56
Commentaires

Bayrou : Hibernatus était buggué

J'ai bien aimé François Bayrou. C'était il y a une éternité : dix ans.

Derniers commentaires

Encore un sans faute... Ha ! Cette Présidence Macron !

Et vive l'antiphrase.
Bayrou est un boulet.

Se traîner un boulet quand on se veut "en marche", c'est vraiment pas futé.
Bayrou c'est le Trump de France en fait. Bah oui c'est pas Président Trump qui a demandé à mettre fin à l'enquête du FBI sur l'ingérence des russes pendant l'élection, c'est le citoyen Trump qui a parlé à un autre citoyen...
Je me demande ce que Bayrou pense de Trump et de ses excuses à la c... parce que les siennes sont quand même similaires.

Aussi, ça me donne l'impression que Trump est le nouveau point Godwin de la conversation. Tôt ou tard on arrive à lui... il serait content (ou pas).
Votre indulgence ne m'entonne pas, pourtant ce type est un professionnel de la politique , il est de droite, se fiche des pauvres, et racle au maximum. Franchement les journalistes sou etes encourant de mansuétude face au fort et méprisant face aux femmes ... eux jeunes et aux pauvres.
Bon ! La stratégie était d'éliminer le PS. C'est fait.
Deuxième : éliminer le centre. C'est en passe de se faire.
Troisième : gouverner avec les libéraux.

Très bien. Voici donc où nous en sommes.

Maintenant, il s'agit pour nous, anti-libéraux, de tirer notre épingle du jeu, et il faut agir vite, souffler sur Macron tant que sa maison est en papier, et avant même qu'elle soit en carton.
De la même façon qu'il a profité de toutes les opportunités, nous le ferons aussi.
http://www.rtl.fr/actu/politique/francois-bayrou-sur-rtl-nous-vivons-dans-le-temps-de-la-denonciation-anonyme-7788962525
Elle a une drôle de gueule, leur idée du libéralisme ! S'il faut ajouter un article pour déterminer quand comment et pourquoi les journalistes ont le droit d'enquêter sur les politiques... le code du travail version EMT (en même temps) va être rigolo à lire finalement.

Tout ça c'est bien la preuve que le buggeiement ne guérit jamais.
C'est lui qui se désigne avec talent pour le rôle de premier sacrifié du nouveau quinquennat.
Bayrou a servi à la conquête du pouvoir par Macron.
Vu les résultats attendus des élections législatives, Macron n'a plus besoin du MODEM, il est inutile, et risque même de devenir nuisible.
Il va être utile une dernière fois en étant "sacrifié" sur l'autel de la moralité, ce qui permettra en plus de signifier aux élus majoritaires qu'ils ont intérêt à bien se tenir.
Je n'ai pas lu les autres commentaires alors il se peut que je ne sois pas le premier à le dire.

Mais d'abord j'enfile mon habit de complotiste (autrefois on disait d'analyste politique) :

Bayrou m'est sympathique et donc je suis plein d'affection mais Bayrou vient de commettre la gourde de sa vie, purée de sa mère comme dirait Enrico. Il a soutenu Macron. Macron qui répond exactement aux critères de rejet exprimés dans la vidéo à Claire Chazal.

Bayrou devait espérer un poste de premier ministre, et il a eu celui de garde des sceaux. Comme dit un mec du PS, c'est étonnant car Bayrou n'a jamais montré d'intérêt pour la Justice

Mais on lui confie ce poste où à part prendre la décision ultime de séparer clairement la justice de l'état (soyons sérieux, une idée totalement idéologique, En route veut du concret, du trébuchant économiquement parlant), y pas grand chose à faire depuis l'abolition de la peine de mort, vu que le reste ce sont des questions de finance ou de société, et que là pas touche. La surpopulation carcérale, c'est comme la réforme de l'enseignement, ou les cités, ce sont des sujets trop sérieux pour qu'on en parle ailleurs que devant un Pernod.

