90
Commentaires

bobines sur canapé

Derniers commentaires

Une bonne façon de faire remonter une jolie chronique dans les forums....

Je viens d'aller voir Poupoupidou (de Hustache-Mathieu), pas si mal au passage,

et tout plein de citations à d'autres films (le T-shirt jaune et noir d'Elephant de Gus Van Sant ; ambiance à la Fargo des frères Cohen),

et peut-être, aussi, sur une affiche électorale des Verts : le visage tournée vers le ciel de la femme de Benigni dans la Vie est belle, quand elle écoute l'air d'opéra qu'il a réussi à faire passer dans le camp...
... et qui rappelle ce fameux portrait de Delacroix (extrait des Massacres de Scio je crois) : http://www.encyclopedie.bseditions.fr/image/article/vignette/FR191PEIDELACRO004


Voilà, on s'amuse comme on peut.

L'affiche, aussi, qui n'a rien de celle d'une comédie romantique, rappelle plutôt quelque chose comme Le prestidigateur, ou un film inspiré d'Ellroy (ça va de soi pour ce film qui joue à fond avec les références).

Bonne journée...
merci pour cette chronique m'sieur Korkos, légère et souriante, qui surtout remet à l'honneur un meuble essentiel dans nos quotidiens....à qui pourtant on ne sait offrir que nos postérieurs indifférents, misère !!

en voyant toutes les peinturlures classiques que vous nous proposez, je me suis dis que les temps avaient bien changé : en effet, elles nous montrent toutes des canapés occupés par de magnifiques créatures alanguies....et féminines, alors que les canapés modernes sont squattés par de magnifiques créatures avachies....et masculines, mystère ??? les peintres seraient bien embêtés !!
(je rigole hein :))

par association d'idées cette chronique m'a fait penser au magnifique film Diamants sur canapé avec la délicieuse Audrey Hepburn (pour lequel je n'ai d'ailleurs jamais compris comment Breakfast at Tiffany's avait bien pu finir en Diamants sur Canapé mystère......)
même pas grave il reste la chanson du film gravée dans nos mémoires : Moon river pur moment de bonheur !
nb : Henry Mancini , chef d'oeuvre sur chef d'oeuvre !!!!

et petit clin d'oeil à notre ami Sherlock qui a pris congé les dimanches pour profiter pleinement du fameux canapé rouge : petit cadeau pour lui et son Watson d'amour http://a10.idata.over-blog.com/550x366/2/02/47/53/jdo-fotos-13/Vivement_Dimanche2.jpg :)
Je vous trouve bien élitiste. Le canapé ne serait jamais arrivé chez les prolos sans la télé c'est elle et elle seule qui l'a introduit dans les hlm!
Quand j'étais petite chez ma mémé dans la salle à manger de son hlm il y avait des chaises tout le long des murs. Non ma mémé ne voulait pas faire jouer des pièces de Ionesco mais elle avait 11 gosses et une trentaine de petits enfants et quand on lui rendait visite il fallait asseoir tout le monde autour de la table. Quand elle a eu la télé vers 68 elle a bazardé quelques chaises pour installer un... canapé!
Joyeux retour mister Korkos !

J'ai pas trop grand chose à ajouter sur les canapés, parce que vous avez tous dit déjà plein de choses intéressantes.
Mais cette chronique m'a fait penser au super film de Podalydès : Bancs publics.
http://fr.image-1.filmtrailer.com/16799.jpg

Les bancs publics et le grand air pour les films déjantés et libres ? Le canapé pour les films familiaux et plus.... "téléphonés" ?

ps : moi j'ai pas de canapé !
C'est tout de même bizarre cette fixation sur le canapé. Après tout c'est un meuble tout à fait ordinaire. Qui n'a pas de canapé aujourd'hui ? Je crois que le canapé sur les affiches de films ou partout ailleurs représente l'uniformité de nos styles de vie, c'est tout.
"de la salle-à-manger-buffet-Henri-II" au "livigneroume-chaîne-hifi-canapé-télé", ou une alternative que j'ai fait mienne :
Un canapé à peu près face au bureau sur lequel est posé un imac que je peux tourner sur lui-même face au canapé pour regarder confortablement @si, entre autres.
Donc, le canapé n'est pas forcément une contrainte pour visionner des émissions sur le net...

