110
Commentaires

Batho : "Privatiser les barrages ? Ne répétons pas l'erreur catastrophique des autoroutes !"

Pourquoi Delphine Batho a-t-elle été éjectée en juillet 2013 de son poste de ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie? Est-ce pour avoir déclaré que son budget était un mauvais budget ? Est-ce que c'est parce qu'elle dérangeait de puissants lobbies qui souhaitaient se lancer dans l'exploitation de gaz de schiste? L'ancienne ministre qui vient de publier Insoumise (Grasset) nous raconte.

Derniers commentaires

rapport à la privatisation des barrages;
merci au Front de Gauche, lors des dernières élections législatives, d'avoir alerté sur ce sujet
en Savoie où il y a des petits barrages et d'autres petits sites hydroélectriques ;
pour répondre à un interlocuteur de ce forum:
une SEM est une Société d'Economie Mixte;
en général cette sorte de société a une majorité publique or là ce ne serait plus le cas:
c'est là où il y a problème;
j'espère que Mme Royal corrigera le tir;
comment être au courant du suivi de ce qui va se passer à ce sujet et au sujet des gazs de schiste ?
Insupportable....consacrer une émission à une pleureuse,"crachant dans la soupe" tout cela parce que la dame a dépassé les limites de l'éthique gouvernemental, les limites au sein d'une équipe....elle se donne le beau rôle, la belle parole de l'oie blanche, pour essayer de sauver sa prochaine élection en tirant sur ses anciens disciples me révulse !
Enfin nous en savons plus sur strumfenberg ! c'etait un papy du midi ! ......tout s'éclaire !
Ké bande de gauchisses...
un peu tard pour commenter, Delphine Batho émet l'idée qu'il faut repenser la notion de croissance, qui ne repartira JAMAIS telle qu'elle set définie actuellement.
Euh, si les médias nous informaient un peu là-dessus...Qu'elle soutienne Valls, çà me rassurerait plutôt sur le soi-disant conformisme de notre futur président. Ceci-dit, s'il se fait autant étriller qu'Hollande à la moindre proposition de répartir différemment les fruits de la nouvelle croissance, il va faire qu'un mandat aussi.
Dommage que personne ne lise mon commentaire, c'était pour tester...bonne journée à tt le monde
Pour toutes celles et ceux qui ont eu à tenter de travailler avec Delphine Batho et/ou son cabinet ont pu mesurer un fait: son incompétence était assez globale. Contrairement à l'idée que donne cette émission, "qu'elle était une enquiquineuse", elle était avant tout inepte et absente. Hélas. Il est curieux que cette critique n'ait pas été traitée ni discutée en préparation de cette émission... "Je n'avais pas de stratégie de com' personnelle" dit-elle. Défense de rire!
Mon dieu. Delphine Batho fait un livre opportuniste et elle est invité par @si. On se croirait chez Ruquier.
je l'ai trouvé épatante Delphine Batho : pro, claire, motivée...
il semblerait que dans nos ministères, et du haut de la présidence, la compétence soit très mal vue ?!...
par contre, je tombe de haut concernant Montebourg, je le pensais plus futé que cela et moins prompt à tomber dans le panneau des gros lobbies !...
il nous faudrait plein de Delphine Batho pour gouverner ce pays.....n'en déplaise au sinistre Zemmour qui n'aime pas la "féminisation de la société" ?!!
pour lui, ''Les valeurs traditionnellement féminines, comme la douceur ou le compromis dominent aujourd'hui notre société'' !!
arf arf, quel âne ce gus !..
qu'il fasse un tour dans les ministères et les assemblées pour voir si la société se féminise !!
et côté défense des intérêts des concitoyens et paroles tenues, entre Batho et Montebourg, pas difficile de savoir lequel des deux "en a" !.. !...
merci pour cette émission !

ah oui, et à propos, le combat continue : Gaz de schiste : l’exploration du Luberon relancée ?
alors si vous ne voulez pas retrouver des polluants atmosphériques parmi lesquels le benzène, le toluène, l’éthylbenzène et le xylène, le formaldéhyde, dans votre sang, eh bien il va falloir sortir pour aider les copains du Luberon et d'ailleurs à dire Non aux gaz de schistes !!
nous n'avons pas encore trouvé notre Erin Brokovich en France, alors mieux vaut prévenir que guérir !...
Bravo Batho

Erreur et a-priori sur le fdg

possibilités de rapprochement avec Melenchon

Rare de voir une si belle émission , politique , compétence , sérieux , y'avait tout

p.s. quelqu'un a vu yéza..?
a) La voiture électrique a toujours été dénigrée par ce leitmotiv : pas d'autonomie.