Voilà que les élections sont passées et que comme le dit un expert un véritable hold-up a eu lieu alors Bayrou n'est plus utile, Bayrou est encombrant, est imprévisible.

Thèse complotiste : Le Monde sort l'affaire Bayrou maintenant. Le premier ministre joue les gendarmes qui défendent la loi et la Transparence, Bayrou s'enlise. Opération Hibernatus réussie.
Bayrou, l'homme qui jeta le code du travail comme un bottin sur la table. Fier de lui, devant une NKM souriante de complaisance, le mépris des dominants pour le texte des dominés est révélateur de leurs pratiques. Voilà ce qui arrive quand on ne respecte pas les textes :)

Pour revoir cet extrait tout en finesse de Mr Propre, c'est ici : https://www.youtube.com/watch?v=8edUganBrNg
Tiens, on pourrait aller voir comment il gère sa ville comme on fait avec le FN...

Recherche rapide du côté de l'opposition PS à Pau :
- billet de juillet 2015 qui parle de grands projets bancals et déni de démocratie, une opposition à qui on couperait le micro en conseil municipal, qu'on évincerait du magazine local et du site de la ville, et une direction solitaire se passant même des adjoints ;
- courrier imaginaire à une association, 09/2015 parlant de coupure de subvention aux associations pour pouvoir financer les grands projets
- mêmes thèmes dans cet article de presse 24/05/2017 : associations en danger, une quarantaine d'emplois perdus, "la liberté de parole dans la vie associative à Pau a pris un rude coup", doublement de l'endettement de la ville et "projets clinquants".
- et sinon, il semblerait qu'après avoir été contre, il ait opté pour l'armement de la police municipale

Bon, il pourrait peut-être s'entendre avec Macron : "dictature" centriste, projets clinquants et état d'urgence.
Tout est peut-être dans cet article de l'Express : Bayrou se prend-il pour Henri IV ?
Extrait : "(...) le patron du MoDem a cru bon de s'adresser à son homologue [maire d'un autre commune]... comme s'il s'agissait d'un simple subordonné. "Je vous saurai gré de bien vouloir examiner la demande avec toute l'attention qu'elle mérite et de me tenir informé de la suite que vous lui réserverez", lui a-t-il inexplicablement écrit alors qu'il n'a aucune responsabilité politique sur ce territoire.

Manque de chance, le maire de Louvie-Soubiron ne manque ni de caractère ni de talent. Choqué par le fond "et plus encore par la forme", Gérard Sarrailh a pris sa plus belle plume pour dénoncer la "condescendance" et le "ton féodal" de la missive. Et rappeler qu'il n'avait pas à "rendre des comptes au premier magistrat des Palois, fut-il un ex potentiel président de la République". Plein d'esprit, l'élu de la vallée d'Ossau a profité de l'épisode pour pousser ses pions - sans trop y croire. "Je suis preneur, cher collègue, de l'aide financière que vous pourrez nous octroyer." Avant de terminer par une phrase en béarnais : "L'Aussalès non a de meste que l'Aussau... e tu, non y as nada part, mossu lo maire de Pau ! " (L'Ossalois n'a de maître que le pic du midi d'Ossau et toi, tu n'y possèdes rien, monsieur le maire de Pau).
"

