16
Commentaires

Blessé à l'oeil, Jérôme Rodrigues : "On ne lâchera rien"

Gravement blessé à l'oeil par la police ce samedi, le Gilet jaune Jérôme Rodrigues était devenu ces dernières semaines l'un des visages du mouvement, souvent invité des plateaux télé. Retour sur l'émergence d'une figure des Gilets jaunes qui samedi matin appelait la police à "rejoindre" les Gilets jaunes.

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 8 fois

Ce qu'il manque à ces gilets jaunes, c'est un symbole fort comme Malik OUSSEKINE l'a été en son temps. C'est triste à dire, mais il faut en arriver là ! 


Ah non, quand même, on va pas souhaiter se faire tuer (armons nous et partez) pour avoir une(...)

Ce qui est ignoble, c'est de lire la news de France Inter. Article nauséabond : https://www.franceinter.fr/societe/jerome-rodrigues-figure-et-desormais-martyr-des-gilets-jaunes

Aucune information sur les faits dont tout le monde a pu voir la preuve en(...)

Approuvé 5 fois

Comme le disait le graffiti, la violence s'est benallisée. La mort de Rémi Fraisse n'a pas eu l'impact de celle de Malik Oussekine, on fait le même constat.

Castaner continue, encore et toujours, sur sa ligne politique sans issue et, comme dans chacun(...)

Derniers commentaires

Je n'en peux plus de ce gouvernement menteur, manipulateur, obtus. "Indignez-vous" disait Hessel ( alors que Finkelkraut faisait  les plateaux télés pour dénigrer cette indignation). Il aurait peut-être dit actuellement 'révoltez-vous". Jérôme Rodriguez est une victime parmi tant d'autres...

Ce qui est ignoble, c'est de lire la news de France Inter. Article nauséabond : https://www.franceinter.fr/societe/jerome-rodrigues-figure-et-desormais-martyr-des-gilets-jaunes

Aucune information sur les faits dont tout le monde a pu voir la preuve en vidéo  : il n'y a avait pas de situation de danger, des CRS étaient en train de charger dans une direction différente à une dizaine de mètres et l'un d'entre eux a décidé d'attaquer Rodriguez qui était en train de les filmer.

France Inter ne pose pas les faits. C'est de la désinformation. Cette radio me fait gerber.

Peut-on signaler au CSA ?


Bravo la rédaction !



Ce qu'il manque à ces gilets jaunes, c'est un symbole fort comme Malik OUSSEKINE l'a été en son temps. C'est triste à dire, mais il faut en arriver là !


Cependant, les choses ont changées depuis lors, et on voit que les violences policières sont plus difficilement condamnables. La violence d'Etat ( plus exactement gouvernementale ) est désormais acceptée, les journalistes ne suivent plus les victimes, et les policiers qui s'opposent à ce qu'on leur demande sont rares et non entendus. 


Je ne suis même pas certain que l'affaire de Jérôme RODRIGUES soit suffisante à faire évoluer les esprits malheureusement !!!  quand on voit que des gens défilent sans honte avec des foulards rouges pour que surtout rien ne change ...

Ce qu'il manque à ces gilets jaunes, c'est un symbole fort comme Malik OUSSEKINE l'a été en son temps. C'est triste à dire, mais il faut en arriver là ! 


Ah non, quand même, on va pas souhaiter se faire tuer (armons nous et partez) pour avoir une victoire... provisoire, très provisoire. D'ailleurs, le mort" ou plutôt la morte, on l'a: Zineb Redouane la vieille dame oubliée. 

c'est vrai ! comme quoi les temps on vraiment changés !

Comme le disait le graffiti, la violence s'est benallisée. La mort de Rémi Fraisse n'a pas eu l'impact de celle de Malik Oussekine, on fait le même constat.

Castaner continue, encore et toujours, sur sa ligne politique sans issue et, comme dans chacun des temps de ce mouvement, quand il finira par partir, ça ne réglera rien, ça ne purgera rien car ce sera fait à contrecoeur et contretemps et avec la volonté de ne surtout rien changer d'important.

 Son seul geste fort après ce scandale absolu - et imaginez si ça n'avait pas été filmé! - c'est d'en parler...

"La mort de Rémi Fraisse n'a pas eu l'impact de celle de Malik Oussekine"


Mes souvenirs sont flous, mais il me semble que dans les deux cas, ce qui était l'objet des manifestations (Sivens pour Rémi Fraisse) a été stoppé. Mais bon, c'est cher payé. Essayons d'éviter ça.

L'enjeu des morts n'était pas que la lutte en cours. À la mort de Malik Oussekine, le ministre a démissionné et le projet de loi a été retiré dans les 48h. Les bataillons de "voltigeurs" (un binôme policier en moto : l'un conduit, l'autre castagne) sont dissous - fun fact : des binômes de policiers motards avec lanceur de grenades ont été déployés récemment.

Après la mort de Rémi Fraisse : on finit par interdire certaines grenades contenant de l'explosif, et le projet finit par être enterré, à juste titre, deux ans après. Personne ne démissionne : on nie la responsabilité politique.


Après la mort de Malik Oussekine, le maintien de l'ordre tente d'éviter le contact pendant des années. Après la mort de Rémi Fraisse, les lois qui renforcent  les pouvoirs de la police s'accumulent - l'état d'urgence est rentré en grande partie dans le droit commun... (il est à noter qu'en 1986 la France était également dans un contexte d'attaques terroristes).


C'est pas pour pinailler, la différence me semble vraiment qualitative : le pouvoir en 1986 est obligé de reconnaître sa responsabilité dans un drame, en 2014 il déplore un regrettable accident qui est quand même un peu la faute des zadistes, ces utopistes irresponsables.

Vous avez raison, on a progressé vers le déni, et carrément vers le mensonge.

NON!

Ça suffit les morts!

Il y en a eut suffisamment et il y en aurait encore trop à venir, pour ne pas appeler à en avoir!

Gouvernant! Pouvoirs! Puissants! changez de cap! Faites quelque chose! Tout de suite!

Et retenez vos sbires.

 Je ne parle pas de la police, je parle de tous vos toutous, de Chiappa à Hanouna, de Barbier à Griveau et tous les autres pontifiants. STOP! Qu'ils arrêtent!

Qu'ils arrêtent!

Qu'ils ar-rê-tent!

Mesdames et Messieurs les Députés, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, Mesdames et Messieurs les Élus locaux: STOOOP! Arrêtez de jouer à la politique! 

Faites quelque choses!

SORTEZ DE L’ORNIÈRE!!!!

Ce n'est pas dans leurs habitudes. Si Louis XVI avait été plus finaud nous serions une monarchie parlementaire. Je crois que nous touchons à la limite de l'exercice "si ça continue va falloir que ça cesse".

Les révoltes ne sont pas violentes par nature elle ne vont que jusqu'à la limite de rupture qu'impose le pouvoir en place pour enfin céder. Visiblement ils sont prêts à vous éborgner sans scrupules ni remords.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.