Elle n'a jamais eu de problème d'autonomie:
Voir le système Better place

b) Elle pousserait à augmenter le besoin en nucléaire.

Faux encore. Les énergies renouvelables produisent déjà aujourd'hui plus d'électricité dans le monde que l'énergie nucléaire. C'est seulement un problème franco français. Areva est l'entreprise qui consomme le plus d'électricité en France, loin devant .. la SNCF!

Le problème n'est pas l'automobile mais l'auto-immobile. la plupart du temps elle ne nous sert à rien et encombre nos rues! Une auto en partage (location, autolib.etc..) remplace 14 voitures personnelles! Pourquoi se ruiner à en posséder une?

L'électricité éolienne est la première source de production électrique en Espagne, idem pour les énergies renouvelables au Portugal.

La France était à la pointe de la recherche dans l'éolien et le photovoltaïque dans les années 80. Par sa politique pro-nucléariste, elle a laissé les autres (la Chine particulièrement) prendre le marché.

Aujourd'hui la France est en pointe dans ce qu'on appelle la chimie verte, allons nous attendre que les autres s'y mettent aussi?

L'indépendance énergétique puis l'autonomie énergétique sont les garants en grande partie de la paix dans le monde.

C'est pour ça que je défends les agrocarburants
Pour revenir sur la notion de cadre je m’interroge sur le regard porté par Daniel et Laure. Si l’un (Daniel) admet qu’un haut dirigeant d’une entreprise soit informé avant tout le monde d’un limogeage d’un ministre ne constitue pas une preuve (smoking gun ) de son influence voir de sa mainmise sur la politique d’un état. Et que l’autre(Laure) considère plutôt « normale» que celui est la primeur des décisions de ce même état.

Ou est l’analyse critique, ou au minimum l’interprétation d’un tel constat ?

Aucune ! L’analyse et les questions ne tournerons que sur la forme , le fond étant un constat dont la remise en cause n’est pas nécessaire et dont les variables de lecture resteront dans le cadre
Comme avec C. Duflot, on apprend des choses "intéressantes" et pour l'essentiel affligeantes sur le fonctionnement d'un gouvernement ; où l'on voit que le "petit personnel" politique est aussi maltraité que dans les boîtes ; il faudrait élire un CHSCT interministériel pour enquêter sur le malaise au travail dans la sphère gouvernementale.

A part ça, la chute de l'émission sur ce qui rapproche Mme Batho de M. Valls était inattendue, mais vient gâcher la figure "insoumise" qu'elle nous a présentée : construire une pensée de gauche sur la sécurité publique c'est évidemment nécessaire, mais avec la "montée de la violence" ça commence mal ! Je me rappelle avoir entendu plus d'un chercheur sur la question dire que la violence, notamment envers les personnes est largement en baisse au cours des décennies, et même des siècles si on pense à ce qui s'est passé ne serait-ce que depuis la révolution française !

Dommage que DS n'ait pas posé la question des évictions des Roms, (j'ai l'impression qu'il y a pensé, non ?) ça aurait eu le mérite de mettre les points sur les i ; en tout cas cette conclusion me fait le même effet qu'à MATL, et j'en conclus que la nécessité de faire carrière risque fort d'avoir raison de l'insoumission proclamée.
Batho explique enfin ce qui la sépare de EELV et de Cécile Duflot, du Front de gauche et des frondeurs socialistes, et ce qui la rapproche de Manuel Valls.

Moi, les gens qui se rapprochent de Manuel Valls, je m'en éloigne.