Pourrait-il faire pareil avec les journalistes maintenant ministre à la cour de Macron ?
Entre Lassalle et Bayrou, y'a peut-être un syndrome béarnais dans tout ça, rois de Navarre visant à être rois de France et de Navarre...
"Oh Lèon, Léon, Léon, roi de Bayonne, Oh Léon..... roi des couillons! Hymne des fêtes de Bayonne, pas de Pau, mais adaptable. Il suffit de trouver la rime...
Certes, mais comme l'impression que le sacrifice ne peut aller que par trois pour Macron, car si Bayrou doit dégager, alors il en va de même pour Sarnez et Ferrand. Mais est-il possible pour le président de se passer des têtes du Modem, malgré que ce dernier ne soit plus nécessaire à sa majorité à l'assemblée nationale ? Pas sûr. Le Modem comme Ferrand sont deux gros poissons qui lui ont facilité l'accès à l'Élysée .
Vous avez bien aimé Bayrou, je me pince, c'était quand ? quelque chose a du m'échapper. Je n'ai pas tout compris. Si, moi je l'ai bien aimé quand il a foutu une claque à un gamin qui lui faisait les poches, c'était marrant.
Moi, je trouve que celui qui a intérêt à se débarrasser de Bayrou, c'est Macron. Ainsi il n'aura plus aucune opposition possible, même si je doute des capacités (et encore plus de la volonté) de Bayrou à s'opposer à une politique très libérale et liberticide. Plus de droite, plus de gauche, plus de centre, le rêve !
Les français ont envoyé un message clair à Macron dimanche, et vont probablement encore le clarifier dimanche prochain : t'as les manettes coco, fais comme tu veux. En tout cas, c'est comme ça qu'il va l'interpréter. Ça correspond assez à la volonté d'un homme fort que les sondages d'opinon illustrent régulièrement. Il y a malheureusement un peu de vrai quand on dit que les français ne veulent pas des représentants, mais un chef.
15%, ce n'est pas "les français". Un peu de rigueur ! ;o)
Ah non, désolé, ça ne prend pas avec moi. Si ceux qui ne se sont pas déplacés voulaient une politique différentes, ils avaient pléthore d'options. Encore une fois, 13,6 candidats en moyenne par circo, jusqu'à 25 dans certaines.
Sans doute, mais les faits sont têtus : seuls 15% des français ont voté pour "LRL" au premier tour de ces législatives (voir résultats sur le site du Ministère de l'intérieur). Il est donc largement inexact de parler "des français". Peut-être, à force de le répéter, certains finissent par le croire, mais je n'ai pas compris que ce site était un lieu de propagande de "En Marche"
Quelle propagande ? Ce que j'ai dit vous semblait positif ? Moi mon message, c'est qu'un peuple qui ne va pas voter alors que l'offre politique est hyper large, avec une élection ouverte comme jamais, est un peuple de cons qui ne veulent qu'un chef. J'admets caricaturer légèrement.
Cette offre hyper large m'a surtout fait penser au rayon des corn-flakes dans un supermarché : y a pléthore de formats et de saveurs, mais au final c'est jamais que des pétales de maïs grillés ou du riz soufflé, et à la fin on repart avec le paquet de "Kellogs" qui se trouve en tête de gondole parce que c'est le seul qui nous est familier, ou qui est en promo.
Si la moitié des candidats qui se présentent sont de parfaits inconnus pour les électeurs, sont issus de formations politiques confidentielles et qu'ils appartiennent à la nuance "Divers" (la 18e recensée par le ministère de l'Intérieur qui propose déjà une palette politique digne de la gamme Levis), je ne crois pas que l'offre pléthorique serve la démocratie, mais plutôt la cacophonie.
J'aime bien l'analogie avec les corn-flakes...bien que je n'en consomme pas...remarquez que je n'ai pas non plus voté pour Macron...peut être ceci explique un peu cela...ou l'inverse ;o)
j'imagine que si il n'y avait eu que 2 candidats vous auriez dit que l'offre était beaucoup trop faible pour servir la democratie.....
le nombre de mandat max devrait être rétroactif dans la loi de moralisation, histoire de dégager toute cette génération de politicards à laquelle appartient bayrou. malheureusement il est ministre donc ca ne s'appliquerait pas .... d'un autre côté Macron peut le dégager dès lundi si il a sa majorité REM.... C'est Cahuzac bis cette affaire.
rayon des corn-flakes
Moi, j'avais pensé au rayon des lessives, toutes meilleures, toutes pareilles, et en plus polluantes pour les eaux et la nature.