Bien à vous
Nice job, mister korkos, et aussi un coup de chapeau a tom qui a complété à merveille cette chronique.

Pour ma part j'y vois aussi l'effet miroir connu en séduction et de cibler le public auquel il s'adresse, ce qui est paradoxal c'est que les spectateurs ne voient normalement pas un film depuis un canapé mais un fauteuil de ciné, mais étant donné le devellopement des moyens videos (K7, DVD, net..), aujourd'hui une plus grande part de visionnage de films doivent être fait depuis un canapé.

Merci Alain, toujours un plaisir.
Un truc marrant : si on tape "sitcom sofa" dans Goût-Gueule Images, on voit apparaître des tas de canapés anglo-saxons, de différentes marques, baptisés "sitcom". Si on tape "sitcom canapé", en revanche, ça ne fonctionne pas. "Série télé canapé" non plus.
Dérive du canapé en couch potatoe :
Un exemple de sculpture kitschissime
A la galerie d'affiches j'ajouterais aussi celle de "In her shoes", au choix :
http://image.mabulle.com/w/wi/wib.mabulle.com/inhershoes200523475_f.jpg
http://img.ozap.com/00789502-photo-affiche-in-her-shoes.jpg
Pas vu, mais paraît vachement ressembler aux soeurs fâchées françaises... Pas vu non plus.
Excellente chronique Alain, mais n'auriez vous pas oublié le bandeau qui nous annonçait que
[quote=Daniel Schneidermann]les abonnés à Free pourront les revoir sur leur téléviseur, confortablement avachis sur leur canapé. dans La chaine d'après la télé


avec leur petite famille et le poste télé dans son meuble de bois.
Canapé savoureux cher Alain !!
Belle revue de détail cinématographique qui passe en revue
en majorité le cinéma francais et ces comédie à 2 balles toutes
plus nulles les unes que les autres . Toujours les mêmes acteurs
et actrices dans ce massacre organisé .
Décidemment rien à voir avec le cinéma US !!
Super Alain , je salut ton retour !
En fait, cette chronique contient un message subliminal (merci à Bysonfutée de me l'avoir révélé) : dimanche prochain, notre Korkos national sera l'invité de Drucker, sur son canapé rouge...

(Modeste, va, vous nous direz si c'est confortable au moins).
Hé, M'sieur Korkos, je n'avais pas remarqué auparavant, mais as-tu vu comme Pierre Richard est habillé à la Tintin ?
Superbe retour monsieur Korkos, vous m'avez manqué. Toutefois il manque un canapé rouge ........ ET là je vois bien que vous n'êtes pas Sherlock :-))

Que ferions nous sans canapé. Je vous ai vu venir .... avec IKéa. ça c'est du meuble ! Et pis après aussi ...; toutes ces jolies femmes dévêtues.
[quote=Alain Korkos]Finalement, à quelques exceptions près censées justifier la règle, le canapé peint a toujours été un objet érotique. Quel bouleversement l'a alors relégué, sur l'affiche de film, au rôle de marqueur d'un certain confort, de symbole de la normalité sociale, objet fédérateur entre tous ?

Mon explication à moi, c'est que le canapé est tout simplement utilisé comme symbole érotique subliminal !!!
Bien vu... mais je propose ce cheminement...
USA : culture qui fait l'apologie de la famille ET de la famille qui a une maison individuelle. Sauf dans les mégalopoles où peu vivent en appartement, beaucoup dorment dans la rue et où on ne trouve pas de bancs publics (à Manhattan, j'ai cherché des heures un endroit pour m'asseoir et manger mon sandwich, j'ai fini par dégotter un petit jardinet jouxtant une école, entouré de petits murets/banc). Dans ces villes, faites pour le business, pas le temps de s'asseoir pour manger... nan, faut marcher ! D'ailleurs les talons hauts sont dans les sacs à main des femmes qui marchent en tennis.
Mais pour en revenir à [s]nos moutons[/s] vos canapés, ... à maison "heureuse" (cliché) pour une famille "heureuse" (cliché), canapé où les gens heureux s'esbaudissent, en regardant la télé... Parce que, franchement, essayez d'avoir une conversation à 4 sur un canapé ! Tous alignés comme des hirondelles sur les fils électriques... comment faites-vous pour voir les yeux, les expression de votre interlocuteur si vous êtes à un bout du canapé et lui à l'autre bout... vous vous déclenchez très vite un torticolis. C'est au théâtre, au cinéma, qu'on est alignés les uns à côté des autres.

