72
Commentaires

Bradley ou Chelsea Manning ?

Bradley ou Chelsea ? Il ou elle ? Comment parler de Manning depuis que celui ou celle qui vient d'être jugé(e) coupable d'espionnage au détriment des Etats-Unis dans l'affaire WikiLeaks et condamné(e) cette semaine à 35 ans de prison, a affirmé dans un communiqué : "Je suis Chelsea Manning, je suis une femme" ? (Nous l'avions brièvement évoqué ici). Les médias américains hésitent. En France, on se pose visiblement moins la question.

Derniers commentaires

Bradley ou Chelsea Manning ?
A France Inter, on a sur régler la question très vite : on appelle Manning "la taupe de Wikileaks".
Bien sûr, certains, pointilleux, pourraient estimer que le terme de "taupe" est quelque peu connoté négativement, et pas vraiment équivalent à "informateur/trice".
D'autres, particulièrement chafouins, vont même jusqu'à prétendre que France Inter, en faisant passer Manning de la catégorie whistleblower à celle de bad guy, relaient la propagande du gouvernement états-unien.
Mais je ne le crois pas : ce n'est pas le genre de Hess ou de Val.
J'ai pas tout lu, je sors de la voiture ou presque.
Manning (sans monsieur ni madame) a décidé un jour de contribuer à ce que, pour faire court, on va appeler wikileaks. Dieu, s'il existe, sait ce que sa contribution a eu de bénéfique pour nous tous. Mais Manning (toujours sans monsieur ni madame) a été piégé par la pieuvre de l'appareil d'état américain.
Et la pieuvre a soif et faim. Soif de ce qui la menace, faim de ce qui la ronge.
Alors une fois la proie saisie, il faut l’engloutir et la déglutir à tout prix. C’est cela qui compte.

Parce que peu importe que Manning (toujours sans monsieur ni madame) soit ce qu’il ou elle est. Ce qui importe c’est ce qu’il ou elle a fait. Et que peut être nous aurions tous aimé faire ?
Cela change rien, elle va toujours se farcir 35 ans de prison pour "pas grand chose".
gamma
le lanceur d'alerte deviendra-t-il le lanceur d'haltères en prison?
Dans tous les cas, ça fera une super histoire à vendre à hollywood tout ça, je verrai bien ewan mcgregor dans le rôle
Je vous trouve assez rétrograde pour le coup à Arrêt sur images. Que vous pensiez qu'il y ait un débat à avoir ici me choque.
La règle des pronoms concernant les personnes transexuelles et transgenres n'est pourtant pas très compliquée : utilisez le pronom que la personne vous demande d'utiliser. Si vous avez un doute sur le genre de quelqu'un, demandez-le-lui, et respectez ce qu'il/elle vous dit. C'est plutôt simple à piger je trouve !
"Est-on véritablement responsable de son identité ?" Non mais vous rigolez ? Il n'y a pas grand-chose de plus intime que son genre, alors les médias pourraient au moins le respecter. Je ne vois pas en quoi les journalistes d'ASI comme d'autre médias sont qualifiés pour dire qui est quoi. Wentworth Miller a fait son coming out mercredi ; est-ce que vous allez lancer le débat en vous demandant si vous devez le présenter comme un homosexuel ou non ? Après tout, il était hétérosexuel jusque là hein, alors qu'il vienne pas nous prendre la tête avec ses histoires. Et Muriel Robin avec ses cheveux courts, on dirait un homme, et venez pas me dire que je suis sexiste, je suis journaliste alors c'est moi qui dis c'est quoi qu'ils sont les gens.

Vous avez invité des sociologues cet été et c'était très bien. Maintenant, invitez un chercheur qui s'intéresse à ces questions et demandez-lui de vous faire un peu la leçon.

NB : La personne peut souhaiter que ce genre s'utilise de manière rétroactive pour désigner la personne avant son coming out. Chelsea Manning exprime qu'elle était déjà une fille quand elle était enfant, alors désignons-la comme telle.

Vous croyez que c'est si simple...