Bye bye Delphine, qu'on retrouvera un jour ministre du président Valls, ayant rejoint le trop gros troupeau des renégats.
quand elle parle du pdg de vallourec(multinationale française leader mondiale des tubes d'acier)dont la femme travaille au cabinet de hollande et qui aurait eu des infos de première main,sur sa marginalisation programmée,car d batho est rétive à tout assouplissement des lois contre l'extraction du gaz de shiste,c'est lumineux de déontologie républicaine.
Bonne émission
Delphine Batho a un discours intéressant.

Mais si l'industrie énergétique fait la pluie et le beau temps à l'écologie, que dire de notre politique étrangère ?
Et c'est autrement plus grave pour des populations qui ne peuvent pas se défendre dans d'autres pays....
je viens de revoir cette émission et j'ai voté pour qu'elle soit accessible à tout le monde!

Delphine Batho ne pratique pas la langue de bois.
Comme on est populaire quand on est plus au pouvoir.
Alalalala, vous voyez le mal partout !
Delphine Batho a été débarquée simplement parcequ'elle était ivre.


Ok, je sors avant qu'on ne me cherche des papous...
Cette Mme Batho, on lui mettrait bien un couteau entre les dents. Je ne suis pas sûr qu'ASI s'honore en donnant la parole à de tels extrémistes.
Ce titre:
Ne répétons pas l'erreur catastrophique des autoroutes !"
Me laisse un peu songeur...

Etes-vous sûrs que nous soyons en présence d'une "erreur"?
Je dirais plutôt "application raisonnée d'un plan de captation"...

En parfaite connivence avec les pouvoirs en place, de droite et de gauche, ainsi qu'on l'a vu...
Ce qui est surprenant, c'est la découverte tardive de la privatisation des barrages. Le 2 mai 2014, Jean-Luc Mélenchon (il y est revenu plusieurs fois ensuite) faisait le communiqué suivant:
http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/05/02/les-pillards-vont-aussi-emporter-les-barrages-hydro-electriques/

L'information provenait du programme national de réformes, un document que le gouvernement a remis à la commission européenne en mai dernier. Curieusement, ce texte, accessible sur les sites gouvernementaux, n'a fait l'objet d'aucune analyse médiatique. Il contient pourtant aussi la "vérité" de la réforme des retraites, le report de l'âge effectif de départ à la retraite à 66 ans.
Au dela des dossiers abordés,que cela soit Batho ou Duflot,ce qui saute aux yeux c'est le fonctionnement du pouvoir oligarchique.
Sans changement de pratiques de pouvoir:pas de salut!
Le projet de 6 ème république prend ici tout son sens
Moi, j'ai apprécié d'entendre Delphine Batho parler aussi directement, et plutôt bien. Sur le fond, à propos des enjeux écologiques, elle est d'accord avec EELV, le Parti de gauche, Nouvelle Donne, etc ..... Notamment sur ceci qui est fondamental: la question enénergético-climato-environnementale est centrale et c'est le grand défi du vingt et unième siècle.
Les divergences ne portent pas sur les buts, mais sur les stratégies politiques. On est malheureusement jusqu'à nouvel ordre obligés de vivre avec çà. Passons donc....

Pour ceux qui ont trouvé l'émission trop courte et qui veulent creuser la question des liens entre énergie et économie, je recommande la lecture d'Yves Cochet, de Jean Gadrey, de Gael Giraud, de Matthieu Auzanneau, de Benoit Thévard ou de Jean-Marc Jancovici (entre autres). Leurs arguments sont solides et bien hiérarchisés. Ils ont des blogs ou s'expriment un peu partout. Par contre ils ne sont pas assez entendus, ceux qui sont en place étant visiblement bouchés à l'émeri. Les membres des cabinets présidentiels ou ministériels sont trop formatés à l'économie orthodoxe, et Delphine Batho a bien expliqué la culture dans laquelle baignent majoritéirement les X-Mines.

