33
Commentaires

Boycott de la Coupe du monde au Qatar : le double jeu des médias

En boycottant la Coupe du monde de football masculin, le "Quotidien", quotidien régional de la Réunion, a mis les médias face à leur contradiction. Peuvent-ils encore couvrir le Mondial sans se rendre complices des atteintes aux droits humains et environnementaux qui y sont perpétrées ? Une question qui concerne particulièrement les quelques rédactions signataires de la toute fraîche Charte pour un journalisme à la hauteur de l'urgence écologique.

Commentaires préférés des abonnés

Bien d'accord avec Davesnes. Déjà en 1978, les appels au boycott avaient été contestés, voire moqués, par les journalistes sportifs, qui avaient promis de profiter au contraire de la coupe du monde en Argentine pour braquer les projecteurs sur les at(...)

La reaction de So Foot est particulièrement arrogante . Qu'ils aient fait un choix différent soit, mais de la à traiter de "populiste et bête" le courage d'un petit journal fragile, juste parce que eux se sentent merdeux, c'est d'un snobisme parfaite(...)

Hypocrisie majuscule des directeurs de journaux et des journalistes. Tenir le discours "on va y aller, mais pour faire des papiers rentre-dedans", c'est du foutage de gueule. Je prédis qu'ils seront minoritaires, les papiers "portant la plume dans la(...)

Derniers commentaires

Boycotter certes, mais pourquoi maintenant ? La construction des stades a commencé il y a plusieurs années. Des géants français du bâtiment se sont engouffrés dans le projet via des filiales et des montages financiers complexes. Depuis des années le Qatar et les autres émirats et royaumes du moyen orient se sont lancés dans des projets pharaoniques avec le même irrespect du droit internationale du travail pour le plus grand profit des grands groupes  occidentaux. Alors pourquoi maintenant, pourquoi un boycotte à un mois du début de la compétition. C'est trop tard et cela ressemble à de la pure hypocrisie. Pourquoi aussi ne pas demander à la France d'arrêter de vendre des armes, des rafales, des chars Leclerc, entre autre, à ces pays qui après s'en servent pour massacrer les populations du golf qui refuse leur domination. Arrêtons de jouer les vierges effarouchées. Cette coupe du monde sera jouée, regardée par quelques milliards de téléspectateurs et la FIFA, les médias s'en mettrons plein les poches comme les entreprises du bâtiment avant eux. C'est trop tard, ce combat est perdu avant même d'avoir commencé.

l'article s'axe un peu sur les problèmes écologiques, mais ce mondial est aussi et surtout un énorme scandale humain. c'est l'exploitation et la mort de travailleurs-esclaves étrangers qui permettent à ce mondial de se tenir.


plutot que le boycott, un peu caricatural, j'espere que certains journaux rappelleront ça sans cesse dans leurs compte-rendus de matchs.


quand à Ada Hegerberg, elle est sympa, mais avant de s'attaquer aux disparités de salaire H/F, elle pourrait aussi s'attaquer aux disparités F/F dans le foot pro. elle est dans le top 2 des joueuses les mieux payées de France. et derrière elle, les salaires baissent rapidement (la 10eme du classement gagne la moitié de ce que gagne Hegerberg).

en gros, la grille salariale des femmes prend le même chemin que celle des hommes. un top 5 très au-delà des autres, et le reste décroit rapidement.

Un exemple qui montre que les hiérarchies éditoriales sont à l'ouest. Jérôme Cazadieu, le directeur de la rédaction de l'Équipe, dans un éditorial, justifie auprès de ses lecteurs la décision de ne pas participer au boycott de la coupe du monde au Qatar en donnant comme raison que son journal témoigne de la réalité de ce qui se passe en dehors du terrain. Et de donner comme exemple l'interview de la joueuse de tennis Peng Shuai, qui avait disparu après avoir accusé un vice ministre d'agression sexuelle avant de revenir sur ses accusations. Pitoyable exemple puisque Peng Shuai, comme le montre cette journaliste de l'Obs., Ursula Gauthier, n'était pas libre de ses propos. C'est comme si l'Équipe avait diffusé, une vidéo tournée par des preneurs d'otages montrant leurs prisonniers déclarant que tout allait bien pour eux et qu'ils parlaient librement.