Ce n'est pas parce que la législation française est à la traine (pas étonnant venant d'un pays phalocrate) qu'on doit l'être.
Vue le nombre de loi féministe qui place la femme en égérie à tel point qu'il est impossible de critiquer le femme sans que l'on se voit être accusé d'être patriarcal, il faut vraiment être de mauvaise foi pour dire que la France est un pays phalocrate.

Je rappelle pour mémoire qu'une simple chanson d'un chanteur agonisant d'injure la copine qui l'a quitté à fait un tel tollé plusieurs années après l'enregistrement et après une campagne féministe à vue fleurire une loi contre la violence verbale sur la toile et notemment vis à vis des femmes.


Quand aux loies sur la transexualité qui ont sans doute un lien avec l'héritage catholique de la France permet aussi de s'assurer que le désire de changement de sexe ne soit pas un "caprice" mais bel et bien un chois réfléchit l'opération est irreversibile.
Quand les femmes ne seront plus payées 20% de moins que les hommes à poste égal, qu'elles seront présente à 50% dans les instances décisionnelles, qu'elles ne supporteront plus la double journée de travail et qu'elles auront accès autant que les hommes à des études supérieures, on pourra songer à retirer la france des pays phalocrates.

Sinon je ne vois pas quoi répondre à ton message...Il tient plus de l'émotionnel que d'une analyse.

Soit dit en passant, je suis un homme et je m'abstient pas de critiquer les femmes...Mais je reste honnete quand à la société (même si c'est dur d'etre objectif en étant homme, il est fort probable que je minimise des choses dans ce que vivent les femmes). Et les LGBT n'en parlons pas.
Ok les discriminations existent encore mais de là à dire que la France est un pays de phallocrate.. Pour moi c'est exagéré

- Vous dites "les femmes ne seront plus payées 20% de moins que les hommes à poste égal", font-elle le même nombre d'heure ?
Maintenant sachez qu'il y a aussi des hommes qui vivent avec de bas salaire contrairement à certaines femmes

- vous dites "qu'elles seront présente à 50% dans les instances décisionnelles" vous voudriez la parité..doit-on mettre en place dans les instances décisionnelles des gens suivant leurs compétences ou leurs sexes ? Que les femmes soient majoritaire ne me gène en rien, le fait de vouloir la parité, c'est à dire le 50/50 est de facto du sexisme car on se base sur le sexe de l'individu et ,non les compétences

- Concernant les études, elles sont ouvertes à tous il me semble... Si non c'est illégal et réprimé par la loi
Bon, ton message me confirme une chose : il y a un manque de connaissance sur le sujet et aussi une dose de bétise. Je vais éclairer ta lanterne pour le premier point, pour la bétise c'est à toi de faire le boulot :) Je précise que je ne souhaite pas être insultant. Il m'arrive aussi de dire des bétises et de me tromper lourdement sur certains sujet que je ne maitrise pas. Par contre faut se sortir de ça.


Ok les discriminations existent encore mais de là à dire que la France est un pays de phallocrate.. Pour moi c'est exagéré
- Vous dites "les femmes ne seront plus payées 20% de moins que les hommes à poste égal", font-elle le même nombre d'heure ?

J'ai dit 20% de moins à poste égal, il s'agit donc des mêmes horraires, des mêmes taches, des mêmes responsabilités, de la même situation géographique etc. Dans des conditions identiques, une femme sera en moyenne payée 20% de moins que les hommes. C'est une statistique facilement retrouveable et qui a été longuement étudiée par les sociologues.


Maintenant sachez qu'il y a aussi des hommes qui vivent avec de bas salaire contrairement à certaines femmes
Je n'ai jamais dit qu'il n'y avait pas d'hommes vivant avec un bas salaire...Et je n'ai pas dit que qu'aucune femme n'a un gros salaire, ça n'a rien à voir. On parle de taux horraire moyen pour l'ensemble de la population. Notez que ça m'étonnerait fort que le plus gros salaire français soit celui d'une femme, à votre avis ? (je connais la réponse et vous aussi évidement) Cependant on peut ajouter que les femmes sont bien plus souvent victime du travail à temps partiel non souhaité ce qui augmente d'autant leur précarité, la différence de taux horraire s'ajoute en plus au nombre d'heures limité que le marché du travail leur permet de faire.