Au sujet des procédés du lobbying industriel contre l'écologie, on pourra aussi lire avec intérêt "Les marchands de doute" de Naomi Oreskes et Erik Conway, récemment paru en français. Ce livre fait notamment des parallèles plus que justifiés entre la question du tabac et celle du dérèglement climatique. Cette lecture donne des clés pour d'autres cas d'école.
C'est Frédéric Lordon qui a utilisé à plusieurs reprises l'image du cadre pour dire que si tu penses les changements de société, les changements économiques, écologiques, culturels, les changements de structures et de pratiques du pouvoir, etc. dans le cadre (néolibéral, capitaliste, appelle-ça comme tu veux), tu t'agites en vain. Tu te bats contre des moulins. Tu auras le destin d'une souris blanche lâchée dans un terrarium habité par un Boa.
Cette émission avec Delphine Batho est une cruelle démonstration de la validité des propos de Lordon.
Désolé pour elle.
A-t-on le choix? Faire comme si ça n'existait pas ne fait pas avancer plus.

On ne se bat pas seulement quand on est sûr de gagner.
L'Art de la guerre de Sun Tzu

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »

La meilleure stratégie est celle qui permet d’atteindre ses objectifs sans avoir à se battre.
- Citations de Sun Tzu
Oui, bien sûr qu'on a le choix.
Autrement dit, il ne s'agit surtout pas de faire comme si le cadre néolibéral n'existait pas, mais bien au contraire d'envisager les solutions pour en sortir. Faute de quoi, si vous vous battez, il vous arrivera ce qui est arrivé à Delphine Batho, toutes proportions gardées puisque vous n'êtes pas ministre, mais ce n'est qu'une différence d'échelle sans importance sur le résulat final.

Quant à se battre uniquement "quand on est sûr de gagner", j'avoue ne pas comprendre comment vous en êtes arrivé à écrire ça.
Ha ok j'avais mal compris les sens.

Bon alors on fait comment alors? On attend la révolution (dimanche mes potes révolutionnaires sont pas libres) ou bien ?
Nigaud. Allez boire une bière quelque part et détendez-vous.
"Tu te bats contre des moulins. "

La réponse était dans la question!
"j'avoue ne pas comprendre comment vous en êtes arrivé à écrire ça.";-)
Bon allez, on ne va pas se crêper le chignon comme des poissonnières, c'est pénible, laissons-ça à nadine (morano).

Je te propose de revenir sur cette notion de changement de cadre de pensée qui visiblement t'a échappée et à laquelle tu attribues (à tort) le sens d'un refus de la réalité ou d'une volonté de ne se battre que si on est "sûr de gagner" (je te cite de mémoire). Alors qu'il s'agit de tout autre chose.

Je te propose donc de refaire un tour de piste sur cette question du "penser dans le cadre dominant" versus " choisir de voir les problèmes autrement" c'est-à-dire les penser d'une manière différente de ce qu'impose la théorie dominante (pour Batho c'est la Th. néolibérale qu'elle refuse de rejeter -elle le dit d'ailleurs clairement à la fin de l'émission quand elle parle de l'UE et de son positionnement vis-à-vis de la gauche de la gauche -FDG).
Théorie tellement dominante qu'on ne se rend même plus compte qu'elle n'est que contingente et non pas absolue (c'est-à-dire qu'elle est ceci ou cela, construite socialement et située historiquement, et qu'elle pourrait fort bien être différente dans des conditions données sans que l'univers cesse d'exister, bordel de merde !).

Si tu veux en avoir une illustration, tu regardes cette vidéo de Lordon.

Discussion Frédéric Lordon / Bernard Friot

De mémoire, Lordon, (auquel je faisais référence dès mon premier post), souligne l'importance du cadre et de la théorie dominante dès le début de la vidéo en disant comment Bernard Friot, avec qui il discute, a précisément produit un "effet de théorie" par ses recherches sur le salaire, autrement dit, comment il CHANGE la manière de voir le problème posé par le salariat.

Tu dois considérer cette vidéo (dont le sujet ne concerne pas directement l'émission avec Batho, mais on s'en fout) comme une illustration de ce que signifie le fait de "penser un problème en dehors du cadre dominant jusqu'alors", quel que soit ce cadre, qu'il ait été ceci à une époque, cela à une autre, néolibéral aujourd'hui, ou tout autre exemple qui te conviendra, peu importe.

Si tu fais ça, si tu lis ce post et regarde ce lien sans te précipiter pour polémiquer et sans mauvaise foi, on aura fait un pas en avant.