Les conditions des travailleurs immigrés sont-elles meilleures dans l'industrie gazière au Qatar que dans la construction des stades ? On parle de la coupe du monde de foot, mais on ne parle pas des négociations avec le Qatar pour remplacer le gaz russe.

Dans la catégorie foutage de gueule, qui vaut bien celui de nos Albert Londres en puissance, cette initiative intitulée "OneLove". Des capitaines de sélections européennes porteront au Qatar un brassard arc-en-ciel destiné à lutter contre les discriminations. Sauf qu'on ne sait pas de quelles discriminations il s'agit puisque ce brassard, comme on peut le voir ici, a peu à voir avec les couleurs du drapeau LGBT. Ça me fait penser à la chanson "Résiste" de la chanteuse France Gall. Elle ne dit pas à quoi ni à qui il faut résister mais ça donne l'image d'une chanteuse engagée.

Et les JO à Paris ?


Le coût financier n'est pas maîtrisé TOUS les derniers JO sont déficitaires....et sont une catastrophe au niveau aménagement de l'espace et  écologique....
Pourrait on encore les annuler ?

En obligeant les différents médias à prendre position, cette coupe du monde de la mort va au moins permettre de voir où on en est précisément de la liberté et du pluralisme des médias.

Bonjour ! Un article bien peu critique finalement... on attendait un prise de position plus tranchée ! Pour rappel, il s'agit juste de l'avenir de l'humanité... Pour espérer éviter les points de bascule vers l'enfer climatique, il faut une action immédiate et puissante pour freiner les émissions de GES, et on ne peut douter que cette coupe du monde et l'emballement médiatique qui va la porter sont des phénomènes écocidaires. ASI devrait clairement aussi boycotter cet évènement, et pointer avec plus de vigueur l'hypocrisie des signataires de la toute récente Charte pour un journalisme à la hauteur de l'urgence écologique. L'article de Mme Fabre Soundron et Mme Berger est bien timide...L'édito de M. Scheidermann sur le sujet était plus incisif.... #GIEC #IPCC

Les "aberrations sociales et écologiques" dont parlent Libération dans son article ont un autre nom : des crimes.

Des milliers de morts ce n'est pas juste une aberration. Le bilan carbone ce n'est pas non plus juste une aberration.

Franchement ces euphémisations me gonflent.

Pour parler du football d'une façon pertinente, il faudrait QU'ASI reprenne ce qui faisait sa valeur :

1. Le débat contradictoire

2. L'analyse plutôt que la simple indignation. En posant des questions : pourquoi le football est un phénomène planétaire ? Pourquoi le foot est-il une cible prioritaire chez certains ? Pourquoi une activité où des pauvres deviennent très riches agace ? Pourquoi les revenus des joueurs sont-ils considérés comme injustifiés (ce avec quoi je suis d'accord) et pas ceux (qui sont comparables) des chanteurs lyriques, des vedettes du showbiz, des tennismen ou golfeurs. Pourquoi la vie des footballeurs professionnels ressemble à "On achève bien les chevaux" : match tous les 3 jours, des blessures fréquentes, etc..? 

D'autres questions sont possibles sur la climatisation, les accidents sur les chantiers mais en fournissant des éléments d'analyse  !

Petit rectificatif. Het Laatste Nieuws n'est pas un quotidien néerlandais mais belge flamand d'Anvers.

La reaction de So Foot est particulièrement arrogante . Qu'ils aient fait un choix différent soit, mais de la à traiter de "populiste et bête" le courage d'un petit journal fragile, juste parce que eux se sentent merdeux, c'est d'un snobisme parfaitement odieux.

Ils vont pas boycotter parce qu'ils vont traiter de tous les sujets  . AH AH AH AH C 'est dingue comme ils sont crédibles !