- vous dites "qu'elles seront présente à 50% dans les instances décisionnelles" vous voudriez la parité..doit-on mettre en place dans les instances décisionnelles des gens suivant leurs compétences ou leurs sexes ? Que les femmes soient majoritaire ne me gène en rien, le fait de vouloir la parité, c'est à dire le 50/50 est de facto du sexisme car on se base sur le sexe de l'individu et ,non les compétences

Argument phalocrate par excelence ! Les femmes sont majoritaires dans la population et à part à prouver que les femmes sont plus connes que les hommes (ce qui serait quand même une découverte majeure, puisque tout indique qu'elles sont aussi compétantes que les hommes), elles devraient se retrouver donc dans les instances dirigeantes en majorité. Or c'est loin d'être le cas. Souhaiter la parité n'est en rien du sexisme, mais un respect des lois des statistiques. Il ne s'agit pas d'avoir un loi imposant la parité (on voit bien que les plus phalocrates, c'est à dire la droite préfère payer des amandes plutot que d'avoir des femmes dans les assemblées...donc l'interet est limité), mais de prendre concience qu'il y a une abhération statistique qui ne peut etre expliquée par un manque de compétance féminine, l'explication se trouve dans le caractère profondément phalocrate de la socité occidentale et en particulier francaise.


- Concernant les études, elles sont ouvertes à tous il me semble... Si non c'est illégal et réprimé par la loi


C'est loin d'être aussi simple, ou alors comment expliques tu que les noirs américains ont statistiquement moins de chance de faire des études supérieures que les blancs à niveau de vie égal, les noirs sont plus cons c'est ça l'explication ? Ca va te choquer, mais c'est exactement le même raisonnement, sauf qu'appliqué aux femmes ça passe sans choquer (si ça te choque pas pour les afroaméricains, je peux rien pour toi).
Il existe un "plafond de verre" qui fait que les femmes seront en majorité orientés vers des filères sous qualifiées, ou courtes, avec des domaines totalement trustés par les femmes et ignorés par les hommes (le ménage ou le social par exemple). Je n'ai pas vraiment le temps d'expliquer tout ça, mais avec ces indications tu devrais pouvoir trouver tout ce qu'il faut pour approfondir sur ce domaine. En gros c'est la pression sociale qui les empêchent d'accéder autant aux hautes études que les hommes, par exemple, les familles vont en général faire plus d'efforts (financiers ou autres) pour la réussite de leur enfant masculin que celle de leur enfant féminin...
Répondre or not répondre... c'est la grande question que je me pose après avoir lu cette prose

- Répondre dézinguer chacune de ces arguments au risque de faire une polémique et ainsi troller ce forum
- Ne pas répondre afin de ne pas faire de polémique, laisser les choses telles qu'elle, au risque de me faire passer pour quelqu'un resté sans voix

Par respect vis à vis du journaliste d'@si qui a écrit ce texte, je préfère en rester là.

Répondre or not répondre... c'est la grande question que je me pose après avoir lu cette prose



- Répondre dézinguer chacune de ces arguments au risque de faire une polémique et ainsi troller ce forum

- Ne pas répondre afin de ne pas faire de polémique, laisser les choses telles qu'elle, au risque de me faire passer pour quelqu'un resté sans voix



Par respect vis à vis du journaliste d'@si qui a écrit ce texte, je préfère en rester là.


S'il est si simple de dézinguer mes arguments ne te gène pas, ce ne serait pas du troll...Sinon ton message voudra simplement dire que tu n'as pas d'arguments...
A propos d'écarts de salaires hommes femmes, l'Observatoire des inégalités a réalisé un travail qui permet d'avoir une idée plus précise du phénomène. Les 20 % de différence de traitement à poste et travail équivalents sont un raccourci erroné, comme chacun peut le constater sur son propre lieu de travail (un homme a-t-il déjà constaté dans les faits que sa collègue smicarde ou cadre touchait systématiquement un cinquième de moins que lui ? Si c'est le cas, son témoignage mérite d'être relayé) Mais il existe tout de même une discrimination de 7 % en faveur  des hommes. C'est à mon sens suffisamment sexiste, point n'est besoin de tordre les chiffres pour se scandaliser.