C'est un gag ou quoi, de leur filer 1,xx euros par voix obtenue?
Ah mon Dieu, les 7000 candidats au 577 places de députés ne sont pas tous connus. Il faudrait lire leurs professions de foi ou se renseigner avant de voter.

C'est quoi du coup le bon nombre de candidats ? C'est quand qu'on considère l'offre raisonnable ?
A mon sens, ce n'est pas l'offre le problème, c'est la demande.
En dépit des principes constitutionnels, le mythe du président-roi est dans les têtes, nos chers concitoyens semblent ignorer que le gouvernement doit être issu d'une majorité à l'Assemblée pas du bon vouloir du prince, tout ça a été renforcé par l'inversion des échéances sous Jospin (merci le PS...) et la personnalisation médiatique, et au final, tout le monde entérine l'impuissance du législatif au profit de l'exécutif.

C'est d'ailleurs un reproche que je faisais à la France Insoumise/JLM2017 : tout était orienté sur la présidentielle dans l'espoir de faire ce qu'a fait Macron, pas de dynamique de coalition avec d'autres forces, et au final, démobilisation de l'électorat à qui on rappelle au dernier moment qu'en fait, ce sont les législatives qui doivent donner un gouvernement.
Si on veut de l'alternance par les urnes à gauche, va peut-être falloir faire un effort d'éducation populaire sur le fonctionnement des institutions, ce qui reste de possibilité démocratique avec elles, et passer des beaux discours aux actes sur le pluralisme et l'horreur du présidentialisme. Le principe "programme commun" ou Front populaire a raté avec le Front de Gauche en raison d'un PS au pouvoir jouant sur tous les tableaux et attirant les uns (EELV) et les autres (PCF) à la gamelle, mais maintenant qu'il est affaibli, que Macron attirera à lui les courants sociaux-libéraux, peut-être que quelque chose de cohérent pourra se faire.

Mais bon, je serais peu optimiste si Mélenchon garde le rôle qu'il a eu, si la France Insoumise ne cherche pas un compromis programmatique sur les points qui fâchent notamment l'U.E..
Pas sûr que ce soit facile, il y a eu pour moi un clivage net sur la question "souveraineté nationale" et il se pourrait qu'une part de l'électorat de Mélenchon n'ait pas envie de défendre un projet européen, préfère le style "République universelle", destin singulier de la France n'ayant pas grand chose à faire avec les Allemands, l'intégration institutionnelle etc.
Je ne suis pas d'accord sur l'ignorance des citoyens, je pense de plus en plus qu'il s'agit d'une volonté réelle de leur part de rechercher un chef, un homme providentiel dont ils attendent qu'il leur change la vie…
Le syndrome de l'esclave et de la servitude volontaire...
C'est que je disais en parlant de problème au niveau de la demande mais en y réfléchissant on pourrait avoir des surprises avec les députés de LREM : je ne sais plus qui faisait remarquer que c'était pas mal de CSP+ pas habitués à obéir et passé le temps d'adaptation, si ils regardent quels sont exactement leurs pouvoirs, ils peuvent très bien "fronder", déposer des motions de censure envers les gouvernements pour imposer leurs vues. L'un dans l'autre, en dehors des opportunistes et des arrangements avec Bayrou, ce sont quand même des gens qui ont voulu prendre les choses en main.
Il serait amusant qu'ils refusent de donner pouvoir au gouvernement de légiférer par ordonnance.
Je me méfie de ces analyses… Les CSP+ sont ci, les CSP+ sont là… Ces généralités tellement abusives sont un peu fatigantes…

Avant leur investiture, les députés Macron devaient être uniquement des restes du PS. Après leur investiture, ils ne devaient avoir aucune chance de former une majorité. Désormais ils formeront une majorité trop grande peuplée uniquement de godillots. Et tout ça défendu par les mêmes, qui peuvent se contredire à deux jours d'intervalle sans sembler s'en apercevoir.