Donc le canapé n'est pas fait pour parler mais plutôt pour avoir une attitude passive (devant la télé) ou alors active (en cas de galipettes). Pour faire salon, il faut plusieurs fauteuils, qu'on dispose face à face, ou en rond... plutôt que des chaises (un peu inconfortables si la conversation dure longtemps).Un canapé symbolisant le siège du "clan familial" aligné qui attend sa becquée d'informations et de désinformation télévisuelle quotidienne et qui oublie de se parler.

A noter l'importance du canapé dans les salons maghrébins... (canapés d'angle où on peut se parler) et l'absence de canapé dans les cases africaines. Les palabres se font sous l'arbre à palabres... (en brousse) et on n'a pas la télévision. Ceci dit, j'étais chez les pauvres... à Dakar. Jamais été invitée chez les riches, qui doivent faire comme les "toubabs". Au Mexique, dans les habitations indigènes, même chose : pas de canapé... des chaises dans la cuisine, la télé qui hurle dans la sale de séjour, une table et des chaises, mais pas de canapé. Les lits sont dans la même pièce d'ailleurs, mais poussés contre les murs... et bas. Mais chez les riches, c'est comme chez leurs voisins du Nord : canapés, télés dans toutes les pièces, et personne qui se parle sauf les bonnes, en cuisine, où ça rigole mais sans s'asseoir.

Ce serait sympa de faire une recherche ethnologique sur l'importance des canapés dans les différentes cultures. Un de mes profs d'ethno avait fait un bouquin sur "la chambre à coucher" dans le monde...
En tout cas, votre recherche iconographique est très "parlante" sur notre culture : galipettes ou spectacle sur un canapé. Conversation où ? Au comptoir pour faire des "brèves" ?
Tout d'un coup, je repense à ce producteur télé auquel j'avais dit que je trouvais ses itws lassantes dans la mise en scène : tous ses interlocuteurs étaient à table ! Il m'a virée un mois plus tard ;o)).
Pour la bobine Ça ira mieux demain, ce n'est pas un buffet, mais une commode Louis XV ;)
« Elle était donc couchée et se laissait aimer,
Et du haut du divan elle souriait d'aise
À mon amour profond et doux comme la mer,
Qui vers elle montait comme vers sa falaise. »

Baudelaire Les fleurs du Mal Les bijoux


Le gaz
Tu habites rue de la Madone
Une maison qui se déhanche
Une maison qui se tire-bouchonne
Et qui pleure à grosses planches
L'escalier colimaçonne
C'est pas grand, non
Mais y a d'la place

Tu habites rue de la Madone
Et moi je viens pour le gaz
Tu as un boudoir plein de bouddhas
Les bougies dansent dans leurs bougeoirs
Ça sent bon, c'est sans histoire
Ça ruisselle de taffetas
C'est rempli de photos d'toi
Qui sommeillent devant la glace
Tu as un boudoir plein d'bouddhas
Et moi et moi et moi
Je viens pour le gaz

Tu as un vrai divan de roi
Un vrai divan de diva
Du porto qu'tu rapportas
De la Porte des Lilas
T'as un p'tit chien et un grand chat
Un phono qui joue du jazz
Tu as un vrai divan de roi
Et moi et moi et moi
Je viens pour le gaz


Tu as des seins comme des soleils
Comme des fruits, comme des r'posoirs
Tu as des seins comme des miroirs
Comme des fruits, comme du miel
Tu les recouvres, tout devient noir
Tu les découvres et je deviens Pégase
Tu as des seins comme des trottoirs
Et moi et moi et moi
Je viens pour le gaz