- Voici le lien de cette étude : 
http://www.inegalites.fr/spip.php?article972

- Et voici le passage en copié collé qui souligne et quantifie la "discrimination pure". 

"Si l’on tient compte des différences de statut d’emploi (cadre, employé, ouvrier), d’expérience, de qualification (niveau de diplôme) et de secteur d’activité (éducation ou finance) environ 9 % de l’écart demeure inexpliqué.
Cette différence de traitement se rapproche d’une mesure de la discrimination pure pratiquée par les employeurs à l’encontre des femmes. Cependant, d’autres facteurs non mesurés ici peuvent entrer en jeu et justifier partiellement ce phénomène, à l’instar de la situation familiale, du domaine du diplôme possédé ou des interruptions de carrière. La discrimination pure serait de l’ordre de 6 ou 7 %."
Vous avez votre opinion sur la question. D'autres opinions existent.
Si j'avais souhaité être un dauphin un journaliste devrait-il alors se référer à moi comme à un dauphin malgré l'absurdité de la requête?
Est-ce absurde de vouloir être présenté(e) comme une femme en ayant manifestement un sexe génétique et phénotypique masculin?
Vous ne trouvez pas ça absurde du tout et je le respecte je ne prétends pas détenir la vérité.

Vous penserez certainement que je suis rétrograde. Peut-être.
Ça me gêne (oserai-je dire "me dégoute" sans vous choquer?) de voir deux hommes s'embrasser dans la rue.
Je ne suis pas sur de pouvoir garder un ami qui ferait son coming out.
J'en ai honte et j'aimerais que ce ne soit pas le cas.

J'ai appris qu'homosexuel était une insulte avant même de savoir ce que ça pouvait bien vouloir dire. J'ai ensuite passé mon adolescence dans un contexte de pression homophobique étouffante, à devoir sans cesse prouver ma "virilité".
Je suis ce qu'on a fait de moi.
J'ai aussi un cerveau et je suis plus que favorable au mariage et à l'adoption pour tous.
Je ne veux pas vivre dans un monde où des mecs s'embrassent à tous les coins de rue, mais j'aimerais que mes enfants aiment à vivre dans un tel monde.

Je ne connais aucun homme dans mon entourage qui ne soit pas un minimum homophobe, mais pas grand monde qui l'admettrait en public. Laissez-nous le droit de dire "je suis homophobe et ça me fait chier."


Je suis persuadé que la transsexualité(est-ce le bon terme?) est un problème psychologique : personne n'est satisfait de son corps mais on fait tous avec ce qu'on a sans en faire des montagnes. Je ne conçois pas qu'il puisse exister une mentalité d'homme et une mentalité de femme. Les différences sont selon moi uniquement sociologiques, nos cerveaux sont les mêmes. Je ne me ressens pas comme un homme ni comme une femme : je suis juste moi. Et je ne comprends pas qu'on puisse encourager des gens à se faire charcuter, transformés en monstruosités, leur temps de vie réduit, tout ça pour un complexe qui n'a lieu que dans leur imagination. Je trouve ça abominable de laisser faire ça.
Alors je continuerais à dire "il" en référence à cet homme, ne vous en déplaise. "je suis transophobe et je l'assume"

Je suis désolé de tous ces "je" égocentriques mais j'avais besoin de le dire. J'en ai marre de ces débats faux-culs sur la question, avec des gentils et des méchants. Je ne suis pas expert des questions de sexualité et j'ai peut-être tort sur toute la ligne mais si c'est le cas usez donc d'arguments au lieu de nous dire quel pronom on doit utiliser si on ne veut pas être des fachos rétrogrades.
On peut très bien avoir des émotions, des ressentis, et être capable de reconnaitre nos biais et d'en faire abstraction face à des arguments valables. C'est ce qui fait de nous des humains.
Woavvv... Je suis aux antipodes de vous, mais par contre, j'aime beaucoup votre témoignage... Il est tellement rare d'avoir affaire à des personnes qui osent affronter ce qu'elles sont (en positif ou négatif).... Je préfèrerais 100 fois discuter de ces sujets avec vous, qu'avec n'importe quelle personne se déclarant : "non homophobe, MAIS.... etc..."...