Tout ce que je sais, c'est que les français auront les députés qu'ils méritent et ont choisi. Ceux qui se sont le plus abstenus sont ceux qui ont voté FN et FI à la présidentielle, ce qui, à mon humble avis, en dit long sur leurs intérêts réels en politique.
J'ai repris l'expression sur les CSP+ comme je l'ai lue ou entendue (je ne sais plus qui disait ça) mais l'idée était surtout que ce devrait être des esprits indépendants.
Dans le même genre, le Modem avait au début un tas de gens de la dite "société civile", et Bayrou a repris les choses en main, ils sont partis, et ça a fini dans une sorte d'UDF bis. Dans l'autre sens, Nouvelle Donne a commencé pareil et là, c'est plutôt la base qui a pris le pouvoir et les politisés sont partis (Isabelle Attard par exemple et même Larrouturou le fondateur a failli se faire virer).

Donc, je suis curieux de voir comment ça va se passer, les deux options à la Modem ou Nouvelle Donne étant ouverte. C'est spécial la discipline de parti et si en arrivant les "bizuth" comme dit Mélenchon risquent d'être timides et faire comme on leur dit de faire, à un moment ils vont sans doute se demander ce qu'ils font là exactement, si ils ne seraient pas mieux à s'occuper de leurs affaires.

Et pour le FN et FI, ça ne m'étonne pas trop : je l'avais dis ici aux Insoumis que la catastrophe aux législatives était à envisager si il n'y avait pas de communication là-dessus bien avant la présidentielle, qu'il était dangereux de tout miser sur celle-ci.
Un dégoût de la politique "professionnelle", une sorte de foi dans la Vertu de quelque noble personnage prenant en charge de faire le ménage ("dégagisme" etc.) marche mal avec les réalités d'une politique qui se fait laborieusement. Le Pen et Mélenchon ont cette rhétorique "révolutionnaro-autoritaire" pour stimuler l'envie mais ça fonctionne mal quand on doit discuter partage de circonscriptions, constitution d'un groupe parlementaire, d'une majorité etc.

D'ailleurs, il ne m'étonnerait pas que des macronistes croient aussi réellement qu'une révolution est en marche mais ça va d'autant moins être le cas que l'option néolibérale est au contraire un retrait de l'Etat, de l'autorité, et qu'au final, c'est ce qu'il se passe dans la société qui détermine le résultat.
Avec ses petits 24% au premier tour et l'importance des mouvements pro-Etat, je ne vois pas trop la société française opter vraiment pour ces dynamiques. La "start-up nation" sans changement des mentalités (et des conditions d'accès au capital...), ça risque surtout d'être la poursuite des concentrations capitalistiques dans les mains de ceux qui savent utiliser ce système, savent comment on séduit une banque, des business angels etc., et à côté, tous ceux qui n'ont pas compris le truc, vont juste voir qu'on précarise leur avenir, qu'on veut en faire des aventuriers alors qu'ils n'en ont pas les armes.

Enfin bon, on verra bien, mais une idéologie de l'Etat faible demande une adhésion de la société vu que ce n'est plus lui qui entend diriger, une mentalité à l'américaine ou la construction d'un consensus social comme ont fait les Allemands avec Schröder, et je crains que les conditions ne soient pas réunies en France actuellement.
Ne sous-estimez pas non plus trop le comportement d'entre-deux tours des partis radicaux… C'est ma petite échelle, mais j'ai vu des gens qui avaient mis un bulletin FI au premier tour s'en détourner dès qu'ils ont vu les attermoiements lorsqu'il s'est agi de batir un front républicain. La campagne du FN au second tour s'est résumé à une série d'invectives ridicules, et c'est eux qui sont apparus sans projet au final…

On verra ce que les députés LREM valent. De toutes façons, il n'y a plus le choix : on a choisi nos représentants, et on ne peut plus que faire avec.
De toutes façons, il n'y a plus le choix : on a choisi nos représentants, et on ne peut plus que faire avec.