Et puis chez toi y a l'plombier
Et y l'bedeau et y a l'facteur
Le docteur qui fait le café
Le notaire qui sert les liqueurs
Y a la moitié d'un artilleur
Y a un poète de Carpentras
Il y a quelques flics
Et puis la main de ma sœur
Et tout ça est là pour le gaz

Allez, allez-y donc tous, rue de la Madone
C'est pas grand, non
Mais y a d'la place
Allez, allez-y donc tous, rue de la Madone
Et dites bien que c'est pour le gaz

Paroles: Jacques Brel. Musique: Gérard Jouannest 1967
Tiens, il manque le canapé de Sigmund ;-)
Plaisir des yeux ( et des commentaires ) toujours renouvelés.
Merci Alain
et toujours des félins, ici des chat(e)s
gamma
D'accord Alain, les affiches se ressemblent toutes, en général. Je crois bien que c'est voulu. Il faut que le piéton qui voit l'affiche d'un film pour la première fois ne soit pas trop dépaysé ; si une affiche lui en rappelle une autre inconsciemment, celle d'un film qu'il a aimé par exemple, il y a de fortes chances qu'il achète son ticket, et le cinéma, c'est avant tout, du business, faire de l'argent. Vous ne voudriez tout de même pas que les affichistes fassent preuve d'originalité ?

Ceci dit, ce qui m'affole, c'est lorsque les affiches d'un excellent film sont tellement ... pas terribles ... qu'elles dissuadent d'emblée le chaland d'aller le voir. J'en ai fait l'expérience avec "Agora", le dernier opus d'Alejandro Amenábar, dont l'affiche m'avait donné l'impression que c'était un de ces films à deux balles qu'on voit sortir de temps en temps. Si je me souviens bien, c'était cette affiche. Il se trouve qu'à l'époque, je ne m'informais pas régulièrement de ce qui se faisait au cinéma, je n'avais donc pas entendu parler du film.

Ceux qui ne l'ont pas vu gagneraient à le voir, le christianisme y reçoit un traitement que je qualifierais de ... oui, enfin, si vous êtes catholiques, abstenez vous quoi !
Contente de retrouver votre regard toujours aussi affûté, vous nous manquiez !
Souvenir du canapé rouge de Michèle Lesbres, qui parle du canapé rouge comme du lieu où on se souvient.

http://anthropia.blogg.org
On est loin du "Diamants sur canapé" de Blake Edwards.
le canapé est l'accessoire in-con-tour-nable de toutes sitcoms amérlocaine...
On peut même voir un canapé dans le bar de "Friends"
On est loin du "Diamants sur canapé" de Blake Edwards. ...

Ça, c'est le titre français. Il faudrait que je revoie ce film, mais je ne crois pas que le canapé y ait un quelconque rôle.
"Breakfast at Tiffany's"; aucun rapport avec les canapés à part peut-être ceux dans les assiettes ?

Ahhhhhhh, Audrey Hepburn... ;-)

http://audrey.hepburn.free.fr/filmographie/breakfast_at_tiffanys/moonriver.mp3

http://www.youtube.com/watch?v=urQVzgEO_w8

"No matter where you run you just end up running into yourself"
Le canapé, c'est même un personnage de la sitcom. Mais pas n'importe laquelle.
Y a pas de canapé franchement mis en valeur dans NCIS. Le canapé ou ce qui en tient lieu c'est le code qu'indique Maître K : sit-com familiale. Et ça apparait pas tout de suite. Y a pas de canapé dans Punky Brewster ni dans le Cosby show. Il y a une table de cuisine. C'est ça qui réunit la famille.

Le canapé, ça apparait à la fin des années 80. Un peu avant les Simpson. Dans le très sensible Roseanne ou le détestable Married... with children ; 1987.
Le canap' c'est le symbole de next-door familly. Des gens ordinaires comme vous et moi qui regardons la télé dans le canapé (sauf que j'ai ni canapé ni télé). L'effet d'identification est évidement très efficace. Et ça, ça apparait à la fin des années 80 avec la tendance cocooning. Puis ça passe dans les foyers en vrai, et enfin dans les affiches de cinoche.