Faut simplement se dire (pointe d'humour), qu'il y a tellement pire qu'un ami vous confiant son homosexualité.....!!! par exemple un(e) ami(e) hétéro couchant avec votre compagn(e)on !!!
Vous semblez avoir encore pas mal de choses à résoudre, mais c'est bien que vous vous rendiez compte du mal qu'une éducation homophobe et sexiste peut faire. Mais si vous êtes enclin à vous remettre en question, et c'est tout à votre honneur, demandez-vous quel effet cela fait de s'entendre dire que l'on est une "monstruosité" alors que l'on porte déjà le jugement de toute la société sur son dos.

Peut-être que si vous ne vous sentez pas comme "homme", c'est parce que vous n'avez jamais eu à vous poser la question, parce que les choses ont été très simples pour vous depuis l'enfance. On ne vous a pas poussé à mettre une robe alors que vous vouliez vous habiller en mec. Tant mieux pour vous, il n'y a aucune honte à être cisgenre (quand le genre correspond au sexe biologique). Mais acceptez au moins que cela soit plus compliqué pour d'autres.

Je n'use pas d'argument, j'appelle juste à un peu plus d'empathie envers ceux qui s'écartent des standards.

Vous semblez avoir encore pas mal de choses à résoudre


Je me demandais quand le diagnostique psychologique de comptoire allait arriver, je m'apprettais à en faire une blague d'ailleurs, mais tu m'as devancé (au premier degrès certes...).
Merci.

Les médias (y compris Arrêt sur image) se sont posés moins de questions pour appeler Virginie Tellenne par le nom qu'elle avait choisi : Frigide Barjot. Sans parler des Lady Gaga, Johnny Halliday et autres stars que l'on appelle par leur nom de scène sans la moindre difficulté, sans invoquer l'Etat civil, et sans prétendre que c'est trop compliqué et que ça porte à confusion.
Heureusement, la police du genre veille et l'écrasante majorité des médias français continue d'appeler Manning par le prénom Bradley, malgré son coming out.


Ce qui est intéressant c'est la question de l'accès au traitement médical pour la transition de Chelsea Manning (en l'espèce, son absence dans la prison où elle est incarcérée). Il y a aussi le cas de Cece McDonald, MtF, incarcérée dans une prison pour homme. Et les agressions sexuelles et viols sont beaucoup plus élevés sur les trans* que sur les cis.
Mais bon, d'après la presse français il est plus important d'imposer un genre à une personne qui a fait son coming out trans* et d'utiliser les noms et pronoms contraires à sa volonté que de s'intéresser à ses droits et conditions de détention...
Le choix d'un pseudonyme n'est tout de même pas l'équivalent d'un changement de genre.
C'est sans conséquences anatomiques et moins définitif.
Un changement de genre est aussi sans conséquence anatomique, ça n'est pas un changement de sexe. Et un traitement hormonal n'est pas une opération chirurgicale de réassignement.
LE traitement hormonal très souvent est la "phase préparatoire" au opérations permettant le changement physique....
En même temps, en France, le changement de sexe à l'Etat civil est conditionné par l'opération chirurgicale. On est aussi très loin de reconnaître un troisième sexe comme l'Australie. La législation française est encore binaire et violente (stérilisation forcée) malgré quelques évolutions favorables récentes.
Non, le changement d'état civil n'est plus conditionné par l'opération chirurgicale, désormais les changements physiques irréversibles causés par le traitement hormonal peuvent suffire... mais bon comme c'est laissé à l'appréciation des magistrats ce n'est pas gagné mais c'est quand même une petite avancé.
--
Oui, j'avais oublié les arrêts de la Cour de cassation de février... Reste à savoir comment sera interprétée (par les juges du fond) la notion de caractère irréversible des transformations physiques visibles, puisqu'elle laisse quand même une large marge d'appréciation. Mais bon, c'est toujours une avancée, effectivement.
En France, l'opération de CASTRATION (car c'est cela) est obligatoire, ce qui n'est pas le cas partout.