Alors voilà, maintenant, au-delà de cette limite, tu as deux options :

1- tu regardes et tu commentes autant que tu veux (je lirai avec intérêt).
2- tu devrais regarder, écouter et te demander si Delphine Batho ne s'est pas effectivement plantée dès le départ en refusant de sortir d'un cadre théorique néolibéral qui allait de toute évidence condamner TOUTES ses tentatives - quelle que soit par ailleurs la bonne volonté de madame Batho, peu importe.
3- (oui je sais ça fait plus de 2 options) tu regardes et tu réfléchis. Et tu ne te précipites pas pour répondre. On n'est pas au Ping Pong.

Merci à toi, bon week-end.

Cordialement.
je pense avoir bien compris (merci pour le lien, je connaissais déjà ce débat et les idées de Lordon et les idées de Friot).

Je suis d'accord sur le fond (d'autant que je suis le premier à voir les chose par un prisme différent) mais en pratique, une fois que l'on a fait cela, on se confronte à la réalités des faits.

Si je vous comprends bien, ca ne sert à rien d'y aller au charbon.

Alors on fait quoi à part pousser la théorie (ce qui est intéressant mais ce qui m'intéresse le plus c'est la mise en pratique).

Désolé que mes interventions soient prises pour des crêpages de chignon alors que je ne cherche que le débat. (sinon merci mais j'ai autre chose à faire dans la vie)
Non, ça ne sert pas à rien d'aller au charbon, ce qui est malheureux c'est d'y aller pour se casser les dents parce qu'on n'a pas pris le temps de choisir le bon angle d'attaque. C'est pourquoi la théorie est utile à la pratique (avant l'action, pendant et après).
Ignorer ce fait, c'est s'exposer à des déboires certains et, pour finir, au dégoût, au renoncement et au replis sur le chacun pour soi.
Les syndicalistes (dont je suis) le savent par expérience.
Et Batho -si elle est sincère, si donc elle est une souris blanche lâchée au boa- s'est plantée avant tout à cause de ça.
Voilà tout.
Bonne fin de week-end.
je suis d'accord avec vous; je n'ai pas écrit que la théorie n'était pas utile bien au contraire.

Ce qui m’intéresse c'est comment on l'a met en pratique.

Déja à son niveau être cohérent avec ses idées tant que faire se peut.

Ensuite il arrive de devoir user de stratégie quand l'adversaire est trop puissant pour le combattre frontalement.

Je connais tellement de gens qui attendent une révolution pour bouger alors qu'elle commence toujours par le fait de changer soi même. ( incohérence , schizophrénie).

Je dis souvent que l'important est de faire preuve de bonne foi.

Et tenir compte d'un fait: tout le monde n'est pas d'accord.

Faut-il ne pas en tenir compte ou bien chercher un compromis le plus satisfaisant possible?

C'est toute la difficulté de la politique en démocratie.
Interrogeons des spécialistes de la lecture du language corporel.
Combien de Psychopathes versus Sincères dans les gouvernements ?
Elle parle de l'aplomb. Comme l'ancien ministre du budget qui nous dit dans les yeux devant l'Assembléée Nationale...
Duflot, Bartho : même bâteau ? Choisie pour leur naîveté ?
ASI = plan de com' de bouquins de Mauvaises grandes idéalistes ;p
Passionnant
Merci
pourquoi Delphine Batho alors qu'on va la voir partout dans les média?
Pourquoi une émission si courte avec tant de thèmes inabordés ?

Notre Dame des Landes par exemple, surtout lorsque'on part sur un désaccord profond avec JM Ayrault ! Peut-être Delphine Batho était-elle bookée ailleurs mais tout de même...
Lorsque l'on a privatisé les autoroutes, l'Etat s'est bien gardé de retirer les impots qui servaient à les entretenir. De plus, il continue de toucher une bonne marge avec les 20% de la TVA qui n'existait pas étant donné la gratuité. Il faut compter aussi le prix de la vente. Moyennent un sacrifice du service rendu au citoyen, il me semble que c'est un coup double pour les finances publiques. Non ?
Privatiser les barrages.


Soit.
Un équipement hydroélectrique, ça coûte cher, très cher.
Un équipement hydroélectrique, ça ne peut pas s’installer n’importe où.
Pour un équipement hydroélectrique, en France et en 2014, il n’y a plus de place. Simplement parce que tous les endroits équipables sans conflit social grave ont été équipés.