La table de la cuisine disparait progressivement des écrans au profit d'un bar dans la cuisine/salon et du canap' dans le salon/cuisine. En dehors de ce que ça symbolise, il y a aussi des raisons techniques.
D'abord, ces séries sont tournées en public dans les mêmes conditions que le théâtre (c'est des vrais rires un peu arrangés qu'on entend). Donc pour des raisons de facilité de maintenance des décors et de réduction du nombre de caméras à déplacer, le salon/cuisine s'impose à la place de deux pièces séparées. Ensuite sur les réalisateurs se sont rendus compte que la profondeur de champ rend mal sur petit écran, on ne voit pas les expressions des visages en arrière plan lorsqu'il faut jouer dans la nuance. D'où des situations où les comédiens sont sur la même ligne, ce qui n'est pas très naturel. Les personnages devant ou derrière le canapé, c'est parfait pour justifier ce genre de dispositions des acteurs.

D'où un certain comique de répétition.
http://i39.tinypic.com/30u4pp3.jpg
http://i39.tinypic.com/dfd9vk.jpg

Les visuels diffusés sur le programme télé en début de saison avec canapé bien en évidence, ça sert à faire passer des messages, comme pour les affiches.
Urgence, premières saison. Oui, c'est un brancard, pas un canapé, je sais. Disons que c'est une métaphore de canapé qui signale "série famile", voir même sit-com dans certains épisodes. La série se durcit, devient beaucoup plus systématiquement dramatique, la production tue ou élimine tous les personnage principaux et vlan plus de famille. Le téléspectateur est prévenu "tu vas souffrir". Mais comment vont-ils faire pour tous se retrouver ? Pas de soucis. On élimine encore un docteur et tout rentre dans l'ordre.

Aux Etats-Unis, il n'y a pas d'équivalent du CSA chargé de dire "interdit aux moins de 12 ans" etc... Ce sont les chaines et surtout les studios qui sont chargés de prévenir. Quand c'est chaud, ils annoncent "viewer discretion is advised". Mais si les enfants sont devant l'écran de télé, c'est trop tard. D'où la ruse de sioux du canapé qui veut dire "public familiale". Par extension, les compositions assimilés canapés avec des couleurs froides par exemple, disent "on va causer famille, mais c'est pour les grands".
Ca donne des informations précieuses, ce genre de visuel pour que la série rencontre son public. Par exemple çà, juste après ça, pour la première saison. Ca dit bien "canapé =on va beaucoup plus parler famille" (mais couchez les enfants). Si vous connaissez, un peu la série (la première saison est très bien), comme ça, au bout de trois ou quatre épisode, les choses ne sont pas si évidentes que ça. C'est un Desesperate Housewife lesbien. Et pourtant si. Au fur et à mesure que la série se déroule, les relations de cul ou amoureuses cèdent le pas à des relations de famille. On le sait depuis le début.

Je termine sur le canapé de Friends. Logique.


Quand la série sort en 94, elle s'adresse à des ados et elle leur montre ce qu'ils seront quelques années plus tard, ayant quitté le cocon familiale mais pas encore tout-à-fait entrés dans la vie active. La colloc, les potes, l'angoisse du quotidien et la présence réconfortante du canapé familiale. Dix ans plus tard, Les personnages de la série ont à peine évolué. Ils ont toujours le même genre de problèmes. Les téléspectateurs, eux, ont bougés. Ils ont grandi, et ils commencent à tutoyer la trentaine, c'est-à-dire qu'ils ont rattrapés et dépassés les personnages. La vie active, ils sont dedans. La série est morte parce qu'elle n'a pas su grandir avec son public. Or une série basée sur une forte identification du téléspectateur à des personnages qui vous infantilise, ça peut pas marcher.

Les scénaristes (qui sont les vrais chefs dans les séries US) n'ont pas bien sut rattraper le truc. La com' des studios a tenté de rattraper la bévue, mais trop tard. Ca donnait ça (attention, procédé Korkossien) : plus de canapé, maintenant, on se met en danger, on bosse
http://wallpapers.boolsite.net/srv12/Images/Wallpapers/SerieTV/Friends/Friends05.jpg
directement inspiré, pour cultiver la complicité avec le téléspectateur de ça
http://drx.typepad.com/psychotherapyblog/images/2007/09/26/lewis_hine_phot_nyc_empire_state__2.jpg
La photo, ultra célèbre a été publiée dans le New-York Herald Tribune en 1932 pendant la construction du Rockfeller Center de Général Electric.
http://drx.typepad.com/psychotherapyblog/2007/09/photo-of-the-20.html