De plus, le passage du SEXE femelle au SEXE mâle ne prive pas l'individu de ses sensations érotiques (car le clitoris n'est pas coupé). Dans le cas du passage du sexe mâle au sexe femelle, il y a ablation du clitoris développé que l'on appelle "pénis". En fait, on excise les mâles - et on est scandalisé par l'excision sur les femmes... paye ta logique. Tout à fait en passant, le clitoris existe dans le monde médical depuis le 18/19ème siècle... Tout un symbole.

Il faut bien réaliser que le traitement hormonal comme l'opération ne sont qu'un pis aller au problème d'identité de la personne. Ce n'est pas pour rien que la population transsexuelle connait un fort taux de suicide, preuve de la réalité de leur mal-être. Et ce débat n'arrange pas leur vécu. Elle veut être reconnue comme Chelsea et non Bradley, qu'est ce qui est si compliqué? Quand on respecte la personne, on s'en FOUT de la loi, on dit "elle". Mais se comporter comme un humain n'est pas à la mode dans notre société psychopathique..
Vous diriez la même chose d'Amantine Aurore Lucile Dupin ????? Euuhhhh...pardon... George SAND ....
Et s'il a décidé d'être un pingouin, faut-il le désigner comme tel et l'envoyer purger sa détention au zoo ?
- "Maman, c'est qui ce monsieur au milieu des pingouins ?
- Mais non mon chéri, c'est une femelle, et c'est un pingouin comme les autres. Il est ici parce qu'il a espionné les États-Unis. "
Pardonnez-moi, mais votre commentaire est d'une connerie, beurk, beurk !!
Vous êtes tout pardonné
Et bien je suis une femme, "pardonnée",vous ne reconnaissez pas le genre d'une personne, abstenez-vous donc d'ironiser sur chelsea.
A votre guise, à votre choix. Quant à moi, j'ai choisi aujourd'hui d'être une femme également. Demain, je ne sais pas. Selon mon humeur (c'est chouette la liberté).
Vous avez surtout choisi d'être ignorant(e) et transphobe, quelle que soit votre humeur.
Don't feed the troll ;)
[quote=Zafol]Don't feed the troll ;)


Yes !!! Troll vous-même !!
Salut bysonne, laisse tomber ;-)
gamma
Ha yes, j'avais oublié, 'tin de mémoire !
gamma
Vous avez raison : je suis l'ennemi (ah ces chasses en meutes :-() Allez je m'efface et je reconnais que je suis un con. J'espère que ça vous sierra. Dommage : mon premier message ironique voulait plus susciter le débat que le dégout ("beurk beurk"). Je vous laisse entre gens de bonne compagnie, chers asinautes.
Ho ! faut pas le prendre comme ça : c'est pas méchant juste un chouïa moqueur...
si tu avais pris le 100éme que j'ai "subi" héroïquement, tu serais mort ( virtuel) depuis
longtemps ;-)
gamma
:) reçu ! Je me blinde
C'était le sens de mon intervention. Prière de ne plus me nourrir : je suis tenté de répondre
surtout pas pitié...
gamma
Zut ! J'ai pas pu me retenir !
Disons que je me range à vos conviction, que le genre est un choix. Soit. Chacun choisit son sexe selon son sentiment intime. J'aimerais aller plus loin. J'ai la quarantaine mais je me sens plus jeune (ce n'est pas une supposition : je me sens réellement plus jeune, au plus profond de moi. Comme Chelsea, je suppute, se sent femme). Dans une société toujours plus libre, ouverte, tolérante et moderne, pourrai-je choisir également mon âge ? Et ceux qui refuseront mon choix (32 ans), pourrais-je les traiter de rétrograde ? Avec votre soutien ?
Tes artères ( et le reste ) refuseront ;-)
gamma
Tout comme mon ventre refusera d'infanter si je deviens une femme. C'est très comparable, non ?
Physiquement on peut le dire…
mais psychologiquement hein ! qui sait ?
gamma
Pffff, je suis épuisé, tu m'embrouilles ;-)
stop !
gamma
Non. Vous définissez les femmes par leur capacité à "enfanter". Le femmes stériles apprécieront, et toutes les autres aussi puisqu'elle ne deviennent femme que par la magie de l'accouchement.
Non, ce n'est pas du tout une définition. J'essaye juste de montrer que la comparaison avec l'âge est pertinente, qu'avec ce raisonnement (on choisit son sexe) on peut aller plus loin. Mais je suis prêt à être détrompé, avec des arguments bien sûr, pas avec des opinions. Je n'ai perso aucun problème à appeler "Madame" un monsieur qui le désire. Ça me semble simplement illogique, c'est tout. Alors je dis : Je peux aussi appeler "Jeune homme" un vieillard. Mais je crois que la physiologie est plus forte que les choix individuels, dans les deux cas. Même si on peut le regretter, notre liberté n'est pas sans limite.
" et le reste"
gamma, quand tu cesses d'être elliptique tu deviens stressant!
Laisse nous vieillir tranquilles !
;-)
si je veux !
gamma
Sadique, en plus ?
Satisfaction...
gamma
Personne n'a dit que le genre n'était qu'un choix, et, surtout, vous confondez le genre et le sexe.
Le genre n'est pas une donnée biologique mais une construction sociale. Ça n'est pas comparable avec l'âge.
Dans une société plus libre et moderne, vous pourrez acheter des livres sur les études de genre afin d'éviter de revendiquer votre ignorance comme argument contre le respect des trans. Et vous pourrez traiter de rétrograde, avec mon soutien, les gens qui continueront de dénoncer la "théorie du genre".

