu le scénario .
M Toati devin ???? Vous savez le spécialiste économie de France Télévision
autant dire la pensée unique du pouvoir en place !!!
1ère étape : on se cache
2ème étape : on s´enfuit
3ème étape : on se fait surprendre à Varennes
4ème étape : ........
D'un autre côté, Jean Nouvel a demandé le remplacement de Christain Blanc, ce qui rappelle un autre "souci" du gouvernement (le techno qui n'écoute personne, la spoliation du Stif, la tentative à moitié avortée de spoliation des communes franciliennes, l'outil politique au service de Sarko contre un région socialiste, etc).
Le Grandparis ne mériterait-il pas un débat contradictoire lui aussi… ?
Bonjour
Les bananes se défilent et suivent sans broncher le président de la république bananière.
A lire aussi sur Rue89, l'inventaire des brillantes études de prince Jean…
Le camp UMP ne participe plus aux débats puisqu'il n'y a plus de débat possible une fois que
l'on a dit "amen" aux discours Elyséens.
On a constaté le fait avec l'affaire du prince Jean, quand on a vu tous les intervenants de la majorité
le défendre dans les mêmes termes...l'impression qu'ils lisaient une note de service de leur patron!
Je suis d'avis que ces notes sont de plus en plus nombreuses et que les responsables qui les reçoivent
n'ont guère envie d'aller les réciter dans les médias...Peur du ridicule ou saine montée d'orgueil en réaction
à ces méthodes humiliantes
Peur du ridicule à mon avis, la seule personne intervenant à tous propos étant F. Lefebvre qui n' a visiblement
aucun sens du ridicule.
Voilà la position du gouvernement et de l'Elysée, Plan de com ou bien rien. C'est intéressant, les médias devraient avoir conscience qu'à ce jeu-là, lémdias sont les plus forts, parce qu'alors, ils devront interviewer les seconds couteaux, ou se passer d'eux en indiquant comme vous le dites, Daniel, que l'UMP déclare forfait, dès qu'elle doit rendre compte de ses choix réels.

Et pourquoi pas aller enregistrer au sortir de la commission des finances, pourquoi pas lire des décisions à l'antenne, on pourrait ainsi aller au-delà des petites phrases SMS transmises par l'Elysée, on pourrait sortir du superficiel et entrer dans les détails.

Refaire du bon vieux journalisme. J'ai toujours pensé qu'au-delà de la com, il y a le silence, ou le travail approfondi.

http://anthropia.blogg.org
C'est l'attitude de France Inter qui est scandaleuse, d'une part en annulant une émission quand un camp la boycotte, alors que le fait de la maintenir encouragerait les absents à ne plus s'absenter, et surtout en ne disant rien au public des enjeux.

Mais je me pose une question : comment s'appelle le directeur de France Inter ? Aïe, j'ai le nom sur le bout de la langue... Siné, non, ce n'est pas ça... Font, Riss, non plus... Hessebrunval, ou quelque chose comme ça...
Bref, le grand responsable, c'est lui !
France inter devrait inviter Fred Lordon pour commenter le budget. Ça devrait faire réagir qqn de l´ump, non ?
Ou comme suggéré dans la chronique, organiser un débat où se rendraient les gens qui s´estiment concernées. Nous tous, quoi.
Ça pourrait être amusant.
Attendons un peu. Il n'est pas impossible qu'un député UMP ou un ministre soit, dès ce soir, l'invité du JT de Jean-Pierre Pernauvitch
Merci vraiment Daniel, de cette info...
heu, ça doit faire une heure que j'écoute Jean Nouvel, avec un sentiment d'étrangeté... Non avec réel désintérêt non plus, mais avec cette impression que ça fait un peu beaucoup : des questions d'auditeurs qui se répètent, et lui qui recommence l'explication fournie quelques minutes auparavant... Des questions d'auditeurs parfois pertinentes, mais des réponses rapides, très peu approfondies par Demorand...

La question est bien celle que vous posez : pourquoi donc France Inter, et ses journalistes ne travaillent-ils pas plus en transparence, informant les auditeurs de ces épreuves de force? Pourtant Demorand vient d'informer sur le boycott des banquiers mais après coup, seulement.
France Inter est une radio publique, et ses auditeurs ne sont pas des ânes; ils perçoivent depuis le début du règne Sarkozy, toutes les tensions qui sont à l'oeuvre. Et surtout: que les élus d'un parti au pouvoir, refusent d'aller s'expliquer sur une radio publique est proprement scandaleux !

dans ce contexte, France Inter, je crois, ne peut compter que sur ses auditeurs: s'exprimer, informer, permettre le débat, et ne pas renoncer.

Peut-être, un responsable ou un journaliste de France Inter, pour venir s'exprimer sur ce sujet, avec vous, sur un des prochains plateaux d'@si ? Qu'en pensez-vous ?
Ah, je me demandais justement ce qu'il faisait là ce matin Jean Nouvel ... je m'attendais à autre chose, surtout après le journal.

Un journal plein de gesticulations présidentielles, plein de "mon discours qu'il est beau et que je suis élu pour agir et que je vais le faire même si vous êtes pas contents que on m'a élu pour ça"

J'avais quasiment envie de rire ou de pleurer, au choix, devant cette parade de paon pour ne rien dire, cette langue de bois institutionnalisée.

Oui, un débat, j'en attendais un, sur le gouvernement, sur le budget, enfin, j'attendais un échange d'idées, quelque chose qui m'aurait éclairé un peu. Tout comme @si signale lorsqu'un invité a refusé de venir et fait tout de même l'émission, il serait intéressant de voir les matinales en faire autant, je suis sûr que pour le coup, les gentils dirigeants Uehmepé ne louperaient pas le coche 2 fois.
Et voilà à quoi nous assistons en France depuis l'élection de Sarko 1er ! Pas de vrais sujets de discussion, des fumigènes où chacun s'exprime à tort et à travers pour défendre l'indéfendable et justifier l'injustifiable. Avec l'éternel refrain : l'opposition se jette là-dessus car elle n'a rien à proposer !
Alors que sur les vrais sujets : budget, impôts, taxes diverses, Afghanistan... on n'entend aucun débat. Evidemment si la majorité refuse de participer à ces confrontations et que les médias entérinent cela sans le dénoncer publiquement !
bonjour
je voudrais saluer les exceptionnelles qualités linguistiques de Maja Neskovic.
En effet, dans l'émission Détours d'Europe en Autriche, je l'ai vu dialoguer en langage des sourds avec une autrichienne ( surement en allemand ).
Quel talent !!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.