Monica y boit du Perrier, contrairement à l'ouvrier de droite, qui tient une flasque de Whiskey. Les raisons de la mort de Friends sont résumés dans cette bouteille de flotte.
Très intéressant et parfaitement complémentaire.
La conclusion est géniale. Franchement chapeau >>> voté !
TOM- : Ya pas un bouton pour voter contre un commentaire ? Nan pasque là vous m'bouffez la laine sul'dos, déjà qu'y en a pas beaucoup !

Sérieusement : j'ai pensé aux séries amerlocaines, à Friends en premier. Et le Cosby Show m'est venu à l'esprit aussi, puisqu'on est dans le registre de la sitcom familiale. Mais j'avoue que le monde des séries télé étazuniennes est un domaine que je connais peu, c'est un continent en soi. Il faudrait, par exemple, tenter de recenser tous les gags qui mettent en scène le canapé dans les Simpsons. Vaste programme.

En tout cas, merci d'avoir abordé ce continent !

Juste une remarque, cependant. Vous dites : « ça apparait à la fin des années 80 avec la tendance cocooning. Puis ça passe dans les foyers en vrai, et enfin dans les affiches de cinoche ». J'voudrais pas dire, mais le canapé a atterri dans les foyers bien avant la tendance cocounigne. Y a qu'à regarder les pubs amerlocaines des années 40-50.
En voici quatre : 1, 2, 3, 4.

A part ça, y a pas de canapé dans NCIS, non. Pas non plus dans les Experts ou Dr House. Ptêtre parce que la famille traditionnelle et la bande de potes est un filon épuisé. Alors on recycle la chose dans le milieu professionnel, flics ou toubibs. Mais si on y regarde de plus près, ce sont toujours les mêmes recettes : dans chacune de ces séries (et dans les autres qui leur ressemblent) on retrouve le même type de personnages. À commencer par celui qui endosse le rôle de père (Gibbs dans NCIS) ou de mère (Lisa Cuddy dans Dr House).
Après, il y a d'autres personnages-type qui entrent en oeuvre, selon qu'on est dans une série médicale ou policière. Là aussi, y a tout un terrain à explorer !
Est-ce que House justement n'a pas chez lui un super fauteuil archi-relax... mais aussi archi-individuel, en archi-antisocial qu'il est? (Ou était, je me suis arrêtée à la saison 2.)
FLORENCE : Oui, ya un canapé chez le Dr House, comme chez tout le monde. Dans un ou deux épisodes il y reçoit son pote, l'oncologue (mot joli pour dire cancerologue aux Zuhessa). Mais d'ordinaire, il y regarde la télé, seul.
La misanthropie reste le centre de la série. Ca vire même au thriller dans les saisons 4 et 5. La saison 6 est nettement moins angoissante. D'ailleurs, sur les épisodes 14,15 et 16, vous avez une série de "scènes canapés" entre Wilson et House qui portent justement sur le couple, la sexualité et le mobilier. Quelle est la signification d'une table, d'un canapé (ou de deux fauteuils inclinables). Cette intrigue secondaire se noue dans l'épisode 16, d'ailleurs, sur un constat d'échec, sur l'incapacité du couple à se construire un intérieur.
Dans les pochettes de disques on trouve tout, c'est des précurseurs.., déjà en 1969 : le canapé
http://medias.fluctuat.net/albums-covers/3/3/0/album200-2033.jpg
En disque, j'ai pensé à celle-ci .... ou celle là
T'façon c'est que pour les bourges les canapés, les prolos eux, n'ont qu'un coin de lit, une chaise voire une marche d'escalier pour s'assoir.
N'empêche,
Avant : standards incontournables, pochettes de disques avec images à foison. Liberté, anti-conformisme, anti-consommation : trop bien l'époque.
Maintenant : films jetables, affiches toutes pareilles. Bon bah.

