18
Commentaires

Beigbeder et France Inter : vire-moi si tu peux !

Une chronique en forme de raté légendaire, un départ avec fracas, un livre en guise de règlement de comptes, un retour à la rentrée... entre Frédéric Beigbeder et France Inter, c'est "je t'aime, moi non plus".

Commentaires préférés des abonnés

Pour la partie apologie de la pédophilie et soutien des pédophiles, les gens comme lui ne sont pas touchés parce que qui arrive à toutes ces jeunes filles, ils sont emmerdé parce que maintenant ça se sait. Parce qu'elles parlent.


Et le fait qu'ils aie(...)

c'est vrai que Rapp et son "assiette anglaise" avait de la tenue

"à toutes ces jeunes filles" et jeune garçons. 

Les biais de genre, il faut les traquer dans ce sens-là aussi. Tout chromosomés XY soient-ils, ces jeunes garçons aux mains de Matzneff and co sont aussi des victimes de violences sexuelles.

(...)

Derniers commentaires

Petite rectification sans intérêt.

99francs est un roman avant d'être un film.

Il a paru en 2000. Le film date de 2007.

Il y en a eu un autre qui avait écrit un roman sur ses confrères, c'est "Le Désespéré" de Léon Bloy. Et lui, au moins, en eut assez pour ne pas faire piteusement amende honorable 6 mois plus tard alors qu'il crevait littéralement de faim ! Cette affaire est d'une pitoyabilité absolue. Autant la personne incriminée que la chaine de radio... A vomir.... 

Le paysage médiatique français est composé à 90 % d'hommes blancs de plus de 50 ans. Ce pays est fait pour eux. Les autres doivent s'adapter un peu comme les gauchers dans un monde de droitiers.

Très beau texte, M. Prévost, je le trouve bien construit. Merci !

"éparpillé en live façon navette Challenger" j'ai ri bêtement ...

Question honnête : Il y a des bonshommes sympathiques, dans le paysage audiovisuel français ?


Je ne veux pas avoir l'air ronchon, mais, à une époque, il me semble qu'on y voyait défiler des fréquentables. Etait-ce une illusion ? Bernard Rapp, il était okay. Je crois que j'aimais assez bien Michel Field. Bruno Masure n'était pas trop pénible. Enfin, il y avait quelques "ah tiens, machin, ça fait plaisir, il m'énerve pas".


Mais là, farandole ininterrompue d'entartables présomptueux depuis pas mal d'années, alors je suis vraiment curieux. Il y a des invisibilisés agréables ici et là, qui m'échappent parce que je ne suis plus très attentif ? Ou est-ce que mes critères ont perdu de leur indulgence avec le temps ? Ou est-ce qu'il y a vraiment eu un glissement de population, la mise en place d'une culture ou d'un microcosme qui filtre les personnalités tolérables, une sorte d'inhibiteur qui maintient les personnalités stimulantes dans des petites niches cloisonnées, sagement modestes mais trop discrètes ?


En gros, ma question est : qui sont les gens biens, actuellement, qui font plaisir en réapparaissant dans telle émission, dans telle chronique, etc ?

C'est la famille tuyaux de poêle!

je me souviens qu'au milieu des années 90 je regardais l'excellente émission "rive droite/rive gauche" sur Paris Première ( avec le générique du groupe Fishbone ) ou oeuvraient aux cotés d'Ardisson, elisabeth quin (cinéma ) frédéric beigbeder (littérature ), hector obalk (art ) et l'insupportable philippe tesson ( théâtre ).


Je me souviens parfaitement d'une certaine émission où gabriel matzneff parlait de sa relation avec vanessa ( 14 ou 15 ans à l'époque ) parce que j'avais une copine qui portait ce prénom sans doute , mais aussi ça m'avait choqué.

 Ardisson, ne le semblait pas tant que ça dans mon souvenir...


Cette série d'émissions culturelles restent, n'est en moins, un excellent souvenir. 


J'y ai découvert des personnages marquants et des oeuvres qui m'étaient étrangères. C'est, je pense, la raison qui me fait garder envers ces gens un sentiment de bienveillance, malgré tout ce qu'on peut leur reprocher; et je sais que ce n'est pas rationnel, mais c'est un fait !

Pour la partie apologie de la pédophilie et soutien des pédophiles, les gens comme lui ne sont pas touchés parce que qui arrive à toutes ces jeunes filles, ils sont emmerdé parce que maintenant ça se sait. Parce qu'elles parlent.


Et le fait qu'ils aient toujours droit au tapis rouge et à une place au chaud dans les médias mainstream, ne fait que souligner le mépris que la société française affiche encore envers les victimes de violences sexuelles.


Ce qui me fait penser qu'un certain ministre....ok, présumé. Mais avec un telle procédure au cul, ils auraient aussi bien pu le mettre à la justice.


Crapules

"à toutes ces jeunes filles" et jeune garçons. 

Les biais de genre, il faut les traquer dans ce sens-là aussi. Tout chromosomés XY soient-ils, ces jeunes garçons aux mains de Matzneff and co sont aussi des victimes de violences sexuelles.

Parce qu'elles parlent.


On espère que les jeunes générations parleront avant plutôt que vingt ans après.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.