Personne ne nie qu'il existe des différences de sexe. En revanche, il n'y a pas de lien biologique entre la construction des rôles sociaux et les caractéristiques identifiées comme déterminant le sexe. Dans nos relations sociales quotidiennes, ces données biologiques ne servent pas à grand chose (si ce n'est à masquer et justifier des rapports de dominations). Pour savoir si vous devez appeler une personne "monsieur" ou "madame", vous ne regardez pas ses organes génitaux. Pour porter une jupe ou du maquillage, une personne n'a pas besoin d'avoir des chromosomes XX.
Donc continuer d'appeler une personne transgenre par les mauvais prénoms et pronoms, c'est imposer des obligations sociales et les présenter comme naturelles. C'est une forme de violence, particulièrement quand vous vous amusez à ridiculiser le coming out des trans.
Merci de vos arguments. Je suis d'accord avec votre conclusion.
Je respecte totalement le choix des transsexuels (en quoi seraient-il pas respectable ?) Mais il est vrai que je connais mal la théorie du "gender", ce que j'en ai lu m'a paru fumeux. Peut-être faut-il que je refasse l'effort.
PS : je n'ai pas voulu me moquer de Chelsea/Bradley, je n'ai pas eu sa vie ni son courage, mais l'exemple du pingouin était sensé illustrer - par l'absurde - les limites de la liberté humaine.
Vraiment vous êtes sérieux, tant mieux si vous dites vrai, mais comparer un être humain à un pingouin n'est pas un compliment, d'ailleurs je ne sais pas pourquoi, c'est un oiseau charmant, bref la question n'est pas là. Tout
le monde sait ici que la liberté humaine à des limites, du moins je l'espère. Vous avez continuer d'ironiser sur plusieurs posts. Vous semblez ne pas comprendre que parfois le sexe ne suffit pas à déterminer le genre tout simplement, admettez-le. Avez-vous céder au poids de la meute, ce qui me décevrait encore plus de votre part. C'est très facile de ne rien poster quand un sujet vous déplait ou que vous n'en connaissez rien. tout le monde écrit plus ou moins des bêtises un jour ou l'autre.

Bonnes études sur la théorie du "genre". Du coup je vais m'y replonger aussi. Néanmoins. Il n'est pas besoin de savoir, de connaitre toutes les aventures humaines ni le pourquoi du comment, pour avoir du respect pour les autres différents ou différentes.

Je vous trouve assez rétrograde pour le coup à Arrêt sur images. Que vous pensiez qu'il y ait un débat à avoir ici me choque.