Canapé c'est presque l'anagramme de panacée, mais quand même, faut pas en abuser surtout quand il n'a pas de rôle dans le film ou la série autre que de faire s'asseoir les personnages.
A part ça, y a pas de canapé dans NCIS, non. Pas non plus dans les Experts ou Dr House. Ptêtre parce que la famille traditionnelle et la bande de potes est un filon épuisé. Alors on recycle la chose dans le milieu professionnel, flics ou toubibs. Mais si on y regarde de plus près, ce sont toujours les mêmes recettes : dans chacune de ces séries (et dans les autres qui leur ressemblent) on retrouve le même type de personnages. À commencer par celui qui endosse le rôle de père (Gibbs dans NCIS) ou de mère (Lisa Cuddy dans Dr House).
Après, il y a d'autres personnages-type qui entrent en oeuvre, selon qu'on est dans une série médicale ou policière. Là aussi, y a tout un terrain à explorer !

Ce sont des genres à part entière. La série qui met en scène la vie de famille, la série policière, la série médicale, la série avec des avocats, la série scolaire, etc...
La série familiale ne se démode pas du tout. Chaque année, vous en avez de nouvelles qui sortent. NBC vient de démarrer cette année Parenthood, série "famille" et fait son accroche sur la traditionnelle scène de canapé. Ce qui a change profondément, c'est la segmentation du marché. Les chaines du cable ont les moyens de mettre d'importants budgets sur leur séries et de s'adresser en même temps à un public bien précis, ce qui permet des audaces. Du coup, ces dernières années, il y a pas mal d'OVNI qui sortent. Avec des scénaristes comme Aron Sorkin.

At the White House, le premier canapé auquel on pense, c'est celui du bureau ovale (en fait, il y en a deux). Et ça n'est pas le lieu central. Là, les codes sont totalement à réinterpréter. La figure du pater familias y est d'ailleurs joué pas non par le Président mais par Léo Mac Garry, son secrétaire général.
Du même Sorkin, 60 minutes on sunset strip (qui à mon avis est un chédeuvre), qui constitue pratiquement la suite de A la Maison Blanche. Pas vraiment de canapé, là non plus. Pourtant, indéniablement, la série joue sur les ressorts familiaux, beaucoup plus que At the White House. Mais la famille est utilisée non comme fil directeur de la série mais comme thème d'intrigue secondaire qui vient donner du sens à un épisode.
C'est le cas par exemple de l'épisode 6. A ce stade du récit, la série est installée. Elle tourne autour de la question de la censure politique des grands groupes financiers et des actionnaires sur les studios, les chaines de télé, les acteurs et bien sûr les scénaristes. L'épisode noue deux intrigues secondaires et une intrigue principale. Dans la première intrigue secondaire un comédien raconte l'histoire du studio depuis les années 30 à sa famille qui n'y comprend rien. Ils sont plus préoccupés par leur autre fils parti en Irak et ne comprennent pas que leur benjamin fasse le clown. Dans la seconde intrigue secondaire, le réalisateur de l'émission cherche à comprendre qui est un vieux bonhomme atteint d'Alzheimer et qui s'est perdu dans le studio 60. Et ça donne le premier climax de l'épisode. La démonstration serait parfaite si le vieux Monsieur était assis dans un canapé. Finalement, ils vont l'installer à la table des auteurs.

Les deux intrigues secondaires percollent parfaitement l'une dans l'autre. Le désintérêt de la famille qui figure celui du pays des gens ordinaires, du citoyen de main street ; la mémoire du vieux bonhomme qui a foutu le camp, les pressions politiques que subissent les personnages, sous Bush tout comme sous Mac Carthy, les raisons de cette pression qui sont justement l'indifférence et la dépolitisation. La scène dit simplement que ce sont les mêmes qui vont faire la guerre et qui écrivent des histoires drôle. Ca permet de faire, au delà du bushisme et du Mac Carthisme, un écho du discours d'Obama sur "There is non Republican America, there is no Democratic America, there is the United States of America".
Je ne suis pas d'accord avec l'idée d'une évolution de la présence du canapé dans les sitcoms ... juste pour préciser, la présence de ce meuble au centre des décors de séries ne commence pas du tout avec les années 1980.
Il faut voir le nombre de séries télés étazuniennes qui n'ont pas été diffusées en France. Je pense à des séries devenues mythiques aux E-U comme I Love Lucy des années 60, The Brady Bunch et Three's Company des années 70 ... il y en a bien d'autres. Je pense qu'il faut aussi aller chercher du coté du théâtre et du vaudeville, ces séries sont presque toujours filmées sur scène devant un vrai public (et pas avec les rires en bruitage de chez AB productions...!) et la frontalité des décors s'en ressent.
DANIEL C. : Ahaaah… voilà qui relance le débat ! Je ne connaissais pas du tout ces séries (mais chuis nul en séries) et n'avais pas pensé au théâtre de boulevard, qui sévit itou à Broadway et alentours.
On voit par là que le canapé est un vrai sujet, riche et plein de surprises !