Dans ma perception, je dirais plutôt "et on ne peut plus que faire sans" puisque leur tendance est à renvoyer chacun à ses "responsabilités".
Comme je disais ailleurs : plus qu'à faire un Etat parallèle pour qui en veut, du coopératif et du mutualisme associés à des principes de citoyenneté, d'Assemblée Nationale et de gouvernement d'initiatives aujourd'hui dispersées, se faisant concurrence (tant que l'assurantiel, le mutualisme etc. sont dans la concurrence, le capitalisme applaudit, paraît que c'est facteur de progrès même si on n'y voit que de l'innovation publicitaire pour capter les marchés...).

Ceci étant, ils sont censé mettre le RSI dans le régime général et donner une assurance chômage aux indépendants, un truc de socialiste ça. Un peu plus et ils vont faire de l'entrepreunariat fonctionnaire, sécurité garantie par l'Etat pour qui s'essaie à la création d'entreprise, summum du capitalisme d'Etat ayant pour constitution la "concurrence libre et non faussée", où chaque agent public doit être agent de marché (et vice-versa du coup si le public n'est plus que marché).

Tiens, la Poste innove : veiller sur mes parents, 19,90€/mois seulement pour que le facteur aille causer à papi-mamie et fasse son rapport. Même les liens du quotidien ont un prix, fini le service public, le temps du facteur, c'est de l'argent....
Mouais…

J'ai pas compris cette polémique sur ces histoires de facteur qui devraient créer du lien. Quand on a besoin de la poste et des facteurs pour créer du lien entre les gens, c'est que le problème est autre que la gestion d'une entreprise de distribution de courrier.
J'ai souvenance que l'idée de faire un site d'@rrêt sur Images sur internet était une idée que Bayrou avait soufflée à DS à l'époque de son éviction de la 5. Ou ma mémoire me trahit-elle ?
Même si d'autres, y compris DS, je suppose, y avaient pensé, ça a été le coup de pouce qui a rendu tangible l'initiative du site.
Une époque où Bayrou s'était dressé de sa petite stature contre Nicolas Sarkozy.
Tout cela semble dérisoire, dans son ensemble, quand on voit ce qui se passe...
Il ne faut jamais frapper un enfant au visage. Super marrant en effet.
Et comment mieux conforter dans l'envie de mal faire qu'en réagissant ainsi?
Comme pour De Villiers, va-t-on avoir droit un jour à la thérapie familiale de sa progéniture!!!
Le pire, c'est que certains des arguments de Bayrou sont audibles, ou tout au moins dignes d'examen. Peut-être en effet le signalement au parquet de Paris de Matthieu Lamarre, ex-collaborateur du MoDem salarié par le Parlement européen, et aujourd'hui chef du service de presse de la mairie de Paris, qui a fait rebondir médiatiquement l'affaire, est-il, comme le clame Bayrou, une opération politique. Peut-être Anne Hidalgo a-t-elle donné son aval, ou au moins été informée, de la démarche bayroucide de son collaborateur.

On croit rêver… Les mêmes arguments, exactement, que ceux pour Fillon… Ils seraient audibles ?

Non, ce sont des arguments, à la limite, pour taper sur Hidalgo et le "système" en général. Mais certainement pas pour défendre Bayrou.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"Peut-être, sur le fond, Bayrou est-il injustement accusé. Sans doute tous les partis ont-ils, comme le MoDem, abusé des contrats de complaisance du Parlement Européen."

Quelle indulgence, je vous conseille de relire vos papiers sur cette même affaire avec le FN ! J’exècre ce parti, mais je condamne cette propension à se servir dans la caisse européenne pour salarier des copains en France, quelque soit le parti.
Assez hallucinant. Bayrou intègre ? La blague. Son retournement de veste olympique, s'asseyant sur ses propres déclarations antérieures, lui a définitivement fait perdre le peu de respect qu'il pouvait m'inspirer.

Car si on va se taper Macron 1er pendant 5 ans et voir nos droits et nos libertés saccagés, Monsieur Bayrou y est pour grandement pour quelque chose.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.