Donc privatiser un équipement hydroélectrique, c’est vendre un site existant à une entreprise privée.

Un équipement hydroélectrique, c’est, à la louche, 90% de coûts fixes et 10% de coûts variables.
Un coût fixe c’est une dépense que vous devez assumer quelle que soit le volume de votre production et de vos ventes.
Un coût variable c’est un coût qui dépend des volumes que vous produisez et vendez.

C’est cette réalité qui est à l’origine de la « théorie » économique des monopoles dits naturels.

En effet, si vous êtes le premier à mettre en place ce type d’activité, vous aurez de l’avance sur vos concurrents. Cette avance vous a permis de faire payer à vos clients une part plus importante de coûts fixes. On appelle cela l’amortissement.
Bref, si vous êtes le premier ou le plus gros, vous êtes capable de faire baisser les prix de telle façon que personne ne vienne vous concurrencer. Simplement parce que vous êtes le premier ou le plus gros. EDF, microsoft, Google, France-Télécom, Gdf, …

C’est pour cela que les activités de monopoles naturels ont été nationalisées, en France et ailleurs.

C’est aussi pour cela que ces monopoles sont devenus une proie pour les capitaux privés à l’affût de placements rentables.


L’exemple des autoroutes est une bonne illustration. En attendant les autres…
C'est une bosseuse, c'est une sérieuse, elle dit des choses très intelligentes, cette Delphine Batho. Effectivement, c'est peu compatible avec l'exercice du pouvoir politique au gouvernement. Meilleure chance comme députée.
Merci beaucoup Daniel pour cette émission, j'ai appris beaucoup (particulièrement sur la privatisation envisagée des barrages hydrauliques).

Dommage une heure c'est trop court, dommage que Batho soit seule.

Mais en bon français, jamais content....
Les élus de notre république ne sont pas réticents à lutter contre le conflit d'intérêt. Ils sont juste incapable de comprendre le concept.

[quote=Delphine Batho]Il n'y a pas de conflit d'intérêt s'il n'y a pas d'échange d'information
Le gaz de schiste est un écran de fumée pour ne pas faire la transition énergétique! Car c'est reculer pour mieux sauter!

Le réchauffement climatique n'attendra pas que l'on ait épuisé, brûlé la dernière goutte de pétrole. Le nucléaire est condamné à court terme puisqu'il ne reste plus qu'une trentaine d'années d'uranium sur terre.

Hélas l'uranium 238 a une durée de vie de plus de 4 milliards d'année! (chiffres de l'ANDRA)

La grosse connerie est faite, il faudra l'assumer jusqu'à la fin des temps!

Imaginez si les hommes préhistoriques avaient découvert le nucléaire, on serait encore en train de gérer leurs déchets!
Concernant le gaz de schiste, outre le documentaire très intéressant de mardi soir sur France 5, il faut aussi voir le petit débat qui a suivi, avec "notre" très active Isabelle du collectif du Pays Fertois http://youtu.be/Y2ucsiExv0g?list=UU7_k9UBAANUDbN9zub5adXg
Sur le thème "privatiser les barrages", c'est beaucoup plus compliqué que ça! Notons déjà que la CNR, filiale de Suez, gère des barrages (du Rhone) en Société d'Economie Mixte (49% privé, 51% public). La commission Européenne fait pression depuis des années pour ouvrir à la concurrence le secteur des concessions. Les appels d'offres étaient d'ailleurs déjà en cours d'instruction (mais pas publiés) juste avant les élections présidentielles et Philippe Martin, lorsqu'il était au ministère, a failli continuer dans cette direction.
Grace au très bon travail des députés F.Brottes et MN.Battistel en commision parlementaire, et avec le support de S.Royal, une solution à base de Société d'Economie Mixte, similaire à celle de la CNR, permet de conjurer en pratique le péril sans froisser Bruxelles. La rente hydraulique continuera à profiter aux francais. C'est un très bon compromis.

Lisez le débat à l'assemblée nationale du 10 octobre pour en savoir plus

Jacques Talbot (qui a suivi le sujet en citoyen depuis 3 ans)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.