(Au chapitre théâtre de boulevard, j'avais tout de même pensé à Duos sur canapés, mais les affiches de la pièce et de l'adaptation filmée ne montrent pas cet objet.)
Ouh là, vous n'auriez pas fini mon cher Alain. Il y a au moins un gag par épisode, puisque dans chaque générique, l'arrivée de la famille Simpson sur le canapé est différente. Et sachant qu'il y a vingt et une saisons pour le moment...
C'est con, mais je me souviens très bien d'un canapé dans Punky Brewster et dans le Cosby Show. Dans le salon. Face à la caméra. Enfin peut être qu'ils ont été rajouté au fil des saisons? Faudrait revoir les épisodes.
NIKKO : En effet, ya un canapé dans le Cosby Show. Voir par là.
J'aurais dû préciser que je parlais de la présence d'un canapé dans le visuel publicitaire, celui qui est publié dans le programme télé, installé sur les panneaux d'affichage. Bien sûr, il y a des canapés dans pratiquement toutes les séries américaines. Elle est étonnante, vote image. Vous avez vu l'age de Théo ? On est dans les dernières saisons. Ce qui m'étonne, c'est que la pièce est plus reconnaissable que les personnages.

Quant aux canapés dans la vraie vie, ben oui, ça existe depuis très longtemps mais ce qui apparait dans les années 80, c'est que ça devient le centre de la maison. L'endroit où on passe le plus de temps, notamment pour prendre les repas en famille.
Punky Brewster, même punition. Ca se passe bien dans un appartement, dans la cuisine, le salon et la chambre de la petite fille, donc il y a forcément un sofa. Il est même en plein milieu du plateau de tournage. Mais pour appâter le téléspectateur, c'est pas le canapé qui est montré. Vous trouverez pas de visuel du genre de celui que Maître K vient de me mettre dans les dents.
En tous cas vous êtes très fort, surtout en ayant pas la télé, de connaitre aussi bien toutes ses séries télé.
;-)
Chute, je vais avoir des ennuis.
Moi c'est le contraire, j'ai la télé, et je n'ai jamais vu aucune des séries citées, et à peu près aucune autre pas citée non plus.
Ouais on a un maître es séries sous la main mais j'veux pas savoir comment il connaît tout ça si on m'interroge c'est bien simple je ne sais même pas qui c'est ce gonze de qui parlez-vous enfin ?
C'est le décor du Cosbichot sur la petite image? Mais qu'est-ce qu'elle fout là Oprah Winfrey? Et Barry White? Et Isabelle Alonso (à gauche)?

En tous cas vous êtes très fort, surtout en ayant pas la télé, de connaitre aussi bien toutes ses séries télé.

;-)


C'est pas très compliqué en fait. Depuis que je n'ai plus la télé, je n'ai jamais été plus en mesure de les voir, ces séries télé ! ;)
Petite anecdote : la photo a été prise sur le chantier du Rockefeller Center (dit "30 Rock"), adresse du siège new-yorkais de NBC, dont la série phare il y a quelques années était... Friends !
Bien vu ! Merci.

Petite anecdote : la photo a été prise sur le chantier du Rockefeller Center (dit "30 Rock"), adresse du siège new-yorkais de NBC, dont la série phare il y a quelques années était... Friends !


et autre petite anecdote, la série phare de NBC actuellement, du moins qui rapporte énormément de prix chaque années même si pas trés connu en nos vertes contrées se prénomine, "30 Rock" :)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.