 

Bien d'accord avec Davesnes. Déjà en 1978, les appels au boycott avaient été contestés, voire moqués, par les journalistes sportifs, qui avaient promis de profiter au contraire de la coupe du monde en Argentine pour braquer les projecteurs sur les atteintes aux droits de l'homme de la dictature militaire. Bien entendu, ils n'en avaient rien fait, et avaient juste commenté la compétition comme si de rien, s'enthousiasmant même de la victoire finale des locaux et fustigeant l'attitude d'un Rocheteau qui voulait lever le poing en début de match. 

L'attribution de la coupe du monde au Qatar est un modèle de corruption ? Le choix de ce lieu est un non-sens écologique ? Les ouvriers des chantiers de construction ont été épouvantablement exploités, réduits quasiment à l'état d'esclaves ? Tut, tut ! On ne va pas embêter les joueurs vedettes avec ces détails. Eux qui se préparent depuis si longtemps, ils seraient tellement frustrés. Le sport ne doit pas être l'otage de considérations purement politiques. Comme si attribuer cette organisation "sportive" (je mets entre guillemets, le sport le cédant largement au fric et au spectacle) à ce pays là précisément, ce n'était pas justement un acte politique ! Comme si la mainmise des richissimes Qataris et autres Chinois sur certains clubs européens n'était pas AUSSI un acte politique. Comme si le refus de se lever contre un vrai scandale n'était pas un acte politique. 

"Couvrir ces errements, et bien d'autres, justifierait d'envoyer des "journalistes en masse" afin de traiter le Mondial sous toutes ces facettes, défend auprès d'ASI Franck Annese, fondateur de l'éditeur de presse So Press et du magazine So Foot. " La bonne blague. J'aime bien le "toutes ses facettes". Le jeu de jambes de MBappé, l'organisation défensive de la Mannschaft, la grinta de la Roja ? J'ai hâte de voir comment So foot va montrer "toutes les facettes" de ce mondial vérolé. Sans parler de l'Equipe et de Libé, qui seront sans doute à la pointe de la défense de l'écologie et des droits de l'homme. On peut s'attendre à de sacrés dossiers socio-politiques, entre deux compte-rendus de matches, ça va décoiffer. Le Qatar et la FIFA peuvent numéroter leurs abattis, comme on disait à l'époque de Just Fontaine et du "roi" Pelé.

Le sport professionnel est un des meilleurs symboles du monde capitaliste. Le foot, son maitre étalon.


Hypocrisie majuscule des directeurs de journaux et des journalistes. Tenir le discours "on va y aller, mais pour faire des papiers rentre-dedans", c'est du foutage de gueule. Je prédis qu'ils seront minoritaires, les papiers "portant la plume dans la plaie", comme disait Albert Londres (combien d'Albert Londres parmi les folliculaires qui se réjouiront d'être envoyés au Qatar, logés dans des beaux hôtels climatisés comme les stades, par leur rédaction ?)
Honte en particulier à Libération, le grand journal de gôche.
Tout ça me rappelle la période où j'étais étudiant en journalisme à Bordeaux. En décembre 1986, pendant le mouvement contre la loi Devaquet, qui avait mobilisé tous les lycées et facs de France et de Navarre, une poignée de mes congénères, se prenant pour des journalistes avant que d'être étudiants, avaient décidé, plutôt que de faire grève, de "couvrir la lutte" dans le journal école, ce dont Devaquet se foutait comme de sa première culotte. Même mon camarade (de l'époque) Aphatie, dont on connait pourtant les inclinations, n'avait pas voulu jouer ce jeu là et avait assumé la fonction de porte-parole du mouvement.

Cela démontre bien que le Qatar n'aurait jamais dû l'accueillir... En fait de boycott, les journaux feraient mieux d'évoquer le bilan humain et écologique ainsi que les affaires de corruption.

et ASI ? allez-vous boycotter le mondial ou allez vous retransmettre en direct tous les matchs ? :-)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.