bobines sur canapé
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

bobines sur canapé

Réservé à nos abonné.e.s

Les films se suivent par douzaines chaque mercredi, meurent au bout d'une semaine ou s'inscrivent dans le temps. Quel que soit leur sort, les affiches de ces bobines sont toujours à portée de main, à portée de clic. Et ainsi on peut se livrer au jeu cruel de la comparaison, de la compilation, de l'exégèse assassine.

Prenons pour exemple la réclame pour Les Invités de mon père, film d'Anne Le Ny sorti le 31 mars 2010 :


N'aurait-elle pas comme un petit air de famille avec quelques-unes de ses grandes sœurs ? Avec Amorosa Soledad d'abord, qui date de juillet 2009 :


Dans les deux cas nous avons un un dessin réalisé à l'ordinateur nous montrant un canap&e...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Mc Carthy, ou la transgression-marchandise

Après le dégonflage du "plug Vendôme", les paradoxes du débat sur l'art contemporain

Belles belles belles

des proportions féminines à travers les âges

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.