Je suis d'accord, une personne ressent son genre, donc ce sont ses dires qui désignent le regard que l'on doit avoir sur elle. C'est la ligne que je suis dans mon travail, jamais au grand jamais je dirais "monsieur" à une personne se définissant comme femme et l'inverse, mais faut pas se leurer, quand cette personne reçoit un courrier de sa banque, l'ignorance de son genre effectif lui revient dessus.
La france est un pays profondément phalocrate, où l'image du mâle est à protéger plus que tout...Ce qui fait que les divergeances de point de vue au sein de ASI ne m'étonnent pas.
Ce n'est pas un site à la pointe de la reflexion sociologique, ni un repère de gauchistes donc forcément les avis sont assez partagés. Notez d'ailleurs que j'ai déjà vu des avis divergeant dans ces milieux...donc pourquoi pas ASI ?
Et puis bon, choqué ? Tout est à débattre, même si personnellement va falloir s'accrocher pour me convaincre qu'une personne n'a pas le droit de choisir son genre. Cette question étant fondamentale pour la société et tellement sujette à des pressions gigantesques qu'il serait particulièrement étonnant d'avoir un consensus sur un site comme ASI.
La france est un pays profondément phalocrate, où l'image du mâle est à protéger plus que tout...Ce qui fait que les divergeances de point de vue au sein de ASI ne m'étonnent pas.
Ce n'est pas un site à la pointe de la reflexion sociologique, ni un repère de gauchistes donc forcément les avis sont assez partagés. Notez d'ailleurs que j'ai déjà vu des avis divergeant dans ces milieux...donc pourquoi pas ASI ?

Je suis d'accord. ASI n'est pas à la pointe sur les questions d'étude de genre et queer théories, et on a pu l'observer à plusieurs reprises ces derniers temps. Mais, ça doit être mon côté naïf, j'ai quand même été surprise de lire que la rédaction était partagée sur la question. Parler des trans* avec leur genre est juste le minimum de décence et respect, et ça ne demande pas beaucoup d'effort.
Continuer de désigner Manning par le prénom Bradley et "il", c'est refuser de reconnaître son ressenti et sa volonté.
C'est assigner un genre arbitrairement et ignorer/nier la violence de ce processus.
C'est refuser de reconnaître que le genre diffère du sexe, voire tout simplement refuser de reconnaître le genre.
C'est imposer sa vision de ce que doivent être les hommes et les femmes.
C'est s'inscrire dans le mouvement de la Manif pour tous et l'Eglise qui sont en guerre contre la "théorie du genre" (ou "théorie du gender", pour affirmer que ça vient pas de chez nous et qu'il faut résister !).
Du coup, là où je ne suis plus vraiment d'accord, qu'on peut débattre avec les gens qui ne comprennent pas et/ou se posent des questions, mais pas avec ceux/celles refusent de reconnaître la moindre légitimité aux trans* pour s'exprimer et imposent leur ignorance (ce qui ressort de quelques messages du forum, qui constituent davantage des micro-aggressions qu'une participation à un débat).
C'est la loi des forums (fora?), surtout sur @si...
De plus @si n'a pas à être à la pointe sur ce sujet, comme le précise Bogdahn...
gamma
Plus que la question du pronom à utiliser, les conditions d'incarcération du soldat Manning posent problème. L'argument anatomique est-il suffisant pour enfermer une femme dans une prison pour hommes ?
C'est en effet une des questions fondamentales qui concernent l'Humanité en ce moment. Merci de nous l'avoir fait connaître, je vais pouvoir me coucher plus con ce soir. Et ce faisant, oublier le Congo, Goldman et Sachs éventuellement, le gaz sarin. J'aurais peut-être dû lire l'article, c'est vrai. Tant pis, trop tard.
Il fait bien ce qu'il veut. Enfin, façon de parler, faut dire aussi qu'avec l'expérience des hommes qu'il a depuis son emprisonnement, on peut comprendre.
Reste à savoir si les "troubles" dont il est question dans les articles, ont été révélés pendant les procès, ou s'ils ont été engendrés par sa captivité et les tortures qu'il a subies. S'il a été brisé, comme on dit.
Bref, bien joué les states. Comme d'hab.
Et on a pas fini d'en découvrir...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.